Cours de survie

14 février 2011 14:44; Act: 15.02.2011 06:59 Print

De la drogue et du porno pour les mineurs chiliens

Les secours n’ont pas envoyé que des denrées de première nécessité aux 33 mineurs bloqués à San Josè pendant 69 jours.

Voir le diaporama en grand » test
13.10.2011 Un an après leur sortie médiatisée d'une mine chilienne, les 33 mineurs sont revenus sur les lieux du drame. Le puits de secours mesurait 622 mètres de long pour 66 centimètres de diamètre. José Henriquez est le premier mineur à s'être rendu sur le site, pour découvrir le «camp Espoir» et vider son casier. Carlos Mamani est l'un des mineurs déjà rentré chez lui. Il a été accueilli en héros. Juan Illanes a été raccompagné chez lui par des proches. Luis Urzua, dernier des 33 mineurs remonté, avec le président chilien Sebastian Pinera. Le 31e mineur sauvé. Raul Bustos a été le 30e mineur remonté. Raul Bustos retrouve sa famille. Juan Aguilar 29e mineur sur 32 a être sauvé. Richard Villaroel 28e mineur remonté. La population chilienne fête la remontée de ses héros sur la Plaza Italia dans la capitale Santiago. Franklin Lobos joue au football avec sa fille après avoir été secouru. Le dix-huitième mineur, Esteban Rojas, est remonté à la lumière du jour. Omar Reygadas est le dix-septième mineur à rejoindre la surface. Victor Segovia : seizième mineur extrait avec succès. Et de quatorze ! Victor Zamora est arrivé. Carlos Barrios est le treizième homme à être extrait de la mine. Edison Pena est le douzième homme à revoir la lumière du jour. Jorge Galleguillos est le onzième homme à rejoindre la surface. Alex Vega est le dixième homme à quitter le fond de la mine. Mario Gomez est sorti en neuvième position. Il s'est d'abord agenouillé pour prier, avant de serrer sa femme dans ses bras. Le huitième homme extrait de la mine de San José est Claudio Yanez Lagos. José Ojeda Vidal est le septième à être sorti. Osman Araya est ému. Il est le sixième mineur à être sorti, vers 10h35. Il est tombé dans les bras de sa femme. En attendant la remontée du sixième mineur, les familles ne peuvent que prendre leur mal en patience. Agé de 19 ans, Jimmy Sanchez est le plus jeune du groupe. Il est le cinquième homme à sortir. Jimmy Sanchez sort de la nacelle. Le quatrième mineur Carlos Mamani est sorti. Un homme prie durant la remontée des mineurs. Juan Illanes a été remonté sain et sauf de la mine, mercredi à 2h10 (7h heure suisse). Il est le troisième homme à sortir. La capsule contenant Juan Illanes, troisième mineur, ressort de la mine. Le premier mineur Florencio Avalos est ausculté dans un hôpital de campagne, alors que les remontées se poursuivent. Mario Sepulveda a été le deuxième mineur à remonter à la surface. Il remercie les hommes qui l'ont secouru. Il a été félicité par le président chilien Sebastian Pinera. Le secouriste Manuel Gonzalez s'apprête à descendre dans la mine pour préparer la remontée des mineurs. La population chilienne suit la remontée sur écran géant. Et fête comme il se doit le retour des héros. Auparavant un premier mineur, Florencio Avalos, avait été le premier a être secouru. 15 minutes d'ascension dans une capsule métallique de 53 cm de large. C'est le dernier cauchemar avant la liberté pour les 33 mineurs. Une ascension sur 622 mètres dans ce trou d'environ 66 - 70 cm. L'ascension sur 622 mètres des mineurs vers la liberté sera la phase la plus délicate du sauvetage, vu les risques d'éboulements ou d'accès de stress chez les rescapés, confinés dans une nacelle très étroite hissée le long du puits de secours. Le «camp Espoir» est devenu en deux mois un village de toile mondialement connu, né de la foi d'une poignée de familles. Pour ceux qui ne pouvaient ou voulaient pas partir, une «classe San José» a ouvert en septembre dans un préfabriqué, avec un enseignant à disposition pour un suivi d'une dizaine d'enfants. Des concerts, des barbecues géants, se sont tenus pour meubler l'attente Une athlète chilienne handicapée se rend à la mine San José pour rendre hommage aux mineurs. 11 octobre: le 13 octobre, les mineurs piégés seront hissés à bord d'une cage métallique de seulement 53 cm de diamètre. Cette opération est délicate, car les mineurs, qui sont très affaiblis, devront rester debout durant 30 minutes. 7 octobre: L'excavateur «T-130» a repris sa perforation et devrait bientôt atteindre son but. 30 septembre: les mineurs préparent leur sortie. 19 septembre: une foreuse a commencé à creuser dimanche une troisième issue de secours pour sortir les 33 mineurs bloqués sous terre depuis début août dans le nord du Chili. 9 septembre: L'excavateur forant un second puits de secours va être arrêté pour 48 heures pour des réparations. La télévision chilienne a montré des images des mineurs le 27 août. Ils ont plutôt l'air détendus. «Ici nous avons tout bien organisé», explique un des mineurs, barbu, en montrant un coin pharmacie. «Ici, c'est le coin où nous nous divertissons, où nous avons une réunion tous les jours, où nous planifions. Ici, c'est là où nous prions», poursuit-il. Plusieurs mineurs saluent la caméra. Les extraits diffusés montrent une dizaine d'hommes. Ce sont les premières images du groupe de mineurs, filmées à l'aide d'une micro-caméra qui leur a été transmise par une des sondes servant à les ravitailler Les 33 mineurs bloqués sont en vie. Une micro-caméra a pu capter plusieurs d'entre eux, apparemment en bonne condition. Toute l'attention lundi se portait sur l'état physique des mineurs, confinés depuis près de trois semaines à 700 m de fond, par une chaleur humide de 32 à 36 degrés, et qui ont «probablement perdu autour de 8-9 kilos» depuis le 5 août. «Ceci sort des entrailles de la terre», a lancé le président Pinera à l'antenne de la télévision chilienne en brandissant le papier. «C'est le message de nos mineurs qui nous disent qu'ils sont vivants, qu'ils sont unis». Peu après les secours se sont mis à creuser un plus gros canal. Ils espèrent pouvoir y faire passer de vivres. Devant l'entrée de la mine, la joie et l'émotion étaient palpables.

Sur ce sujet
Une faute?

Comment faire pour passer 70 jours à 800 mètres sous terre sans craquer? Dans son dernier livre «Los 33», Jonathan Franklin, un reporter du «New York Times», explique les secrets de survie des 33 mineurs chiliens. Ces derniers étaient restés coincés dans une mine de San Josè plus de deux mois en 2010 avant d’être sauvés. Leur odyssée avait été suivie par le monde entier.

Des posters porno et du cannabis

D’après le journaliste, qui aurait eu un «accès exclusif» aux révélations des 33 selon le «Daily Mail», «les ressources d’un homme commun n’auraient pas suffi pour résister». C’est pour cette raison et pour rendre leur emprisonnement plus supportable en attendant les secours, que de la marijuana leur était envoyée par le biais des lettres familiales. Même si d’après les dires du rédacteur, ces petites quantités «créaient plus de tension que de soulagement».

Le reporter explique qu’une autre solution avait été pensée pour tenir haut le moral des mineurs. Elle consistait en l’envoi d’une poupée gonflable. Mais elle avait été refusée par le psychologue. Il craignait que le partage de la femme en latex ne suscite de la jalousie chez les hommes. Ces derniers avaient finalement eu droit à des posters de pin-up.

Autorisation refusée

L’ouvrage revient également sur l’autorisation refusée au président chilien Sebastian Pinera de descendre sous terre pour embrasser les mineurs le jour de leur sortie. Car la première dame chilienne n’aurait pas autorisé son mari à s’y rendre.

(atk)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch