Attaque au couteau à Marseille

01 octobre 2017 19:51; Act: 01.10.2017 22:30 Print

«A 10 mètres près c'était moi…»

Deux jeunes femmes ont été tuées par un individu qui a ensuite été abattu par des militaires, dimanche après-midi dans la gare de Marseille. Des témoins racontent une scène d'horreur.

Sur ce sujet
Une faute?

L'attaque a eu lieu vers 13H45 (11h45 GMT), sur le parvis de la gare Saint-Charles. Selon une source proche de l'enquête, l'assaillant, âgé d'une trentaine d'années et qui ne portait pas de papiers d'identité sur lui , «aurait crié Allah Akbar» en poignardant une femme et en en égorgeant une autre. Les vicimes sont âgées de 17 et 20 ans. L'agresseur était connu pour des faits de droit commun, selon des sources proches de l'enquête.

«J'ai entendu crier Allah Akbar , et j'ai vu un homme vêtu tout en noir, il me semble», a raconté à l'AFP Mélanie Petit, une étudiante de 18 ans. «Une personne s'est effondrée», et «il y a eu un temps de latence avant que les gens se mettent à courir». A l'intérieur de la gare, «des gens, pas en treillis, peut-être des policiers en civil, nous criaient de partir. Beaucoup dans la foule restaient sur place», a également détaillé à l'AFP Jeanne, 33 ans. Les forces de l'ordre «se sont mises en place et ont fait descendre les gens des trains. On a été regroupé au bout des quais avant d'être évacué», a relaté Guillaume, un autre jeune homme. Il a évoqué «une panique maîtrisée». «Les gens ne se marchaient pas dessus».

En haut une victime allongée sur le sol, en bas l'assaillant «neutralisé» par la police


«Un mec un peu louche»

Une mère de famille qui «était en correspondance entre deux trains», a expliqué à plusieurs médias (voir vidéo ci-dessus) la scène d'horreur qui s'est déroulée sous ses yeux. «Je prenais le soleil devant la gare. Il y avait un mec un peu louche, raconte-t-elle très émue. Avec mes voisins, on trouvait qu'il y avait un mec un peu louche à côté, parce que eux ils avaient vu qu'il avait quelque chose visiblement planqué dans sa manche, du coup on était un peu sur nos gardes. Il a attaqué par derrière une fille qui était sur le banc à 5 - 6 mètres de moi. Et après, il s'est enfui en courant et je crois qu'il en chopé une ou deux autres. (...) Je me suis enfuie. Après il y a eu des tirs. A 10 mètres près, c'était moi.»

Le président français Emmanuel Macron a réagi en se disant «profondément indigné par cet acte barbare». «Profondément indigné par cet acte barbare, en peine avec les familles et les proches des victimes de Marseille. Je salue les militaires de Sentinelle et les policiers qui ont réagi avec sang froid et efficacité», a tweeté le chef de l'Etat.


Pour sa part, le Ministre de l'Intérieur, qui est venu sur place, n'a pas voulu confirmer si l'acte était de nature terroriste ou non.



(cga/afp)