Syrie

10 novembre 2017 12:14; Act: 11.11.2017 06:11 Print

L'EI n'a pas dit son dernier mot et contre-​​attaque

L'organisation est passée à l'offensive dans la dernière ville du pays qu'il contrôle, en reprenant la moitié.

Voir le diaporama en grand »
La commune d'Atareb, située au nord de la province d'Alep dans une zone de désescalade, a été touchée lundi par des raids aériens. (Lundi 13 novembre 2017) Deux camps de réfugiés ont été visés par des bombardement ce week-end. Il y aurait au moins 50 civils tués, dont des enfants. (12 novembre 2017) L'armée israélienne a abattu un drone de reconnaissance syrien, de fabrication russe, au-dessus du plateau du Golan. (Samedi 11 novembre 2017) L'armée syrienne encercle désormais «totalement» la ville de Boukamal, dernière zone urbaine contrôlée par l'EI dans la province de Deir Ezzor. (Mercredi 8 novembre 2017) (Archives) Après la perte de Deir Ezzor (photo), le groupe Etat islamique (EI) se retranche dans la ville syrienne de Boukamal. (Samedi 4 novembre 2017) L'armée syrienne, appuyée par son allié russe, a repris la ville de Deir Ezzor au groupe djihadiste Etat islamique (EI), a indiqué jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). (Jeudi 2 novembre 2017) Si le régime du président syrien a repris plus de la moitié de la Syrie, il reste isolé sur la scène internationale. (Jeudi 2 novembre 2017) De nouveaux pourparlers de paix sur la Syrie se sont ouverts ce lundi 30 octobre à Astana, la capitale du Kazakhstan. Un nouveau cycle de discussions est également prévu à Genève à la fin du mois de novembre. (Ici sur la photo, l'on peut observer une rue de Homs dévastée par la guerre) Au moins une douzaine de personnes ont été tuées dans un rad aérien à Deir Ezzor, lundi, ont annoncé plusieurs observateurs. Certains blâment une actions de la coalition sous commandement américain, d'autres une erreur, dans un quartier tenu par le régime syrien. (Image prétexte) Le Conseil de sécurité de l'ONU doit voter mardi sur la prolongation ou non des travaux d'enquête sur l'usage d'armes chimiques en Syrie. Entre autres: Moscou est contre, Washington pour. (Image d'archive) L'Etat islamique a «exécuté au moins 116 civils» dans la ville al-Qaryatayne, avant d'en être chassés par les forces du régime de Damas. (23 octobre 2017) Dans la ville syrienne de Raqa, les traces de propagande de l'EI sont encore partout. (Dimanche 22 octobre 2017) Les combattantes kurdes des Forces démocratiques syriennes célèbrent la reprise de la ville de Raqa aux dépends de l'Etat islamique. (Jeudi 19 octobre 2017) Des forces pro-américaines en Syrie se préparent à remettre à une autorité civile Raqa, l'ex-bastion du groupe Etat islamique (EI), et à rejoindre une autre bataille contre l'organisation jihadiste. (Jeudi 19 octobre 2017) Des membres des Forces démocratiques syriennes célèbrent leur victoire face à l'Etat islamique à Raqa. (Mercredi 18 octobre 2017) Aspirant au paradis, les djihadistes venus de toute la planète finissent dans les charniers d'Irak et de Syrie ou, pire, mangés par les chiens errants.A , un cimetière a été improvisé pour les combattants étrangers. (Lundi 16 octobre 2017) La Bataille de Raqa est entrée dimanche dans sa phase finale, selon l'alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis. cette ultime étape devrait «mettre fin» à la présence des combattants djihadistes dans la ville. (Image de combattants des Forces démocratiques syriennes) (Dimanche 15 octobre 2017) Une centaine de combattants du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans la ville syrienne de se sont rendus ces dernières 24 heures. (Photo: un combattant de forces syriennes appuyées par les Etats-Unis) La coalition dirigée par les Etats-Unis «acceptera la reddition» des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) retranchés à Raqa, dans le nord de la Syrie, a déclaré le ministre américain de la Défense Jim Mattis. (Vendredi 13 octobre 2017) Des kamikazes au volant de trois voitures piégées agissant au nom du groupe Etat islamique ont tué une cinquantaine de personnes dans le nord-est de la Syrie. (Jeudi 12 octobre 2017) Des responsables locaux de Raqa négocient la sortie des civils encore pris au piège dans les poches tenues par l'EI. (Mardi 10 octobre 2017) Les FDS disent entrer dans leur «dernière semaine» de la bataille à Raqqa contre l'EI. Les combats restent féroces. (Dimanche 8 octobre 2017) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé samedi le lancement d'une importante opération militaire de l'Armée syrienne libre (ASL) dans la province d'Idleb, au nord-est de la Syrie. L'ASL sera soutenue par l'armée turque. (Samedi 7 octobres 2017) Du gaz sarin aurait été utilisé dans une localité du nord-ouest de la Syrie, cinq jours avant l'attaque meurtrière de Khan Cheikhoun (photographiée ici le 19 septembre), a annoncé l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). (Mercredi 4 octobre 2017) La Russie a affirmé mercredi avoir tué douze commandants du groupe djihadiste syrien Front Al-Nosra, ajoutant que son chef Mohammad al-Joulani se trouvait dans un «état critique». (Mercredi 4 octobre 2017) En mars dernier, la ville d'Idleb avait déjà été la cible de raids aériens (photo). De nouveaux bombardements ont tué une trentaine de civils dans la nuit de vendredi à samedi. (30 septembre 2017) Le chef du groupe Etat islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi, s'exprimant dans un enregistrement audio présumé diffusé jeudi, a appelé ses combattants acculés de toutes parts en Syrie et en Irak à «résister» face à leurs ennemis. (Jeudi 28 septembre 2018) L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Stephan de Mistura, a indiqué au Conseil de sécurité qu'il tablait toujours sur la tenue d'un nouveau round de discussions à Genève, «fin octobre, début novembre». (Mercredi 27 septembre 2017) Avec la fin de la bataille de Raqqa en vue, un plan humanitaire est prêt à être déployé. (Vendredi 22 septembre 2017) Les combats continuent à Raqa, en Syrie, pour réduire les dernières poches de résistance du groupe Etat islamique. (Jeudi 21 septembre 2017) Les forces qui combattent Daech en Syrie avec le soutien des Etats-Unis contrôlent désormais 90% de Raqa. (Mercredi 20 septembre 2017) L'armée israélienne a intercepté mardi un drone du Hezbollah libanais de fabrication iranienne qui effectuait une mission de reconnaissance au dessus de la partie du Golan annexé par Israël. (19 septembre 2017) Les forces du régime syrien, soutenues par l'aviation russe, ont franchi lundi l'Euphrate selon Moscou, une avancée qui doit leur permettre d'assiéger totalement le groupe Etat islamique (EI) à Deir Ezzor, ville de l'est du pays. (Lundi 18 septembre 2017) Carla Del Ponte a été officiellement remerciée lundi par la Suisse pour son travail «engagé» au sein de la Commission d'enquête indépendante sur la Syrie. (Lundi 18 septembre 2017) Samedi 16 septembre, la coalition FDS (soutenue par Washington) dit avoir été bombardée dans l'est de la Syrie par Moscou (alliée du régime Assad). Moscou dément. La coalition dénombre 6 blessés. Dans la province de Deir Ezzor, armée syrienne et FDS combattent un ennemi commun: Daech. (Image d'illustratioin). Les combattants syriens rebelles FDS, soutenus par les USA, ont averti vendredi 15 septembre les forces du régime Assad (soutenus par la Russie) qu'elles considéraient le fleuve Euphrate comme une ligne rouge qui ne devait pas être franchie par les forces pro-régimes. Les deux camps tentent de chasser Daech. (Image d'illustration) Le convoi de jihadistes et de civils bloqué depuis fin août dans le désert syrien «a atteint une zone contrôlée par l'Etat islamique dans la province de Deir Ezzor», a annoncé l'OSDH. (Mercredi 13 septembre 2017) Selon des experts, Assad «contrôle (...) la plus grande partie du territoire», ainsi que les zones «les plus peuplées». Bachar al-Assad se retrouvera à la tête d'un pays en ruines et une guerre qui a fait au moins 330'000 morts. (11 septembre 2017) Au moins 34 civils ont été tués dimanche dans des frappes aériennes près de Deir Ezzor, où l'armée combat l'Etat islamique (EI), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui les attribue à la Russie. (Image d'illustration de Deir Ezzor) (Dimanche 10 septembre 2017) L'armée syrienne a brisé le siège imposé par l'Etat islamique (EI) de l'aéroport militaire de Deir Ezzor. (Samedi 9 septembre 2017) «Il semble qu'al-Baghdadi se trouve dans la vallée de l'Euphrate entre Boukamal (en Syrie) et al-Qaïm (en Irak)», estime un spécialiste irakien des mouvements djihadistes. (Photo d'archives) Le régime de Bachar al-Assad a été reconnu responsable de l'attaque chimique qui avait fait 87 morts à Khan Cheikhoun en avril dernier, selon le rapport de la Commission d'enquête indépendante de l'ONU sur la Syrie. (Mercredi 6 septembre 2017) L'armée syrienne se rapproche de la dernière province détenue par les djihadistes. (4 septembre 2017) La perte de la ville de Deir Ezzor et de sa province riche en pétrole et frontalière de l'Irak sonnerait le glas de la présence de l'EI en Syrie, trois ans après sa montée en puissance fulgurante dans ce pays. (4 septembre 2017) Les Forces démocratiques syriennes sont appuyées par les frappes aériennes de la coalition internationale dans la vieille ville de Raqa. (Lundi 4 septembre 2017) L'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a estimé que les positions du groupe Etat islamique en Syrie seront reprises à la fin du mois d'octobre. Il a laissé entrevoir la possibilité de la tenue d'élections libres d'ici un an. (Vendredi 1 septembre 2017) Le groupe Etat islamique a tué 34 membres des forces pro régime en Syrie lors d'une contre-attaque dans la province de Raqa (nord), a annoncé vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. (25 août 2017) Des milliers de civils pris au piège à Raqa, dans le nord de la Syrie, se retrouvent au coeur des combats, a rappelé Amnesty International. L'ONG exige que les belligérants accordent la priorité à la protection des civils et créent des couloirs d'évacuation. (Jeudi 24 août 2017) Les pourparlers paix pour la Syrie ne reprendront pas avant la mi-septembre à Astana, au Kazakhstan. (22 août 2017) Le 16 août, les autorités irakiennes voisines ont sollicité l'aide de l'ONU pour réunir les preuves des crimes imputés à l'organisation Etat islamique, afin d'en traduire en justice les responsables. epa06107708 Iraqi police forces take up position near destroyed buildings in Old city area, western Mosul, Iraq, 24 July 2017. UN said that, the offensive to retake Mosul from Islamic State has damaged thousands of structures in the historic Old City and destroyed nearly 500 buildings. EPA/STR La Syrie compte coopérer à l'enquête internationale sur l'attaque chimique de Khan Cheikhoun en avril, a indiqué mercredi Fayçal Moqdad, vice-ministre des Affaires étrangères. Les autorités veulent prouver leur non-implication. (Mercredi 16 août 2017) L'Organisation internationale des migrations annonce que plus de 600'000 Syriens ont regagné leur maison et ce malgré la guerre qui fait toujours rage dans le pays. (14 août 2017) Au moins 25 djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont été tués dans une opération commando de l'armée syrienne avec une couverture aérienne russe. (Dimanche 13 août 2017) L'ex-procureure générale du TPIY et du TPIR Carla Del Ponte a confirmé avoir envoyé sa lettre de démission à la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie jeudi. Elle se dit aussi convaincue que les preuves sont suffisantes pour condamner Assad de crimes de guerre. (Dimanche 13 août 2017) Sept Casques blancs ont été tués par des inconnus en zone rebelle, en Syrie. (Samedi 12 août 2017) Malgré la pression militaire, les groupes djihadistes Etat islamique et Al-Qaïda sont toujours en mesure de mener des attaques hors du Moyen-Orient, selon un rapport de l'ONU. (Photo d'archives) L'ONU s'est dite préoccupée,. mercredi 9 août, par le sort de 10'000 à 25'000 personnes, notamment femmes et enfants, toujours coincées sous le feu des combats à Raqa en Syrie, sans aucun accès à une aide humanitaire. (Image - issue d'une vidéo de l'agence ANHA diffusée le 3 août 2017) Les forces du régimes tentent toujours de reprendre la région de «Badiya», dans le centre, aux djihadistes du groupe EI qui contre-attaquent vigoureusement. Les combats ont fait des dizaines de morts cette semaine. (Image prétexte - archive juin 2017) Sur les 29 morts civiles causées par les bombardement de la coalition internationale ces 24 dernières heures à Raqa, 14 concernent des enfants. (Mardi 8 août 2017) La coalition internationale menée par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique (EI) entre mardi 8 août dans sa quatrième année, en assurant que la défaite du groupe jihadiste est inévitable (Image prétexte - 20 juillet 2017) La Tessinoise Carla Del Ponte va démissionner de la Commission d'enquête des Nations unies sur la Syrie,regrettant qu'il n'y ait «aucune volonté politique» pour soutenir cette commission. (Dimanche 6 août 2017) L'armée syrienne et ses alliés ont repris le contrôle d'Al-Soukhna, la dernière ville tenue par le groupe EI dans la province centrale de Homs, rapporte samedi 5 août 2017 l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette victoire lui ouvre la voie à la libération de l'est du pays. (Image prétexte) Les Forces démocratiques syriennes (FDS), formées de combattants arabes et kurdes et soutenues par Washington, ont repris environ 45% de Raqa. (Samedi 5 août 2017) La trêve au nord de Homs dans le cadre d'une nouvelle «zone de désescalade» n'a apparemment tenu que quelques heures. (Vendredi 4 août). Une trêve dans la province de Homs, dans le centre de la Syrie, entre en vigueur après un accord entre l'armée russe et les rebelles syriens sur la création d'une 3e zone de «désescalade». (Jeudi 3 août 2017) Alors que les combats se poursuivent à Raqa, l'accès à la nourriture est devenu très difficile pour les civils piégés dans la ville. (Lundi 31 juillet 2017) Lors d'une trêve de combats, le mouvement libanais Hezbollah et des djihadistes ont procédé à un échange de corps de combattants. (Dimanche 30 juillet 2017) L'Etat islamique (EI) multiplie les contre-attaques à Raqqa à mesure qu'il se retrouve cerné dans son principal fief en Syrie, ont confié des combattants sur le terrain. Jouant le tout pour le tout, il a massivement recours aux voitures piégées et aux ceintures d'explosifs. (Dimanche 30 juillet 2017) Selon l'OSDH, des frappes aériennes de la coalition ont tué 29 civils dont huit enfants à Raqa, fief de l'EI. (Mercredi 26 juillet 2017) Donald Trump a affirmé mardi, en présence du Premier ministre libanais, qu'il n'était «pas un fan» de Bachar el-Assad. Il a promis qu'il répondra de ses crimes «horribles», notamment pour avoir «gazé» sa population aux armes chimiques. (Image - mardi 25 juillet 2017) Le président Donald Trump a expliqué lundi sa décision de mettre fin à l'aide à des groupes rebelles syriens en déclarant que ce programme était «massif, dangereux et inefficace». Selon des responsables cités par le , ce revirement est dû à la nouvelle stratégie de coopération avec la Russie. (Mardi 25 juillet 2017) Pour garantir la trêve entrée en vigueur le 9 juillet, la police militaire russe s'est déployée le long de deux zones de désescalade en Syrie. (Archives) (Lundi 24 juillet 2017) Après le retrait des rebelles, la ville d'Idleb dans le nord-ouest syrien est tombée ce dimanche sous le contrôle de jihadistes . (Dimanche 23 juillet 2017) La CIA a décidé de mettre fin à son programme de soutien aux rebelles syriens qui combattent le président syrien Bachar el-Assad. (Mercredi 19 juillet 2017) Le 7e round de négociations de paix s'est clos vendredi 14 juillet. A la prochaine réunion en septembre, l'ONU espère avoir enfin toutes les parties autour de la table. (vendrei 14 juillet 2017) Des membres des forces spécial remplissent une mission de «conseil et d'accompagnement» des FDS à Raqa, selon le Pentagone. (Mercredi 12 juillet 2017) Entre 30'000 et 50'000 civils se trouvent bloqués à l'intérieur de Raqa, a indiqué mardi l'ONU. (Mardi 11 juillet 2017) Iraqi Special Forces soldiers celebrate after reaching the bank of the Tigris river as their fight against Islamic State militants continues in parts of the Old City of Mosul, Iraq, Sunday, July 9, 2017. (AP Photo/Felipe Dana) Le 7e round des négociations de paix sous égide onusienne débutent lundi 10 juillet à Genève. Opposition et régime syrien n'ont guère que des attentes modestes. (Image prétexte - Staffan de Mistura) Un accord de «désescalade» a été conclu vendredi 7 juillet 2017 par la Russie, les Etats-Unis et la Jordanie. Russes et Américains sont convenus d'une trêve à partir de dimanche 11 heures en Suisse dans le sud-ouest de la Syrie. (Vendredi 7 juillet 2017) La délégation gouvernementale emmenée par l'ambassadeur syrien à l'ONU à New York Bachar al-Jaafari et les groupes d'opposants vont poursuivre leurs discussions séparées avec l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura. (Vendredi 7 juillet 2017) Les raids aériens de la coalition internationale antijihadistes ont tué au moins 224 civils à Raqa depuis l'entrée le 6 juin dans le fief syrien du groupe Etat islamique (EI) de forces soutenues par les Etats-Unis, a indiqué une ONG. (Jeudi 6 juillet 2017) Rex Tillerson s'est dit prêt à discuter avec Moscou de zones de non-survol en Syrie, afin de stabiliser la situation. (Mercredi 5 juillet 2017) Lors des pourparlers d'Astana, la Russie, l'Iran et la Turquie ont admis avoir «encore du travail » pour finaliser l'accord sur les zones de désescalade. (Mercredi 5 juillet 2017) Les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés tentent de reprendre la ville syrienne de Raqa aux djihadistes de l'Etat islamique. (Mardi 27 juin 2017) La juge française Catherine Marchi-Uhel (g), a été désignée le 3 juillet par l'ONU pour coordonner l'enquête internationale. Elle a été ancienne juge internationale au Kosovo, au Cambodge et au tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). (Image d'archive - 2008) Dans une tribune publiée par lundi, une centaine d'intellectuels et spécialistes français ou syriens ont adressé une lettre ouverte au président Emmanuel Macron pour critiquer son revirement vis-à-vis du président syrien Bachar al-Assad. (Lundi 3 juillet 2017) Les forces soutenues par les Etats-Unis en Syrie ont pénétré pour la première fois dans le fief djihadiste de Raqa par le sud, en traversant l'Euphrate, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. (Dimanche 2 juillet 2017) Israël a ciblé une position de l'armée syrienne, après que des tirs ont frappé le plateau du Golan occupé par l'Etat hébreu, a annoncé l'armée. (Samedi 1er juillet 2017) Le groupe État islamique (EI) a repris vendredi un quartier du sud-est de la ville de Raqqa, son bastion en Syrie, près de trois semaines après l'avoir perdu. (Vendredi 20 juin 2017) A Raqqa, des enfants sont sortis timidement dans la rue dans un quartier encore tenu par l'Etat islamique (EI). Voyant au loin des hommes armés leur adressant un signe amical, ils ont convaincu leurs parents que la voie était libre pour fuir. (Vendredi 20 juin 2017) L'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques confirme dans un rapport l'utilisation du sarin à Khan Cheikhoun en avril. Washington avait riposté à l'attaque en tirant 59 missiles Tomahawk sur une base syrienne. (Image d'archive - 4 avril 2016) Israël a annoncé mercredi soir avoir à nouveau frappé des positions du régime syrien, après des tirs de mortier sur le plateau du Golan (ici à l'image, le 25 juin). (Mercredi 28 juin 2017) Israël a mené un raid aérien suite à des tirs visant le plateau du Golan, territoire annexé et proche de la frontière syrienne. (Archives) (Samedi 24 juin 2017) Dans un article publié dans plusieurs journaux européens, Emmanuel Macron affirme que le départ du président syrien Bachar al-Assad n'est plus une priorité pour la France. (22 juin 2017) Des convois humanitaires ont pu livrer de la nourriture aux habitants de Kamichli et à ceux de Harasta. Le rétablissement des connexions routières laisse espérer une distribution plus vaste de l'aide. (Mardi 20 juin 2017) Le gouvernement australien a annoncé mardi qu'il suspendait sa participation aux frappes aériennes menées en Syrie dans le cadre de la coalition internationale sous commandement américain. (A l'image: un F/a-18 de l'armée américaine) (Mardi 20 juin 2017) Les tensions montent entre les alliés d'Assad et les Etats-Unis après qu'un avion militaire syrien a été abattu. (photo d'llustration. Avion de chasse américain) (19 juin 2017) Les combats font rage à l'entrée de la vieille ville de Raqa, bastion du groupe Etat islamique. (Mardi 13 juin 2017) Les forces démocratiques syriennes (FDS), la coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, poursuivent leur progression à Raqqa, bastion syrien de l'EI. Elles sont parvenues à atteindre les murs de la vieille ville. (Lundi 12 juin 2017) Les Forces démocratiques syriennes déchargent des munitions fournies par la coalition menée par les Etats-Unis, dans un village au nord de Raqa. (Jeudi 8 juin 2017) Des combattants soutenus par Washington gagnaient du terrain mercredi à Raqa au lendemain du lancement de l'assaut final sur le bastion du groupe Etat islamique (EI) en Syrie. (Mercredi 7 juin 2017) Des avions américains de la coalition anti-EI ont bombardé une milice alliée du régime syrien à Al-Tanaf, près des frontières irakienne et jordanienne. (Mardi 6 juin 2017) Les Forces démocratiques syriennes (FDS), formées de combattants arabes et kurdes et soutenues par Washington, ont annoncé mardi être entrées par l'est à Raqa, en Syrie. (Merdi 6 juin 2017) Les Forces Démocratiques Syriennes se sont emparées vendredi soir de la ville d'al-Mansoura, à environ 20 km au sud-ouest de Raqa. (Samedi 3 juin 2017) Le président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer, a déclaré vendredi que la Syrie demeure la plus grande opération du CICR au monde. De retour de Syrie, où il a rencontré le président Bachar al-Assad, il parle d'un grand défi pour les humanitaires. (2 juin 2017) Des milliers de civils ont trouvé refuge dans un camp au nord de la ville de Raqqa. Et des centaines d'autres affluent chaque jour alors que se précise l'offensive militaire contre ce bastion de l'Etat islamique en Syrie. (Jeudi 1er juin 2017) Les frappes aériennes de la coalition s'intensifient contre la ville de Raqqa en prévision de l'offensive des forces anti-Daech. (Jeudi 1er juin 2017) Les Forces Démocratiques Syriennes, composées de Kurdes et d'Arabes, se rapprochent de la ville de Raqqa avec le soutien des frappes aériennes de la coalition. (Jeudi 1er juin 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Chassé de son dernier fief urbain en Syrie, le groupe Etat islamique (EI) a mené vendredi une contre-offensive spectaculaire. Il a repris près de la moitié de la ville de Boukamal, tentant de prouver qu'il restait puissant malgré l'effondrement de son «califat».

Trois ans après avoir conquis de vastes territoires en Syrie et en Irak voisin, le groupe EI n'est plus que l'ombre de lui-même sur le terrain. Le groupe a été chassé de toutes les grandes villes qu'il contrôlait dans ces deux pays.

Jeudi, les djihadistes avaient même perdu leur dernière cité en Syrie, Boukamal, une ville de moindre importance à la frontière avec l'Irak, dans la province orientale de Deir Ezzor. Mais au lendemain de ce revers face à l'armée syrienne et ses alliés, les djihadistes tentaient de se battre jusqu'au dernier souffle pour reprendre le contrôle de Boukamal.

«Le groupe EI a contre-attaqué dès jeudi soir et a repris plus de 40% de Boukamal», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Les djihadistes (...) ont repris de nombreux quartiers dans le nord (...)» de la ville, a-t-il ajouté précisant que «de violents combats» étaient toujours en cours.

Daech veut exister encore

D'après l'OSDH, l'offensive du régime syrien qui avait conduit à la reprise - temporaire - de Boukamal jeudi a été menée notamment par des miliciens irakiens, des combattants du Hezbollah libanais et des Gardiens de la Révolution iraniens. En contre-attaquant, le groupe EI semble vouloir prouver que si son territoire s'est réduit comme peau de chagrin, lui existe toujours.

L'organisation djihadiste reste la plus redoutée au monde: elle est toujours capable d'inspirer des auteurs d'attentats sanglants en Syrie et à travers le monde. Et le mystère entoure toujours le sort de son chef. Abou Bakr al-Baghdadi s'est manifesté pour la dernière fois dans un enregistrement présumé diffusé le 29 septembre. Il avait alors appelé ses combattants à «résister» alors que Daech multipliait les revers.

Deux offensives

Les djihadistes ne contrôlent plus que 30% de la province syrienne de Deir Ezzor, qui était totalement entre leurs mains il y a encore quelques mois. Ailleurs en Syrie, l'EI se maintient dans deux quartiers de Damas et dans des poches du centre et du sud du pays. Face à cet effondrement, le régime syrien appuyé par les Russes, et les Kurdes soutenus par les Américains, émergent comme les grands gagnants du conflit en Syrie.

Le groupe EI, qui tient encore une vingtaine de villages dans la vallée de l'Euphrate, est la cible dans cette province de deux offensives distinctes. L'une menée par l'armée du président syrien Bachar el-Assad, l'autre par des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par Washington.

A Deir Ezzor, coupée en deux par l'Euphrate, les troupes gouvernementales opèrent du côté ouest du fleuve et contrôlent 38% de cette province pétrolière. Positionnées sur la rive est, les FDS - qui avancent face à l'EI mais à un rythme plus lent que celui du régime - contrôlent quant à elles 32% de la province.

Face-à-face

Une fois le groupe ultraradical complètement chassé de la province, l'armée du régime et les FDS se feront face, augmentant les risques de collision ou même d'affrontement entre les deux belligérants rivaux. Selon les analystes, le régime chercherait même à reprendre des territoires ou des villes conquis par les FDS, comme Raqa, ex-capitale de l'EI en Syrie et d'où les djihadistes ont été chassés le 17 octobre.

En six ans de guerre, le régime a pu reprendre le contrôle de 52% du pays. Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s'est complexifié depuis avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 330'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

La rébellion anti-Assad, elle, est devenu quasi-inexistante, ayant perdu de nombreux fiefs notamment depuis l'entrée en action de la Russie auprès du régime en 2015. Les différentes factions se concentrent dans la province d'Idleb (nord-ouest), frontalière de la Turquie. Certains groupes y sont engagés dans des guerre intestines. Mais les rebelles contrôlent aussi la Ghouta orientale, région à l'est de Damas assiégée depuis 2013 par le régime, qui connaît une dégradation de la situation humanitaire, avec des pénuries de nourritures et de médicaments. Une situation dénoncée par l'ONU.

(nxp/ats)