Etats-Unis

27 septembre 2017 07:03; Act: 27.09.2017 11:07 Print

Pour survivre, il léchait les parois de la grotte

Oublié sous terre par ses camarades du club de spéléologie, un étudiant a vécu 60 heures de calvaire.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Lukas Cavar ne dit pas merci aux camarades de spéléo avec qui il avait entrepris la visite de grottes de Sullivan, dans l’Indiana, dimanche. Au cours de l’expédition, cet étudiant de 19 ans a d’abord été semé par ses douze copains du club universitaire. Et quand il a retrouvé seul le chemin de la sortie, il a découvert que l’issue avait été refermée et cadenassée.

Le malheureux a passé huit heures à hurler dans l’espoir qu’on l’entende. En vain, tout comme ses appels et messages téléphoniques. Pas de réseau! «J’ai mis un moment à me maîtriser et à analyser la situation», avoue l’étudiant.

Avec lui, il n’avait que des emballages de barres énergétiques, avec lesquels il a recueilli un peu d'eau, et des bouteilles vides dans lesquelles il a mis son urine. Au cas où. En attendant, pour étancher sa soif, le jeune homme léchait les parois humides de la grotte.

«Content d'être en vie»

Ce n’est qu’au bout de soixante heures que la police, alertée par ses parents, a retrouvé sa trace. «Je suis content d’être en vie», a déclaré Lukas Cavar... qui assure n’avoir aucune intention de refaire de la spéléo. Quant à son club, il a admis avoir échoué à suivre ses «règles rigoureuses» de sécurité.

(arg)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Miss Cracra le 27.09.2017 07:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enterré comme un cadavre

    Et sinon tentative de meurtre ca se passe comment?

  • Isabelle Roy le 27.09.2017 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'attention aux autres

    euh.... comment les autres n'ont ils pas remarqué qu'il n'était plus là lorsqu'ils sont repartis ? société de nombrilistes !

  • Platon le 27.09.2017 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grotte

    Quand tu as des amis comme ça tu nas pas besoin dennemis.

Les derniers commentaires

  • Qqun du coin le 27.09.2017 19:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les copains d'abord

    Ça c'est des supers copains dis donc!

    • Gary le 27.09.2017 23:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Qqun du coin

      Oui, quand on a des amis comme ça on n'a pas besoin d'ennemis...

  • Grizou! le 27.09.2017 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jeune spéléologue

    Vraiment une honte de la part des "coéquipiers" Toutes leurs vies ils devront y penser? Et je comprends ce jeune homme qu'il ne peut pas les remerciers car ceci est un crime? Ils auraient du compter le nombres de personnes qui les ont accompagnés dès le début de la spéléologie en entrant et bien sûr en sortant? Je souhaite tout de bon a ce jeune homme !!!

  • Carina le 27.09.2017 13:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jsais pas trop quoi penser

    Ils étaient à 12 personnes, pas à 60 ! Donc un plus petit comité auquel on se lie plus facilement d'amitié. Il n'ont pas fait d'appel de noms et compté les membres du club à la sortie ? Personne ne l'a remarqué durant leur expédition puis s'est aperçu à la sortie qu'un visage manquait ? Drôle d'histoire cet oubli ! Et 60h avant de penser à aller voir à cet endroit si, par hasard, il ne s'y trouverait pas!

  • PB le 27.09.2017 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Waou

    Vivement la fermeture pure et simple du club, une pluie d amendes et de la taule.

  • alpha bêta xx le 27.09.2017 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    On sait les facs et clubs américain

    accros du bizutage. Qui sait le rite de passage et d'acceptation dans ce club? Il y a régulièrement des morts lors des bizutages qui deviennent de plus en plus extrêmes. Les responsables ne risquent rien. Les élites politico-judiciaires sont tous d'anciens membres de ces clubs universitaires, les approuvent et les soutiennent d'autant plus que leurs enfants en font souvent partie. A peine une tape sur les mains voire des félicitations. Ils considèrent que plus leurs actes sont cruels et illegaux (viols en bande par exemple) plus ils s'assurent d'un soutien inconditionnel à vie et c'est prouvé.