Syrie

21 mars 2017 03:47; Act: 21.03.2017 03:47 Print

Damas: l'armée repousse un assaut rebelle

Les combats ont reculé lundi soir à Damas après l'échec d'une offensive des rebelles. Le commerce et la circulation reprennent.

Voir le diaporama en grand »
Selon l'OSDH, une énorme explosion a eu lieu près de l'aéroport de la capitale syrienne Damas. (Jeudi 27 avril 2017) Les affrontements ont éclaté «après que les Unités de protection du peuple kurde (YPG) ont ouvert le feu sur un véhicule blindé de l'armée turque qui avait franchi la frontière entre la Turquie et la Syrie», a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. (Mercredi 26 avril 2017) Le chef de la diplomatie française a présenté le rapport des services de renseignement français incriminant le régime de Damas dans l'attaque dans le nord-ouest de la Syrie début avril. Jean-Marc Ayrault: «Le recours au sarin ne fait aucun doute. La responsabilité du régime syrien ne fait pas de doute non plus, compte tenu du procédé de fabrication du sarin utilisé.» (26 avril 2016) Donald Trump a assuré aux ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU que l'avenir de Bachar el-Assad, n'était «pas un obstacle» pour mettre fin au conflit, a déclaré l'ambassadeur russe aux Nations unies. (Mardi 25 avril 2017) Steven Mnuchin annonce les sanctions prises contre les scientifiques d'un centre syrien de développement d'armes non-conventionnelles. (Lundi 24 avril 2017) Les évacuations de villes assiégées ont repris en Syrie, après l'attentat meurtrier qui avait visé des convois, samedi. (Mercredi 19 avril 2017) Parmi les 112 morts, figurent 98 personnes évacuées des localités de Foua et Kafraya (nord-ouest). Ces garçonnets ont été blessés dans l'attentat à Rachidine qui a visé le bus dans lequel ils étaient en train d'être évacués. (dimanche 16 avril 2017) Un kamikaze s'est fait exploser contre des bus transportant des personnes évacuées samedi, faisant 112 morts. (Samedi 15 avril 2017) Vendredi, plus de 7000 personnes avaient été simultanément évacuées des localités pro-régime de Foua et Kafraya (5000) et des localités rebelles de Madaya et Zabadani (2200), d'après l'OSDH. (samedi 15 avril 2017) Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a critiqué le discours du président syrien, qui nie toute implication dans l'attaque chimique qui a tué de nombreux civils. (Vendredi 14 avril 2017) Des bus ont été réquisitionnés pour évacuer quatre villes assiégées, dont Madaya, en Syrie. Les évacuations ont commencé. (Vendredi 14 avril 2017) Le représentant de la Russie à l'ONU Vladimir Safronkov exprimant son veto pour la 8e fois sur la Syrie. (Mercredi 11 avril 2017) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson va rencontrer mercredi à Moscou son homologue russe Sergueï Lavrov pour des discussions qui s'annoncent musclées après les échanges vifs des dernières heures entre les deux puissances concernant l'attaque chimique présumée en Syrie. (Mardi 11 avril 2017) Le Conseil de sécurité des Nations unies doit voter mercredi sur un projet de résolution demandant la coopération du régime syrien dans une enquête sur l'attaque chimique qu'il est accusé d'avoir menée sur une localité rebelle le 4 avril. Mais les Russes devraient mettre leur veto. (Image d'archives) «Il faut sortir de l'hypocrisie et rentrer très clairement dans le processus politique», a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault. (Mardi 11 avril 2017) La base aérienne syrienne de Shayrat, visée vendredi par 59 missiles américains Tomahawk, est de nouveau opérationnelle, a confirmé samedi le gouverneur de la province de Homs. (Samedi 8 avril 2017) Un hélicoptère de l'armée syrienne largue des bombes sur une zone rebelle présumée à Daraa. (8 avril 2017) Boris Johnson ne se rendra pas en Russie. Le ministre britannique des Affaires étrangères a déclaré: «Nous déplorons la défense continue par la Russie du régime d'Assad, même après l'attaque aux armes chimiques contre des civils innocents». (8 avril 2017) L'armée américaine a tiré '59 missiles' sur la base aérienne du régime syrien de Shayrat, jeudi 6 avril au soir, en représailles à l'attaque chimique de mardi imputée à Bachar al Assad. C'est la première fois en plus de 5 ans de conflit, que les Etats-Unis visent l'armée syrienne. (Image de la marine américaine - 6 avril 2017) Des autopsies en Turquie de victimes de l'attaque à Idleb en Syrie confirment un recours à des armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad, a affirmé jeudi le ministre turc de la Justice, cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu. (Jeudi 6 avril 2017) Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni d'urgence marcredi 5 avril, a reporté à jeudi (au plus tôt) le vote d'une possible résolution après l'attaque chimique présumée en Syrie. Les Etats-Unis ont sommé Moscou de reconsidérer son soutien au régime syrien, et menacé d'agir seuls. (5 avril 2017) L'aviation syrienne a frappé un «entrepôt terroriste», a déclaré mercredi Moscou au lendemain d'une attaque «chimique» ayant coûté la vie à au moins 58 civils dans le nord-ouest syrien.(mercredi 5 avril 2017) Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité, condamnant l'attaque chimique en Syrie et appelant à une enquête complète et rapide. (Mardi 4 avril 2017) Des dizaines de civils ont également été blessés dans l'attaque chimique. Des victimes ont succombé après avoir été transportées dans les hôpitaux. Des secouristes aspergent de l'eau sur les victimes d'attaques au gaz à Khan Cheikhoun. Une attaque qui a fait au moins 58 morts dont plusieurs enfants. (Mardi 4 avril 2017) Les Etats-Unis ont reconnu ne plus faire une priorité du départ du président syrien, Bachar el-Assad, et chercher une nouvelle stratégie dans le règlement du conflit en Syrie. (Jeudi 30 mars 2017) La barre des cinq millions de réfugiés syriens a été franchie. Selon le HCR, 5'018'167 Syriens ont fui la guerre qui rentre dans sa 7e année. (30 mars 2017) Le Premier ministre turc a annoncé que l'opération militaire «Bouclier de l'Euphrate» menée dans le nord de la Syrie était terminée sept mois après son déclenchement. (Mercredi 29 mars 2017) Les difficiles négociations de paix sur la Syrie reprennent jeudi à Genève sous l'égide de l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, avec des représentants du gouvernement syrien et de l'opposition incapables de trouver une solution à un conflit qui dure depuis six ans. (Mercredi 22 mars 2017) Un bombardement de la coalition anti-djihadiste menée par les Etats-Unis a bombardé une école qui abritait des dizaines de familles au sud d'Al-Mansoura, dans la province de Raqa. Il y aurait au moins 33 morts. (22 mars 2017). Les forces du régime syrien ont bombardé lundi matin des positions rebelles dans l'est de Damas. Alors que la veille l'armée avait repoussé une attaque d'insurgés dans plusieurs quartiers de la capitale syrienne. (20 mars 2017) De violents combats ont actuellement lieu dans le quartier de Jobar, à l'est de de Damas. (19 mars 2017) Deux attentats ont frappé ce mercredi 15 mars 2017 à Damas, moins de deux heures après une attaque suicide ayant fait 25 morts à l'intérieur d'un tribunal de Damas (mercredi 15 mars 2017) Au moins 814 soignants ont été tués depuis le début de la guerre en Syrie, avec une nette intensification des attaques contre des établissements de santé l'an dernier. (Mardi 14 mars 2017) Un troisième cycle de pourparlers de paix sur la Syrie s'est ouvert mardi, au Kazakhstan. Sans les rebelles. L'envoyé spécial de l'ONU, Staffan de Mistura (photo), a dit s'attendre à ce que la lutte antiterroriste et des possibilités concrètes d'échanges de prisonniers soient abordées à Astana. (14 mars 2017) (Archives) Bachar el-Assad a déclaré qu'il était «encore tôt pour parler de» sa vision de l'avenir de la Syrie. (Lundi 13 mars 2017) L'émissaire de l'ONU pour la Syrie a annoncé que le gouvernement et l'opposition discuteraient à nouveau le 23 mars à Genève. (Mercredi 8 mars 2017) Des habitants d'al-Bab font la queue pour bénéficier d'un ravitaillement en nourriture. La ville a été reprise par le groupe Etat islamique. (Mardi 7 mars 2017) Des habitants d'al-Bab font la queue pour bénéficier d'un ravitaillement en nourriture. La ville a été reprise par le groupe Etat islamique. (Mardi 7 mars 2017) Le dernier round de négociations a pris fin à Genève. (Vendredi 3 mars 2017) Les forces militaires du gouvernement Assad ont repris la ville historique. Un nouveau revers militaire pour l'Etat islamique. (2 mars 2017) Sept Syriens ont déposé une plainte pénale en Allemagne pour des tortures dans les prisons du régime. (Jeudi 2 mars 2017) Un drone américain a tué le numéro deux d'Al Qaïda lors d'un raid en Syrie, confirme Washington. (Mercredi 1er mars 2017) L'armée syrienne serait rentrée dans Palmyre. (Archives)(mercredi 1 mars 2017) La Russie et la Chine, ainsi que la Bolivie, ont mis leur veto ce mardi à l'ONU aux sanctions envers la Syrie. (mardi 28 février) Le Conseil de sécurité des Nations unies va être le théâtre d'un nouveau bras de fer entre les Etats-Unis et la Russie, en profond désaccord sur l'imposition de sanctions à la Syrie pour avoir utilisé des armes chimiques. (Mardi 28 février 2017) Nasr al-Hariri, le président de la délégation du Haut Comité des négociations: «Nous espérons que la Russie va adopter une attitude positive». (27 février 2017) L'armée syrienne a effectué lundi une percée face aux djihadistes de l'EI dans la province septentrionale d'Alep (photo) et en direction de la cité antique Palmyre. (27 février 2017) «Toute plate-forme qui refuserait de condamner» les attentats sera «considérée comme complice du terrorisme», a déclaré l'ambassadeur syrien Bachar al-Jaafari. (Dimanche 26 février 2017) un véhicule rempli d'explosifs s'est introduit au milieu d'un rassemblement de soldats turcs et a fait 50 victimes. (Vendredi 24 février 2017) Ces pourparlers ont été présentés par l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura comme une «opportunité historique». (Vendredi 24 février 2017) Les négociation à Genève s'annoncent très difficiles et nombre de questions restent en suspens, sur l'ordre du jour ou les modalités des discussions. (Vendredi 24 février 2017) Au moins 131 cadavres de rebelles ont été retrouvés mercredi et jeudi dans deux fosses communes près de la ville de Khan Cheikhoun, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). (Jeudi 23 février 2017) Staffan de Mistura, le médiateur de l'ONU pour la Syrie, est peu optimiste sur l'issue de ces nouvelles négociations qui commencent jeudi à Genève. (Mercredi 22 février 2017) Le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien dénonce un convoi d'aide pillé en Syrie. (Mercredi 22 février 2017 - Image d'archive) «Notre objectif est de couper la route vers Raqa et d'assiéger l'EI... Nous avons libéré quinze villages», a déclaré un chef des Forces démocratiques syriennes. (Mardi 21 février 2017) Les pays soutenant l'opposition syrienne se réunissent en marge du G20. L'occasion de tester la position américaine. (Vendredi 17 février 2017) Le coprésident de travail sur les questions humanitaires, Jan Egeland, a fait savoir que l'ONU demande un geste humanitaire de «bonne volonté» avant les pourparlers à Genève. (16 février 2017) Nouvelles discussions à Astana ce jeudi pour avancer dans les discussions de paix entre le gouvernement de Damas et les rebelles. (16 février 2017) Le 15 février 2016, l'hôpital public de Maaret al-Noomane avait été bombardé. Le bilan humain de cette attaque n'est pas connu. Médecins sans Frontières accuse aujourd'hui Damas et Moscou (15 février 2016) Des avions russes ont bombardé pour la deuxième journée consécutive plusieurs quartiers de la ville syrienne de Deraa tenus par les rebelles. (Mardi 14 février 2017) Avancée des troupes soutenues par les Turcs dans al-Bab, dernier fief du groupe Etat islamique dans la province syrienne d'Alep. Le groupe se prépare à la «retraite dans le désert». (Dimanche 12 février 2017) Des rebelles syriens appuyés par des soldats turcs sont entrés samedi à Al-Bab, un fief des jihadistes du groupe Etat Islamique (EI) dans le nord de la Syrie. (Samedi 11 février 2017) Trois soldats turcs ont été tués et onze autres blessés dans un bombardement russe qualifié d'«accidentel» en Syrie (Vendredi 10 février 2016). Une nouvelle alliance de factions djihadistes syriennes, qui comprend l'ancien front al-Nosra, a juré d'intensifier le combat contre l'armée syrienne et ses alliés du Hezbollah libanais. (Jeudi 9 février 2017) Le Pentagone a annoncé avoir tué dans un bombardement en Syrie le 4 février Abou Hani al-Masri, un vétéran d'Al-Qaïda. (Mercredi 8 février 2017) Le nouveau rapport d'Amnesty International s'appuie sur des témoignages de juges, de gardiens et d'anciens détenus de la prison de Sadnaya, près de Damas, comme ici Omar Alshogre, photogrpahié peu avant et peu après sa détention. Omar Alshogre est désormais réfugié en Suède. (Lundi 6 février 2017) (Image d'archive) Les forces démocratiques syriennes avancent vers l'EI. Les djihadistes seraient actuellement retranchés à Al-Bab. (Dimanche 6 février 2017) Les forces kurdo-arabes, appuyées par les Etats-Unis, ont annoncé samedi une nouvelle phase dans leur offensive pour déloger le groupe Etat islamique (EI) de son bastion de Raqa en Syrie. (Mercredi 4 février 2017) Scènes de destruction sur Alep. L'armée syrienne dit avoir récemment repris des localités et hameaux aux djihadistes. (02 février 2017) Staffan de Mistura a expliqué lors d'une réunion à huis clos que le report des pourparlers de paix pour la Syrie au 20 février, permettrait aux discussions d'être aussi ouvertes que possible. (31 janvier 2017) Un tank américain (Abrams) près du village de al-Qaim, ici en octobre 2015. Selon l'alliance arabo-kurde combattant le groupe Etat islamique, l'administration Trump leur aurait envoyé des blindés. (Mardi 31 janvier 2017) «Nos forces armées (...) ont accompli leur mission en rétablissant la sécurité et la stabilité dans les localités de Wadi Barada», à 15 kilomètres au nord-ouest de la capitale privée d'eau potable, annonce un communiqué de l'armée. (Dimanche 29 janvier 2017) Les frappes ciblent Al-Bab, bastion de l'EI dans la province septentrionale d'Alep. (photo d'illustration) Les commerçants constatent l'état de leurs échoppes dans les souks historiques d'Alep. (Vendredi 27 janvier 2017) Sergueï Lavrov: «La date du 8 février a été reportée à la fin du mois prochain», soit février. (27 janvier 2016) Tulsi Gabbard, représentante démocrate d'Hawaï, a rencontré Bachar el-Assad en janvier. (Mercredi 25 janvier 2017 - Image d'archive) Astana a débouché, au terme de deux journées difficiles, sur une déclaration commune des trois «parrains» du processus qui s'engagent à instaurer un mécanisme de contrôle du cessez-le-feu fragile en vigueur depuis le 30 décembre. (Mardi 24 janvier 2017) L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Monsieur de Mistura. Les partie se sont mises d'accord sur la manière dont contrôler la trêve. (mardi 24 janvier 2017) La première journée de négociations s'est terminée lundi soir sans avancée apparente. (Lundi 23 janvier 2017) Les rebelles syriens refusent de négocier directement avec les émissaires de Bachar al-Assad. Yahya Al-Aridi, ici à l'image, est un des porte-parole de la délégation rebelle (lundi 23 janvier 2017) Astana (Kazakhstan) se prépare à accueillir les négociations de paix entre le régime syrien et la délégation des rebelles. (Dimanche 22 janvier 2017) Au moins sept personnes ont perdu la vie et 14 autres ont été blessées dans l'attaque contre un camp de déplacés, près de la frontière jordanienne, le samedi 21 janvier 2017. (Image d'archives) Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont détruit deux nouveaux monuments antiques à Palmyre, au centre de la Syrie, cité qu'ils avaient reprise au régime de Damas en décembre. (Vendredi 20 janvier 2017) Le président Bachar al-Assad a demandé aux groupes rebelles de déposer leurs armes en échange d'une amnistie. (Jeudi 19 janvier 2017) L'EI brûle du pétrole et des pneus pour gêner les raids du régime à Deir Ezzor. L'EI a perdu 23% de son territoire en 2016. (Mercredi 18 janvier 2017) Un général syrien et huit soldats ont été tués par une explosion dans un tunnel près de Damas. (Mardi 17 janvier 2017) Certains groupes rebelles syriens souhaitent prendre part aux négociations de paix qui auront lieu au Kazakhstan. (Lundi 16 janvier 2017) La région de Wadi Barada est au centre de confrontations entre les forces gouvernementales et rebelles. (Dimanche 15 janvier 2017) Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a lancé une offensive majeure samedi contre les secteurs prorégime de la ville syrienne assiégée de Deir Ezzor. (Samedi 14 janvier 2017) L'état-major de l'armée syrienne a accusé vendredi l'armée israélienne d'avoir tiré dans la nuit plusieurs roquettes contre la base aérienne militaire de Mazzé, aux abords de Damas. (Vendredi 13 janvier 2017) Au moins huit personnes ont péri dans un attentat suicide à Kafr Soussa, un quartier de la capitale où se trouvent des bases militaire et des renseignements. (Jeudi 12 janvier 2017) La Russie est d'accord pour que les Etats-Unis participent le 23 janvier à Astana, au Kazakhstan, aux pourparlers sur le règlement du conflit en Syrie. (Jeudi 12 janvier 2016) Les pourparlers de paix sur le règlement du conflit en Syrie, parrainés par la Russie, l'Iran et la Turquie, auront lieu le 23 janvier à Astana, au Kazakhstan. (Samedi 7 janvier 2017). Porte-avion russe en Méditerranée, en novembre 2016. La Russie a annoncé le 6 janvier commencer à réduire sa présence en Syrie et en Méditerranée. (Samedi 7 janvier 2017). Les retours vers Alep ne sont pas conseillés, a déclaré le représentant sur place du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Sajjad Malik. (Mercredi 4 janvier 2017) Un homme porte du bois, dans le quartier de Douma tenu par les rebelles à l'est de Damas (Syrie), le 3 janvier 2017. (Mercredi 4 janvier 2017). Les rebelles ont décidé de geler toute discussions en vue des pourparlers de paix, en réponse aux bombardements du régime, qu'ils estiment être une violation de la trêve. (Lundi 2 janvier 2017) Le gouvernement turc a annoncé que le pays poursuivra son combat contre l'EI en Syrie, malgré l'attentat survenu la nuit du Nouvel An, à Istanbul. (Lundi 2 janvier 2017) Les organisations kurdes de Syrie et leurs alliés se sont entendus sur un projet de constitution pour les territoires qu'ils ont conquis aux dépens de l'Etat islamique. (Jeudi 29 décembre 2016) Le régime syrien et l'opposition armée se sont entendues sur un cessez-le-feu total, entré en vigueur jeudi à minuit. (Jeudi 29 décembre 2016) Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu (à droite), a confirmé sans plus de détails qu'un projet de cessez-le-feu avait été élaboré. (Mercredi 28 décembre) La reconstruction d'Alep semble débuter. Les habitants attendent avec impatience des travaux dans ce qui était l'une des plus belles villes de Syrie avant la guerre. (Mercredi 28 décembre 2016) A Alep, plus de 50% des immeubles et des infrastructures ont été partiellement ou totalement détruits, selon «une évaluation préliminaire optimiste» de la municipalité. (Mercredi 28 décembre 2016) La Russie et la Turquie sont tombées d'accord sur un nouveau cessez-le-feu, alors que le nombre de victimes chez les civils continue à prendre de l'ampleur. (Mercredi 28 décembre 2016) La cathédrale Saint-Elie à Alep a accueilli ses fidèles pour sa première messe de minuit depuis cinq ans. (Samedi 24 décembre 2016) Damas et son agglomération comptent cinq millions d'habitants. Le 25 décembre 2016, tous étaient sans eau courante depuis trois jours. (Image d'archives) Au moins huit frappes ont visé Binish, Sarakeb et Jisr al Choghour, trois villes de la province d'Idlib. Les bombardements ont fait plusieurs victimes, principalement des civils, ont annoncé samedi des rebelles et des habitants. (25 décembre 2016) Au moins huit frappes ont visé Binish, Sarakeb et Jisr al Choghour, trois villes de la province d'Idlib. Les bombardements ont fait plusieurs victimes, principalement des civils, ont annoncé samedi des rebelles et des habitants. L'armée turque a fait 88 victimes en moins d'une journée, dans sa tentative de reprendre le dernier bastion de l'EI dans le nord de la Syrie. On voit les derniers cars remplis de rebelles quitter Alep. Le régime a affirmé jeudi soir avoir «libéré» la ville des «terroristes». (22 décembre 2016) Sous la neige, vingt bus ont quitté Alep après une interruption de 24 heures. (Mercredi 21 décembre 2016) Des habitants du réduit rebelle d'Alep étaient évacués au compte-gouttes mercredi en raison d'une tempête de neige qui a retardé la sortie des derniers convois de la ville en passe de tomber totalement aux mains du régime. (Mercredi 21 décembre 2016) Une famille d'Alep vient d'arriver dans le secteur de Khan al-Assal après son évacuation, le 20 décembre 2016. (Mardi 20 décembre 2016). Arrivée d'habitants d'Alep évacués dans la région de Khan al-Assal tenue par les opposants au régime, le 19 décembre 2016. Plusieurs milliers d'entre eux ont été progressivement évacués. (Mardi 20 décembre 2016). La Russie oppose son veto à la résolution de l'ONU sur la situation à Alep et soumet sa propre résolution. (Dimanche 18 décembre 2016) Plusieurs autocars, où avaient pris place des insurgés et des membres de leurs familles, ont commencé à quitter Alep-Est. (Dimanche 18 décembre 2016) Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault le 8 octobre 2016 au Conseil de sécurité. La France présentera le 18 décembre une résolution pour le déploiement d'observateurs à Alep. (Dimanche 18 décembre 2016). Des milliers de rebelles et de civils attendaient samedi, dans le froid et dans la faim, la reprise des évacuations des derniers quartiers rebelles d'Alep, (Samedi 17 décembre 2016) Des soldats syriens encadrent l'évacuation de civils et de combattants.(Vendredi 16 décembre 2016) Un convoi de civiles évacués du du dernier secteur rebelle à Alep-Est Des ambulances de la croix-rouge syrienne sont prêtes à évacuer des civiles d'Alep-Est Un vieil homme évacué.. Près de 8000 civils ont pu quitter le dernier secteur rebelle à Alep-Est, a déclaré un responsable turc. (Vendredi 16 décembre 2016) Il pleure à son arrivée dans un secteur sécurisé à Khan al-Aassal (Jeudi 15 décembre 2016) Une blessée évacuée. (Jeudi 15 décembre 2016) Des ambulances et des autobus ont fait la navette toute la nuit entre la dernière poche tenue par les rebelles dans la ville d'Alep vers des secteurs contrôlés par les insurgés dans l'ouest de la province du même nom. (Jeudi 15 décembre 2016) Les frappes aériennes russes contre la ville syrienne d'Alep ont tué 1207 civils, dont 380 enfants, a affirmé jeudi l'organisation de protection civile des casques blancs. Elle a remis un dossier à la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie. (Vendredi 16 décembre 2016) Des civils se réunissent en vue d'une évacuation d'Alep-est. (jeudi 15 décembre 2016) Une nouvelle trêve serait entrée en vigueur à Alep-est. L'évacuation des rebelles devrait démarrer. (Jeudi 15 décembre 2016) Le quartier d'al-Zabdiya au sud-est d'Alep, après un bombardement des forces syriennes le 14 décembre. Contrairement aux annonces et malgré l'espoir, les civils n'ont toujours pas été évacués et les combats ont repris. (Jeudi 15 décembre 2016). Des hommes de l'armée syrienne (gouvernement), lors de leur avancées dans le quartier Est, le 14 décembre 2016. (Jeudi 15 décembre 2016). Malgré la trêve, des tirs dans le quartier de al-Zabdiya à Alep. (Mercredi 14 décembre 2016) L'armée gouvernementale patrouille dans un quartier d'Alep. (Mercredi 14 décembre 2016) Un nouvel accord a été trouvé ce mercredi soir. L'évacuation des insurgés et des civils devrait commencer d'ici peu, ont déclaré dans la soirée deux responsables rebelles et un responsable pro-Assad. (14 décembre 2016) Des bus ont été réquisitionnés pour évacuer les habitants d'Alep. Mais de violents bombardements ont repris à Alep, l'évacuation de civils a été suspendue. (Mercredi 14 décembre 2016) Ces enfants qui marchent au coeur d'Alep devront attendre avant d'être évacués. Les combats ont repris (Mercredi 14 décembre 2016) Encore une fois, les espoirs d'une évacuation rapide de milliers de civils affamés et assiégés ont été douchés. L'allié russe du président Bachar al-Assad a accusé les rebelles d'avoir déclenché les hostilités, alors que le parrain de l'opposition, la Turquie, a blâmé les troupes du régime et leurs alliés. (Mercredi 14 décembre 2016) Des milliers de civils ont fui les combats mais le nombre de victimes est encore inconnu. Leur retour dans la ville dévastée par plus de quatre ans de lutte est fortement mis en doute. (13 décembre 2016) Des soldats syriens et pro-gouvernementaux visitent la mosquée omeyyade après la fin des combats. (13 décembre 2016) Autre victime culturelle, la mosquée omeyyade d'Alep a été très sévèrement endommagée par les combats. Son minaret a ainsi été détruit en avril 2013. (13 décembre 2016)

Une faute?

Les armes se sont tues lundi soir à Damas après que l'armée a réussi à repousser un assaut de rebelles et de djihadistes contre ce bastion du régime relativement épargné par les ravages de la guerre. Les magasins ont rouvert dans l'est de la capitale syrienne et la circulation a repris timidement, selon des correspondants de l'AFP sur place.

De violents combats avaient éclaté dimanche à la suite d'une offensive surprise menée par des rebelles et des djihadistes du Front Fateh al-Cham, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Ces derniers avaient, pour la première fois depuis deux ans, pénétré en profondeur jusqu'à une zone proche du centre de Damas, avec l'objectif de soulager leurs camarades rebelles bombardés par le régime dans trois quartiers de la périphérie nord de la capitale.

Mais les forces du président Bachar el-Assad ont rapidement lancé une contre-offensive qui leur a permis de faire reculer les insurgés, notamment grâce à leur supériorité dans les airs. «Nous avons réussi à reprendre la quasi-totalité des positions où les rebelles avaient avancé» dimanche, a indiqué une source militaire à l'AFP.

Les rebelles et les djihadistes avaient pendant quelques heures pénétré dans le quartier des Abbassides, dans l'est de Damas et limitrophe du centre de la capitale.

Intenses frappes de l'aviation

L'assaut est parti du quartier adjacent de Jobar (est) dont une partie est contrôlée par les forces prorégime et une autre par les rebelles et des djihadistes , soumis aux bombardements de l'aviation syrienne depuis deux ans.

Les djihadistes et leurs alliés ont pu brièvement faire la jonction entre Jobar et le quartier rebelle de Qaboun, plus au nord. Mais «le régime et ses alliés ont mené une contre-offensive et repris 70% des positions capturées par les rebelles», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les affrontements ont ensuite cessé en début de soirée, ont constaté les correspondants de l'AFP.

Durant toute la journée, l'aviation syrienne avait mené d'intenses frappes sur la partie rebelle de Jobar. «C'est une ligne de front importante» à cause de sa proximité avec le centre-ville de Damas, a expliqué M. Abdel Rahmane.

Les combats dimanche ont fait 26 morts dans les rangs prorégime et 21 dans l'autre camp, selon l'OSDH qui n'avait pas de bilan pour les violences de lundi. Le secteur des Abbassides a lui aussi retrouvé une animation quasi-normale.

Damas a été frappée ces dix derniers jours par des attentats suicide, dont l'un a fait 74 morts dans la vieille ville et a été revendiqué par le Front Fateh al-Cham.

Négociations à Genève

Les violences à Damas sont survenues avant un nouveau round de négociations intersyriennes prévu à partir de jeudi à Genève, sous l'égide de l'ONU, en présence de représentants du régime et de l'opposition.

Pour Bachar al-Jaafari, chef de la délégation du régime aux pourparlers, «les dernières attaques terroristes à Damas (...) et ailleurs en Syrie visent à faire pression sur le gouvernement syrien avant Genève». Tous les efforts diplomatiques, encadrés ou non par l'ONU, pour une solution au conflit en Syrie ont jusqu'à présent échoué.

La guerre a fait plus de 320'000 morts en six ans et des millions de déplacés et réfugiés, engendrant une grave crise humanitaire. Un cessez-le-feu avait été négocié en décembre avec l'aide de la Russie, alliée du régime, et la Turquie, qui soutient des groupes rebelles, mais les combats n'ont pas pour autant cessé dans le pays.

Entraînement russe des Kurdes?

Dans des déclarations à des journalistes russes, après le plus sérieux accrochage entre la Syrie et Israël depuis le début de la guerre, Bachar el-Assad a estimé lundi que la Russie pouvait «jouer un rôle afin qu'Israël n'attaque plus la Syrie».

Un raid israélien vendredi près de Palmyre (centre) avait provoqué une riposte anti-aérienne de l'armée syrienne et un tir de missile intercepté en direction du territoire israélien.

Sur un autre front de cette guerre complexe, les forces kurdes syriennes ont annoncé qu'elles allaient recevoir «bientôt» un entraînement militaire de la Russie en vertu d'un accord conclu entre les deux parties.

La Russie n'a pas confirmé cette annonce officiellement, mais a confirmé dans un communiqué une présence à Afrine, un des trois cantons kurdes semi-autonomes en Syrie. Selon l'OSDH, près d'une centaine soldats russes sont entrés dans la région d'Afrine.

(nxp/afp)