Etats-Unis

17 mars 2017 17:30; Act: 18.03.2017 09:43 Print

Face à la presse, Trump met un vent à Merkel

La rencontre entre le président américain et la chancelière allemande à Washington s'est terminée bizarrement.

storybild

(Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump et Angela Merkel se sont rencontrés pour la première fois vendredi à la Maison blanche. Dans un échange qui a semblé courtois, les deux dirigeants ont toutefois campé sur leurs positions, avec des divergences évidentes allant du libre-échange à l'immigration.

Après une table ronde avec des gens d'affaires des deux pays, le président américain et la chancelière allemande se sont exprimés côte à côte devant les médias. Tous deux ont évoqué une rencontre productive et Mme Merkel a souligné qu'il était préférable de se parler directement plutôt que par médias interposés.

Le président américain a d'abord rappelé l'engagement total des Etats-Unis envers l'Alliance atlantique. «J'ai réitéré à la chancelière Merkel mon entier soutien à l'Otan, mais aussi le fait que nos alliés de l'Otan doivent assumer une part équitable du coût de la défense», a-t-il dit. Et il s'est félicité d'apprendre que l'Allemagne allait augmenter ses dépenses en matière de défense «jusqu'à atteindre 2% du PIB».

Donald Trump souhaite voir les Européens contribuer davantage au budget de l'Alliance atlantique, une position qu'il a avancée à maintes reprises durant la campagne présidentielle de l'an dernier et qu'Angela Merkel a dit comprendre. Les deux dirigeants ont abordé en outre les grands dossiers de l'actualité internationale, notamment, ont-ils dit, l'Afghanistan et l'Ukraine.

«Je ne suis pas un isolationniste»

Les échanges commerciaux étaient aussi au menu de l'entretien. Angela Merkel, comme d'autres dirigeants de l'Union européenne, n'a pas caché son inquiétude face au protectionnisme affiché par la nouvelle administration américaine.

Sur ce point, Donald Trump vendredi a tenu à souligner qu'il ne croyait pas au protectionnisme. «Je ne suis pas un isolationniste, je suis un partisan du libre-échange mais aussi du commerce équitable, et notre libre-échange a conduit à beaucoup de mauvaises choses» en termes de dette et de déficits, a-t-il déclaré. Il s'est dit certain que le commerce avec l'Allemagne allait se poursuivre «fantastiquement bien».

La dirigeante allemande a elle dit «espérer» la reprise des négociations commerciales entre l'UE et les Etats-Unis. Elle a également souligné que le «succès des Allemands» sur le plan de l'économie mais aussi sur les questions de sécurité et de paix allait de pair avec «l'intégration européenne».

«Erreur catastrophique»

Outre le commerce, les deux pays s'opposent sur la question des réfugiés et la question a été abordée vendredi, ont dit les deux dirigeants, sans entrer dans les détails. Donald Trump a qualifié d'«erreur catastrophique» la décision allemande d'ouvrir la porte aux réfugiés en 2015.

Le président américain a défini l'immigration comme étant «un privilège, pas un droit». Il a salué l'implication de la chancelière allemande dans la lutte antiterroriste. Angela Merkel, qui entretenait d'excellentes relations avec Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush, aura saisi l'occasion, dit-on dans son entourage, de convaincre Donald Trump de la nécessité de renforcer l'axe Berlin-Washington.

Elle devait par ailleurs s'efforcer d'obtenir de son hôte des garanties sur le respect par Washington des engagements en matière de lutte contre le changement climatique.

«Quelque chose en commun»

Le président américain a également réaffirmé qu'il n'accusait pas le Royaume-Uni de l'avoir espionné, après des allégations contre les services secrets britanniques que son porte-parole a semblé reprendre à son compte.

Il a plaisanté avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui se tenait à ses côtés, en disant qu'«en matière de mise sur écoute par la précédente administration, au moins nous avons peut-être quelque chose en commun».

Donald Trump a accusé sans preuve son prédécesseur Barack Obama de l'avoir mis sur écoute, tandis qu'en 2013 l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden avait révélé à l'automne 2013 que le téléphone portable de Angela Merkel avait été mis sur écoute par l'agence de renseignement américaine.

La Russie devait être également au menu des discussions. La Maison blanche a déclaré que Donald Trump comptait demander conseil à Angela Merkel sur la manière de traiter avec Vladimir Poutine, qu'il n'a pas encore rencontré.

La rencontre s'est achevée sur un moment gênant, lorsque les journalistes ont demandé aux deux dirigeants de se serrer la main. Trump est apparemment resté muet face à Merkel.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Snatch le 17.03.2017 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Politique

    quel magnifique couple.

  • George Wxyz le 17.03.2017 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et avec l'air niais qui va avec!

    Ça c'est de la politesse made in Trump... Il a été élevé, mais pas éduqué!...

  • Chris le 17.03.2017 23:12 Report dénoncer ce commentaire

    Une brute épaisse, ras des pâquerettes..

    Que arrogance, quel malpropre personnage, imbu de lui-même... La poignée de main est le minimum de politesse, je ne parle même pas de politiciens ! Se voir proposer une poignée de main, de surcroît par une femme et ne pas répondre en l'ignorant totalement est d'une impolitesse qui confine à la brutalité la plus crasse ! Pas étonnant du personnage.

Les derniers commentaires

  • FastBoy le 19.03.2017 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trumptimiste

    Il a raison point barre. Biensure que l'Allemagne a peur, les États-Unis ont été pendant des décennies le principale donateur de L'OTAN, sans eux l'Europe est fichu déjà qu'ils ont pas de défense commune. En plus avec le départ du Royaume-Uni qui juste en passant représente près de 20% du budget européen, y a de quoi être dans ces petits souliers en Europe. Et se qu'ils disent à propos de la Grande Bretagne sur le fait qu'elle va perdre beaucoup est faut et archi faut, la preuve en est que les marchers se portent à merveille et que les pronostics pour les autres pays membres s'écroulent. Vive l'Amérique la Suisse et le Royaume-Uni.

    • Vous faites du vent vous le 19.03.2017 14:00 Report dénoncer ce commentaire

      @FastBoy

      @FastBoy point barre. mdr Ce type est un incapable, un menteur, est un colérique. Inéduqué et grossier. Visiblement vous êtes en minorité didolâtrer ce bonhomme mdr vous ne doutez de rien vous.

    • FastBoy le 19.03.2017 18:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vous faites du vent vous

      Avance des arguments au lieux de critiquer, tu serais même pas capable de faire 1/10 ème de son job. D'ailleurs es que seulement tu travailles ?! MDR

    • Vous faites du vent vous le 20.03.2017 09:53 Report dénoncer ce commentaire

      @FastBoy

      Désolé pour toi FasBoy, inventer des décrets les plus farfelus les un que les autres (du reste ils sont bloqués par des gens ayant le cerveau à sa place) Tweeter pour s'exprimer tel un ado, injurier les autres et inventer des accusations NON PROUVEES et j'en passe, t'appel ça bosser toi ???? mdr Heu je ne sais pas dans quel branche tu es, moi la médecine, on ne "bosse" pas comme lui, les patients n'apprécieraient pas mdr. Jamais aucun président n'a été aussi mauvais et incapable. Faut t'en remettre FastBoy c'est vrai que c'est dur à avaler MDR oui

    • FastBoy le 20.03.2017 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vous faites du vent vous

      Tu travailles en médecine ! c'est vaste, tu ne dois pas être médecin car si tu le serais tu saurais à quel point les responsabilités sont grandes, comme celles d'un chef d' état, qu'il s'appelle Trump ou pas. Je regrette mes tes jugements faciles ne montre pas une grande jugeote , excuse moi de le dire mais c'est un fait. Penses tu vraiment qu'un homme quel qu'il soit peut être au plus haut sommet d'un état sans travailler 15h par jour, sans devoir résoudre un nombre incalculable de problèmes de tout sortes ??! Tu es ignorant ou naïf ou les deux. Et ceux qui te Like aussi, malheureusement.

  • Totolecensuré le 18.03.2017 18:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    anomalie

    C'est marrant, on peut vomir tout son saoul sur le Donald, mais on ne peut pas mettre un commentaire sur Monsieur le Conseiller Fédéral Parmelin. Bizarre, non ?

  • Sam faipeur le 18.03.2017 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Au secours

    Et dire qu'un grossier polichinelle est à la tête d'une des plus grande puissance mondiale. Mon dieu !

  • Julien Aubert le 18.03.2017 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    ouaip

    Se montrer grossier c'est montrer un signe de faiblesse et surtout d'impolitesse. Ce gars n'a été que nourri ma parole. Comportement honteux et petit. Quelle bassesse

  • kib le 18.03.2017 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hi

    La class ce Trump ! Enfin un qui sait remettre en place les incapables ! Top !