Attentat de Berlin

25 décembre 2016 08:20; Act: 25.12.2016 15:39 Print

Amri a vécu deux semaines en Suisse, selon son frère

Un des frères de l'auteur présumé de l'attentat au camion fou, ayant fait 12 morts lundi à Berlin, raconte que ce dernier a tenté en vain de trouver du travail dans notre pays avant de partir pour l'Allemagne.

Voir le diaporama en grand »
Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017) Les autorités allemandes ont fermé une mosquée radicale de Berlin qui était fréquentée par Anis Amri, l'auteur de l'attentat au camion bélier contre un marché de Noël en décembre. (Mardi 28 février 2017) La Tunisie doit cesser de bloquer les expulsions de ses ressortissants et aider à juguler la migration vers l'Europe: tel est le message qu'Angela Merkel compte adresser à son homologue tunisien Youssef Chahed. (Mardi 14 février 2017) L'arme utilisée par Anis Amri, le terroriste de Berlin, a été importée en Suisse au début des années 90. (Mercredi 18 janvier 2017) Anis Amri a utilisé au moins quatorze identités, en Allemagne, a révélé la police. (Jeudi 5 janvier 2017) Anis Amri «est arrivé dans la gare de Bruxelles-Nord le 21 décembre vers 19h (18h GMT), en provenance d'Amsterdam», selon le parquet fédéral belge qui s'appuie sur des images de vidéosurveillance. Cette information a pu être obtenue par la police fédérale des chemins de fer de Bruxelles, qui «a visionné l'ensemble des images vidéo filmées de la gare». Il serait resté à Bruxelles jusqu'à 21h (20h GMT), selon le parquet belge. (Jeudi 5 janvier 2017) Le Ministère public de la Confédération, en collaboration avec Fedpol, enquête sur des liens possibles d'Anis Amri avec la Suisse. (Mercredi 4 janvier 2017) Un Tunisien de 26 ans a été interpellé en Allemagne, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Berlin, survenu le 19 décembre. (Mercredi 4 janvier 2017) La police scientifique italienne a comparé les douilles des balles tirées à Berlin ainsi qu'à Sesto San Giovanni, dans l'agglomération nord de Milan. La comparaison balistique ne laisse aucun doute.(Mercredi 4 janvier 2017) L'arme dont a fait usage en Italie le terroriste présumé Anis Amri est aussi celle ayant servi à tuer le chauffeur polonais du camion volé utilisé lors de l'attentat de Berlin le 19 décembre, a révélé mercredi la police italienne.(Mercredi 4 janvier 2017) Des perquisitions visant deux connaissances de l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, Anis Amri, ont eu lieu dans la capitale allemande (mardi 3 janvier 2017) Le gouvernement allemand veut une refonte des services de sécurité. (Mardi 3 janvier 2017) Le président polonais Andrzej Duda et des centaines de compatriotes ont assisté vendredi à l'enterrement de Lukasz Urban, le chauffeur polonais dont le camion a servi à commettre l'attaque sur un marché de Noël à Berlin le 19 décembre. (Vendredi 30 décembre 2016) Des centaines de camionneurs polonais ont eux fait résonner les klaxons de leurs poids-lourds à travers tout le pays au moment des obsèques de Lukasz Urban. (Vendredi 30 décembre 2016) Une image d'une caméra de surveillance montre Anis Amri à Turin, le 23 décembre dernier (Mercredi 28 décembre 2016) De nouveaux éléments de l'enquête ont permis d'établir qu'Anis Amri était passé par les Pays-Bas pour rejoindre la France, avant d'échouer en Italie, où il a été abattu. (Mercredi 28 décembre 2016) Un chauffeur britannique, Dave Duncan, a lancé une récolte de fonds en ligne en faveur du camionneur polonais retrouvé mort dans le camion qui a servi à commettre l'attentat. (24 décembre 2016) La collecte lancée par ce Britannique avait déjà récolté l'équivalent de près de 180'000 francs. (24 décembre 2016) La Tunisie a arrêté trois personnes liées à Anis Amra, dont son neveux, le samedi 24 décembre 2016. (ici, le frère d'Anis Amri, également suspecté d'avoir été en lien avec l'auteur des attentats.) Les hommages pleuvaient pour Luca Scatà, 29 ans, jeune policier d'origine sicilienne encore en formation et pour son partenaire , 36 ans. (Vendredi 23 décembre 2016) L'homme abattu dans la nuit à Milan par la police est «sans l'ombre d'un doute» l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, le Tunisien Anis Amri, a confirmé le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti. Il a été abattu lors d'un contrôle de police de routine alors qu'il a sorti «sans hésiter» une arme. (23 décembre 2016) L'homme abattu dans la nuit à Milan par la police est «sans l'ombre d'un doute» l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, le Tunisien Anis Amri, a confirmé le ministre italien de l'Intérieur Marco Minniti. Il a été abattu lors d'un contrôle de police de routine alors qu'il a sorti «sans hésiter» une arme. (23 décembre 2016) Le Tunisien Anis Amri, a été abattu dans une fusillade à Milan, dans le nord de l'Italie. (23 décembre 2016) L'Allemagne a peut-être échappé à un nouvel attentat. Les autorités ont annoncé avoir arrêté deux personnes soupçonnées de préparer une attaque contre un centre commercial. (Vendredi 23 décembre 2016) Les autorités allemandes ont annoncé jeudi que les empreintes digitales du suspect tunisien de l'attentat de Berlin ont été retrouvées sur le camion-bélier. (Jeudi 22 décembre 2016) En état de choc, la famille d'Anis Amri, principal suspect dans l'attaque de Berlin, affirme qu'il avait quitté sa ville pauvre de Tunisie avec l'espoir de trouver une vie meilleure en Europe. (Jeudi 22 décembre 2016) «L'ambiance est lourde» mais la volonté d'être «fort» face au «terrorisme» est bien là. Pour sa réouverture jeudi, moins de trois jours après l'attentat au camion-bélier, les badauds étaient au rendez-vous au marché de Noël de Berlin où douze personnes ont péri. (Jeudi 22 décembre 2016) La police anti-terroriste allemande a procédé jeudi matin à quatre interpellations à Dortmund. Deux appartements ont été perquisitionnés. (22 décembre 2016) Ces arrestations sont probablement en lien avec la recherche du suspect de l'attentat de Berlin, rapportent les chaînes de télévision WDR et N-TV. (22 décembre 2016). La chaîne d'information en continu N-TV indique que les quatre personnes sont des proches du suspect tunisien recherché par toutes les polices du pays, qui ont été contact avec lui en début d'année. (22 décembre 2016) Selon des médias allemands, quatre individus en lien avec le terroriste ont été arrêtés à Dortmund ce jeudi matin. (22 décembre 2016) Les autorités allemandes ont décidé ce jeudi 22 décembre de rouvrir le marché de Berlin qui a été la cible d'un attentat terroriste. 12 personnes sont mortes et des dizaines de blessés sont à déplorer. Le parquet anti-terroriste allemand a identifié mercredi le suspect de l'attentat au camion-bélier de Berlin comme étant Anis Amri, un ressortissant tunisien de 24 ans, et publié un avis de recherche assorti d'une récompense. (Mercredi 21 décembre 2016) La photo du suspect tunisien. L'homme serait connu sous trois identités différentes. Il est connu des services de police pour des coups et blessures, mais il a disparu avant d'être jugé. (Mercredi 21 décembre 2016) François Hollande a signé le registre de condoléances à l'ambassade d'Allemagne à Paris. De gauche à droite: l'ambassadeur allemand Nikolaus Meyer-Landrut, le secrétaire européens aux Affaires étrangères Harlem Desir, le premier ministre Bernard Cazeneuve, le président français François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault. (21 décembre 2016) Après l'attentat de Berlin, un débat s'est engagé sur les mesures de sécurité en Allemagne, pays jusqu'ici épargné par les attaques de grande ampleur. (21 décembre 2016) La chancelière Angela Merkel s'est montrée très éprouvée ce 20 décembre, au lendemain des attentats. Elle a été attaquée par la droite populiste, l'accusant de pratiquer une politique d'accueil migratoire trop généreuse. «Ce sont les morts de Merkel!», a notamment dénoncé l'un des responsables du mouvement Alternative pour l'Allemagne (AfD), Marcus Pretzell, sur son compte Twitter. Les joueurs ont observé une minute de silence en hommage aux victimes avant le match de Bundesliga entre Dortmund et le FC Augsburg. (mardi 20 décembre 2016) Un rassemblement de «musulmans pour la paix» a eu lieu ce mardi 20 décembre au pied de l'Eglise du Sauveur où est survenu l'attentat hier à Berlin. La porte de Brandebourg, symbole de Berlin réunifié devenu symbole de l'Etat, est illuminé ce mardi 20 décembre 2016 aux couleurs de l'Allemagne, au lendemain de l'attentat au camion-bélier qui a coûté la vie au moins à 12 personnes, en blessant une cinquantaine d'autres, dans un marché de Noël de l'ouest de la capitale. Le président Barack Obama, actuellement en vacances à Hawaï, a appelé lundi soir la chancelière allemande Angela Merkel pour lui présenter ses condoléances et offrir l'aide des Etats-Unis. De gauche à droite, le maire de Berlin Michael Mueller, Angela Merkel, le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière et l'ancien ministre Frank-Walter Steinmeier ont déposé des fleurs sur les lieux du drame (Mardi 20 décembre 2016). Avec les mots-clés #PrayforBerlin et #IchbineinBerliner, de nombreux internautes ont affiché leur soutien aux Berlinois frappés lundi par un terrible attentat (Mardi 20 décembre 2016). Cette image capturée depuis une vidéo montre un policier plaçant un suspect dans un véhicule (Mardi 20 décembre 2016). Il s'agit d'un poids lourd appartenant à une société de transport polonaise, qui n'a plus de nouvelles de son chauffeur. Un corps sans vie a été retrouvé dans le camion après le drame. Il pourrait s'agir du routier (Mardi 20 décembre 2016). La police berlinoise a aussi annoncé que le conducteur du poids lourd avait «délibérément» foncé sur la foule (Mardi 20 décembre 2016). La chancelière allemande Angela Merkel a confirmé qu'il s'agissait d'«une attaque terroriste» (Mardi 20 décembre 2016). La carcasse du camion fou devait être déplacée par la police allemande mardi matin (Mardi 20 décembre 2016). Les journalistes devant la carcasse du camion fou mardi matin (Mardi 20 décembre 2016). Bougies et fleurs commencent à être déposés sur le marché de Noël ravagé par le camion à Berlin. (Mardi 20 décembre 2016). Des ambulances sur le lieu du drame. Image du milieu de la nuit. (Mardi 20 décembre 2016). La police allemande est en train d'inspecter le camion meurtrier, dans la nuit de lundi à mardi. Le bilan est désormais de 12 morts. (Mardi 20 septembre 2016). La police allemande est en train d'inspecter le camion meurtrier, dans la nuit de lundi à mardi. Le bilan est désormais de 12 morts. (Mardi 20 septembre 2016). La police allemande est en train d'inspecter le camion meurtrier, dans la nuit de lundi à mardi. Le bilan est désormais de 12 morts. (Mardi 20 septembre 2016). La police allemande est en train d'inspecter le camion meurtrier, ce 19 décembre 2016 selon des images qui nous parviennent ce jour à 23 heures. (Mardi 20 septembre 2016). La police allemande est en train d'inspecter le camion meurtrier, ce 19 décembre 2016 selon des images qui nous parviennent ce jour à 23 heures. Ce camion est présenté par l'AFP comme étant celui qui a foncé sur la foule dans le marché de Noël à Berlin ce lundi 19 décembre 2016. Le marché de Noël où le camion a foncé sur les badauds en roulant sur un trottoir se trouve en plein centre de la ville, à deux pas de l'Eglise du Souvenir, une des principales attractions touristiques berlinoises, et d'une avenue très commerçante,le Kurfürstendamm. (lundi 19 décembre 2016) Les secours sont à pied d'oeuvre après l'attaque au camion meurtrier en plein marché de Noël à Berlin, ce lundi 19 décembre 2016. La zone a été sécurisée. (lundi 19 décembre 2016) Les secours sont à pied d'oeuvre après l'attaque au camion meurtrier en plein marché de Noël à Berlin, ce lundi 19 décembre 2016. A 22 heures, le bilan provisoire de ce probable attentat au camion fou est de 9 morts et une cinquantaine de blessés. (lundi 19 décembre 2016) A 22 heures, le bilan provisoire de ce probable attentat au camion fou est de 9 morts et une cinquantaine de blessés. (lundi 19 décembre 2016) A 22 heures, le bilan provisoire de ce probable attentat au camion fou est de 9 morts et une cinquantaine de blessés. (lundi 19 décembre 2016) A 22 heures, le bilan provisoire de ce probable attentat au camion fou est de 9 morts et une cinquantaine de blessés. (lundi 19 décembre 2016) A 22 heures, le bilan provisoire de ce probable attentat au camion fou est de 9 morts et une cinquantaine de blessés. (lundi 19 décembre 2016) La police est sur les dents après qu'un camion eut foncé sur la foule du marché de Noël à Berlin. (lundi 19 décembre 2016) La police est sur les dents après qu'un camion eut foncé sur la foule du marché de Noël à Berlin. Les secours sont à pied d'oeuvre. (lundi 19 décembre 2016) Les secours sont à pied d'oeuvre. (lundi 19 décembre 2016) Cette photo issue d'une capture d'écran d'une vidéo montre l'intervention des services de secours après que le camion eut foncé dans la foule en plein marché de Noël dans la capitale allemande. (lundi 19 décembre 2016) Les services de secours sont à pied d'oeuvre après cette attaque qui a fait au moins 9 morts et une cinquantaine de blessés, selon un bilan provisoire aux alentours de 21h30 ce lundi 19 décembre 2016.(lundi 19 décembre 2016) Marché de Noël de Berlin, après l'attaque, lundi 19 décembre 2016.(lundi 19 décembre 2016) Marché de Noël de Berlin, après l'attaque, lundi 19 décembre 2016.(lundi 19 décembre 2016) Les services de secours sont à pied d'oeuvre après cette attaque qui a fait au moins 9 morts et une cinquantaine de blessés, selon un bilan provisoire aux alentours de 21h30 ce lundi 19 décembre 2016.(lundi 19 décembre 2016) La police et les secours se sont rendus immédiatement sur les lieux, le marché de Noël de la Breitscheidplatz à côté de l'avenue Kurfuerstendamm, dans l'ouest de Berlin. (lundi 19 décembre 2016) La police et les secours se sont rendus immédiatement sur les lieux, le marché de Noël de la Breitscheidplatz à côté de l'avenue Kurfuerstendamm, dans l'ouest de Berlin. (lundi 19 décembre 2016) Le 19 décembre 2016, un camion a foncé sur un marché de Noël dans le centre de Berlin. (lundi 19 décembre 2016) Il s'agit d'un attentat, a confirmé la police allemande. (lundi 19 décembre 2016) Avant que le camion ne fonce dans la foule, un photographe prenait des images du paisible marché de Noël où les Berlinois et les touristes prenaient plaisir à se restaurer et à faire leurs emplettes, ce lundi 19 décembre 2016.

Sur ce sujet
Une faute?

«Aucun lien direct n’a jusqu’ici été constaté entre le Tunisien Anis Amri et la Suisse.» C'est ce qu'avait dit vendredi à l’ATS la porte-parole de l'Office fédéral de la police (fedpol), Lulzana Musliu. Elle avait néanmoins ajouté qu'un séjour éventuel de ce dernier sur sol helvétique «ne pouvait pas encore être exclu».

Des recherches menées par la «SonntagsZeitung» semblent désormais conforter cette théorie. Selon le dominical, qui a pu parler avec Walid Amri, un des frères de l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, ce dernier a vécu jusqu'à deux semaines en Suisse en mai 2015. Sa soeur explique qu'il a tenté en vain de trouver du travail dans notre pays avant de partir pour l'Allemagne.... par crainte de se faire pincer dans un contôle de police en Suisse.

Arrêté et relâché après deux jours

Selon le «New York Times», Amri avait prévu de revenir en Suisse cet été. Le journal écrit qu'il se trouvait dans un bus pour Zurich en juillet de cette année. Mais avant son entrée sur sol helvétique, il avait été arrêté lors du contrôle des passagers par la police fédérale allemande à Friedrichshafen. Celle-ci avait néanmoins dû le relâcher après deux jours parce que la Tunisie refusait de lui émettre des papiers d'identité, ce qui aurait permis à l'Allemagne de l'expulser vers son pays d'origine.

Quant aux autorités suisses, elles n'ont pour l'heure aucune trace des activités d'Amri sur sol helvétique, écrit la «SonntagsZeitung».

Abattu à Milan

Samedi, trois personnes liées à Anis Amri ont été interpellées en Tunisie. Le ministère de l'Intérieur a indiqué que le neveu et les deux autres jihadistes étaient membres d'une «cellule terroriste (...) liée» à Anis Amri. Il n'a toutefois pas mentionné de lien avec l'attaque de Berlin.

Anis Amri a été abattu dans la nuit de jeudi à vendredi à Milan (nord) lors d'un contrôle de la police italienne, mettant fin à une chasse à l'homme en Europe de quatre jours.

(ofu)