Brésil

13 septembre 2017 22:04; Act: 14.09.2017 13:49 Print

Arrestation du PDG du géant de la viande

Wesley Batista, président de l'entreprise JBS, a été arrêté mercredi dans le cadre du scandale pour corruption qui frappe le Brésil.

La police fédérale brésilienne a arrêté Wesley Batista, trois jours après son frère.
Sur ce sujet
Une faute?

Le PDG du géant brésilien de la viande JBS Wesley Batista a été arrêté mercredi. Il est soupçonné de délit d'initié avant les turbulences liées à l'implication de son entreprise dans un scandale de corruption qui secoue la présidence Temer.

Cette arrestation, annoncée par la police, a eu lieu à Sao Paulo, quelques jours après celle de son frère Joesley, personnage-clé du scandale qui a considérablement fragilisé le président Michel Temer.

>Enrichissement illégal

Wesley Batista est soupçonné de s'être enrichi illégalement en vendant des actions de JBS et en achetant des dollars américains entre le 24 avril et le 17 mai, jour de l'annonce de révélations explosives compromettant le chef de l'Etat dans le cadre d'un accord de collaboration avec la justice.

Au lendemain de cette annonce, le cours de ses actions a plongé et le dollar a grimpé en flèche face au real brésilien. Les avocats des frères Batista ont qualifié l'arrestation de leurs clients d'«injuste, absurde et lamentable», dans un communiqué.

Retour sur le scandale

Dans le cadre de l'accord de collaboration, les magnats de la viande ont reconnu avoir payé des millions de dollars de pots-de-vin à au moins 1900 politiciens. Joesley Batista a déclenché une crise politique sans précédent en enregistrant le président Temer à son insu alors qu'il semblait donner son aval pour acheter le silence d'un député aujourd'hui en prison.

Ces témoignages ont été utilisés pour la mise en accusation du chef de l'Etat pour corruption passive, mais M. Temer est parvenu à empêcher l'ouverture d'un procès début août, en obtenant une large majorité à la chambre des députés. En échange de ses révélations, les frères espéraient éviter la prison, mais l'accord a été suspendu dimanche, Joesley Batista étant soupçonné d'avoir caché des informations aux enquêteurs.

(nxp/ats)