Immigration

16 mars 2017 00:20; Act: 16.03.2017 20:35 Print

Décret migratoire bloqué: Trump va faire appel

Alors qu'elle devait entrer en vigueur quelques heures plus tard, deux juges fédéraux ont décidé de bloquer la nouvelle version du décret anti-migrants.

Voir le diaporama en grand »
Le cas d'une veuve d'un soldat américain, tué au Niger début octobre, fait polémique. Le président américain aurait tenu des propos pour le moins maladroit à son endroit. (Mercredi 18 octobre 2017) Un volet de la saga judiciaire autour du décret migratoire se termine: le gouvernement a accepté d'aider les personnes interdites d'entrée aux Etats-Unis à faire de nouvelles demandes de visa. (Jeudi 31 août 2017) Un élu démocrate a déposé pour la première fois une résolution visant à lancer une procédure de destitution du président Trump. (Mercredi 12 juillet 2017) Des utilisateurs de Twitter ont annoncé mardi avoir intenté une action en justice contre le président américain Donald Trump qu'ils accusent d'enfreindre la liberté d'expression après s'être vus interdire l'accès à son compte, a annoncé l'organisation Knight First Amendment Institute. (Mardi 11 juillet 2017) Les deux journalistes vedettes de la chaîne MSNBC, Mika Brzezinski et Joe Scarborough, qui ont fait l'objet d'attaques personnelles et insultantes sur Twitter par Donald Trump, ont dénoncé un président «à la dérive» et mis en doute sa santé mentale. (Vendredi 30 juin 2017) Plusieurs Etats fédérés américains ont donné une fin de non-recevoir vendredi à une nouvelle commission nationale chargée par le président Donald Trump de mettre à jour d'éventuelles fraudes électorales, notamment lors du scrutin présidentiel de novembre 2016. (Vendredi 30 juin 2017) Donald Trump a reproché à Barack Obama d'avoir eu connaissance des ingérences russes dès août 2016 et de n'avoir rien fait à ce sujet. (Dimanche 25 juin 2017) Deux hauts responsables du renseignement étasunien ont dit au procureur Robert Mueller que Donald Trump leur avait suggéré de déclarer publiquement qu'il n'existait aucune collusion entre son équipe et Moscou. (Jeudi 22 juin 2017) Donald Trump dénonce une «affaire bidon» et une «chasse aux sorcières». (Jeudi 15 juin 2017) Donald Trump a-t-il fait obstruction à la justice dans l'affaire russe? Cette question fait désormais partie de l'enquête du procureur spécial qui chapeaute l'investigation sur l'ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine. (Mercredi 14 juin 2017) Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, a assuré mardi en préambule de son audition devant le Sénat ne pas avoir eu «connaissance» de collusion entre l'équipe de campagne de Trump et le gouvernement russe. (13 juin 2017) Le ministre américain de la justice, Jeff Sessions a rendez-vous mardi pour une audition au Sénat, devant la Commission Renseignement. (Mardi 13 juin 2017) Donald Trump s'est dit vendredi prêt «à 100%» à témoigner sous serment. Il a démenti avoir demandé à l'ancien chef du FBI James Comey d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn. (Vendredi 9 juin 2017) «Malgré tant de faux témoignages et de mensonges, confirmation totale et complète... et WOW, Comey est une balance !», a tweeté le président américain. Il s'agit de la première réaction personnelle de Donald Trump au témoignage de M. Comey. (Vendredi 9 juin 2017) Début mai, Donald Trump a limogé le chef du FBI James Comey et se serait vanté à des diplomates russes d'avoir ainsi fait dérailler l'enquête, selon le New York Times. (Jeudi 8 juin 2017) L'ex-directeur du FBI James Comey a été auditionné jeudi par le Sénat. Il a accusé notamment de «mensonges» l'administration du président Trump, qui lui aurait intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche. (Jeudi 8 juin 2017) L'audition de James Comey, retransmise en direct à la télévision, a été suivie dans les bars, restaurants ou autres lieux publics. (Jeudi 8 juin 2017) James Clapper, ancien directeur du Renseignement américain, a déclaré que les faits supposés reprochés au président Donald Trump concernant des ingérences russes était plus grave que l'affaire du Watergate, qui avait mené à la démission de Richard Nixon. (Mercredi 7 juin 2017) Le réalisateur Michael Moore a lancé le site «TrumpiLeaks», afin de permettre aux lanceurs d'alerte de lui transmettre des informations sur Donald Trump. (Mardi 6 juin 2017) Le milliardaire new-yorkais Michael Bloomberg a soumis aux Nations unies une lettre signée par plus de 1000 organisations, entreprises et autorités locales américaines, prêtes à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre malgré la décision choc de Donald Trump. (Lundi 5 juin 2017) Des heurts entre manifestants pro et anti-Trump ont dégénéré à Portland, dans l'ouest des Etats-Unis, où un homme avait été tué une semaine auparavant en tentant de défendre deux adolescentes face à des insultes racistes. (Dimanche 4 juin 2017) Le président français Emmanuel Macron a réagi, en français puis en anglais, à l'annonce de Donald Trump sur le climat. (Jeudi 1er mai 2017) Elon Musk a annoncé qu'il claquait la porte des différents cénacles qui conseillaient Donald Trump. (Jeudi 1er juin 2017 - Image d'archive) Après sa décision de sortir de l'accord de Paris sur le climat jeudi, le président américain a reçu une série de critiques dans son pays comme à l'international. (Jeudi 1er juin 2017) L'actrice Kathy Griffin a fait réagir le président, avec cette photo la montrant avec la tête décapitée de Donald Trump. (Mercredi 31 mai 2017) Le gendre de Donald Trump fait partie des personnes visées par l'enquête du FBI sur les ingérences russes dans l'élection. (Jeudi 25 mai 2017) L'ex-directeur de la CIA s'est inquiété de «contacts» en 2016 entre des responsables russes et l'équipe de campagne de Trump. (Mardi 23 mai 2017) Certains conseillers de Donald Trump, dont l'ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, ont été en contact à 18 reprises au moins avec la Russie durant la campagne. (Jeudi 18 mai 2017) Quelques élus marginaux du congrès américain ont appelé à une procédure de destitution du président des Etats-Unis Donald Trump, accusé d'entrave à la justice. Mais une telle perspective reste à ce jour très hypothétique, faute de soutien politique. (Jeudi 18 mai 2017) Les parieurs misent sur une destitution de Trump. (Mercredi 17 mai 2017) Robert Mueller est un ancien directeur du FBI. Il a été nommé procureur spécial chargé d'enquêter «sur les efforts du gouvernement russe pour influencer l'élection présidentielle de 2016, et les sujets liés». (Mercredi 17 mai - Image d'archive) Les milieux économiques ne croient plus que Donald Trump aura les ressources nécessaires ou les coudées franches pour appliquer son programme économique. Le dollar a ainsi reculé à son niveau de novembre 2016. (17 mai 2017) Un mémo du chef du FBI limogé par Trump affirme que le président lui a demandé de «laisser tomber» l'enquête sur les liens de Flynn avec Moscou. (Mardi 16 mai 2017) Donald Trump a reconnu avoir demandé à James Comey s'il était visé par une enquête du FBI. (Jeudi 11 mai 2017 - Image d'archive) Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, a reçu l'ordre d'une commission du Sénat de donner tous les documents qui pourraient l'éclairer dans son enquête sur l'interférence russe lors des élections américaines. (Mercredi 10 mai 2017 - Image d'archive) Des manifestants ont défilé devant la Maison Blanche pour protester contre le limogeage choc de James Comey, directeur du FBI. (Mercredi 10 mai 2017) Depuis que Donald Trump a limogé le patron du FBI, les bookmakers misent sur une destitution du président américain. (Mercredi 10 mai 2017) Les Etats-Unis rejettent illégalement des demandes d'asile à la frontière mexicaine, dénonce Human Rights Watch. (Mercredi 3 mai 2017) Porté par la saga Donald Trump, le a enregistré au premier trimestre un gain net de 348'000 abonnés en ligne, un record. (Mercredi 3 mai 2017) Un juge a en grande partie suspendu l'application d'un décret du président Trump visant à priver de financements fédéraux les collectivités opposées à sa politique anti-immigration. (Mardi 25 avril 2017) Des agents russes ont essayé d'orienter la campagne de Trump, en tentant d'influencer ses proches collaborateurs, affirme CNN. L'ancien conseiller en politique étrangère Carter Page était notamment visé. (Samedi 22 avril 2017) Donald Trump pose pour une photo avec les joueurs et les entraîneurs des New England Patriots. Certains joueurs, dont la vedette Tom Brady, n'ont pas fait le déplacement. (Mercredi 19 avril 2017) La CIA savait dès l'été 2016 que Moscou aidait Donald Trump pour qu'il soit élu à la présidence des USA. (Jeudi 6 avril 2017) L'administration du président Donald Trump a une nouvelle fois fait appel de la suspension du décret migratoire. (Jeudi 30 mars 2017) Un juge fédéral de Hawaï a étendu le blocage du décret migratoire de Donald Trump. (Jeudi 30 mars 2017) Une pétition pour que Melania Trump aille vivre à la Maison Blanche ou paye pour sa sécurité à New York a déjà récolté plus de 225'000 signatures. (Mercredi 29 mars 2017) A la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, les Tohono O'odham invoquent leur totem, l'aigle, contre le mur de Trump. (Mardi 28 mars 2017) Les Tohono O'odham craignent que le mur ne menace de couper leur territoire en deux. (Mardi 28 mars 2017) Ils sont environ 3000, reconnus comme une nation autonome par les Etats-Unis, et leur terre s'étend de l'Arizona à l'Etat de Sonora, au Mexique. (Mardi 28 mars 2017) Les tensions entre républicains se sont révélées au grand jour lors du vote sur le projet de réforme du système de santé Obamacare. Un politologue estime que Donald Trump va avoir de la peine à gérer ces dissensions. (Dimanche 26 mars 2017) Donald Trump a subi une lourde défaite politique vendredi, y compris auprès de son camp, avec la mise en échec de son projet phare de réforme du système de santé. Il a renoncé à faire voter son texte. Même s'il vante souvent ses talents de négociateurs, il n'a pas su convaincre sa majorité républicaine au Congrès, pourtant confortable. Neuf semaines après son arrivée au pouvoir, le 45e président américain a ainsi échoué sur une seconde promesse de campagne après le 'muslim ban'. Retour sur quelques échecs de ces premiers mois. (Image d'archive) Mettant à mal une autre promesse électorale, son décret limitant l'immigration en provenance de certains pays musulmans a en effet été bloqué deux fois par la justice, le 4 février, puis le 15 mars. L'administration du président Donald Trump a fait appel de cette décision du Maryland et promis d'aller jusque devant la Cour Suprême, si nécessaire. (Image d'illustration) L'affaire Flynn peut aussi être vue comme un revers de début de présidence: le conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn s'est vu poussé à la démission, le 13 février, après des révélations sur des contacts inappropriés avec la Russie. (Image d'illustration) Les soupçons de collusion entre l'entourage présidentiel et des responsables russes a d'ailleurs terni les premiers pas du 45e président américain. Le directeur du FBI a confirmé, le 20 mars, l'existence d'une enquête depuis juillet 2016 sur une éventuelle «coordination» entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement russe. Des accusations qualifiées de «fake news» par Donald Trump, mais qui nuisent à sa crédibilité. (Image d'archive) La Chambre des représentants n'a pas voté jeudi 23 mars sur un projet de détricotage de l'Obamacare. Ce report du vote à vendredi marque un revers pour Donald Trump. (Vendredi 23 mars 2017) Le magnat israélo-américain de l'audiovisuel Haim Saban, créateur de la saga des «Power Rangers», a été décoré mercredi d'une étoile sur le célèbre «Walk of Fame» à Hollywood. Il a profité des honneurs pour fustiger la politique anti-immigration du président Trump. (Mercredi 22 mars 2017) Les musulmans sont mobilisés contre le nouveau décret migratoire de Donald Trump, mais craignent une montée de l'islamophobie. (Dimanche 19 mars 2017) L'Allemagne «doit d'énormes sommes d'argent» à l'Otan et aux Etats-Unis qui lui «fournissent une défense très puissante et très coûteuse», a affirmé samedi sur Twitter le président américain Donald Trump, au lendemain d'une rencontre avec Angela Merkel. (Samedi 18 mars 2017) Un juge fédéral de Hawaï a décidé de bloquer pour l'ensemble des Etats-Unis la nouvelle mouture du décret anti-immigration de Donald Trump. (Mercredi 15 mars 2017) Des élus spécialisés dans le renseignement au Congrès américain ont affirmé ne pas disposer de preuves soutenant les accusations de mise sur écoutes lancées par le président américain Donald Trump contre son prédécesseur Barack Obama. (Mercredi 15 mars 2017) Plusieurs Etats démocrates accentuent leurs efforts judiciaires visant à suspendre le nouveau décret anti-immigration qui doit entrer en vigueur jeudi. (Lundi 13 mars 2017) Le président de la Fifa, Gianni Infantino, a mis en garde jeudi le président des Etats-Unis Donald Trump au sujet de son décret anti-immigration, qui pourrait rendre impossible une organisation de la Coupe du monde 2026 par les Etats-unis. (Jeudi 9 mars 2017) Des milliers de Centraméricains préfèrent demander l'asile au Mexique plutôt que d'affronter la politique migratoire de Trump. (Jeudi 9 mars 2017) Aucun élément ne permet d'étayer les soupçons de mise sur écoute de Donald Trump par Barack Obama, a déclaré le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants. (Mardi 7 mars 2017) Des médias avancent que Donald Trump aurait rencontré l'ambassadeur russe le 27 avril à Washington, mais la Maison Blanche perd la mémoire. (Mardi 7 mars 2017 - Image d'archive) Pour le sénateur Rand Paul, la nouvelle réforme de santé n'est rien d'autre qu'un «Obamacare light». Plusieurs conservateurs critiquent la mesure proposée par Trump. (Mardi 7 février 2017) Des manifestants pro et anti-Trump en sont venus aux mains à Berkeley. (Samedi 4 mars 2017) Donald Trump a accusé samedi son prédécesseur Barack Obama de l'avoir mis sur écoute dans une série de tweets, sans donner de détails ni de preuves. Il a reproché à l'ex-président d'être une «personne malfaisante (ou malade)». (4 mars 2017) Le ministre de la Justice va se déclarer incompétent dans toutes les investigations en cours ou à venir sur la Russie. (Jeudi 2 mars 2017) Plusieurs élus appellent à la démission du ministre de la Justice Jeff Sessions après des révélations du selon lesquelles il aurait été en contact avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis pendant la campagne. (Jeudi 2 mars 2017) Le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a mis en garde contre tout entrave dans les enquêtes sur les liens présumés entre Trump et Moscou. (Lundi 27 février 2017) Ildefonso Guajardo, ministre de l'Economie mexicain, prévient que son pays ne renégociera pas l'Aléna en cas de taxes américaines sur les produits mexicains. (Lundi 27 février 2017) L'ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad a écrit une lettre ouverte au président américain, auquel il reconnaît certaines vertus. (Dimanche 26 février 2017) Donald Trump a estimé que la capitale française n'était plus la même depuis les attentats de 2015. François Hollande l'a appelé à la retenue. (Samedi 25 février 2017) Depuis l'élection de Donald Trump, les Suisses semblent rechigner à suivre des cours de langue aux Etats-Unis. Une baisse de 15% a été enregistrée. (Jeudi 23 février 2017) Des dirigeants du monde entier, comme Donald Trump, propagent des discours de haine «diabolisant» certains groupes, une rhétorique «toxique» qui rend le monde plus dangereux, s'alarme Amnesty international. (Mercredi 22 février 2017) Milo Yiannopoulos, un rédacteur en chef de Breitbart News et grand défenseur de Donald Trump, a annoncé sa démission du site d'informations. (Mardi 21 février 2017) Des opposants à Donald Trump lors d'une manifestation à Los Angeles (Samedi 18 février 2017). Le vice-président américain Mike Pence avec le président du Conseil européen Donald Tusk, ce 20 février 2017. Cette visite a suscité une manifestation anti-américaine à Bruxelles. (lundi 20 février 2017) La visite du vice-président américain Mike Pence à Bruxelles a provoqué une levée de boucliers. Les Femen participent notamment à la manifestation pour montrer leur hostilité à la politique américaine. (lundi 20 février 2017) La politique américaine et la nouvelle administration Trump est notamment décriée à cause de décrets controversés pris dès les premiers jours de l'investiture du 45e président des Etats-Unis d'Amérique. (lundi 20 février 2017) Parmi les décrets controversés, l'emblématique décret migratoire, dit «anti-immigration» voire «anti-musulmans». Ce texte interdit l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays majoritairement musulmans, pendant 90 jours, et des réfugiés de toute nationalité pendant 120 jours. Un juge fédéral de Seattle a néanmoins temporairement bloqué ce décret.(lundi 20 février 2017) Le restaurant Oyamel, du célèbre chef José Andres, à Washington, a fermé ses portes pour protester contre la politique de Donald Trump. (Jeudi 16 février 2017) Plusieurs restaurants de la capitale, dont ceux du célèbre chef José Andrés, ont décidé de protester symboliquement contre le décret anti-migrants de Trump en fermant boutique le temps d'une journée. (Jeudi 16 février 2017) Le bureau d'éthique du gouvernement demande des sanctions contre Kellyanne Conway après que la conseillère de Trump a appelé à acheter les produits de sa fille Ivanka. (Mardi 14 février 2017) La décision du président américain d'interdire le financement d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement touchera des millions de femmes et mettra des vies en danger, ont mis en garde mardi Bill Gates et son épouse Melinda. (Mardi 14 février 2017) La créatrice de mode Mara Hoffman a invité à son défilé les quatre fondatrices de la marche des femmes du 21 janvier. Elles ont lu un plaidoyer contre la politique de Trump. (Lundi 13 février 2017) Le gouvernement semble avoir écarté dans l'immédiat un recours devant la Cour suprême des Etats-Unis au sujet du décret migratoire. (Lundi 13 février 2017) La présidente chilienne Michelle Bachelet et son homologue argentin Mauricio Macri ont dénoncé «la xénophobie et le protectionnisme commercial», visant Trump sans le nommer. (Dimanche 12 février 2017) La Maison Blanche confirme sa volonté d'accélérer les expulsions de clandestins, après une première vague la semaine dernière. (Dimanche 12 février 2017) 20'000 personnes ont défilé à Mexico contre Donald Trump. Ils étaient des dizaines de milliers dans le pays. (Dimanche 12 février 2017) Les proches de Guadalupe Garcia de Rayos se mobilisent : cette mère de deux enfants nés aux Etats-Unis a été renvoyée au Mexique au lendemain d'une visite de routine qu'elle avait effectuée auprès des autorités migratoires à Phoenix, dans l'Arizona. (Jeudi 9 février 2017) Une partie de l'équipe de Tadashi Shoji et la première mannequin à ouvrir le défilé portaient le désormais fameux bandana blanc, symbole de solidarité et d'inclusion à la Fashion Week de New York (Jeudi 9 février 2017) Après Tommy Hilfiger mercredi, la marque Calvin Klein a décidé elle aussi de mêler mode et politique à l'ère Donald Trump, en appelant à porter un «bandana de la tolérance» lors de son défilé vendredi à la Fashion Week de New York. (Jeudi 9 février 2017) Un mannequin porte les couleurs des pays visés par le décret de Donald Trump, devant une Cour d'appel de San Francisco qui a décidé de maintenir la suspension du décret. (Jeudi 9 février 2017) Une proche conseillère de Donald Trump a provoqué jeudi une nouvelle controverse sur les conflits d'intérêts à la Maison Blanche en appelant à acheter les produits de la fille aînée du président, Ivanka, retirés de la vente par une grande enseigne. (Jeudi 9 février 2017) Le nombre de réservations de voyages vers les Etats-Unis a diminué de 6,5% par rapport à l'an dernier depuis la signature du décret anti-immigration de Donald Trump. (Mercredi 8 février 2017) Le basketteur Stephen Curry a fait part de son malaise après les déclarations favorables à Trump du patron d'Under Armour, son principal sponsor. (Mercredi 8 février 2017) Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères canadienne, a rendu visite à Rex Tillerson, son homologue américain, à Washington. Elle a prévenu qu'une taxe douanière sur les produits canadiens entraînerait des mesures similaires en retour (Mercredi 8 février 2017) Le président a pris la défense de sa fille Ivanka, dont les produits ont été boycottés par la chaîne de magasins de luxe Nordstrom. (Mercredi 8 février 2017) Le président étasunien Donald Trump a dénoncé mercredi une justice «politisée». Il s'exprimait alors que le sort de son décret migratoire, actuellement suspendu, est entre les mains de trois magistrats d'une cour d'appel de San Francisco. (Mercredi 8 février 2017) Une manifestante à San Francisco contre le décret anti-migrants de Donald Trump. (Mardi 7 février 2017) L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, a estimé que le président américain Donald Trump, révélait «le vrai visage des Etats-Unis». (Mardi 7 février 2017) A West Palm Beach, en Floride, où Donald Trump passe le week-end avec sa famille, deux mille personnes ont défilé samedi soir à proximité de sa résidence de Mar-a-Lago. (Samedi 4 février 2017) A New York, où les manifestations anti-Trump sont devenues quasi-quotidiennes, quelque 3 000 personnes ont répondu à l'appel de la communauté homosexuelle pour témoigner de leur solidarité avec les musulmans. (Samedi 4 février 2017) La manifestation anti-Trump a rassemblé beaucoup de monde à Paris. (Samedi 4 février 2017) Plusieurs milliers de personnes se sont réunies samedi aux abords de l'ambassade des Etats-Unis à Londres. (Samedi 4 février 2017) A Berlin aussi, ils sont descendus dans la rue pour dénoncer le décret de Trump (Samedi 4 février 2017) La manifestation anti-Trump a rassemblé beaucoup de monde à Paris. (Samedi 4 février 2017) La numéro 2 du gouvernement suédois, Isabella Lövin, a publié vendredi une photo d'elle signant un projet de loi Climat entourée uniquement de collaboratrices. Une mise en scène rappelant un cliché critiqué du président américain Donald Trump. (Vendredi 3 février 2017) A défaut de pouvoir atteindre le président américain, l'opposition démocrate lui met des bâtons dans les roues en s'attaquant à son équipe. (Vendredi 3 février 2017) Le président américain Donald Trump a menacé jeudi de couper les financements fédéraux de l'université de Berkeley, où des manifestants ont violemment protesté la veille contre la venue d'un éditorialiste du site d'extrême droite Breitbart. (Jeudi 2 février 2017) Le mur frontalier entre les Etats-Unis et le Mexique devrait être construit d'ici deux ans, a estimé mercredi soir le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, John Kelly. (Jeudi 2 février 2017) Le président du Conseil européen a qualifié d'«inquiétantes» certaines déclarations de la nouvelle administration américaine. (mardi 31 janvier 2017) «Il aurait été plus prudent d'attendre de voir quelle sorte de président il deviendrait avant de demander à la reine de l'inviter. Maintenant, elle se retrouve dans une situation très difficile», estime l'ancien diplomate Lord Ricketts, ce mardi 31 janvier 2017. Une pétition signée par plus de 1,5 million de personnes demande au gouvernement britannique d'annuler la visite d'Etat de Donald Trump prévue en 2017 au Royaume-Uni, ce que la première ministre Theresa May a exclu lundi 30 janvier 2017. Ici à l'image, une manifestante brandit la photo probante du passé trouble de famille royale avec le régime nazi: il s'agit du duc de Windsor et de son épouse lors de leur rencontre avec Adolf Hitler en 1937. (mardi 31 janvier 2017) A Londres, une visite d'Etat de Donald Trump est agendée pour 2017. Elle suscite la controverse. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Londres et à travers le pays lundi soir pour appeler la première ministre Theresa May à l'annuler, ce qu'elle a exclu. (lundi 30 janvier 2017) Au lendemain du décret dit «anti-musulmans» et «anti-migrants» signé par Donald Trump et interdisant pour 90 jours l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays musulmans jugés dangereux (Irak, Iran, Yémen, Soudan, Libye, Somalie, Syrie), plusieurs manifestations ont eu lieu en signe de contestation dans le monde, dont ici à Londres où des dizaines de protestataires ont battu le pavé. (lundi 30 janvier 2017) «Etes-vous prêts à secouer le monde? Bienvenue dans la révolution de l'amour», a déclaré sur scène la chanteuse. (Samedi 21 janvier 2017) Madonna a surpris les manifestantes en les rejoignant lors de la« Marche des femmes contre Trump». (Samedi 21 janvier 2017) Une femme enlace sa fille pendant une marche de protestation contre l'investiture de Donald Trump en tant que nouveau président des Etats-Unis. (Samedi 21 janvier 2017) Les protestations contre l'arrivée de Donald Trump au pouvoir continuaient partout aux Etats-Unis et dans nombre d'autres pays, ce samedi 21 janvier 2017. Bonnets roses sur la tête, des milliers de personnes, dont une écrasante majorité de femmes, convergeaient samedi matin vers le centre de Washington. Leur objectif: manifester contre le nouveau président étasunien Donald Trump, investi la veille pour quatre ans. (Samedi 21 janvier 2017) A Londres, de nombreuses personnes ont défilé dans les rues pour manifester contre Trump. A Paris également, la mobilisation a été grande pour se dresser contre le sexisme du président américain. L'unique «Marche des femmes pour la dignité» organisée en Suisse a rassemblé quelque 2500 personnes, hommes et femmes de tous âges, samedi à Genève. (Samedi 21 janvier 2017) Par -2 degrés, le défilé est passé de la rive droite de la rade à la rive gauche, tandis que des automobilistes ont manifesté leur soutien en klaxonnant. (Samedi 21 janvier 2017) «Des ponts pas des murs», «Désobéissance», «La résistance est un devoir quand l'injustice devient la loi» ou encore «Le changement climatique est réel» pouvait-on lire en anglais sur les pancartes brandies par les participants. (Samedi 21 janvier 2017) Des milliers de personnes, hommes et femmes confondus, ont défilé samedi pour protester contre le mépris de Donald Trump envers les femmes. Ici à Prague. (samedi 21 janvier 2017) Quelque 600 marches sont annoncées, dont une à Genève. Ici celle de Prague. (samedi 21 janvier 2017) A Prague. (samedi 21 janvier 2017) A Amsterdam. (samedi 21 janvier 2017) A Amsterdam. (samedi 21 janvier 2017) A Bangkok, en Thaïlande. (samedi 21 janvier 2017) A Bangkok en Thaïlande. (samedi 21 janvier 2017) A Kolkata, en Inde. (samedi 21 janvier 2017) A Sydney et Melbourne, en Australie, mais également à Wellington et à Auckland, en Nouvelle-Zélande, des opposants au nouveau président américain ont commencé de protester contre le mépris montré régulièrement envers les femmes par Donald Trump. (21 janvier 2017) Ici à Sydney. (21 janvier 2017) Ici à Sydney. (21 janvier 2017) Ici à Sydney. (21 janvier 2017) Ici à Sydney. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017) Ici à Melbourne. (21 janvier 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

L'administration Trump a annoncé jeudi son intention de faire appel de la suspension de son second décret migratoire qui bannit l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de six pays musulmans.

«Nous avons l'intention de faire appel de cette décision erronée», a déclaré Sean Spicer, porte-parole de l'exécutif américain. Dès mercredi, Donald Trump avait promis d'aller «jusqu'à la Cour suprême» pour défendre ce texte controversé, dénonçant «un abus de pouvoir sans précédent».

Deuxième version du décret

Un juge fédéral américain a bloqué mercredi, pour l'ensemble des Etats-Unis, la deuxième version du décret anti-immigration de Donald Trump. Cette décision inflige un nouveau revers judiciaire au président républicain sur une des mesures phares de sa présidence.

Le magistrat de Hawaï Derrick Watson a estimé que la version révisée du décret migratoire comporte le risque «probable» de créer un «préjudice irréparable». La mise en application du nouveau texte aurait dû débuter jeudi à 00h00 (05h00 suisses).

Requête déposée

Le juge s'appuie notamment sur plusieurs déclarations de Donald Trump à l'encontre des musulmans, notamment pendant sa campagne électorale, pour avancer que le décret comporte «des preuves significatives et non réfutées d'animosité religieuse». Tenant mercredi soir une réunion publique à Nashville (sud), le président américain a dénoncé la décision «erronée» d'une justice qui, selon lui, commet ainsi «un abus de pouvoir sans précédent». Il a promis d'aller jusqu'à la Cour suprême.

Derrick Watson répondait à une requête déposée par l'Etat de Hawaï, qui jugeait le second décret discriminatoire à l'égard des musulmans, et en cela contraire au Premier amendement de la Constitution américaine. La suspension provisoire doit laisser le temps à l'examen d'autres arguments. Le juge Watson a fixé une audition accélérée pour déterminer si elle devait être prolongée.

Autres recours

Jeudi matin, un magistrat de l'Etat du Maryland (est) a également rendu une décision suspendant, seulement en partie, le décret. Celui-ci avait pourtant été expurgé de ses éléments les plus contestés.

Le juge du Maryland Theodore Chuang a indiqué avoir fondé son opinion sur des déclarations passées de M. Trump et de ses conseillers, qui l'ont convaincu que le décret était «la concrétisation, envisagée depuis longtemps, de l'interdiction d'entrée (aux Etats-Unis) aux musulmans».

Le juge Chuang avait été saisi par une coalition d'organisations de défense des libertés et des réfugiés, dont la puissante American Civil Liberties Union (ACLU). «La Constitution a une fois de plus permis de freiner le décret scandaleux et diffamatoire» du président américain, s'est félicitée l'organisation après le jugement de Hawaï.

L'Irak retiré

Le nouveau décret «ne fait aucune distinction entre les religions», avait toutefois insisté Jeffrey Wall, l'avocat du gouvernement durant les audiences de la journée, certaines se déroulant par téléphone.

Le second décret, désormais bloqué, prévoyait de fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier et de suspendre l'octroi de visas durant 90 jours pour les ressortissants d'Iran, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan et du Yémen.

Le dispositif, qui ne concerne plus l'Irak et exempte les détenteurs de visas et de «cartes vertes», sésames des résidents permanents, était pourtant atténué par rapport au premier décret adopté le 27 janvier.

Nouvelle décision à Seattle

Son application avait été bloquée le 3 février. Cette décision d'un juge de Seattle, James Robart, avait ensuite été validée par une cour d'appel de San Francisco, le 9 février, poussant le président républicain à revoir sa copie. validée par une cour d'appel de San Francisco, le 9 février, poussant le président républicain à revoir sa copie.

Le juge Robart, également saisi sur le deuxième décret, doit rendre une nouvelle décision après avoir entendu mercredi en audience les parties.

Pas convaincus

Ces derniers jours, le président et ses principaux ministres, Rex Tillerson (Affaires étrangères), Jeff Sessions (Justice) et John Kelly (Sécurité intérieure), ont défendu un texte «vital» pour la sécurité nationale, face à des menaces d'attentats ne cessant selon eux d'évoluer.

Mais les opposants au décret ne sont pas convaincus de cette urgence. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les attaques les plus graves aux Etats-Unis ont été commises soit par des Américains, soit par des ressortissants ne provenant pas des pays visés par le décret.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • No Pasaran le 16.03.2017 07:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci

    Ça fait plaisir de voir que la justice de ce pays est encore le dernier rempart à la dictature

  • OK le 16.03.2017 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonne chance à tous!

    Les Américains ont élu un président qui apprend encore à faire de la politique.

  • Rakken le 16.03.2017 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mr me

    Non mais il a pas des conseillers juridiques pour faire ses décrets ? Il les pond pas comme ça non, il devrait peut-être revoir son entourage...

Les derniers commentaires

  • perso c'est ma vision le 16.03.2017 17:22 Report dénoncer ce commentaire

    le mur n'est que prétexte

    le mur n'est qu'un prétexte ! Ce n'est pas un mur qui empêchera un attentat malheureusement ! Il n'y a que les naïfs qui puissent le croire. A force de chercher des noises il va finir par provoquer une 3ème guerre mondiale. Et vu comme il s'arme, on finit par croire que c'est son but, enfin y a de quoi se poser des question. Il est dérangé cet homme. Et ça fait peur qu'un homme autant peu compétent que lui soit au pouvoir

  • Suisse et fier de l'être finalement le 16.03.2017 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Bonn chance à eux

    Il est certain que "présider" quotidiennement à coup de fake, accusations sans preuve, injures sur les autres n'est pas un comportement rationnel. C'est inadmissible et non digne de la part d'un Président ! Pour la sécurité du pays, un bilan psychologique devrait être ordonné. Heureusement que la Justice fait rempart contre lui. Pauvre peuple dans la tumulte. Finalement on est pas si mal chez nous en Suisse, malgré les grincheux qui arrivent toujours à rouspéter lorsque ça ne va pas dans leur sens.

    • oui c'est Dallas là le 16.03.2017 16:37 Report dénoncer ce commentaire

      Suisse et fier de l'être finalement

      Eh oui et quand je pense que certains ont eu le culot de critiquer OBAMA ! Lui, humain, charismatique, la classe, respectueux, un homme BIEN. Et voilà qu'on nous flanque un polichinelle au pouvoir qui pense jouer dans une émission de télé-réalité ! Il est TRES loin de la réalité ce type et ses caprices ne se réalisant, plus du coup, il passe sa rage sur tweeter ! On voit qu'il a grandi et vécu sur des liasses de dollars ! Et qu'il vit sur une autre planète ! celle du riche qui n'a jamais connu ni la faim ni les fins de mois difficiles ! Il est perdu ce type

    • Sandra le 16.03.2017 22:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Suisse et fier de l'être finalement

      Je suis aussi fière d'être Suisse et vivre, certes les gens passent leur temp à râler pour rien, aux usa, il y a beaucoup de chose à faire, l'assurance maladie par exemple, le manque d'hygiène dans les grande surfaces sans parler des hôpitaux. Actuellement 30 millions d'américains ne sont pas assuré, des 7 présidents aucun n'a réussi à changer les choses. J'ai une fille qui vit à New York et je peux vous dire que je regrette actuellement de l'avoir laissé partir, j'étais fière les débuts qu'on s'intéresse à elle autant que danseuse, sans audition au préalable dans une grande compagnie.

    • Pierre V.. le 17.03.2017 08:28 Report dénoncer ce commentaire

      @Sandra

      Faux Sandra, Obama avait enfin réussi à mettre en place lObama-care que Trump s'est empressé de démanteler avec grand plaisir mais en toute ignorance également ! J'ai des amis aussi qui vivent à New-York.

  • Flex le 16.03.2017 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Sombre avenir

    On vous l'avait dit qu'il ne pourrait pas faire ce qu'il veut. Je ne suis pas pro Trump, de toute façon ce sont tous les mêmes. Mais c'est très intéressant depuis tout ça de voir comment se comporte la presse et les médias en générales. Ca en met un coup à leur "neutralité" et ça montre qu'il ont bien travailler depuis des années vu le comportement automatisé d'une grande partie de la population. Quoi qu'il en soit on est mal barré. Soit le capitalisme fini sont oeuvre de destruction, soit le raz le bol va devenir tellement insupportable que ça va aussi mal finir. Ca promet....

    • Des jours sombres oui le 16.03.2017 17:18 Report dénoncer ce commentaire

      @Flex

      Je ne vois pas le rapport avec la presse et les médias. Si on entendait autant peu parler d'Obama, c'est simplement qu'il ne faisait pas autant de frasques que Trump et qu'il n'était pas fêlé comme lui à faire des coups de gueule sur Tweet et à accuser et injurier les gens sans cesse. Il ne sait qu'aboyer ce type. Au vu de SON comportement tellement irrationnel, la presse ne peut que parler de cet énergumène SVP ! on va pas le nier non ? On a jamais vu un "président" si déjanté faut pas se voiler la face purée

  • Thychoux le 16.03.2017 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Terrorisme

    Je trouve tellement triste de réagir seulement après un attenta terroriste. Trump essaie de prévenir au lieu de guérir avec ces décrets. C'est triste de bloque des gens qui n'ont rien fait mais si sa peut sauver des vies.

    • Nom prénom le 16.03.2017 11:37 Report dénoncer ce commentaire

      @Thychoux

      Ne pensez vous pas plutôt que derrière ce décret qui est surréaliste ce cache autre chose ? parfois il faut voir un peu plus loin ... N'êtes vous pas au courant de la criminalité qui se passe aux USA ? Des tueries des gangs présents dans le pays ? Proportionnellement il y a Beaucoup + de meurtres faits par des américains que par des djihadistes ! il faut cesser de faire répandre la paranoïa pour parvenir à d'autres fins ! Non mais franchement est vous si facilement embobinable ? Le terrorisme existant au sein des USA n'a pas attendu les djihadistes voyons ! Ce n 'est qu'un prétexte

    • J. Laurent le 16.03.2017 12:53 Report dénoncer ce commentaire

      @@Thychoux

      Vous êtes peu réaliste là. Ne pensez vous pas que si attentat il doit y avoir, cela peut tout aussi bien se passer avec des gens ayant grandi dans le pays d'accueil ? Voyez en France. Pensez vous que le décret de Trump aurait pu empêcher l'attentat de 2001 ? Sérieusement ??? Les frontières sont finalement virtuelles et n'empêche pas un attentat s'il est malheureusement commandité

  • Norbert de Souplesault le 16.03.2017 10:07 Report dénoncer ce commentaire

    Aller les moutons!

    Quel bonheur de voir les pro et anti Trump se déchirer. Un magnifique spectacle de l'idiotie des masses qui perdent leur énergie sur des sujets auxquels ils ne peuvent rien. Je veux juste rappeler que Trump ou Hillary, ce sont les riches qui gagnent! Pour nous, simples citoyens, rien ne change réellement. Mais, entretuez-vous, engueulez-vous, ça fait du trafic sur le web et ça vous fait oublier les vrais sujets importants. Je comprends les riches en fait, il y a vraiment de quoi nous mépriser nous les "sans-dents". Autant se marrer avec eux, c'est déjà ça de pris!

    • Marc Devinci le 16.03.2017 11:15 Report dénoncer ce commentaire

      @Norbert de Souplesault

      Je ne suis pas riche et je ne suis pas sans dents non plus, je me respecte déjà moi même et c'est déjà pas mal. Vous visiblement n'avez pas beaucoup d'estime ... Votre commentaire méprisant reflète votre état d'esprit. Je vous plains sincèrement, tout est dit.

    • @Norbert de .... le 16.03.2017 13:28 Report dénoncer ce commentaire

      du vent

      Finalement tu y trouves ton compte Norbert puisque tu y trouves du bonheur en lisant ces commentaires ... alors au lieur de commenter stupidement, passe ton chemin soit sympa

    • Sandra le 16.03.2017 23:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Norbert de Souplesault

      Votre commentaire n'a rien avoir avec ce qui se passe actuellement t croyez moi je connais des riches sans dents, je vis simplement et cela ne m'empêche pas de penser à la jeunesse actuelle et à leurs avenirs, alors réfléchissez avant de commenter quoique ce soit.........