Confusion au Zimbabwe

15 novembre 2017 04:10; Act: 15.11.2017 12:10 Print

Le chef de l'armée «défie» Robert Mugabe

Des échanges de tirs près de la résidence du président Mugabe ont alimenté dans la nuit les rumeurs sur un possible putsch.

Sur ce sujet
Une faute?

L'armée a pris le pouvoir au Zimbabwe aux premières heures de mercredi. Elle dit viser les «criminels» dans l'entourage de Robert Mugabe, tout en assurant que le président de 93 ans au pouvoir depuis 37 ans et sa famille sont «sains et saufs».

Des soldats ainsi que des véhicules blindés bloquent les voies d'accès aux principaux ministères, au Parlement et aux tribunaux dans le centre de Harare, la capitale du pays, a constaté un journaliste de Reuters.

«Nous visons uniquement des criminels de son entourage (Mugabe), qui commettent des crimes à l'origine de souffrances économiques et sociales dans le pays, dans le but de les traduire en justice», a déclaré le général SB Moyo, chef d'état-major logistique, lors d'une allocation télévisée. «Dès que nous aurons accompli notre mission, nous pensons que la situation reviendra à la normalité», a-t-il ajouté.

Sort de Mugabe inconnu

Le sort de Robert Mugabe et de son épouse Grace, 52 ans, candidate à la succession de son mari à la présidence, reste inconnu.

La principale formation d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a appelé à un retour pacifique à la démocratie constitutionnelle, disant espérer que l'intervention militaire débouche sur «l'établissement d'un Etat-nation stable, démocratique et progressiste».

L'influent chef de file des anciens combattants de la guerre de libération, Chris Mutsvangwa, a lui appelé les Etats de la région et notamment l'Afrique du Sud, ainsi que les pays occidentaux, à réinvestir au Zimbabwe. Le déclin économique de ce pays ces 20 dernières années a pesé sur l'ensemble de l'Afrique australe.

«C'est la fin d'un chapitre très triste et très douloureux dans l'histoire d'un jeune pays, dans lequel un dictateur, en devenant vieux, s'en est remis à une bande de voleurs autour de sa femme», a déploré Chris Mutsvangwa.

Ministre des finances détenu

Le ministre des Finances Ignatius Chombo, un des dirigeants de la «Génération 40 (G40)», groupe formé au sein du parti au pouvoir Zanu-PF et dirigé par Grace Mugabe, est détenu par l'armée, apprend-on dans l'entourage du gouvernement.

Robert Mugabe, considéré comme un «grand monsieur» en Afrique mais comme un despote à l'étranger, préside l'ancienne colonie britannique depuis la fin 1987, après en avoir été le Premier ministre de 1980 à 1987.

Il est devenu très impopulaire en Occident pour sa gestion déstrastreuse de l'économie de son pays et pour sa volonté de se maintenir au pouvoir par la violence.

Avant le discours prononcé par l'armée à la télévision, des soldats s'étaient déployés dans les rues d'Harare puis s'étaient emparés du siège de la ZBC, la radio-télévision publique, porte-voix du président nonagénaire.

Eviction de Mnangagwa dénoncée

Le Zimbabwe est sous haute tension depuis lundi, jour où le chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga, a adressé un avertissement sans précédent à la Zanu-PF (Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique) pour dénoncer l'éviction la semaine dernière du vice-président Emmerson Mnangagwa.

Constantino Chiwenga avait prévenu que l'armée n'hésiterait pas à intervenir pour «protéger notre révolution». Longtemps considéré comme le dauphin du président Mugabe et favori pour lui succéder, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a été démis de ses fonctions pour «déloyauté» le lundi 6 novembre. La veille, l'épouse du président, Grace Mugabe, l'avait traité de comploteur.

CDAA prête à aider

La Communauté de développement d'Afrique australe (CDAA) a affirmé dans ce contexte être prête à apporter son aide dans la crise qui secoue le Zimbabwe.

Fidèle soutien de son collègue Mugabe, le président sud-africain Jacob Zuma, qui s'exprimait au nom l'organisation comptant 15 membres dont le Zimbabwe, a appelé au calme et exprimé le voeu que l'intervention de l'armée ne déboucherait pas «sur un changement inconstitutionnel de gouvernement». Il a appelé l'armée et le gouvernement zimbabwéen à résoudre leur différend de façon amicale.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • lolo le 15.11.2017 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut qu'il parte !

    Avant Mugabe, le Zimbabwe était l'un des pays les plus riches d'Afrique.

  • Dave le 15.11.2017 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mieux comme ça

    C'est bien. à 93 tu ne comprends plus rien et ce n'est pas avec sa femme de 52 ans malade d'$ et de pouvoir qu'ils vont retrouver une démocratie. Plus d'espoir avec un militaire qui après une période de transition remet le pouvoir au peuple (du moins on l'espère).

  • fritz le 15.11.2017 12:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ben oui

    un éternel recommencement de la violence et le peuple en ce moment?

Les derniers commentaires

  • Dave le 15.11.2017 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Mieux comme ça

    C'est bien. à 93 tu ne comprends plus rien et ce n'est pas avec sa femme de 52 ans malade d'$ et de pouvoir qu'ils vont retrouver une démocratie. Plus d'espoir avec un militaire qui après une période de transition remet le pouvoir au peuple (du moins on l'espère).

  • fritz le 15.11.2017 12:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ben oui

    un éternel recommencement de la violence et le peuple en ce moment?

  • lolo le 15.11.2017 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut qu'il parte !

    Avant Mugabe, le Zimbabwe était l'un des pays les plus riches d'Afrique.