Trump président

19 janvier 2017 17:21; Act: 19.01.2017 17:22 Print

Une étude relativise le rôle des fausses infos

Des économistes ont voulu démontrer l'influence des informations sur le choix des votants à la présidentielle américaine.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Une étude publiée par deux économistes et universitaires américains tend à relativiser le rôle joué par les fausses informations, diffusées sur internet, dans l'issue du scrutin présidentiel de novembre aux Etats-Unis. Les deux chercheurs avancent deux arguments principaux.

Ils s'appuient notamment sur la faible confiance qu'accordent, en moyenne, les internautes aux informations recueillies sur les réseaux sociaux, et sur la diffusion assez limitée de ces fausses informations. Les fausses informations ou «fake news» en anglais sont des articles fabriqués de toutes pièces, souvent pour nuire à une personnalité mais surtout pour attirer l'attention et générer du trafic et des revenus publicitaires. Hunt Allcott, de l'université de New York, et Matthew Gentzkow, de l'université de Stanford, ont adopté une approche très prudente quant à leurs hypothèses, dans cette étude publiée mercredi.

Ils commencent ainsi par souligner que si, selon une étude du Pew Research Center publiée en 2016, 62% des adultes américains indiquent s'informer via les réseaux sociaux, leur propre enquête, effectuée auprès de 1208 adultes, montre que seuls 14% considèrent cette source comme la «plus importante».

Plus favorables à Trump

Les deux auteurs citent également une autre étude de Pew (juillet 2016), qui indique que 34% seulement des adultes américains jugent crédible l'information consultée sur les réseaux sociaux, contre 76% dans les médias nationaux et 82% dans les médias locaux.

Lors de leur propre enquête, les deux économistes ont soumis les personnes interrogées à des vraies informations, de fausses informations ayant effectivement circulé, mais aussi à de fausses informations fabriquées spécifiquement pour l'étude. Or, la proportion des sondés qui disent avoir vu ces fausses informations ayant circulé et de ceux qui affirment y avoir cru, est quasiment la même que pour celles inventées par les auteurs de l'étude.

Ce parallèle relativise nettement, selon eux, l'influence réelle des fausses informations. En outre, «même les fausses informations qui ont le plus circulé n'ont été vues que par une fraction des Américains», expliquent les auteurs de l'étude.

Au passage, les données confirment que les fausses informations favorables à Donald Trump ont été beaucoup plus nombreuses sur internet (115 contre 41) que celles favorables à sa rivale à la présidentielle, Hillary Clinton. Elles ont aussi été beaucoup plus partagées sur les réseaux sociaux, 30,3 millions de fois contre 7,6 millions pour les faux articles avantageant Hillary Clinton.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 911 le 19.01.2017 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ABE

    Une étude (plusieurs même) disait aussi que Hillary était certaine de succéder à la présidence d'Obama...

  • Didier le 19.01.2017 17:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Médias

    Les médias d'aujourd'hui sont contrôlés par un nombres restreint de personnes. Contrôler les médias, vous contrôlerez le monde.

  • inconnue connue le 19.01.2017 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    espionage

    ne jamais croire qui que ce soit et vérifier et espionner democratiquement toutes choses et se faire une opinion. .....

Les derniers commentaires

  • Capitaine Sulu le 20.01.2017 02:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le plus incroyable des Fake anti-Trump

    à mon avis fut celui du piratage du Pentagone par les russes avec comme preuve lancé par CNN avec des images... de Fallout 4... un jeu vidéo... oui ils ont osé... et après ils se demandent pourquoi les gens ne leur font plus confiance... c vrai c à n'y rien comprendre...

  • dog lover le 19.01.2017 21:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    suspense

    Est-ce que Trump va - comme à son habitude - déclarer que cette étude ne vaut rien, et qu'il s'agit d'un complot visant à lui nuire?

    • Kim le 20.01.2017 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @dog lover

      Est-ce que vous allez comme à votre habitude arrêter votre mauvaise foi??! Ah banh non évidemment vous préférez cracher.

  • Ilse le 19.01.2017 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    point de départ

    Que de bruits et de fausses informations pour rien. Attendons que le nouveau président fasse ses preuves et démontre ses capacités au monde entier. Il y aura certainement des surprises pour tous.

  • Alxdam le 19.01.2017 19:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vieux proverbe...

    Croyez ce que vous voyez... pas ce que vous entendez...

  • Pro Veritas le 19.01.2017 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les négationistes du climat

    Si les électeurs n'étaient que peu influencés par les fausses informations, ils n'auraient pas élu un homme qui prétend que le réchauffement climatique n'existe pas.

    • Néo le 20.01.2017 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pro Veritas

      Non il n'existe effectivement pas, il n'a été "créer" que pour taxer le peuple par des taxes à la pollution etc.. scientifiquement parlant se sont des éres normales ou sa monte et sa descend en température et donc redescendra en température dans quelques centaines d'années, mais comme sa rapporte... schuuuuut silence on paye!

    • Pro Veritas le 20.01.2017 12:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Néo

      "scientifiquement parlant" ? Vous ne devriez pas employer des mots que vous ne comprenez pas.