France - Crise à l'UMP

23 novembre 2012 15:46; Act: 23.11.2012 15:46 Print

Et si Fillon torpillait Copé là où ça fait mal

L'argent est souvent le nerf de la guerre en politique. Jean-François Copé, président contesté de l'UMP française, pourrait se voir acculer pour des raisons de trésorerie.

storybild

De gauche à droite, François Fillon et Jean-François Copé. (photo: Keystone/AP/Christophe ena)

Sur ce sujet
Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

François Fillon pourrait tenir le couteau par le manche face à son adversaire Jean-François Copé, selon une analyse du site challenges.fr.

François Barouin, ancien ministre français de l'économie et proche de Fillon, envisagerait de faire sécession, en s'attirant les faveurs de certains parlementaires de l'UMP. Au détriment des finances du parti présidé par le contesté Jean-François Copé.

La trésorerie du premier parti d'opposition français est en effet au plus mal, selon diverses sources parlementaires, relayées par challenges.fr. L'UMP afficherait une dette de 50 à 70 millions d'euros, alors que des échéances importantes approchent et que les banques s'impatientent. Si certains parlementaires décidaient de ne plus suivre la ligne officielle du parti, celui-ci serait mis à mal.

En effet, le financement des partis politiques s'effectue notamment grâce à ses représentants, parlementaires et sénateurs. Chaque élu apporte 42'000 euros dans la crousille du parti par an en se déclarant de ses rangs. Avec 196 députés et 131 sénateurs, l'UMP peut espérer ainsi quelque 13 millions. Mais si des sympathisants de François Fillon décidaient de faire sécession et d'octroyer leur voix à un autre parti, ce serait autant d'argent en moins dans les caisses. Et la date butoir approche à grands pas. Les députés ont jusqu'au 30 novembre pour déclarer auprès de quel parti ils s'engagent.

Jean-François Copé n'est pas dupe de ces manoeuvres. Sur Europe 1, il a d'ailleurs déclaré jeudi: «L'entourage de François Fillon, qui est aux abois, est en train d'instrumentaliser un certain nombre d'amis élus parlementaires qui l'ont soutenu et qui, en toute bonne foi, sont tentés d'aller vers l'implosion de l'UMP. Tout cela est fait dans une seule idée, une idée suicidaire, qui est de mettre en cause l'UMP. Derrière ça, c'est un coup politique, pour ne pas dire un putsch.»

Juppé à la rescousse

La guerre des chefs UMP émeut la République depuis des jours. Appelé à la rescousse pour mettre un terme au psychodrame, Alain Juppé, fondateur du parti, a proposé de rencontrer les deux protagonistes avant dimanche, selon l'AFP. Tapant du poing sur la table, il les a même exhortés, vendredi, à cesser «les noms d'oiseaux». Mais il ne se leurre pas: «Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour faire fonctionner cette médiation.»

Lundi, Jean-François Copé avait été déclaré vainqueur de la présidentielle de l'UMP, avec moins de cent voix d'avance sur son rival François Fillon. Celui-ci a contesté l'élection, estimant que les votes de trois circonscriptions n'avaient pas été pris en compte. S'il a renoncé à diriger le parti, l'ancien premier ministre s'est déclaré prêt à saisir la justice.

(cbx)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch