Chine/Tibet

08 août 2009 18:14; Act: 08.08.2009 18:18 Print

Appel à la démocratisation de la Chine et la liberté du Tibet

Une centaine d'intellectuels chinois et tibétains ont exhorté samedi Pékin à respecter les droits de l'homme au Tibet et à autoriser le retour du dalaï lama dans la région autonome. Ils ont lancé cet appel à l'issue de trois jours de discussions à Genève.

Une faute?

»Sans liberté pour le Tibet, il n'y aura pas de liberté en Chine», affirment ces personnalités dans un communiqué publié samedi. Selon elles, la résolution du problème passe par «le respect des droits fondamentaux du peuple tibétain, y compris le droit à la participation politique et le droit à la liberté de religion et de croyance».

Le peuple chinois doit également «engager une réflexion critique sur le chauvinisme des Hans et respecter pleinement la culture et la manière de vivre des Tibétains», ajoute le texte. Les participants à la conférence dénoncent un «génocide culturel» au Tibet et redoutent «l'extinction» de la culture tibétaine.

De son côté, le gouvernement tibétain en exil doit mettre en place des plate-formes permettant de promouvoir des échanges culturels et de renforcer les liens entre les deux peuples, souligne le communiqué.

Appel du dalaï-lama

Le dalaï-lama avait ouvert jeudi cette conférence de trois jours, intitulée «Finding Common Grounds» et organisée par le Mouvement international de la réconciliation et l'Association de l'amitié suisse-tibétaine. Soulignant qu'»il est dans l'intérêt de tous de trouver une solution réaliste à la question tibétaine», il avait insisté sur la non violence et le maintien du Tibet en Chine.

Une centaine de représentants de la société civile chinoise et tibétaine ont participé à cette réunion, dont quelque 80 Chinois provenant du pays et de la diaspora. La conférence visait notamment à informer la population chinoise de la situation dans la Région autonome.

(ats)