Etats-Unis/Chine

18 janvier 2011 18:29; Act: 18.01.2011 19:27 Print

Obama reçoit son homologue chinois

Le président chinois Hu Jintao arrive mardi aux Etats-Unis pour une visite d'Etat de quatre jours, après une année marquée par de fortes tensions entre les deux puissances.

storybild

Les sujets de discorde ont été légion: cours du yuan, sous-évalué pour favoriser les exportations chinoises selon Washington, situation des droits de l'homme et accès à l'internet en Chine, question tibétaine... (Photo: Keystone)

Une faute?

La Chine fait l'objet de critiques multiples à Washington mais elle est incontournable.

M. Hu, qui a quitté Pékin mardi pour les Etats-Unis, dirige un pays critiqué à Washington sur des questions de droits de l'homme et monétaires mais impossible à ignorer étant donné son poids économique et, de plus en plus, militaire et géopolitique.

Souligner et célébrer les points d'accord, prendre acte des désaccords sans que cela ne constitue un motif de rupture, tel a été le leitmotiv de la diplomatie américaine vis-à-vis de Pékin depuis l'entrée en fonctions début 2009 du président Barack Obama, qui va rencontrer son homologue en tête-à-tête pour la huitième fois.

Mais la recherche d'un équilibre entre les deux grandes puissances du début du XXIe siècle ne s'effectue pas sans à-coups, comme l'a montré l'année écoulée.

Les sujets de discorde ont été légion: cours du yuan, sous-évalué pour favoriser les exportations chinoises selon Washington, situation des droits de l'homme et accès à l'internet en Chine, question tibétaine, revendications maritimes de Pékin face à des alliés américains, restriction des exportations de minerais stratégiques, ventes d'armes américaines à Taïwan.

Ton plus conciliant

Toutefois, après une année 2010 chahutée, «nous entrons dans ce sommet au moment où les deux parties souhaitent davantage de stabilité dans leur relation», explique Michael Green, expert du Centre pour les études internationales et stratégiques (CSIS), un groupe de réflexion de Washington.

Selon lui, «la Chine a, au moins tactiquement, adapté sa position sur plusieurs questions», comme le yuan, «qui s'est apprécié de 3,9% depuis juin». Mardi, Pékin s'est de nouveau engagé à renforcer la flexibilité du taux de change de sa monnaie.

La récente visite du secrétaire à la Défense Robert Gates à Pékin a permis de relancer la coopération entre les deux armées, et la Chine a adopté un ton plus conciliant vis-à-vis des pays alliés de Washington, note M. Green.

Dans des propos publiés dimanche, M. Hu a déclaré à deux journaux américains que «les deux parties doivent garder le bon cap dans le développement de leurs relations, accroître les échanges, renforcer la confiance mutuelle (et) rechercher des terrains d'entente malgré les divergences».

Mais M. Green met aussi en garde contre une attente trop importante vis-à-vis de la visite d'Etat de M. Hu, car ce dernier est censé passer les rênes du pouvoir à l'horizon 2012-2013. Pour lui, ce sommet ne sera pas de nature à modifier en profondeur les relations sino-américaines, mais permettra seulement de constater les secteurs dans lesquels les deux pays peuvent coopérer.

(ats)