Incendie de Londres

17 juin 2017 22:21; Act: 18.06.2017 01:05 Print

Le bilan s'alourdit dans la «tombe dans le ciel»

Le bilan de l'incendie qui a ravagé cette semaine une tour d'habitation de Londres est passé samedi à 58 morts ou présumés comme tels. Theresa May a réuni son gouvernement.

Sur ce sujet
Une faute?

«Cinquante-huit personnes dont on nous a dit qu'elles étaient dans le tour Grenfell cette nuit-là sont portées disparues et je dois par conséquent présumer avec tristesse qu'elles sont mortes», a déclaré le chef de la police londonienne, Stuart Cundy, lors d'une déclaration à la presse.

Il a précisé que ce bilan intégrait les trente décès confirmés à ce jour et a ajouté que le nombre de victimes présumées mortes était encore susceptible d'augmenter.

Dizaines de disparus

Près de 600 personnes habitaient dans la Grenfell Tower, une tour d'habitation de 24 étages et de 120 appartements située dans le quartier de Kensington, dans l'ouest de Londres. Selon les médias britanniques, 70 personnes manqueraient encore à l'appel.

Au moins six Marocains figurent parmi les victimes de l'incendie et ont pu être formellement identifiés, a indiqué samedi le ministère marocain des affaires étrangères. Un septième ressortissant du royaume chérifien pourrait avoir péri dans la catastrophe. Si le bilan de 58 morts est confirmé, la tragédie de la Grenfell Tower deviendra l'incendie le plus meurtrier qu'ait connu Londres depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Humeur sombre

Elle est venue s'ajouter à la vague d'attentats et à la crise politique qui ébranle la Grande-Bretagne, pesant sur l'humeur de la nation, ainsi que l'a souligné samedi matin la reine Elizabeth II lors d'une cérémonie organisée au palais de Buckingham.

«Le pays a connu une succession d'horribles tragédies», a-t-elle dit. La reine a toutefois souligné combien elle avait été surprise, lors de ses récentes visites à des victimes de l'attentat de Manchester ou de l'incendie de Londres, par l'esprit d'entraide et de solidarité de ses compatriotes.

«Mis à l'épreuve, le Royaume-Uni s'est montré résolu face à l'adversité», a-t-elle dit. «Unis dans notre tristesse, nous sommes tout autant déterminés, sans crainte ni faveur, à aider à reconstruire les vies de tous ceux qui ont été si affreusement affectés par la blessure et la perte.»

May a «entendu les inquiétudes»

Le drame se double d'une nouvelle controverse politique visant la première ministre Theresa May, déjà fragilisée au moment d'entamer les négociations sur le Brexit par la perte de sa majorité absolue à la Chambre des communes. Samedi encore, des manifestants ont brandi des pancartes «Justice pour Grenfell» non loin du 10, Downing Street.

Face à la polémique grandissante, Theresa May a publié en fin de journée un long communiqué dans lequel elle assure avoir «entendu les inquiétudes». Elle y confirme le déblocage en urgence de cinq millions de livres (6,22 millions de francs), qu'elle promet de compléter «si nécessaire».

Elle reconnaît également que le soutien initial apporté aux familles était «insuffisant» et annonce le déploiement de personnels supplémentaires sur place. Evoquant une «tragédie inimaginable», Mme May promet que son gouvernement fera «tout ce qu'il faut».

La Première ministre a présidé dans l'après-midi une réunion ministérielle d'urgence pour examiner ce qui a été fait par les autorités et a reçu des victimes de l'incendie dans sa résidence officielle de Downing Street.

La «tombe» de Theresa May

Reste que pour le Guardian, «un leader qui a peur de rencontrer ses concitoyens est fini». Evoquant dans un éditorial implacable la tour et sa sinistre façade calcinée, le quotidien estime que cette «tombe dans le ciel sera à jamais le monument de Theresa May».

La cheffe du gouvernement britannique ne s'est rendue que vendredi au chevet des victimes de l'incendie. Confrontée à des manifestants en colère, elle a dû être évacuée sous étroite protection policière. Des manifestants en colère ont ensuite pourchassé son véhicule et l'ont violemment apostrophée.

Des habitants de la Grenfell Tower lui reprochent d'avoir trop tardé à venir auprès d'eux mais disent aussi que la tour n'était pas sûre et que les autorités n'ont pas fourni d'informations précises et adéquates à ceux qui ont perdu des proches et tous leurs biens dans l'incendie.

(nxp/ats)