Suède

04 octobre 2017 22:23; Act: 04.10.2017 22:39 Print

A 106 ans, elle obtient enfin l'asile

Une réfugiée centenaire, originaire d'Afghanistan, pourra finalement rester en Suède, après avoir vu une première demande d'asile rejetée.

storybild

Bibikahl Uzbeki était notamment passée par la Croatie, comme le montre cette photo d'octobre 2015.

Sur ce sujet
Une faute?

La Suède a fait volte-face mercredi en autorisant Bibikahl Uzbeki, une Afghane de 106 ans grabataire et presque aveugle, à rester dans le pays nordique. Sa demande d'asile avait d'abord été rejetée. «Dans une perspective humanitaire, il serait choquant de l'obliger à regagner son pays natal», a justifié dans un communiqué la Cour des migrations de Göteborg (ouest), juridiction d'appel du droit d'asile. Les juges ont invoqué son âge, sa santé déclinante et «sa grande vulnérabilité».

En mai, l'Office des migrations avait débouté la demande d'asile de la centenaire, qui avait fait appel. L'institution, qui a pour principe de ne pas commenter les cas particuliers, avait expliqué au quotidien Svenska Dagbladet qu'«un âge avancé ne justifi[ait] pas une protection». L'Office des migrations estime sur son site internet que si «la situation en Afghanistan continue d'être grave», «le conflit n'a pas atteint un niveau tel que chaque Afghan puisse obtenir un permis de séjour».

Suède émue

Le cas de Bibikahl Uzbeki a ému l'opinion publique suédoise. Elle réclamait une faveur pour cette femme née en 1910 et dont le voyage à travers l'Europe avait été rélaté par la presse internationale. Bibikahl Uzbeki est autorisée à rester pour une période de 13 mois renouvelables. Également déboutés en première instance, les membres de sa famille qui se trouvent en Suède avec elle ont fait appel.

Longtemps championne de l'ouverture de l'Europe aux migrants, la Suède a pratiquement fermé ses frontières après l'explosion du nombre de demandes d'asile (81'000 en 2014 et 163'000 en 2015) reçues par son administration. Un chiffre divisé par près de six en 2016.

(nxp/ats)