Attentats à Paris

15 novembre 2015 14:04; Act: 16.11.2015 16:39 Print

«Sortir, c'est un acte militant, un acte de joie»

par Joël Espi - Entre la tristesse, la peur et la demande du gouvernement de ne pas quitter leur domicile, le coeur des Parisiens n'était pas à la fête. Reportage.

Voir le diaporama en grand »
05.07.16 Abrini, «l'homme au chapeau» des attentats de Bruxelles a déclaré à la police que Salah Abdeslam avait convoyé les kamikazes le soir des attaques à Paris. 23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation. 16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015. 07.06 Elle s'était fait passer pour une victime des attentats du 13 novembre dernier à Paris : une jeune mère de famille doit comparaître le 13 juin devant la justice française pour «escroquerie». Elle prétendait avoir été blessée devant le Carillon. 20.05 Il avait paraît-il «envie de s'expliquer», il n'a finalement pas ouvert la bouche: Salah Abdeslam, seul membre encore en vie du commando jihadiste des attentats de Paris, a refusé vendredi de s'exprimer lors de son premier interrogatoire devant la justice française. 18.05 Selon le journal flamand «Het Nieuwsblad», Salah Abdeslam a raconté aux enquêteurs belges qu'il était bien le dixième terroriste des attentats de Paris, mais qu'il s'est dégonflé au moment de passer à l'acte. 18.05 Dans une interview accordée à un site d'extrême droite, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal a encore tenu des propos controversés. 11.05 Les familles des victimes demandent au ministère des Finances de les exonérer des impôts de leurs proches disparus. Leur appel a été entendu par le gouvernement, qui les a dispensés de cette tâche. 09.05 «L'Obs» a publié les échanges entre policiers durant les attentats du 13 novembre. 29.04 Transféré en France, Salah Abdeslam sera désormais défendu par Me Frank Berton. L'avocat lillois sera rémunéré par l'Etat français. 27.04 «Cest un petit con de Molenbeek issu de la petite criminalité, plutôt un suiveur quun meneur. Il a lintelligence dun cendrier vide, il est dune abyssale vacuité», a confié Sven Mary, l'avocat belge de Salah Abdeslam, à «Libération». 27.04 Le parquet fédéral belge a annoncé mercredi la remise à la France de Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris et lié aux auteurs de ceux Bruxelles. 26.04 Adel Haddadi (gauche) et Muhamad Usman devaient faire partie du projet sanglant. Ils ont été interpellés en Grèce puis en Autriche. 26.04 Selon un rapport de la police des polices belges, les deux terroristes Salah et Brahim Abdeslam avaient été signalés début 2015 mais pas surveillés, faute deffectifs. 25.04 Le dernier numéro de «Zone Interdite» a passablement choqué les internautes. M6 a notamment diffusé la vidéo du moment où Brahim Abdeslam s'est fait exploser dans un café. 21.04. Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, a confié dans une vidéo datant de juin 2015 qu'elle souhaitait partir pour la Syrie pour y aider les gens. 15.04 «Le Parisien» publie des extraits du contenu d'un dictaphone retrouvé dans le Bataclan après la tuerie du 13 novembre. 14.04 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», assure qu'il ne ferait «pas de mal à une mouche». 14.04 Mohamed Abdeslam a été licencié à la suite de déclarations à la presse où il minimisait le rôle de son frère dans les attentats de Paris. 13.04 Le Bataclan a annoncé sa réouverture au mois de novembre, un an après les attentats. Plusieurs concerts sont prévus. 13.04 La police espagnole a interpellé mardi à Malaga (sud) un homme de 27 ans, mis en examen mercredi pour trafic d'armes, soupçonné d'avoir fourni les armes dont s'est servi l'auteur de la prise d'otages dans un supermarché à Paris, le 9 janvier 2015, a-t-elle annoncé. 11.04 Selon Libération, qui cite une source policière, la cellule terroriste qui a frappé à Bruxelles avait prévu d'attaquer la France pendant l'Euro 2016 de football. 10.04 Selon une information du quotidien belge «L'Echo» --non confirmée par le parquet--, Mohamed Abrini aurait avoué aux enquêteurs et au juge d'instruction qui l'ont interrogé que les commandos du 22 mars voulaient en fait retourner frapper Paris mais qu'ils ont été pris de court par l'enquête et ont décidé précipitamment de commettre les attentats de Bruxelles (32 morts). 09.04 Avancée majeure dans l'enquête sur les attaques de Paris et Bruxelles: Mohamed Abrini, traqué dans le dossier français du 13 novembre et inculpé samedi pour «assassinats terroristes», a avoué être l'«Homme au chapeau», le troisième homme des attentats à l'aéroport de Bruxelles... ... , scellant les liens étroits entre les deux tueries. «C'est un pas en avant important», a déclaré à l'AFP une source proche de l'enquête. 08.04 Mohammed Abrini, impliqué dans les attentats du 13 novembre à Paris, a été arrêté vendredi en Belgique. Mohamed Abrini et Salah Abdeslam ont été vus ensemble deux jours avant les attentats de Paris. 08.04 La remise de Salah Abdeslam à la France a été suspendue. 07.04 Salah Abdeslam ne mettra pas les pieds en France avant plusieurs semaines. 31.03 Salah Abdeslam souhaite être remis à la France et «collaborer avec les autorités françaises», a indiqué un de ses avocats, Me Cédric Moisse. La chaîne «CNN» a diffusé une vidéo inédite dans laquelle on voit les deux frères faire la fête dans un établissement bruxellois, en février 2015, soit huit mois avant les attentats de novembre à Paris. 20.03 Sven Mary, choisi par le suspect clé des attentats de Paris pour assurer sa défense, est l'un des pénalistes les plus réputés de Belgique et un redoutable procédurier, qui n'entend pas plier face à la pression de la justice française. 19.03 Incarcéré samedi à Bruges, Salah Abdeslam a affirmé aux enquêteurs qu'il avait eu l'intention de se faire exploser au Stade de France. Le seul survivant des attaques qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés a affirmé aux enquêteurs belges qu'il «voulait se faire exploser au stade de France» le soir des attentats, avant de faire «machine arrière». Il a été incarcéré à Bruges, dans une prison qui accueille déjà Mehdi Nemmouche, accusé de l'attentat du Musée juif à Bruxelles en mai 2014. Un complice, «le soi-disant Monir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri», arrêté en même temps que lui vendredi à Bruxelles, a été inculpé des mêmes chefs d'accusation et placé en détention. Un troisième homme, Abid A., a été inculpé de «participation aux activités d'un groupe terroriste et recel de criminels». La quatrième personne placée en garde à vue, Djemila M., a été inculpée de recel de criminels «mais pas privée de sa liberté». 19.03 Selon une information de BFMTV, Salah Abdeslam devait se faire exploser au Stade de France, le 13 novembre 2015. Comme on le sait, il n'en sera rien. 19.03 Salah Abdeslam, suspect clé des attentats de Paris, refusera son extradition vers la France... ... , a annoncé samedi à Bruxelles son avocat Sven Mary, en précisant que son client, blessé à la jambe, avait été placé «sous mandat d'arrêt», à savoir inculpé et placé en détention provisoire en droit belge. 19.03 Capturé vendredi à Bruxelles après quatre mois de cavale, Salah Abdeslam pourrait être remis à la France aux termes du mandat d'arrêt européen plutôt qu'extradé, une procédure plus longue. 18.03 Un homme est arrêté lors de l'assaut, ayant permis de capturer le suspect-clé des attentats de Paris, à Molenbeek, en Belgique. Il pourrait s'agir de Salah Abdeslam. 18.03 Le suspect-clé des attentats de Paris a été blessé vendredi lors de l'intervention des forces de sécurité à Molenbeek. Il a été capturé vivant. «On l'a eu», s'est réjoui sur Twitter le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken. 16.03 Une reconstitution aura lieu jeudi 17 mars au Bataclan. 15.03 Deux policiers ont été légèrement blessés mardi par des coups de feu lors d'une perquisition menée à Bruxelles dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris. 07.03 Vendredi 5 mars et samedi 6 mars, les rescapés du 13 novembre ont pu entrer dans le Bataclan. Une démarche censée les aider à se reconstruire. 03.03 Selon un journal flamand, les services antiterroristes belges ont reçu, 16 mois avant les attentats de Paris, des informations cruciales concernant Brahim et Salah Abdeslam. Mais elles sont restées lettre mortes. 24.02 Lex-petite amie de Salah Abdselam sest confiée au magazine flamand «Knack». Elle raconte ainsi les derniers instants qu'elle a partagé avec l'un des terroristes les plus recherché du monde. 21.02 Selon Le Parisien, Salah Abdeslam a été contrôlé à la croisée des frontières suisse et allemande, en Alsace, en juillet 2015. 19.02 Selon «La Dernière Heure», Salah Abdeslam a passé 20 jours caché dans un appartement de Schaerbeek, à Bruxelles. Il aurait fui en constatant que les forces spéciales avaient débarqué dans le quartier. 16.02 Le Parlement français a prolongé mardi de trois mois l'état d'urgence que le gouvernement justifie par une menace terroriste «plus élevée que jamais». 12.02 L'un des djihadistes du 13 novembre, Omar Mostefaï, qui avait tiré dans la foule au Bataclan avec deux complices, tuant 90 personnes, a été enterré vendredi matin à Thiais (Val-de-Marne). 10.02 Le ministre de l'Intérieur a indiqué que la jeune femme ayant dénoncé à la police Abdelhamid Abaaoud n'avait pu être entendue anonymement. 05.02 Le match de rugby France-Italie du 6 février sera la première rencontre sportive au Stade de France depuis les attentats du 13 novembre. François Hollande se rendra dans l'enceinte parisienne. 04.02 Une femme, amie de Hasna Aït Boulahcen, a rencontré Abdelhamid Abaaoud et permis aux forces dintervention de le neutraliser avant qu'il ne fasse un bain de sang à la Défense. 29.01 La famille de la cousine d'Abdelhamid Abaaoud réclamait depuis plus de deux mois la restitution de son corps. Plusieurs permis d'inhumer ont été délivrés par la justice, jeudi. On voit ici les terroristes responsables des attentats du 13 novembre. 26.01 Abaaoud, présumé des attentats de Paris, était vraisemblablement aussi membre de la police secrète de Daesh. Il était chargé de trier les dossiers et d'envoyer des volontaires en Europe pour y commettre des attentats. 25.01 Salim Benghalem, un Français installé en Syire depuis 2013, serait le véritable cerveau des attentats de Paris, selon un rapport du Terrorism Research and Analysis Consortium (TRAC). 25.01 «Rien ne nous effraiera, aucune menace ne fera douter la France sur ce qu'elle a à faire dans le combat contre le terrorisme», a dit François Hollande aux journalistes en marge d'une cérémonie officielle au palais présidentiel à New Delhi, au deuxième jour de sa visite d'Etat en Inde. 22.01 Le «logeur de terroristes» a rédigé une lettre manuscrite à destination des juges dans laquelle il clame son innocence et regrette d'avoir été pris dans le tourbillon médiatique. 20.01 Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a affirmé mardi que deux des assaillants des attentats du 13 novembre - jusqu'aujourd'hui inconnus - étaient des Irakiens. Sur la dernière page de sa revue «Dabiq», l'EI publie les portraits de neuf hommes, avec en fond une photo de Paris et en titre: «Juste la terreur». 18.01 Un Belge d'origine marocaine «lié directement» aux auteurs des attentats de Paris, a été arrêté la semaine dernière au Maroc, a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur à Rabat. 14.01 Le kamikaze qui s'est fait exploser le 18 novembre lors d'un assaut policier contre un appartement de Saint-Denis, en banlieue parisienne, quelques jours après les attentats du 13 novembre a été identifié comme étant un Belgo-Marocain de 25 ans nommé Chakib Akrouh. 15.01 Son ADN a été retrouvé sur une kalachnikov dans la Seat abandonnée à Montreuil, au nord-est de Paris, après avoir été utilisée par le commando des terrasses, qui a assassiné 39 personnes dans des bars et restaurants parisiens. Filmé en compagnie d'Abdelhamid Abaooud dans le métro parisien après les attaques du 13 novembre, peu de temps après la fusillade des terrasses, il a finalement été reconnu par des enquêteurs, qui ont comparé son visage à différents fichier de police. 14.01 Salah Abdeslam, suspect toujours en fuite des attentats de Paris, aurait contacté un avocat belge pour le défendre. Il s'agirait de Sven Mary (à droite, ici avec Daniel Spreutels). 13.01 La justice belge a retrouvé trois logements qui ont été loués en Belgique pour préparer les attentats de Paris, confirmant par ailleurs que leur organisateur présumé, Abdelhamid Abaaoud, avait séjourné à Charleroi (sud) avant les attaques. 11.01 Des images identifiant le suspect des attentats de Paris, enregistrées le 14 novembre dans une station-service, ont été publiées par BFMTV. Pendant douze minutes, les images que BFMTV a pu se procurer en exclusivité montrent l'homme le plus recherché d'Europe, les traits tirés, mais visiblement détendu... ... , les mains dans les poches, accompagné d'Attou Hamza et Mohammed Amri, deux complices qu'il a appelés dans la nuit du 13 au 14 novembre afin qu'ils viennent le chercher pour le ramener en Belgique. 10.01 L'instigateur présumé des attentats de novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud, s'est rendu au Royaume-Uni en 2015 pour y rencontrer d'autres jihadistes, affirme dimanche le quotidien britannique le Guardian. 07.01 Samir Bouzid et Soufiane Kayal seraient les deux coordinateurs belges des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. 05.01 Les auteurs des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis n'étaient ni drogués ni «dopés». Les résultats des expertises toxicologiques réalisées sur les neuf terroristes décédés et sur la cousine de Abdelhamid Abaaoud montrent qu'ils n'avaient consommé ni stupéfiants, ni alcool avant de passer à l'acte. 05.01.2016 Le principal suspect encore recherché dans l'enquête sur les attaques survenues en novembre dans la capitale française s'est effondré en larmes alors qu'il était au restaurant avec sa petite-amie. 31.12 Une dixième personne, un jeune homme de 22 ans, a été placée en détention préventive à Bruxelles pour «assassinats terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste». 30.12 Les auteurs des attaques du 13 novembre à Paris se sont coordonnés en temps réel au téléphone, entre eux mais aussi avec un ou des interlocuteurs non identifiés en Belgique, selon des éléments de l'enquête détaillés de source proche du dossier. 29.12 Le Français Charaffe al Mouadan, un combattant du groupe Etat islamique «lié directement» au jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris, a été tué en Syrie. 28.12. De nouveaux éléments sont sortis dans la presse concernant l'attaque au Bataclan. Des «boucliers humains» ont été utilisés. 26.12 Nouveau couac constaté en Belgique: l'école de Bilal Hadfi, l'un des terroristes, avait signalé sa radicalisation aux autorités. Mais l'information n'est pas remontée jusqu'à la police. 24.12 Noël 2015 ne ressemble pas aux précédents à Paris, une capitale marquée par les pires attentats de son histoire et la menace de nouvelles attaques jihadistes. 24.12 Un neuvième suspect a été arrêté et inculpé en Belgique en lien avec les attentats de Paris, a indiqué jeudi à l'AFP le parquet fédéral, confirmant qu'il avait été en contact téléphonique avec la cousine de l'organisateur présumé des attaques Abdelhamid Abaaoud. 22.12 Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mardi à Toulouse qu'un projet d'attentat dans la région d'Orléans avait été déjoué la semaine dernière. 21.12 Abdelhamid Abaaoud, un des auteurs des attentats sanglants de Paris, a passé quatre jours et trois nuits caché dans un buisson à Aubervilliers. 20.12 Une personne a été interpellée à Bruxelles dans le cadre de l'enquête liée aux attentats de Paris. 17.12 L'indemnisation des victimes des attentats du 13 novembre «pourrait atteindre au total 300 millions d'euros», annonce la ministre de la Justice Christiane Taubira 17.12 Après les attentats, la SNCF expérimente de nouvelles technologies pour détecter les comportements ou les bagages suspects. Un logiciel d'analyse comportementale est notamment testé dans des gares françaises. 16.12 Selon Le Canard Enchaîné, le Bataclan était menacé par les terroristes depuis plus de cinq ans. 16.12 La brasserie le «Comptoir Voltaire» a rouvert ses portes mercredi, un peu plus d'un mois après avoir été visée par une attaque suicide lors des attentats djihadistes de Paris, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre. 16.12 Le ministre belge de la Justice a révélé que la police aurait pu mettre la main sur l'ennemi public numéro 1 Salah Abdeslam après les attentats, mais qu'une faille dans la loi ne lui a pas permis de procéder à une perquisition durant nuit. 15.12 Un homme de 29 ans a été interpellé mardi matin en région parisienne et placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les attentats jihadistes du 13 novembre, a-t-on appris de source judiciaire. 14.12 Un mois après les attentats, le taux de réservation des vols internationaux à destination de la capitale peine à redécoller. 13.12 La quasi-totalité des Français assure n'avoir rien changé de leurs habitudes quotidiennes depuis les attentats du 13 novembre, bien qu'ils jugent la menace terroriste toujours élevée, selon un sondage BVA publié samedi. 09.12 Le troisième terroriste du Bataclan est identifié: , un Français de 23 ans, originaire de l'est de la France, faisait partie d'un groupe d'amis parti en Syrie. C'est grâce à sa famille, qu'après les deux premières identifications faites au Bataclan, le troisième kamikaze est désormais connu. Après une comparaison de son ADN, il a été formellement identifié en fin de semaine dernière. 09.12 Le troisième kamikaze de la tuerie du Bataclan a été identifié. 08.12 Les membres du groupe de rock californien Eagles of Death Metal, qui se produisaient au Bataclan lors de l'attentat jihadiste du 13 novembre à Paris, sont allés se recueillir mardi devant cette salle de spectacle où 90 personnes ont été tuées 06.12 Des munitions pour kalachnikov et des vidéos de propagande du groupe Etat islamique ont été saisies près de Paris lors des perquisitions menées dans le cadre de la fermeture d'une mosquée mercredi. 04.12 Le gouvernement français a diffusé vendredi une affiche à l'adresse du grand public sur la façon de réagir en cas d'attentat, trois semaines après les tueries du 13 novembre à Paris. 04.12 Deux nouveaux suspects sont «activement recherchés par les services de police belge et français», deux hommes contrôlés avec de fausses identités à la frontière hongroise en compagnie du suspect clé des attentats de Paris Salah Abdeslam, a indiqué vendredi le parquet fédéral belge. Le 9 septembre, il a été contrôlé à la frontière austro-hongroise alors qu'il se trouvait à bord d'une Mercedes avec deux hommes qui avaient de faux papiers belges aux noms de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal. 04.12 Visé par les attentats du 13 novembre, le Café La Bonne Bière rouvre ses portes le 4 décembre. 03.12 Les auteurs des attentats à Paris n'ont pas eu besoin de plus de «30'000 euros» pour organiser les attaques, a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin. L'opération a été financée par un «cumul de toutes petites sommes». 03.12 Daech s'est servie d'une des photos les plus marquantes des attentats pour en faire la une de sa revue de propagande en français. L'auteur du cliché se dit dégoûté. 03.12 Attaqué par le gérant de la pizzeria Casa Nostra, prise pour cible par les terroristes le 13 novembre, «Le Petit Journal» a répliqué en diffusant les images non floutées de la transaction entre l'homme et un journaliste du «Daily Mail». 2.12 Nicolas Sarkozy a critiqué François Hollande et le gouvernement, qui selon lui n'auraient pas pris la mesure de l'intervention en Syrie. 01.12 Un proche de Jawad Bendaoud, qui avait fourni le logement de Saint-Denis à deux auteurs des attentats, dont Abdelhamid Abaaoud, a été arrêté mardi matin. 30.11 La France et la Belgique veulent renforcer, après les attentats de Paris, l'échange de renseignements au sein du «groupe des neuf», qui rassemble les neuf pays européens les plus concernés par la menace djihadiste. 30.11 Appelé le «ministre des attentats» de l'EI, un dénommé Abou Mohammed al-Adnani, également porte-parole du groupe jihadiste, pourrait être l'organisateur des différentes attaques du 13 novembre 30.11 Les policiers chargés de l'enquête sur les attentats du 13 novembre vérifient un signalement selon lequel Salah Abdeslam pourrait avoir acheté des détonateurs dans le Val d'Oise en octobre. Par ailleurs, l'homme qui a véhiculé le terroriste dans Bruxelles le lendemain des attaques a raconté l'avoir laissé près d'un dépôt. Il était «livide». 30.11 Barack Obama et François Hollande ont déposé des fleurs devant le Bataclan, dimanche soir. 28. 11 Près de 1000 personnes ont été empêchées d'entrer en France depuis le rétablissement des contrôles aux frontières, destinés à renforcer la sécurité de la conférence sur le climat (COP21) et à minimiser le risque «terroriste», selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Dobrynya a été offert par la Russie à la France pour remplacer Diesel tué lors de l'assaut d'un appartement loué par les terroristes à Saint-Denis. 27.11 «Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine», a déclaré le président français François Hollande lors d'un discours d'une quinzaine de minutes ponctuant la cérémonie nationale de recueillement. 27.11 «Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine», a déclaré le président français François Hollande lors d'un discours d'une quinzaine de minutes ponctuant la cérémonie nationale de recueillement. 27.11 La cérémonie d'hommage aux victimes a eu lieu à l'hôtel des Invalides à Paris en présence de nombreuses personnalités et des familles des victimes. 27.11 De nombreux citoyens ont rendu hommage aux victimes en déposant des fleurs et des bougies sur la place de la République à Paris. 27.11 Le peuple français a répondu à l'appel du président qui demandait à ce qu'on affiche les couleurs de la France. 27.11 Des armes auraient été achetées en Allemagne 26.11 «Je veux être le premier groupe a jouer au Bataclan quand il réouvrira», a expliqué le co-fondateur du groupe américain du groupe Eagles of Death Metal lors d'un entretien avec le directeur général de Vice. 25.11 Le point sur les différents auteurs des attaques après la conférence de presse du procureur de Paris, lundi soir. 25.11 Le versement de 40'000 euros (quelque 43'260 francs) promis par la mairie de Paris à chaque commerçant touché par les attentats du 13 novembre, a été bloqué pour la pizzeria Casa Nostra, dont le gérant est accusé d'avoir monnayé la vidéo de l'attaque, a indiqué mercredi la mairie. 25.11 Olivier Corel, dit «l'émir blanc», a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Foix à six mois de prison avec sursis pour détention d'arme. 24.11 Abdelhamid Abaaoud est revenu sur les lieux après les attaques, a indiqué le procureur de la République François Molins mardi soir. L'instigateur présumé des attentats projetait de se faire exploser dans le quartier d'affaires de La Défense, a-t-il précisé. 24.11 La justice belge a lancé un mandat d'arrêt international contre un homme de 30 ans, Mohamed Abrini, identifié le 11 novembre en compagnie du suspect clé Salah Abdeslam comme étant au volant de la Clio qui a servi deux jours plus tard aux attentats de Paris. 24.11 La police française a procédé à 1.233 perquisitions, qui ont abouti à l'interpellation de 165 personnes et la saisie de 230 armes, depuis l'instauration de l'état d'urgence après les attentats de Paris 24.11 Assignée à résidence à Alençon, la cousine du djihadiste Fabien Clain, dit avoir été «sciée» lorsqu'elle l'a entendu revendiquer les attentats de Paris, dans un entretien au quotidien régional «Ouest-France» paru mardi, dans lequel elle condamne vivement ces attaques. 24.11 Hayet, une amie proche du logeur sest confiée à lissue de sa garde à vue. Selon elle, Jawad savait ce qui se passait dans son appartement. 24.11 Le Père Hervé Benoît (médaillon), du diocèse de Lyon juge que les victimes du Bataclan sont les «frères siamois» de leurs bourreaux. 23.11 Jawad Bendaoud semait la terreur dans son quartier et était l'homme de main de trois «marchands de sommeil». 23.11 Une ceinture pouvant «s'apparenter à une ceinture d'explosifs», avec une «configuration» semblable à celle utilisée par les jihadistes des attentats de Paris, a été découverte lundi en fin d'après-midi dans une poubelle à Montrouge, dans la proche banlieue de Paris. Elle a été retrouvée «en fin d'après-midi dans une poubelle» de la commune de Montrouge, a indiqué une source policière, qui a précisé qu'elle ne «disposait pas de système de mise à feu». Découverte par des éboueurs, elle semble avoir «la même configuration» que les gilets utilisés par les jihadistes qui se sont fait exploser dans les attaques du 13 novembre. 23.11 Salah Abdeslam, l'ennemi public no 1, serait également traqué par le groupe Etat islamique, qui lui reprocherait de ne pas être passé à l'acte et qui craindrait qu'il ne se confie aux autorités. 23.11 Un Belge d'origine marocaine, Ahmad Dahmani, 26 ans, a été arrêté en Turquie à Antalya, où il était arrivé le 14 novembre en provenance d'Amsterdam. Les policiers turcs étudient ses éventuels contacts avec les assaillants de Paris. 23.11 Une chaîne de télévision britannique a diffusé des images exclusives de l'intérieur de l'immeuble de Saint-Denis dans lequel a eu lieu l'assaut de la police contre des terroristes. 23.11 Depuis les attentats de Paris du 13 novembre, 115 agressions islamophobes ont été recensées au Royaume-Uni, soit une hausse de 300%. 23.11 Le propriétaire de Diesel, tuée dans l'assaut donné sur un appartement de Saint-Denis le 18 novembre, est revenu sur les circonstances de la mort de son petit compagnon. 23.11 Sophia (à gauche) et Barbara n'avaient pas vu que le terroriste avait braqué son arme sur elles mais que son arme s'était enrayée, devant la pizzeria Casa Nostra. Elles n'ont pris conscience de leur incroyable chance qu'en visionnant les images. 23.11 Pas moins de 68% des personnes ayant participé à notre sondage en ligne souhaitent que notre pays adopte une politique d'intégration plus stricte. 23.11 François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron se sont recueillis lundi matin sur le Bataclan à Paris, ont annoncé leurs services. 23.11 La police belge a mené dimanche soir 19 perquisitions dans la région de Bruxelles et interpellé 16 personnes, a annoncé lundi le parquet fédéral de Belgique. Ce vaste coup de filet n'a toutefois pas permis d'arrêter Salah Abdeslam, un suspect-clé des attaques du 13 novembre à Paris. 21.11 La Belgique a élevé au maximum le niveau d'alerte terroriste pour la ville de Bruxelles. Les métros sont fermés, les rassemblements de personnes déconseillés et les matchs de football annulés. 22.11 La police diffuse la photo du 3e kamikaze du Stade de France pour l'identifier. 22.11 Jesse Hughes, chanteur de Eagles of Death Metal à Chicago, en septembre 2015. Il s'est exprimé pour la première fois sur l'attaque du Bataclan dans une vidéo mise en ligne dimanche, racontant comment un enfant avait pu échapper à la mort en se cachant sous sa veste en cuir. 21.11 La perquisition en France voisine d'un appartement situé dans cette maison a permis de mettre la main sur des vidéos djihadistes. Le locataire des lieux se trouve en garde à vue. 21.11 Diesel, le chien du RAID avait trouvé la mort lors de l'assaut de Saint-Denis mercredi 18 novembre. La Russie a offert à la France son remplaçant. 21.11 La Belgique a élevé au maximum le niveau d'alerte terroriste pour la ville de Bruxelles. Les métros sont fermés, les rassemblements de personnes déconseillés et les matchs de football annulés. 20.11 Hasna Aitboulahcen n'est pas morte en kamikaze lors de l'assaut à Saint-Denis, a indiqué à l'AFP une source policière. Le bilan des attentats de Paris s'est alourdi à 130 morts. 20.11 «Il faut le dire et le savoir : avec les nouvelles mesures, certes nécessaires, on n'attrapera que les neuneus» (idiots, ndlr), confiait à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, un haut responsable de l'antiterrorisme en France, au moment où entraient en vigueur les dispositions comprises dans la récente loi sur le Renseignement. 20.11 Un hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre, présidé par le chef de l'Etat, François Hollande, aura lieu à Paris vendredi 27 novembre. Il surviendra deux semaines après les attaques qui ont fait 129 morts et 352 blessés dans la capitale française et sa banlieue. 20.11 Selon le «Daily Mail», Salah Abdeslam aurait changé d'identité et se ferait appeler Yassine Baghli. Après une enfance maltraitée et une jeunesse de fêtarde, la kamikaze présumée, Hasna Ait Boulahcen, a pris le chemin de la radicalisation. 19.11 La femme retranchée dans l'appartement mercredi matin à Saint-Denis, qui s'est fait exploser après avoir activé son gilet explosif, serait Hasna Ait Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud. 19.11 Un jeune homme a été placé en garde à vue en Haute-Savoie à la suite d'une perquisition administrative. Un drapeau de Daech et des documents suspects ont été découverts à son domicile à Fillinges, en France voisine. 19.11 Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, a été tué pendant l'assaut des forces de police mercredi à Saint-Denis, en banlieue parisienne, a annoncé jeudi le procureur de Paris. 19.11 Selon le quotidien «Bild», plusieurs bombes étaient censées exploser mardi soir dans le stade de la HDI Arena à Hanovre (All). Le match amical entre l'Allemagne et les Pays-Bas avait été annulé mardi soir peu avant son coup d'envoi. 18.11 L'immeuble dans lequel s'est déroulé l'assaut mercredi porte les marques des combats. Explosions, tirs nourris de «plus de 5000 munitions», snipers sur les toits: les habitants du centre de Saint-Denis, au nord de Paris, ont été réveillés bien avant l'aube par une véritable scène de guerre. A l'issue de ces sept heures d'opérations, menées par une centaine de policiers d'élite, «une nouvelle équipe de terroristes a été neutralisée et tout laisse à penser (...) que ce commando pouvait passer à l'acte», a déclaré à la presse le procureur de Paris, François Molins, chargé de l'enquête. L'assaut a été lancé à la suite d'un témoignage lundi «faisant état de la présence d'Abaaoud sur le territoire français», a précisé le procureur. 18.11 «Tout laisse à penser» que le groupe de personnes arrêtées ou abattues mercredi matin lors de l'assaut d'un appartement à Saint-Denis «pouvait passer à l'acte» pour un nouvel attentat, a déclaré le procureur François Molins. 18.11 Un quinquagénaire a perdu la vie vendredi soir, alors qu'il était resté chez lui. Il a sans doute été victime d'une balle perdue. 18.11 - Des vérifications sont en cours pour déterminer l'identité des personnes tuées et interpellées lors de l'assaut antiterroriste mercredi à Saint-Denis (banlieue nord de Paris), et les enquêteurs ne peuvent «en l'état» se prononcer sur la présence de l'organisateur présumé des attentats parisiens Abdelhamid Abaaoud. «Personne n'a pu entrer dans l'immeuble, donc les opérations de police technique et scientifique n'ont pas commencé», a affirmé le procureur François Molins, chargé de l'enquête sur les attentats de vendredi qui ont fait 129 morts. 18.11 Les jihadistes présumés contre lesquels les forces de l'ordre ont donné l'assaut mercredi matin à Saint-Denis près de Paris projetaient un attentat dans le quartier d'affaires de La Défense, selon une source proche de l'enquête. On voit ici des images d'une interpellation dans le cadre... ... de l'opération antiterroriste survenue mardi matin dans la banlieue nord de la capitale français. 18.11 Abdelhamid Abaaoud est l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre. Il a été la cible de l'assaut à Saint-Denis, mardi matin. 18.11 Un assaut des forces de police françaises a débuté mardi vers 4h30 à Saint-Denis, au nord de Paris. Deux «terroristes» ont été tués lors des premiers affrontements à Saint-Denis, en banlieue parisienne, où une opération antiterroriste est en cours en lien avec les attentats de Paris, selon une source proche du dossier. L'un d'eux, une femme, s'est fait exploser. L'organisateur présumé des attentats de Paris, le Belge Abdelhamid Abaaoud, est la cible de l'assaut. La police a évacué plusieurs habitants de Saint-Denis. L'assaut donné se tient dans un quartier résidentiel du centre la ville, au nord de Paris. 18.11 Pour trois Français sur quatre, les réactions de François Hollande aux événements meurtriers ont été «à la hauteur». Une grande majorité approuve aussi les décisions annoncées. La police nationale conclut qu'il y avait 9 terroristes en tout, et non plus 8, comme elle le croyait jusqu'à présent. Ce neuvième assaillant serait, comme Abdeslam Salah, encore vivant. Les forces de l'ordre recherchent donc activement non plus un, mais deux terroristes. 17.11 La police française a diffusé un appel à témoins d'un des kamikaze du Stade de France. 17.11 Le match amical entre l'Allemagne et les Pays-Bas a été annulé mardi en raison d'un risque 'sérieux' d'attentat. Dans le même quartier d'Hanovre, un concert a été également annulé. Aucun engin explosif n'a été découvert. 17.11 Une vidéo accrédite l'existence d'un neuvième assaillant lors des attentats de vendredi soir à Paris, membre du commando qui a attaqué des terrasses de cafés et restaurants, ont affirmé mardi à l'AFP des sources proches de l'enquête et policière. 17.11 Quatre jours après les attentats de Paris, le match amical opposant l'Allemagne aux Pays-Bas à Hanovre a été annulé mardi soir pour «raisons de sécurité». Il existait un risque «sérieux» d'«attentat à la bombe», a annoncé le chef de la police locale. 17.11 La police française a diffusé mardi soir la photo d'un des kamikazes décédés vendredi soir au Stade de France et lancé un appel à témoins pour l'identifier. 17.11 La police allemande opérant en lien avec les attentats a annoncé mardi avoir arrêté sept personnes dans la région d'Aix-la-Chapelle, à proximité immédiate de la frontière belge. Les autorités ont fourni peu de détails sur ces interpellations, gardant sous silence leur identité et leur nationalité précise. 17.11 Une voiture, louée par Salah Abdeslam et qui pourrait avoir servi à la préparation des attentats de vendredi soir, a été retrouvée mardi matin à Paris. Cette «voiture a été louée par Salah Abdeslam», soupçonné d'être l'un des auteurs des attentats de Paris vendredi et visé par un mandat d'arrêt international. 17.11 La une du prochain Charlie Hebdo dessinée par Coco, sur les attentats de Paris. 17.11 Il y deux semaines, la bourgmestre de Molenbeek ordonnait la fermeture du bar Les Béguines, situé au rez-de-chaussée d'un bâtiment en brique sans grâce, typique du quartier. A l'origine de sa décision, un rapport de police dénonçant un trafic et une consommation de drogue dans l'établissement au cours de l'été. Dans la soirée de vendredi, le propriétaire du bar, un ressortissant français de 31 ans, né à Bruxelles, a actionné son gilet d'explosifs dans le bistrot Le Comptoir Voltaire, dans le XIe arrondissement de Paris. Son jeune frère Salah Abdeslam, qui était le gérant du bar Les Béguines, est aujourd'hui l'homme le plus recherché d'Europe, faisant l'objet depuis dimanche d'un appel à témoins des autorités françaises. 17.11 Cette image prise dimanche soir à 20h devant le bar A la bonne Bière fait le tour des réseaux sociaux. Le cliché est l'oeuvre du photographe indépendant Benjamin Filarski. 17.11 La chaîne iTélé s'est procuré une image du bouclier qui a protégé les membres de la BRI alors qu'ils pénétraient dans le Bataclan. La protection témoigne de la violence des échanges de tirs. On y dénombre 27 impacts de balle, mais aucune ne l'a transpercée. 17.11.15 Abdelhamid Abaaoud, actuellement en Syrie et qui a rejoint les rangs de l'Etat islamique (EI) au début de 2013, serait le commanditaire des attentats de Paris qui ont fait au moins 129 morts vendredi. 16.11.15 Le frère de Salah Abdeslam, un suspect clé des attaques terroristes de Paris visé par un mandat d'arrêt international, a assuré lundi ne pas savoir où était son frère, évoquant devant plusieurs médias un «garçon normal». 16.11 Une importante opération de police s'est déroulée lundi dans la commune bruxelloise de Molenbeek, visant à interpeller Salah Abdeslam. Deux personnes ont été inculpées, mais pas ce suspect clé. 16.11 La tour Eiffel, fermée depuis les attentats de Paris, a rouvert au public lundi. Le monument emblématique de la capitale française sera illuminé aux couleurs bleu-blanc-rouge du drapeau français trois soirs de suite jusqu'à mercredi. 16.11 La Suissesse blessée vendredi soir lors des attentats terroristes de Paris a été rapatriée lundi par un avion-ambulance de la Rega. 16.11 «Nous ne céderons pas face au terrorisme», a clamé lundi Didier Burkhalter dans le cadre du Forum for Economic Dialogue à Zurich. 16.11 François Hollande s'est exprimé devant le Parlement réuni en Congrès lundi après-midi. Il a appelé à construire une grande coalition, avec la Russie, visant à détruire Daech. 16.11 Plus de 10'000 personnes, à l'instar d'Omar Ismaïl Mostefaï, qui s'est fait exploser vendredi soir dans la salle de concerts parisienne du Bataclan après avoir tiré sur les spectateurs, font en France l'objet de fiches dites «S» de renseignement, notamment des islamistes radicaux. 16.11 Le groupe Etat islamique (EI) a probablement d'autres opérations semblables aux attaques de Paris en préparation, a estimé lundi à Washington le directeur de la CIA, John Brennan. 16.11 Le Français Bilal Hadfi, 20 ans, vivait en Belgique et avait séjourné en Syrie avant de se faire exploser aux abords du Stade de France. 16.11 L'image, prise à l'intérieur du Bataclan, montre une trentaine de corps étendus dans une mare de sang. Diffusée non floutée sur Twitter, elle a choqué de nombreux internautes. 16.11.2015 Selon le journal flamand «De Standaard», les noms de Brahim Abdeslam, mort en actionnant une ceinture d'explosifs boulevard Voltaire à Paris vendredi soir 13.11.2015, et Abdelhamid Abaaoud (photo), considéré comme le commanditaire des attentats projetés par la cellule de Verviers, en Belgique, apparaissent dans plusieurs dossiers criminels de droit commun, pour des faits commis à Bruxelles en 2010 et 2011. 16.11 Le Premier ministre français, Manuel Valls, s'exprimé sur RTL. «Nous allons vivre longtemps avec cette menace, il faut se préparer à de nouvelles répliques», a-t-il déclaré. Face à la «guerre» contre le terrorisme, «nous n'écartons aucune solution». Il a également affirmé que d'autres pays européens risquaient d'être touchés. 16:11 La police française a mené des perquisitions dans plusieurs villes françaises, notamment à Toulouse et Grenoble. 15.11 Des avions français ont largué 20 bombes dimanche sur le fief de l'organisation Etat islamique (EI) à Raqa, dans l'est de la Syrie. 15.11 La population suisse est invitée à respecter une minute de silence lundi à midi en hommage aux victimes des attentats de Paris. Simonetta Sommaruga s'associe à l'appel des chefs d'Etat européens. La foule se recueille devant le restaurant «Le Carillon». C'est dans la banlieue est de Paris, à Montreuil, que l'une des voitures ayant servi aux attentats a été découverte. Cette Seat noire contenait trois kalachnikovs. Deux véhicules ont été identifiés comme ceux utilisés pour perpétrer les attentats dans la capitale française: une Volkswagen noire et une Seat noire. Cette dernière a été identifiée à Montreuil, commune limitrophe de Paris. Trois fusils d'assaut Kalachnikov ont été retrouvés à bord. «Aujourd'hui, les Français ne se sentent pas en sécurité», a déclaré l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy après sa rencontre avec François Hollande à l'Elysée. Evoquant un «état de guerre», l'homme politique a fait des propositions touchant trois points: la politique étrangère, la politique européenne en matière d'immigration, et la politique de sécurité. L'ex-Président veut assumer les conséquences «d'un état de guerre» et souhaite «des réponses politiques adaptées». «Nous avons besoin des Russes pour exterminer Daech», a-t-il déclaré concernant l'engagement de la France à l'étranger. La police belge patrouille dans les rues de Bruxelles samedi soir, alors que des interpellations en lien avec les attentats de Paris ayant fait 129 morts sont en cours. Une seat utilisée pour perpétrer les attentats à été retrouvée à Montreuil. L'international français Lassana Diarra a perdu sa cousine dans les attaques de vendredi à Paris. Il a posté un texte sur les réseaux sociaux... Un rassemblement a eu lieu à Lausanne pour soutenir la France en deuil. Mouvement de solidarité à Lausanne place de l'Europe La nouvelle vague d'attentats, dix mois après ceux de janvier (17 morts), a touché au coeur Paris, capitale du pays qui se situe au premier rang des destinations touristiques du monde. Place de la République, des passants allument des bougies, déposent fleurs et poèmes en hommage aux morts et aux blessés. Les policiers laissent faire quelques secondes puis leur demandent de ne pas rester attroupés. Par sécurité, il est interdit de manifester. Au lendemain des fusillades, les images d'impacts de balles à travers la vitre de l'une des cibles des terroristes sont saisissantes. Des bâtiments dans le monde aux couleurs de la France en hommage aux victimes des attentats de vendredi à Paris. Ici, à Las Vegas. L'Opéra de Sydney en Australie. Le World Trade Center à New York. Policiers vers Le Bataclan samedi à Paris. Hommages samedi vers Le Bataclan à Paris. Hommages vers Le Petit Cambodge samedi à Paris. Le Carillon samedi à Paris Les attentats sans précédent qui ont fait au moins 120 morts à Paris vendredi soir ont suscité une vague d'horreur et d'émotion à travers le monde. De Washington à Moscou, des Nations unies à l'Otan, dans toute l'Europe, les responsables ont condamné le carnage. (14 novembre 2015) Près du Bataclan, des retrouvailles dans l'émotion. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 120 personnes ont été tuées vendredi soir à Paris dans une série d'attaques terroristes sans précédent en France, dont une tuerie dans une salle de spectacle aux cris de «Allah Akbar» et un attentat suicide au Stade de France. (Vendredi 13 novembre 2015) Les forces de l'ordre évacuent les blessés, notamment ceux du Bataclan. (Vendredi 13 novembre 2015) Devant le Bataclan, François Hollande annonce un combat «impitoyable» face au terrorisme. (Vendredi 13 novembre 2015) Un blessé est pris en charge. (Vendredi 13 novembre 2015) La police devant le Bataclan,où s'est déroulé vendredi soir une prise d'otages sanglante. C'est une des grandes salles de spectacle parisiennes, d'une capacité d'environ 1500 places. (Vendredi 13 novembre 2015) La police contrôle l'identité d'un homme près du Bataclan après les attaques. (Vendredi 13 novembre 2015) Les habitants sont invités à rester chez eux pendant l'assaut au Bataclan. (Vendredi 13 novembre 2015) Le président français François Hollande a annoncé vendredi soir que l'état d'urgence allait être décrété sur toute la France et les frontières fermées. (Vendredi 13 novembre 2015) La police a lancé l'assaut à 21:30 dans la salle de spectacle du Bataclan à Paris, où une prise d'otages était en cours. (Vendredi 13 novembre 2015) Les assaillants de la salle de spectacle Le Bataclan à Paris vendredi soir «ont tiré en plein dans la foule en criant «Allah Akbar!» («Dieu est le plus grand»), a rapporté un témoin de la scène interrogé sur France Info. (Vendredi 13 novembre 2015) De fortes détonations ont été entendues, a constaté sur place un journaliste de l'AFP. (Vendredi 13 novembre 2015) Les attentats de Paris ont fait au moins 40 morts et 60 blessés, a déclaré à Reuters une source policière. «Il y en aurait 20 à la salle de concert du Bataclan, 10 au niveau du restaurant Le Petit Cambodge (Xe arrondissement) et 10 rue de La Fontaine-au-Roy (XIe)», a dit cette source. (Vendredi 13 novembre 2015) Cette même source a fait état également de trois morts non encore confirmés rue de Charonne et d'une prise d'otages au Bataclan, où les forces de l'ordre donnent l'assaut. (Vendredi 13 novembre 2015) La préfecture de police a recommandé sur Twitter aux personnes qui se trouvent en région parisienne «d'éviter de sortir sauf nécessité absolue». Ci-dessus, des spectateurs au Stade de France attendent de pouvoir en sortir. (Vendredi 13 novembre 2015) François Hollande apprend la nouvelle des attaques à Paris pendant le match France-Allemagne. (Vendredi 13 novembre 2015) Scène surréaliste au Stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. (Vendredi 13 novembre 2015) Des personnes blessées courent près du Bataclan après les fusillades. (Vendredi 13 novembre 2015) Scène surréaliste au Stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. Scène surréaliste au stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. Les spectateurs quittent le Stade de France pendant les explosions et fusillades à Paris. Les secours aident une personne près du Bataclan. Les secours aident une personne près du Stade de France. Les spectateurs quittent le Stade de France pendant les explosions et fusillades à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) La sécurité près du Stade de France pendant le match. Les secours aident une personne après les fusillades à Paris. Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du Stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du Stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du Stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du Stade de France au nord de la capitale. selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Les trois lieux des fusillades dans Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Un premier bilan a fait état de 18 morts à la suite des multiples attaques qui ont touché Paris et sa banlieue. (Vendredi 13 novembre 2015) Des habitants ont jeté des draps blancs pour recouvrir les corps dans les rues à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Les forces de l'ordre arrivent sur les lieux d'une fusillade à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Un premier bilan a fait état de 18 morts suite aux multiples attaques qui ont touché Paris et sa banlieue. (Vendredi 13 novembre 2015)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ambiance est lourde à Ménilmontant, peu après 23h, le samedi 14 novembre. Dans l'un des quartier qui est habituellement l'un des plus animés de Paris, les rues paraissent quasiment désertes. Le matin, on avait aperçu les devantures fermées des bars de nuit. On se disait qu'on retournerait les voir plus tard. Le soir, beaucoup avaient renoncé à ouvrir.

En descendant la rue Oberkampf, qui mène au Bataclan, l'ambiance est morne. Quelques personnes prennent des verres dans des bars, des restaurants, on entend ça et là du blues, de l'électro, on voit même des gens sourire. Des éclats de joie un peu dérisoires. Les citoyens ont été invités à rester chez eux, et la rue habituellement noire de monde le week-end est quasiment déserte. «Monsieur, on va fermer.» Devant La Mercerie, le videur répète aux rares clients les mots qu'il prononce habituellement à 5h du matin. «Regardez...», répond-il en balayant les environs du regard, lorsqu'on lui demande si le quartier est différent par rapport à l'habitude. «C'est une ambiance lunaire», analyse-t-il.

A une terrasse, deux jeunes femmes, un peu dans leur monde et seules, s'embrassent. Souriantes, Anne et Isabelle ne pouvaient pas s'imaginer rester chez elles à ruminer. «Beaucoup de gens passent leurs soirées dans des appartement, à refaire le monde», raconte Anne. Les appels des proches, la peur, les infos en continu, Isabelle en a eu un peu marre. Pour elle, c'était presque une chance d'avoir eu à travailler samedi. «Cela m'a permis de déconnecter». A peine le temps de discuter un peu de ce «retour à la réalité» que, sur les coups de 23h30, un employé du bar annonce sa fermeture imminente.

"C'était important de sortir"

A la différence du Paris festif, celui des week-ends, l'on n'entend pas de cris de joies, de gens qui parlent fort ou font les idiots. Un groupe d'amis assis plus bas dans la rue ne déroge pas à cette nouvelle règle. Une trentenaire ose malgré tout déclarer que sortir ce soir-là, «c'est un acte militant de joie». «On s'attendait à voir plus de monde», confie son pote, qui dit comme le reste du groupe avoir «la gueule de bois». La peur, ils y pensent, mais n'ont pas envie d'y céder. Force est de constater pourtant que eux et leur entourage ne parlent que de «ça» depuis la veille,. Dans le quartier, c'est comme si «tout le monde retenait son souffle».

Sur l'Avenue de la République, en se rapprochant encore du Bataclan, un groupe d'amis est d'humeur festive dans la verrière du café Anémone. Verres de vin et victuailles sur une grande table. Ca rigole, ça parle fort, ça vit. Margaux, pétillant petit bout de femme, est heureuse de nous voir. « Sur Twitter, on lancé le hashtag #occupyterrasse!», lance-t-elle aussitôt, enthousiaste. Cette journaliste s'interdit de se laisser gagner par le climat morne.

«Nous sommes tous choqués, mais c'était super important pour nous de sortir normalement», explique-t-elle. A ses côtés, Antoine renchéri: «Ils ont attaqué la culture parisienne! Il n'y a pas plus parisien que de sortir le week-end, dans ce quartier, sur une terrasse». De son côté, le gérant du café explique que le lieu est normalement bondé. Par mesure de sécurité, il a signalé à la police que son établissement était ouvert. On sort, un individu à l'air un peu illuminé, poussant un vélo, nous accoste. «Etes-vous en sécurité Messieurs-Dames?», sourit-il d'un air un peu fou. «Oui, bon, c'est bien. Bonne soirée!» Et de repartir avec son ami, qui nous salue également. Paris, normalement, c'est aussi ça.

"Nous voulions rendre hommage aux victimes"

A deux pas du Bataclan, là où des journalistes du monde entier viennent faire leurs directs, des clients sirotent des pintes, dans le calme. Trois amis, un homme et deux femmes vivant dans le quartier, discutent. Leur présence aussi près des lieux du drame n'a rien d'anodin. «On avait envie de rendre hommage aux victimes. On voulait être joyeux... mais c'est compliqué», explique Pierric. Lui aussi a bien compris la symbolique que les terroristes ont voulu attaquer. «On sait qu'on habite dans un des quartiers les plus sympas de Paris. Des gens de toute la ville viennent boire des coups ici. Les terroristes détestent notre liberté, ils ont voulu nous le montrer», analyse-t-il. Et d'ajouter que Charlie Hebdo, c'était à 200 mètres de là...

Encore un lieu symbolique, encore un lieu désert. A deux pas des rues qui ont été le théâtre de la fusillade devant Le Petit Cambodge et Le Carillon, les abords du canal Saint-Martin sont quasiment déserts. Un groupe de jeunes filles anglophones cherchent des feuilles à rouler, deux autres jeunes sont assis au bord de l'eau, là-même où, durant les beaux jours, il est impossible de trouver une place pour s'asseoir.

Dans un bar irlandais, le calme. Les serveurs confient, comme partout, que l'ambiance est triste. De l'autre côté, Chez Prune, on retrouve ce qui ressemble le plus à une atmosphère de week-end dans le 11e arrondissement. Plusieurs tables sont occupées, la musique - du hip hop old school - est forte. Les barmen chambrent les clients, font les cent pas. On se croirait presque à Paris un samedi soir. Avant qu'un employé, qu'on interroge, raconte que la veille il a entendu des coups de feu. «On a dû fermer les rideaux et rester à l'intérieur du café pendant un long moment. C'était le bordel dehors, un défilé d'ambulances et de voitures de police.» Avant d'ajouter que, comme après les attentats du 7 janvier, la vie reprendra progressivement son cours.