Climat

21 janvier 2017 06:48; Act: 21.01.2017 07:16 Print

L'Antarctique se fissure dangereusement

En trois semaines, elle a gagné 10 km. Il ne reste ainsi plus que 20 km avant que la glace se détache pour former un énorme iceberg.

storybild

Surveillée depuis des années, la crevasse s'est allongée de 10 km depuis le 1er janvier. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une fissure menace de générer en Antarctique un des plus gros icebergs jamais vus. En trois semaines, elle a gagné 10 kilomètres, ont annoncé vendredi des chercheurs de l'Université de Swansea (Royaume-Uni).

Surveillée depuis des années, cette crevasse qui fissure un énorme pan de glace attaché à l'ouest de l'Antarctique, s'est allongée de 10 km depuis le 1er janvier, après avoir pris 18 km en décembre. Elle est aujourd'hui longue de 175 km, selon des données satellitaires rapportées dans un communiqué de l'Université.

Il ne reste ainsi plus que 20 km avant que la glace se détache pour devenir un des plus gros icebergs jamais connus (plus de 5000 km2, soit 85 fois l'île de Manhattan).

La glace «va probablement se briser dans les mois à venir - je serais étonné que cela ne se produise pas», a déclaré Adrian Luckman, professeur à la Swansea University (Pays de Galles), qui dirige le projet britannique Midas, consacré aux formations glaciaires dans l'Antarctique Ouest. «Elle est si près de la rupture que je pense que c'est inévitable», a-t-il déclaré à l'AFP.

Pas d'impact direct

Une fois libéré, l'iceberg n'aura pas d'impact sur le niveau des océans car cette glace flotte déjà sur l'eau. Mais il compose une gigantesque barrière de glace flottante, baptisée «Larsen C», qui retient des glaciers capables, eux, de faire gagner 10 cm aux mers du monde s'ils finissaient par se trouver à terme exposés à l'océan Antarctique, selon ces chercheurs.

Ce détachement d'iceberg «changera fondamentalement le paysage de la péninsule Antarctique» et «rendra tout Larsen C vulnérable», assurent-ils. Selon eux, «Larsen C pourrait au final suivre l'exemple de Larsen B», qui s'était désintégré de façon spectaculaire en 2002 au terme du même type de processus. Un 3e segment, Larsen A, a, lui, disparu en 1995.

(nxp/ats)