Pédophilie

03 mars 2011 17:59; Act: 03.03.2011 18:51 Print

15 ans de prison pour un prêtre italien

Un prêtre de la banlieue de Rome a été condamné jeudi à 15 ans de prison pour avoir abusé de sept enfants entre 1998 et 2008.

Sur ce sujet
Une faute?

Un prêtre italien de la banlieue de Rome a été condamné jeudi à 15 ans et quatre mois de prison par le tribunal pénal de la capitale italienne pour avoir abusé de sept enfants entre 1998 et 2008, ont indiqué les médias italiens.

Le Vatican a tenu à préciser, par la voix de son porte-parole le père Federico Lombardi, que la paroisse du prêtre, Selva Candida, ne dépendait pas du diocèse de Rome, dont l'évêque est le pape, mais de celui voisin de Porto-Santa Rufina.

Le parquet avait requis 18 ans de prison pour actes sexuels avec des mineurs, violence sexuelle et incitation à la prostitution de mineur contre Don Ruggero Ciotti, tandis qu'un de ses avocats, Patrizio Spinelli, avait demandé la relaxe de son client au motif qu'«il n'y avait pas de preuves sûres». Il a d'ailleurs annoncé qu'il ferait appel.

Dédommagement pour les victimes

Le prêtre a été condamné pour avoir abusé et violenté sur une période de dix ans des enfants qui lui avaient été confiés, notamment lors de voyages en camping organisés par la paroisse. Le juge a en outre condamné le prêtre à verser une «provision» d'environ 200.000 euros.

«Je demanderai à la Curie (le gouvernement du Vatican ndlr) un dédommagement garantissant aux victimes une juste compensation pour ce qu'ils ont dû subir lors d'une tragédie qui les marquera à vie», a annoncé l'un des avocats de la partie civile, Fabrizio Gallo, immédiatement après l'annonce du verdict.

«Le procès a démontré que les accusations étaient avérées et que par conséquent la vie de nombreuses personnes a été irrémédiablement détruite. J'espère que l'Eglise trouvera une solution et dédommagera les parties lésées qui ont été abandonnées: personne ne leur a tendu la main pour les aider ou s'excuser», a-t-il ajouté.

L'avocat a également cité la réaction de l'une des victimes: «J'ai toujours eu confiance en la justice. J'espère que comme ça il ne fera plus de mal à personne».

Depuis la publication en 2009 en Irlande d'un rapport accablant révélant des centaines de sévices sexuels sur des enfants commis pendant des décennies par des hommes d'Eglise couverts par leur hiérarchie, les révélations d'abus pédophiles se sont succédé en cascade aux Etats-Unis et en Europe, notamment en Allemagne, pays natal du pape.

Ce dernier a depuis fermement condamné ces abus, rencontré des victimes et fait publier la procédure à suivre au sein de l'Eglise lorsque de tels abus sont découverts. Selon ces consignes publiées par le Vatican, les coupables devront «toujours» être dénoncés à la justice ordinaire.

(afp)