Attentat de Nice

06 octobre 2016 11:55; Act: 06.10.2016 11:55 Print

«J'ai vu le chauffeur sourire et accélérer»

En s'appuyant sur des témoignages recueillis par les enquêteurs, l'AFP retrace les minutes de terreur vécues sur la Promenade des Anglais, le 14 juillet.

Voir le diaporama en grand »
Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a donné une conférence de presse, durant laquelle il a annoncé que les plaintes sur la sécurité de la Promenade des Anglais, provenant de familles de victimes des attentats de Nice, avaient été classées. (Jeudi 19 janvier 2017) Vingt-deux personnes intervenues pendant l'attaque de Nice ont reçu dimanche la Légion d'honneur. (1er janvier 2017) Trois hommes, soupçonnés d'avoir aidé l'auteur de l'attentat à se procurer une arme, vont être interrogés à Paris. (Jeudi 15 décembre 2016) Galets signés d'un «Je t'aime maman », peluches par centaines, bougies, drapeaux, photos de victimes ont été enlevés de la Promenade des Anglais ce dimanche 16 octobre par une centaine de bénévoles. Ces témoignages de l'horreur vécue par l'attentat du 14 juillet ont été déplacées au kiosque à musique du Jardin Albert-1er. (16 octobre 2016) Le président François Hollande s'exprime lors de l'hommage aux victimes de l'attentat de Nice (Samedi 15 octobre 2016). Le chanteur Julien Clerc lors de l'hommage lors de l'hommage aux victimes de l'attentat de Nice (Samedi 15 octobre 2016). Le président François Hollande s'exprime lors de l'hommage aux victimes de l'attentat de Nice (Samedi 15 octobre 2016). L'heure est au recueillement et à l'émotion à Nice samedi, où un hommage national est rendu aux victimes en présence de François Hollande, trois mois après l'attentat qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais. (15 octobre 2016) L'heure est au recueillement et à l'émotion à Nice samedi, où un hommage national est rendu aux victimes en présence de François Hollande, trois mois après l'attentat qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais. (15 octobre 2016) L'heure est au recueillement et à l'émotion à Nice samedi, où un hommage national est rendu aux victimes en présence de François Hollande, trois mois après l'attentat qui a fait 86 morts sur la Promenade des Anglais. (15 octobre 2016) Deux jeunes Niçoises projetaient des attentats en France. Elles ont été écrouées. (Dimanche 25 septembre 2016) Environ 180 personnes blessées ou traumatisées dans l'attentat ou bien proches de victimes - 58 familles au total - vont s'envoler samedi matin pour Rome, accompagnées de soutiens de toutes confessions. Les familles en deuil vont rencontrer le pape. (24 septembre 2016) FILE - In this July 15, 2016 file photo, forensic officers stand near a truck with its windscreen riddled with bullets that plowed through a crowd of revelers who'd gathered to watch the fireworks in the French resort city of Nice, southern France. French authorities have made eight new arrests in connection with the Bastille Day truck attack in Nice that left 86 people dead, the Paris prosecutor's office said on Tuesday, Sept. 20, 2016. (AP Photo/Claude Paris, File) Huit nouvelles interpellations ont eu lieu dans le cadre de l'attentat de Nice. Il s'agit de huit hommes évoluant dans l'entourage de l'auteur de l'attaque. (Mardi 20 septembre 2016) Les victimes de l'attentat de Nice pourront bénéficier de dix séances auprès d'un psychologue, remboursées à hauteur de 50 euros chacune, a annoncé la ministre de la Santé Marisol Touraine. (Mercredi 14 septembre 2016) Les victimes et proches des victimes de l'attentat de Nice, le 14 juillet, recevront quatre millions de francs. (Mercredi 31 août 2016) Les associations de victimes de l'attentat de Nice sont reçues ce lundi 29 août 2016 par François Hollande à l'Elysée. (lundi 29 août 2016) Une nouvelle victime gravement blessée a succombé à ses blessures. Il s'agit d'un homme dont la disparition élève le bilan à 86 morts. (Vendredi 19 août 2016) Un «héros» de l'attentat de Nice, qui avait poursuivi le camion fou et protégé un passant, est poursuivi pour violences contre son ex-compagne. Il a été placé en détention. (Mercredi 10 août 2016) Le bilan s'est alourdi à 85 morts avec le décès d'un homme qui a succombé à ses blessures. (Jeudi 4 août 2016) A boy walks by the make shift memorial as people dressed in white attend a minute of silence held for the victims of the Bastille Day attack in the city of Nice, southeastern France on August 7, 2016. Eighty-five people were killed and many were wounded after a jihadist ploughed a 19-tonne truck into a massive crowd celebrating Bastille Day, killing 84 people and wounding more than 400 others along the famous Promenade des Anglais during the July 14 celebrations. / AFP PHOTO / JEAN CHRISTOPHE MAGNENET La préfecture des Alpes-Maritimes a interdit mercredi la marche qui était prévue dimanche à l'initiative de Niçois, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. (28 juilet 2016) Selon l'enquête de la Police des polices, le dispositif de sécurité n'était pas sous-dimensionnés lors du 14 Juillet, à Nice. Mardi, la famille de la fillette yverdonnoise, tuée avec sa mère sur la Promenade des Anglais, avait rendu un dernier hommage aux deux victimes. (Mercredi 27 juillet 2016) La ville de Cannes a pris mercredi un arrêté interdisant les bagages ou sacs de grande dimension sur les plages afin de prévenir les risques d'attentats, au lendemain d'une nouvelle attaque dans une église. (Mercredi 27 juillet 2016) Quatre plaintes ont déjà été enregistrées auprès du parquet de Nice contre les responsables de la Ville ou de l'État en charge de la sécurité entourant les festivités du 14 juillet, à Nice. (Mardi 26 juillet 2016) Deux hommes ont été placés en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat de Nice. (mardi 26 juillet 2016) Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a été pleinement soutenu par le Premier ministre Manuel Valls dans l'affaire de la vidéosurveillance de la Promenade des Anglais le soir de l'attentat de Nice. (Lundi 25 juillet 2016) Une policière municipale accuse le ministère de l'Intérieur de lui avoir fait subir des pressions pour qu'elle modifie un rapport sur le dispositif de sécurité après l'attentat à Nice. (Dimanche 24 juillet 2016) L'Albanais qui a fourni à Mohamed Lahouaiej Boulhel une arme faisait l'objet d'une reconduction à la frontière. (Vendredi 22 juillet 2016) Le président français a affirmé vendredi sa «confiance» en son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, accusé d'insuffisances dans la sécurisation de Nice. Sa démission a été réclamée par certains partis politiques après l'attentat du 14 juillet. (Vendredi 22 juillet 2016) Selon le procureur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a également bénéficié de complicités dans la préparation de l'attentat. (Jeudi 21 juillet 2016) L'acteur américain Leonardo DiCaprio va faire un don à la France pour soutenir les victimes de l'attentat de Nice, a annoncé jeudi sa fondation, la Leonardo DiCaprio Foundation (LDF), après avoir organisé un dîner caritatif près de Saint-Tropez (Var). (Jeudi 21 juillet 2016) Cinq personnes vont être présentées à la justice en vue d'une mise en examen, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice, survenu au soir du 14 Juillet. (Jeudi 21 juillet 2016) Une semaine après l'attentat, les hommages continuent sur la Promenade des Anglais à Nice. Cinq personnes sont toujours en garde à vue et pourraient être déférées jeudi 21 juillet. (Mercredi 20 juillet 2016) Une seule voiture de police municipale et non nationale barrait la route lorsqu'est arrivé le camion fou le 14 juillet, selon . (Jeudi 21 juillet 2016) Le président François Hollande a appelé mercredi les Français à s'investir dans les différentes réserves pour constituer une «Garde nationale» de fait, en réponse à l'attentat meurtrier à Nice du 14 juillet. (Mercredi 20 juillet 2016) Une vue du logement de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, à Nice. Le terroriste était séparé de son épouse, qui a dû quitter son appartement après des menaces. (Mardi 19 juillet 2016) Mardi, c'est sous l'angle législatif que la France reviendra sur la tragédie niçoise : la prolongation de l'était d'urgence doit être étudiée en Conseil des ministres puis devant les députés. (Image prétexte) Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, l'enquête met en lumière son «caractère prémédité». (Lundi 18 juillet 2016) La foule est venue nombreuse rendre hommage aux victimes de l'attentat de Nice, sur la promenade des Anglais, ce lundi 18 juillet 2016. La foule a largement applaudi les forces de l'ordre et les secours tandis que les membres de l'équipe gouvernementale venue à Nice pour la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat, ont été hués et invectivés. (lundi 18 juillet 2016) Vue générale de la marée humaine s'étant rendue ce lundi 18 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice pour rendre hommage aux 84 victimes de l'attentat survenu le soir des festivités nationales, le 14 juillet. (lundi 18 juillet 2016) Vue générale de la marée humaine s'étant rendue ce lundi 18 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice pour rendre hommage aux 84 victimes de l'attentat survenu le soir des festivités nationales, le 14 juillet. (lundi 18 juillet 2016) La minute de silence a été observée dans tout le pays à la mi-journée ce lundi 18 juillet 2016 comme ici, dans une école d'Avignon (sud du pays). Vue générale de la marée humaine s'étant rendue ce lundi 18 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice pour rendre hommage aux 84 victimes de l'attentat survenu le soir des festivités nationales, le 14 juillet. (lundi 18 juillet 2016) Le chef de l'Etat français François Hollande à droite et son ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à droite saluent les forces de l'odre à l'occasion de la minute de silence observée dans toute la France ce lundi midi 18 juillet 2016. Ici, un mémorial érigé spontanément à Strasbourg. (lundi 18 juillet 2016) Des milliers de personnes observent actuellement une minute de silence sur la Promenade des Anglais. (lundi 18 juillet 2016) Des milliers de personnes observent actuellement une minute de silence sur la Promenade des Anglais. (lundi 18 juillet 2016) Des milliers de personnes observent actuellement une minute de silence sur la Promenade des Anglais. (lundi 18 juillet 2016) Des milliers de personnes observent actuellement une minute de silence sur la Promenade des Anglais. (lundi 18 juillet 2016) Drapeaux en berne. Le temps se figera ce lundi à midi en France et particulièrement sur la Promenade des Anglais à Nice, pour une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. (Lundi 18 juillet 2016) Sur la Promenade des Anglais à Nice, on se prépare à la minute de silence qui aura lieu au monument du Centenaire. (Lundi 18 juillet 2016) Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de l'attentat qui a fait 84 morts, dont 10 enfants et adolescents, et plus de 300 blessés. Pas de liens pour l'instant entre le Tunisien de 31 ans et le groupe Etat islamique qui a revendiqué l'attaque. (Lundi 18 juillet 2016) Hommage aux victimes de l'attentat de Nice sur la Promenade des Anglais. (Dimanche 17 juillet 2016) L'ex-président français Nicolas Sarkozy a estimé, trois jours après l'attentat de Nice, que «tout ce qui aurait dû être fait depuis dix-huit mois ne l'a pas été», exacerbant les tensions politiques en France. (Dimanche 17 juillet 2016) L'attaque du 14 juillet en France a fait une victime vaudoise, une fillette de 6 ans domiciliée à Yverdon-les-Bains. (Dimanche 17 juillet 2016) La garde à vue de la femme de l'auteur de l'attentat de Nice a été levée. Elle était entendue depuis vendredi par les enquêteurs. (Dimanche 17 juillet 2016) Dans la petite salle de sport du centre de Nice que fréquentait jusqu'à il y a deux ans environ Mohamed Lahouaiej Bouhlel, les abonnés se souviennent d'un «frimeur», un «dragueur», a raconté dimanche à l'AFP un témoin. «Limite, il était lourd», quand il tentait de séduire des femmes, rapporte ce témoin. (Dimanche 17 juillet 2016) L'auteur de l'attentat de Nice avait repéré les lieux les 12 et 13 juillet avec le camion qui a servi à perpétrer le carnage du 14 juillet. (Dimanche 17 juillet 2016) Un feu d'artifice tiré dans la nuit de samedi à dimanche depuis le Grand hôtel de Saint-Jean-Cap-Ferrat, près de Nice, 48 heures après l'attentat commis sur la Promenade des Anglais, a suscité une vague d'indignation sur Twitter. (Dimanche 17 juillet 2016) Un homme et une femme ont été placés en garde à vue dimanche dans l'enquête sur l'attentat qui a fait 84 morts le 14 juillet à Nice (sud-est de la France), a affirmé à l'AFP une source judiciaire. (Dimanche 17 juillet 2016) Selon David Thomson, spécialiste du djihadisme, la revendication de l'EI est certes vague mais a priori pas «opportuniste». (Dimanche 17 juillet 2016) L'enquête se poursuit à Nice. Le tueur se serait «radicalisé très rapidement», selon le ministre français de l'Intérieur. (Samedi 16 juillet 2016) Le camion de 19 tonnes utilisé lors de l'attentat qui a fait 84 morts à Nice le 14 juillet «a forcé le passage en montant sur le trottoir», a indiqué samedi la préfecture des Alpes-Maritimes. (Samedi 16 juillet 2016) Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué la tuerie ayant fait 84 morts lors des célébrations de la fête nationale le 14 juillet dans la ville française de Nice, rapporte samedi l'agence Amaq liée au groupe jihadiste. (Samedi 16 juillet 2016) Quatre hommes de l'entourage du Tunisien, auteur de l'attentat de Nice (sud-est), ont été interpellés et placés en garde à vue, a-t-on appris samedi de source judiciaire française. (Samedi 16 juillet 2016) En Tunisie, la maison de famille de Mohamed Mondher Lahouaiej-Bouhlel, le père de l'auteur de l'attentat de Nice.Ce dernier a affirmé que son fils Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait fait une dépression au début des années 2000 et n'avait pas de lien avec la religion. (Vendredi 15 juillet 2016) A Athènes, des personnes se sont recueillies devant le Athens' town hall. (Vendredi 15 juillet 2016) Le pont du Bosphore a Istanbul s'est paré de bleu, blanc et rouge. (Vendredi 15 juillet 2016) La place du Capitole, à Rome, illuminée par les couleurs du drapeau tricolore. (Vendredi 15 juillet 2016) Pendant la journée, des fleurs et des lettres ont été déposées sur la Promenade des Anglais, lieu du drame. (Vendredi 15 juillet 2016) L'immeuble où habitait le tueur est gardé par une policière. (Vendredi 15 juillet 2016) Un mémorial placé devant l'ambassade de France, à Beyrouth, au Liban. (Vendredi 15 juillet 2016) La Suisse est également endeuillée. Parmi les victimes, se trouvent une femme et un enfant de nationalité suisse. (Vendredi 15 juillet 2016) François Hollande, le président français, est arrivé à Nice. (vendredi 15 juillet 2016) Aujourd'hui, à la Bastille, à Paris. (vendredi 15 juillet 2016) La promenade des Anglais, au lendemain des attentats. (vendredi 15 juillet 2016) La promenade des Anglais, au lendemain des attentats. (vendredi 15 juillet 2016) Au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes et en a blessé beaucoup d'autres, dont 18 sont encore en état d'urgence absolue, les fleurs et les condoléances affluent sur la Promenade des Anglais. (vendredi 15 juillet 2016) Au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes et en a blessé beaucoup d'autres, dont 18 sont encore en état d'urgence absolue, les fleurs et les condoléances affluent sur la Promenade des Anglais. (vendredi 15 juillet 2016) Au lendemain de l'attentat qui a fait 84 morts et de nombreux blessés, un registre de condoléances a été ouvert à Nice. (vendredi 15 juillet 2016) Des policiers pointent la cabine du camion juste après l'attaque. (jeudi 14 juillet 2016) Au moins une cinquantaine d'enfants sont hospitalisés à Nice. (vendredi 15 juillet 2016) La police scientifique au travail. (vendredi 15 juillet 2016) Vue de la scène du drame. (vendredi 15 juillet 2016) La police scientifique au travail. (vendredi 15 juillet 2016) Un homme marche sur la promenade des anglais le lendemain du drame. (vendredi 15 juillet 2016) Un homme sur la promenade des anglais le lendemain du drame. (vendredi 15 juillet 2016) Selon un bilan vendredi à 8 heures, l'attaque a fait 84 morts. Dix-huit personnes sont en état d'urgence absolue. (vendredi 15 juillet 2016) Selon un bilan vendredi à 8 heures, l'attaque a fait 84 morts. Dix-huit personnes sont en état d'urgence absolue. (vendredi 15 juillet 2016) Selon un bilan vendredi à 8 heures, l'attaque a fait 84 morts. Dix-huit personnes sont en état d'urgence absolue. (vendredi 15 juillet 2016) Le camion a été arrêté dans sa course folle par les forces de l'ordre après que son conducteur a tiré dans la foule. Le camion est toujours stationné ce matin à Nice sur les lieux du drame. (vendredi 15 juillet 2016) Ce matin, des policiers à Nice.(vendredi 15 juillet 2016) Les secours ont été à pied d'oeuvre toute la nuit. (vendredi 15 juillet 2016) Les secours ont été à pied d'oeuvre toute la nuit. (vendredi 15 juillet 2016) L'attaque a fait au moins 84 morts.(vendredi 15 juillet 2016) Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve était à La Bastille, à Paris, hier soir, pour les festivités du 14 juillet. (vendredi 15 juillet 2016) Les forces de l'ordre sont mobilisées. (vendredi 15 juillet 2016) Les ambulances ont bien sûr afflué toute la nuit. Les hôpitaux de la région sont bondés. (vendredi 15 juillet 2016) Les ambulances ont bien sûr afflué toute la nuit. Les hôpitaux de la région sont bondés. (vendredi 15 juillet 2016) Criblé de balles, le camion fou est toujours sur place ce matin à Nice. Les forces de l'ordre ont tiré à plusieurs reprises avant de pouvoir arrêter sa course folle, longue de 2 km environ. (vendredi 15 juillet) Le camion fou qui a foncé sur la foule et dont le conducteur a tiré également sur les personnes massées sur la promenade des Anglais pour regarder les feux d'artifice du 14 juillet, est toujours sur place, ce matin, à Nice. (vendredi 15 juillet) Dans une allocution télévisée d'urgence survenue vers 4 heures du matin, le chef de l'Etat français a annoncé la prolongation de l'état d'urgence, le maintien de l'opération Sentinelle (mobilisation de 10'000 militaires et gendarmes), fait appel aux réservistes de l'armée notamment pour le contrôle des frontières et assuré que l'action en Syrie et en Irak serait renforcée. (vendredi 15 juillet 2016). Le bilan de l'attaque, vers 5h00 du matin, vendredi, avait été relevée à 80 morts - parmi lesquels des enfants - et 18 blessés dans un état d'urgence absolue. (Image - jeudi 14 juillet 2016) Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve s'est rendu sur le lieu du drame. (Image - vendredi 15 juillet) Selon les premiers éléments d'enquête, des papiers d'identité ont été retrouvés dans le véhicule, ils appartiennent à un homme de 31 ans, domicilié à Nice et de nationalité franco-tunisienne. (Image - 14 juillet 2016) Un camion a foncé dans la foule sur la Promenade des Anglais, à Nice, en France, lors du feu d'artifices du 14 Juillet. Un bilan évoquait d'abord 75 morts au moins et de nombreux blessés. (Jeudi 14 juillet 2016) Dans un premier temps, les autorités ont évoqué un attentat, avant de parler d'«événement criminel». Il faudra attendre 3h30 du matin, vendredi, pour que François Hollande évoque une 'attaque terroriste'.(Jeudi 14 juillet 2016) Le chauffeur du camion a été abattu par les forces de l'ordre. (Jeudi 14 juillet 2016) Les autorités ont demandé aux gens de rester chez eux. (Jeudi 14 juillet 2016) Le président français François Hollande a quitté Avignon pour rentrer à Paris et rejoindre la cellule de crise. (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) Le ministère de l'intérieur, à Paris, dans la nuit du 14 au 15 juillet. (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) Une vue de la Promenade des Anglais, de loin. (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) Des badauds fuient les bras en l'air. (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016) Le quartier a été bouclé. (Jeudi 14 juillet 2016) (Jeudi 14 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce 14 juillet, quand les lampadaires se rallument sur la promenade des Anglais à Nice après le feu d'artifice, la soirée bascule. Mohamed Lahouaiej Bouhlel va tuer 86 personnes. Son camion fend la foule pour écraser, le plus possible. Une marée humaine, la panique et puis l'horreur s'emparent de la plus célèbre avenue de la Côte-d'Azur, selon des témoignages recueillis par les enquêteurs, dont l'AFP a eu connaissance.

Environ 30'000 personnes sont rassemblées pour admirer le traditionnel spectacle pyrotechnique. L'Euro de foot, qui cristallisait les craintes d'attentats, vient de se terminer. 22h45: fin du feu d'artifice, on se disperse doucement. La «Prom» est encore noire de monde quand surgit le 19 tonnes. On l'entend gronder. «Des pétards», pensent d'abord certains témoins. C'est la fête nationale, après tout. «Un fracas», diront d'autres. Et puis «une marée humaine arrivant complètement affolée, criant, pleurant».

«Je l'ai vu démarrer»

Le camion a déboulé au coin d'un hôpital pour enfants. «Je l'ai vu démarrer. J'étais en face de lui, j'ai vu le chauffeur sourire et accélérer», raconte une employée municipale qui attendait le bus. Sur leurs radios, les policiers déployés pour sécuriser les festivités entendent qu'un camion a franchi un barrage. Il ne s'arrêtera que près de deux kilomètres plus loin. Il fauche tout sur son passage, zigzaguant, montant sur le large trottoir pour faire un maximum de victimes.

Les piétons ne le voient souvent que trop tard. Il y a du bruit, des concerts et beaucoup de monde. Le camion roule vite. Son «action meurtrière» durera quatre minutes et 17 secondes, selon les enquêteurs. «Problème de frein», «malaise», «accident»? Après la stupeur, on prend rapidement conscience que le «camion avance pour tuer».

«J'ai fermé les yeux»

Des bruits insupportables résonnent: ce «plok» du pare-chocs qui heurte les passants, comme tente de le décrire une victime. Le moteur en surrégime gronde, les corps aspirés sous les roues du véhicule entravent sa progression. Il «fait des bonds de un mètre, 1,50 mètre», raconte un policier, horrifié. Des victimes sont projetées comme des «pantins», des «corps désarticulés». Un homme voit son père éjecté de son fauteuil roulant, «au sol, collé au trottoir».

Certains fuient, se réfugient dans des hôtels, sautent sur les toits des restaurants de plage, se jettent à la mer et nagent le plus loin possible... D'autres restent tétanisés. «Je tenais ma fille et ma nièce, j'ai fermé les yeux, je me suis crispée de peur jusqu'à ce que le camion passe dans mon dos», dit une femme. Il faut arrêter le carnage. Un homme à scooter roule à côté du camion et tente de rentrer dans ses essieux. Le 19 tonnes ralentit, roule par à-coups, sans doute à cause des corps pris dans ses roues. Des policiers ouvrent le feu. Trop tard, selon certains témoins qui estiment qu'il «n'y avait pas de policiers» comparé au gros déploiement durant l'Euro.

«Visage fermé, sérieux»

Lahouaiej Bouhlel réplique mais poursuit ses embardées. «J'ai vu l'homme tirer de sa main droite en la passant sous son bras gauche qui tenait le volant», explique une policière. Les témoins qui l'ont aperçu dans la nuit se souviennent d'un «visage fermé, sérieux», «celui d'un homme concentré, déterminé». Devant le Palais de la Méditerranée, il cale. Un homme monte sur le marche-pied côté chauffeur et tente de donner des coups à travers la vitre brisée, d'arracher son pistolet, demande à une policière de lui donner son arme «pour le buter». Elle refuse puis lui demande de lâcher la portière, il descend, elle tire dans l'habitacle.

Le tueur a l'air mort. Aucun policier n'ose ouvrir la portière. Ils redoutent que le véhicule soit piégé. «Je pensais que c'était la phase 1, que le camion allait soit s'ouvrir avec des hommes en armes, soit que le camion allait exploser», confie un vacancier. Les services de déminage arrivent. Sur plusieurs centaines de mètres, des cadavres et des blessés qui agonisent. Il faut retrouver les siens. Des passants improvisent des massages cardiaques. Un restaurateur arrive avec une pile de nappes pour recouvrir les corps.

«J'ai soulevé des draps pour voir si ce n'était pas mon fils. J'ai vu toute l'horreur. Je n'aurai pas dû», soupire un commerçant. Le souvenir hantera longtemps les témoins. Une infirmière niçoise ne voit plus la «Prom» qu'elle connaissait: «Maintenant pour moi, la Promenade, c'est devenu une avenue jonchée de cadavres».

(joc/afp)