Attaque d'Orly

20 mars 2017 07:47; Act: 20.03.2017 07:51 Print

L'assaillant était sous l'emprise de l'alcool

Les analyses toxicologiques montrent que l'homme qui a semé la panique samedi à Orly avait bu et consommé de la cocaïne et du cannabis.

Voir le diaporama en grand »
Deux hommes suspectés d'avoir participé à l'attaque de l'aéroport d'Orly, en aidant le tireur, ont été mis en examen. (Samedi 25 mars 2017) Les caméras de surveillance ont filmé le moment où l'assaillant a tenté de s'emparer de l'arme d'une militaire à l'aéroport d'Orly samedi dernier. (lundi 20 mars 2017) Le père de l'assaillant doute que son fils soit un terroriste. (Dimanche 19 mars 2017) L'homme s'est attaqué à une patrouille militaire en lançant: «Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah», a rapporté le procureur de la République de Paris, François Molins. (Samedi 18 mars 2017) L'habitation de l'assaillant a été perquisitionnée par les forces de l'ordre. Son père et son frère se sont présentés spontanément à la police et ont été placés en garde à vue. (Samedi 18 mars 2017) L'habitation de l'assaillant a été perquisitionnée par les forces de l'ordre. Son père et son frère se sont présentés spontanément à la police et ont été placés en garde à vue. (Samedi 18 mars 2017) Une passagère est évacuée de l'aéroport d'Orly. (Samedi 18 mars 2017) Les membres du RAID en action. (Samedi 18 mars 2017) L'incident d'Orly n'a au final pas fait de blessés parmi les voyageurs présents à l'aéroport. (Samedi 18 mars 2017) L'incident d'Orly n'a au final pas fait de blessés parmi les voyageurs présents à l'aéroport. (Samedi 18 mars 2017) Le parcours de l'homme abattu par les forces de sécurité à l'aéroport d'Orly après avoir attaqué des militaires, de Garges-lès-Gonesse dans le Val d'Oise à Orly-Sud (Samedi 18 mars 2017) Le terminal Ouest est à nouveau ouvert à Orly ce samedi 13h. (18 mars 2017) Orly, 18 mars 2017. Quelque 3000 passagers ont été évacués ce matin à Orly, après la fusillade. (18 mars 2017) Des passagers se réconfortent à Orly. (18 mars 2017) Une photo de l'homme abattu à Orly. (18 mars 2017) Les forces du raid sont vite intervenues ce samedi matin à Orly. (18 septembre 2017) Les forces du raid sont vite intervenues ce samedi matin à Orly. (18 septembre 2017) Passagers évacués. (Orly, 18 mars 2017) Le trafic est complètement interrompu à l'aéroport d'Orly. (18 mars 2017) Le trafic est complètement interrompu à l'aéroport d'Orly. (18 mars 2017) Le trafic est complètement interrompu à l'aéroport d'Orly. (18 mars 2017) Près de 3000 personnes sont évacuées à Orly après une fusillade ce samedi matin. Le trafic est totalement interrompu. L'aéroport est fermé. (18 mars 2017) Près de 3000 personnes sont évacuées à Orly après une fusillade ce samedi matin. Le trafic est totalement interrompu. L'aéroport est fermé. (18 mars 2017) Près de 3000 personnes sont évacuées à Orly après une fusillade ce samedi matin. Le trafic est totalement interrompu. L'aéroport est fermé. (18 mars 2017) Près de 3000 personnes sont évacuées à Orly après une fusillade ce samedi matin. Le trafic est totalement interrompu. L'aéroport est fermé. (18 mars 2017) Près de 3000 personnes sont évacuées à Orly après une fusillade ce samedi matin. Le trafic est totalement interrompu. L'aéroport est fermé. (18 mars 2017) Les deux terminaux de l'aéroport de Orly ont été fermés et tous les passagers sont évacués. (18 mars 2017) Tous les passagers sont évacués. (18 mars 2017) Les démineurs se sont rendus sur place rapidement à Orly ce samedi matin 18 mars 2017. Un homme a été abattu samedi matin par les forces de sécurité à l'aéroport d'Orly, au sud de Paris, après avoir dérobé une arme à un militaire de Sentinelle. (Orly, 18 mars 2017) Orly, 18 mars 2017. Orly, 18 mars 2017. Orly, 18 mars 2017.

Sur ce sujet
Une faute?

Ziyed Ben Belgacem, l'agresseur d'une militaire samedi à l'aéroport parisien d'Orly, était sous l'emprise de l'alcool et de stupéfiants au moment de l'attaque, une révélation qui éclaire les circonstances de son passage à l'acte.

Les analyses toxicologiques réalisées dimanche à l'issue de l'autopsie de l'assaillant, abattu par un militaire juste après son agression, «ont mis en évidence un taux d'alcoolémie de 0,93 gramme par litre de sang et la présence de cannabis et de cocaïne», a-t-on appris de source judiciaire.

Ziyed Ben Belgacem, un Français d'origine tunisienne de 39 ans, condamné à plusieurs reprises pour des vols et trafic de stupéfiants et signalé comme radicalisé en prison, s'était attaqué samedi à une militaire membre d'une patrouille déployée à l'aéroport d'Orly, dans la banlieue sud de Paris.

Lors de l'agression, au terme d'une équipée violente et solitaire à travers la banlieue parisienne, l'homme s'était déclaré prêt à «mourir» au nom d'Allah.

Aucune complicité éventuelle n'a encore été établie à ce stade: les gardes à vue d'un frère et d'un cousin de l'assaillant, qui s'étaient présentés d'eux-mêmes samedi au commissariat, ont été levées dimanche soir, quelques heures après celle du père, laissé libre dès samedi soir.

«Fuite en avant»

«Mon fils n'a jamais été un terroriste. Jamais il a fait la prière et il boit. Et sous l'effet de l'alcool et du cannabis, voilà où on arrive», a témoigné son père, à l'antenne de la radio privée Europe 1. Pour lui, son fils a été pris dans un engrenage et a payé ses «fréquentations» et une dérive dans la drogue.


Attaque d'Orly : "Mon fils n'a jamais été un...par Europe1fr

Le domicile des parents a été perquisitionné et aucun élément intéressant n'a été retrouvé, d'après une source proche de l'enquête.

L'assaillant se trouvait dans «une sorte de fuite en avant», avait commenté samedi soir le procureur de Paris François Molins: «Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts», aurait déclaré l'homme, avant d'être abattu, selon ses propos rapportés par le magistrat.

Juste avant l'attaque, Ziyed Ben Belgacem avait jeté au sol un sac contenant un bidon d'hydrocarbures. Ont été retrouvés sur lui 750 euros, un exemplaire du coran, un paquet de cigarettes et un briquet et, à son domicile, dans la banlieue parisienne, quelques grammes de cocaïne ainsi qu'une machette.

Pour le parquet, qui a ouvert une enquête notamment pour tentative d'homicide et d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, cette agression d'Orly est le terme d'un «parcours violent et destructeur» entamé à 06h55 à Garges-lès-Gonesse, dans la banlieue nord de Paris.

Elément déclencheur ou préméditation ?

Arrêté à un contrôle routier, alors qu'il roulait à vive allure, tous feux éteints, l'homme tire au revolver à grenailles sur des policiers, en blessant légèrement un à la tête, et prend la fuite. «On ne sait pas si le contrôle routier a été l'élément déclencheur du passage à l'acte ou s'il y a pu avoir préméditation», a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

L'homme réapparaît ensuite à une trentaine de kilomètres de là, à Vitry-sur-Seine, dans la banlieue sud de Paris, où il vole une voiture, avant de gagner l'aéroport d'Orly. Entretemps, il a appelé son père pour lui avouer avoir «fait une connerie», a raconté ce dernier, et lui a demandé son «pardon», ce que le père lui refuse, car «il a touché à un gendarme».

Pour le procureur, plusieurs éléments désignent Ziyed Ben Belgacem comme un homme dangereux, déterminé à «aller au bout de ce processus» mortifère: le choix de la cible tout d'abord, des militaires, ce qui «correspond aux mots d'ordre diffusés par les organisations terroristes djihadistes » ; et le profil de l'assaillant, «repéré comme radicalisé à l'occasion d'un passage en détention au cours des années 2011-2012».

Cette attaque avait contraint les autorités à évacuer les passagers et à dérouter voire annuler plusieurs vols samedi. Dimanche soir, la situation était de retour à la normale, selon une porte-parole d'Aéroports de Paris.

A un mois de la présidentielle française, cette attaque a une nouvelle fois frappé un pays confronté depuis deux ans à une vague d'attentats djihadistes qui a fait 238 morts au total.

(nxp/afp)