Autriche

13 février 2018 13:12; Act: 13.02.2018 15:56 Print

Ils restituent le dessin de maître volé par leur aïeule

Une oeuvre du peintre autrichien Gustav Klimt vient de réapparaître, après avoir été cachée dans un placard pendant des décennies.

storybild

Le dessin «Zwei Liegende» est réapparu mi-janvier. (Photo: Keystone/AP/Reinhard Haider)

Une faute?

Un dessin du maître autrichien Gustav Klimt (1862-1918), disparu d'une collection publique depuis plusieurs décennies, a été restitué par les héritiers d'une employée de musée qui l'avait volé et caché dans un placard, ont annoncé mardi les autorités.

Le dessin «Zwei Liegende» («Deux femmes allongées») fait partie d'un lot de quatre oeuvres de Klimt et de son confrère Egon Schiele qui avait été prêté au musée municipal de Linz par une artiste locale, Olga Jäger, décédée en 1965.

Lorsque les héritiers de celle-ci avaient demandé la restitution des oeuvres, en 1990, la direction du musée avait réalisé qu'elle en avait perdu la trace.


Plusieurs millions de dédommagement

La ville de Linz, une cité industrielle du nord de l'Autriche, avait été condamnée en 2006 à verser 8,3 millions d'euros de dédommagement aux héritiers d'Olga Jäger, une somme que la municipalité a contestée par la suite, jugeant qu'il y avait prescription.

Coup de théâtre: l'un des dessins a été restitué à la mi-janvier, a annoncé le maire de Linz, Klaus Luger, lors d'une conférence de presse mardi.

Caché dans un placard

Ce dessin avait été emporté par une secrétaire du musée partie en retraite en 1977. Elle l'avait par la suite caché dans un placard chez elle en apprenant qu'il était recherché, a-t-il été détaillé.

Décédée en décembre, la secrétaire avait demandé dans son testament à ce que l'oeuvre soit restituée au musée, assurant qu'elle lui avait été «offerte» par le directeur de l'époque.

Espoir de réapparition

«La réapparition de ce dessin nous donne l'espoir que les trois autres oeuvres puissent elles aussi être retrouvées», a indiqué la mairie dans un communiqué.

Il s'agit de trois oeuvres d'Egon Schiele (1890-1918): une aquarelle de «Jeune homme», un dessin de «Couple» et une huile, «Tote Stadt» («Ville morte»), laquelle avait été estimée à 7,5 millions d'euros par la justice.

(afp)