Attaque à Marseille

05 octobre 2017 13:13; Act: 05.10.2017 14:38 Print

«Apporter un message d'amour et de paix»

La mère de Mauranne, une des deux cousines tuées dimanche à Marseille, a voulu apporter un «message d'amour et de paix», jeudi, lors des obsèques des jeunes filles.

Voir le diaporama en grand »
Deux hommes, dont l'un était soupçonné d'avoir hébergé l'auteur de l'attaque de Marseille, ont été relâchés «en l'absence d'éléments incriminants». L'enquête se concentre sur la famille du tueur, dont cette semaine. (Samedi 14 octobre 2017) La maison de l'assaillant à Marseille. Les trois frères et la soeur du Tunisien qui a tué deux jeunes filles à Marseille le 1er octobre ont été entendus ces derniers jours, et deux d'entre eux, arrêtés en Italie et en Suisse. (mardi 10 octobre 2017) Le terroriste, Ahmed H., 29 ans, n'a pas de lien avec Daech, d'après les autorités tunisiennes. (jeudi 5 octobre 2017) Plusieurs personnes ont été interpellées mardi dans le centre de Marseille dans le cadre de l'enquête sur l'attaque survenue à la gare Saint-Charles (à l'image), a-t-on appris de sources concordantes. (Mardi 3 octobre 2017) L'auteur de l'attaque a été formellement identifié mardi par les autorités tunisiennes comme étant un Tunisien de 29 ans, a annoncé mardi le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb. (Mardi 3 octobre 2017) Les deux victimes de l'attaque survenue dimanche, à la gare Saint-Charles de Marseille, étaient deux cousines âgées de 20 et 21 ans, a-t-on appris lundi. L'identité de l'assassin n'était pas encore établie lundi matin, les enquêteurs lui ayant découvert sept alias. (Lundi 2 octobre 2017) La gare de Marseille fait l'objet d'une surveillance accrue au lendemain de l'attaque au couteau qui a fait deux morts. (Lundi 2 octobre 2017) Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat dans la soirée. (Dimanche 1er octobre 2017) Les équipes de forces de l'ordre ont été renforcées.(Lundi 2 octobre 2017) La police scientifique est sur place, ce dimanche 1er octobre 2017. La présence policière est délibérément visible.(Lundi 2 octobre 2017) Le corps qui gît sur place est peut-être celui de l'assaillant qui a été abattu immédiatement par les militaires de l'opération Sentinelle. Les enquêteurs travaillent à l'identification de l'assaillant, qui n'avait pas de papiers d'identité sur lui. Tous les trains ont été supprimés. Vue de l'esplanade de la gare Saint Charles, après les faits. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017. Marseille, 1er octobre 2017.

Sur ce sujet
Une faute?

«Puisons dans toute notre colère pour apporter un message d'amour et de paix à ce monde qui en a tant besoin», a déclaré la mère de Mauranne, s'exprimant après les hommages poignants d'autres membres de la famille et de proches, dans l'église du village d'Eguilles, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Le glas avait retenti à 10h45, dans un village où toute activité s'était interrompue et la circulation était bloquée. Plusieurs centaines de personnes s'étaient massées sur les trottoirs devant l'église avant que les cercueils ne soient portés dans l'édifice. L'archevèque de Marseille, Mgr Georges Pontier, a conduit la cérémonie à laquelle assistaient notamment le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, la maire d'Aix-en-Provence, Maryse Joissains, le maire d'Eguilles, Robert Dagorne, et le préfet de région, Stéphane Bouillon.

Après la cérémonie, Mauranne sera inhumée au cimetière d'Eguilles où vit sa famille, et sa cousine Laura sera inhumée dans l'intimité dans son village de Rillieux-la-Pape (Rhône), près de Lyon. À Lyon, les autorités religieuses ont annoncé qu'une veillée de prière serait organisée vendredi, à l'église Saint-Pierre Chanel. Cinq personnes ont été interpellées et étaient toujours en garde à vue à Marseille, jeudi, dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet antiterroriste de Paris, après l'attaque au couteau perpétrée par Ahmed Hanachi, un Tunisien de 29 ans qui a tué les deux jeunes cousines, dimanche, devant la gare Saint-Charles.

(20 minutes/afp)