Berlin

06 avril 2014 16:04; Act: 06.04.2014 16:10 Print

Un cimetière réserve un espace aux lesbiennes

Un cimetière protestant de Berlin réserve depuis dimanche un espace où des femmes lesbiennes pourront être enterrées et reposer entre elles.

storybild

Sur cette parcelle de 400 m² du cimetière vieux de 200 ans de Georgen Parochial, dans le nord de la capitale allemande, pourront être rassemblées environ 80 tombes et urnes funéraires. (Photo: AFP)

Une faute?

«C'est une idée qui est venue il y a quatre ans à une association de lesbiennes, Safia, qui, en avançant dans l'âge, se sont posé la question de savoir où elles voulaient être enterrées», a expliqué à l'AFP Astrid Osterland, à l'origine de ce projet qui pourrait bien être une première en Europe.

«On voulait rester regroupées, être proches de celles qu'on a aimées, de celles avec qui on a vécu, travaillé, combattu...», poursuit la membre de l'association Safia, âgée de 69 ans, qui a réservé une concession pour elle-même.

Sur cette parcelle de 400 m² du cimetière vieux de 200 ans de Georgen Parochial, dans le quartier berlinois de Prenzlauer Berg, dans le nord de la capitale allemande, pourront être rassemblées environ quatre-vingts tombes et urnes funéraires.

«Nous avions sondé plusieurs cimetières, mais nous avons pensé à celui-là parce qu'on le connaissait et qu'on savait qu'il était beau», indique Astrid Osterland.

«Une autre raison pour faire un voyage à Berlin»

Elle reconnaît que l'idée d'un carré lesbien dans un cimetière «peut paraître exotique», mais ajoute que «ce n'est pas un combat contre les hommes». Aucune barrière ne délimitera l'espace.

«Nous sommes juste des militantes lesbiennes féministes qui se sont aperçues qu'elles vieillissaient et qui souhaitaient choisir auprès de qui elles voulaient être enterrées. Tout le monde souhaite pouvoir disposer de ce qu'il adviendra de son corps à sa mort», argumente-t-elle.

Lors de la cérémonie d'inauguration de ce carré lesbien dimanche, l'association Safia a conclu sur une note légère, en y voyant «une autre raison pour faire un voyage à Berlin, même si cela est votre dernier».

(afp)