Ouragan

22 septembre 2017 23:33; Act: 23.09.2017 13:55 Print

Maria fait évacuer plus de 70'000 personnes

Un barrage a cédé vendredi à Porto Rico, où le bilan de l'ouragan Irma s'est alourdi à au moins 13 morts.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de 70'000 personnes ont reçu l'ordre d'évacuer une zone du nord-ouest de Porto Rico après la rupture d'un barrage sous l'effet de pluies diluviennes causées par l'ouragan Maria. La tempête s'éloignait samedi vers la haute mer dans l'Atlantique Ouest.

Dans son dernier bulletin publié à 11h00 suisses, le Centre américain des ouragans indique que Maria, désormais classé en catégorie 3 (sur une échelle de 5), s'éloigne vers l'ouest de l'Atlantique, sans toucher les Bahamas, où l'alerte a été levée alors que cet archipel avait été durement frappé par Irma.

Le barrage de Guajataca (nord-ouest) a cédé vendredi après-midi, provoquant des inondations soudaines et une «situation extrêmement dangereuse» le long du Rio Guajataca, a annoncé le service météorologique de Porto Rico, qui a émis une alerte inondations jusqu'à samedi.

«Vies en danger»

«Toutes les zones entourant la rivière Guajataca doivent évacuer immédiatement. Les vies des habitants sont en danger», a-t-il indiqué sur Twitter. Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a peu après ordonné l'évacuation de 70'000 personnes dans cette zone. «On nous parle de destruction totale», a-t-il dit sur CNN.

Interviewé par le journal local El Vocero, le directeur de la Sécurité publique de Porto Rico, Hector Pesquera, a expliqué qu'un drain du barrage, qui laisse normalement passer une petite quantité d'eau à un flux contrôlé, avait cédé. On ignorait cependant samedi si ces ordres d'évacuation avaient été suivis d'effet.

Communications coupées

Porto Rico fait face depuis mercredi à une situation préoccupante avec des inondations et des pluies torrentielles. Ce territoire de 3,4 millions d'habitants se retrouve sans électricité, peut-être pour plusieurs mois, et avec un réseau de télécommunications presque entièrement détruit.

Le bilan faisait état de treize morts vendredi dans le territoire américain. «Des parties de l'île sont encore sans communication, donc ce chiffre (...) n'est qu'un bilan préliminaire», a estimé le gouverneur de l'île.

«Nous essayons d'ouvrir les ports et nous nous servons déjà des aéroports pour venir en aide à la population et lui apporter les produits de première nécessité», a déclaré sur CNN le responsable de l'Agence fédérale de secours (Fema), Brock Long.

Avant l'ouragan, Porto Rico était déjà en proie à une crise de sa dette depuis près d'une décennie. Selon une source proche du dossier, les juges responsables du dossier de faillite de l'île ont conseillé de suspendre la procédure judiciaire le temps de la reconstruction.

Porto Rico n'avait pas connu de phénomène météorologique d'une telle violence depuis 1928, lorsqu'un ouragan avait fait plus de 300 morts.

Plus d'une trentaine de morts

Septième ouragan de la saison et quatrième ouragan majeur dans l'Atlantique, Maria a fait plus d'une trentaine de morts dans les Caraïbes. Elle a en particulier frappé de plein fouet la Dominique. On y a dénombré au moins une quinzaine de victimes et on y redoute des dégâts colossaux car l'oeil du cyclone et son mur de vent dévastateur sont passés juste au-dessus de l'île.

«Nous n'avons plus d'eau, plus d'électricité, et très peu de communications», a déclaré le Premier ministre Roosevelt Skerrit. L'ancienne colonie britannique et ses 71'000 habitants sont pratiquement coupés du monde. Selon l'ONU, 95% des toits des maisons ont été arrachés ou endommagés.

Maria a également ravagé les Iles Vierges et Sainte-Croix où vivent la moitié des 103'000 habitants de ce territoire américain. Environ 70% des habitations y ont été endommagées.

La tempête devrait perdre en puissance durant les deux prochains jours et éviter les Etats-Unis, au contraire d'Irma qui a fait au moins 84 morts et infligé des dégâts matériels énormes dans les Antilles et aux Etats-Unis, surtout en Floride.

(nxp/afp)