Prêtre attaqué en France

02 octobre 2016 09:24; Act: 03.10.2016 00:47 Print

L'église purifiée à l'eau bénite avant la réouverture

Une cérémonie est organisée ce dimanche dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, visée par un attentat terroriste il y a deux mois près de Rouen.

Voir le diaporama en grand »
L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a donné une conférence de presse ce dimanche 2 octobre, avant la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. L'église de Saint-Etienne-Du-Rouvray ouvrira à nouveau ses portes ce dimanche 2 octobre 2016. Seules 200 personnes accréditées pourront entrer dans l'établissement. (30 septembre 2016) Les assassins du père Jacques Hamel à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (F), fin juillet, étaient en contact avec un Roannais de 29 ans, établi en zone irako-syrienne, selon L'Express. Ce dernier semble avoir «piloté» leur action. (Jeudi 18 août 2016) Un homme de 21 ans, arrêté à Toulouse, a été écroué. (Vendredi 12 août 2016) L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a salué la présence de fidèles des communautés juive et musulmane, «très marquées et déjà décidées à s'unir pour plus jamais ça». (Mardi 2 août 2016) Le ministère de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve en discussion avec le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc. (Mardi 2 août 2016) Quelque 2000 personnes se sont réunies dans la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Le cercueil, porté par quatre personnes, fait son entrée dans l'édifice. (Mardi 2 août 2016) Des forces de l'ordre patrouillent devant la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Les obsèques du prêtre tué par deux jeunes, le 26 juillet, se sont déroulées en la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) (Mardi 2 août 2016) Le cercueil du prêtre Jacques Hamel arrive à la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Près de 2000 personnes sont attendues mardi 2 août aux obsèques du prêtre assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray. Elles seront célébrées dans la cathédrale de Rouen. (Image prétexte). Cinq jours après l'assassinat d'un prêtre qui a bouleversé la France, de nombreux musulmans ont manifesté dimanche 31 juillet leur horreur du jihadisme, présents aux messes aux côtés des catholiques ou par des tribunes dans les médias. Le cousin d'Abdel M. P., l'un des deux auteurs de l'attaque djihadiste, a été déféré dimanche en vue de sa mise en examen. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Rouen. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Saint-Leu. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Nice. (Dimanche 31 juillet 2016) Gestes de solidarité et de fraternité, samedi, dans l'église même où s'est produit l'attentat, à Saint-Etienne-du-Rouvray. (30 juillet 2016) Des manifestations ont réuni chrétiens et musulmans dans plusieurs villes de France. (Samedi 30 juillet 2016) Des manifestations ont réuni chrétiens et musulmans dans plusieurs villes de France. (Samedi 30 juillet 2016) Hommage au Père Hamel dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. (Vendredi 29 juillet 2016) Un dialogue surréaliste s'est engagé dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, après l'assassinat du prêtre, entre les djihadistes et les deux religieuses retenues à l'intérieur de l'édifice, selon un témoignage des nones. (Samedi 29 juillet 2016) Les fidèles ont tenu à partager un moment de fraternité en se rendant successivement à l'église Sainte-Thérèse et à la mosquée Yahia vendredi 29 juillet 2016. La sécurité est maximale alors qu'un hommage solennel est rendu au père Hamel. (Jeudi 28 juillet 2016) Saint-Etienne-du-Rouvray rend un hommage solennel à son prêtre assassiné. (Jeudi 28 juillet 2016) Les obsèques du Père Hamel doivent avoir lieu mardi 2 août. (Jeudi 28 juillet 2016) Le second tueur de l'attaque djihadiste de mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray a été «formellement identifié». Il était fiché «S». (28 juillet 2016) Le deuxième tueur a été identifié jeudi. Les représentants des cultes en France ont demandé mercredi à François Hollande que les lieux de culte fassent l'objet d'une plus grande attention de la part des autorités en matière de sécurité. De Gauche à droite: Rabbi Haim Korsia, Grand Rabbin de France / Joel Mergui, président du consistoire central israélite de France /Olivier Reigen Wang-Genh, président de l'union bouddhiste de France / Francois Clavairoly ,président de la fédération des pasteurs en France / Dalil Boubakeur,'Récteur de la Grand Mosquée de Paris / Grigorios Ioannidis General Vicar de l'église orthodoxe / le cardinal français, Andre Vingt-Trois et Ahmet Ogras, vice-présidents du Conseil français du culte musulman. L'un des deux assaillants a été formellement identifié. Deux fois, il a essayé de se rendre en Syrie en 2015. Placé en détention provisoire, il avait été libéré sous la «surveillance» d'un bracelet électronique. (photo prétexte) La police a procédé à deux perquisitions et à une interpellation à Saint-Etienne-du-Rouvray. (mardi 26 juillet 2016) Soeur Danièle était dans l'église au moment où les assaillants ont fait irruption. France 2 a recueilli son témoignage. Elle raconte qu'ils ont forcé le prêtre à s'agenouiller et qu'ils ont crié: «Vous les chrétiens, vous nous supprimez». (mardi 26 juillet 2016) Une photo non-datée de la victime de cette attaque, le prêtre Jacques Hamel. Le père Hamel a été tué en célébrant une messe matinale, à laquelle assistaient trois religieuses et un couple de paroissiens, dont le mari a été grièvement blessé à la poitrine. «Ce sont les catholiques qui ont été frappés, mais ce sont tous les Français qui sont concernés», a déclaré le président François Hollande. (mardi 26 juillet 2016) Venu rapidement sur place, il a appelé le pays à la «cohésion» et à faire «un bloc que personne ne doit pouvoir fissurer».(mardi 26 juillet 2016) François Hollande à Saint-Étienne-du Rouvray. (mardi 26 juillet 2016) Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a appelé les Français à rester «unis» mardi après la prise d'otages (...) qui vient s'ajouter à d'autres actes barbares» (mardi 26 juillet 2016) La police a mis tout le quartier sous haute surveillance. (Mardi 26 juillet 2016) Des opérations de déminage et de sécurisation de l'église étaient toujours en cours à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) L'attaque a eu lieu à Saint-Étienne-du Rouvray, dans la région Normandie. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. (Mardi 26 juillet 2016) Le président français François Hollande et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sont arrivés sur les lieux du drame à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) Le président français François Hollande et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sont arrivés sur les lieux du drame à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. (Mardi 26 juillet 2016) Les deux preneurs d'otages, dont les motivations sont encore inconnues, sont morts lors d'une intervention de la police. (Mardi 26 juillet 2016) Un prêtre a été tué et un ex-otage se trouve entre la vie et la mort. (Mardi 26 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de deux mois après le spectaculaire attentat djihadiste, , au cours duquel le prêtre âgé Jacques Hamel avait péri égorgé, l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, dans la banlieue de Rouen, rouvre ses portes dimanche lors d'une cérémonie qui sera chargée d'émotion et de symboles.

Pour l'Église catholique la profanation d'un lieu de culte doit être «réparée». A plus forte raison quand il s'agit d'un meurtre. C'est pour cela qu'un rite pénitentiel de réparation est organisé dimanche après-midi, suivi d'une messe, célébrée par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

«Le rite consiste à +laver+ l'église en l'aspergeant d'eau bénite», a expliqué à l'AFP l'archevêque qui avait célébré le 2 août, dans la cathédrale de Rouen, la messe des obsèques du prêtre assassiné.

Le rite visera aussi à «réparer» les profanations commises contre des objets cultuels par les deux djihadistes , Adel K., un Stéphanais, et Abdel M. P., venu de Savoie.

Eglise vandalisée

Les deux hommes se sont en effet acharnés sur l'autel en bois en lui portant des dizaines de coups de couteau.

Ils ont aussi arraché une croix de procession scellée dans le mur, renversé le grand cierge de Pâques et arraché le chapelet des mains d'une Vierge de Fatima. La commune compte une importante communauté portugaise.

Après le rite pénitentiel, Mgr Lebrun, entouré notamment du curé de la paroisse Auguste Moanda-Phuati, du vicaire général du diocèse Philippe Maheut et d'autres prêtres des paroisses environnantes, doit célébrer la messe.

Avant d'entrer dans l'église il aura conduit, à partir de 15H30 une procession sur environ 500 mètres qui débutera à la porte du presbytère, non loin de l'Hôtel de Ville. Le maire Hubert Wulfranc (PCF) et l'archevêque devaient prendre la parole avant la cérémonie.

Cérémonie retransmise

Tous les habitants qui n'auront pas réussi à entrer dans l'église pourront suivre la cérémonie à l'extérieur sur un écran géant.

De nombreux musulmans devraient se joindre à la foule, à l'extérieur de l'église. Un appel en ce sens a été lancé à la prière du vendredi à la mosquée stéphanaise Yahya, qui se trouve sur les hauteurs de la ville, juste à côté de l'autre église de la ville, Sainte-Thérèse.

Croyants de toutes confessions ou non croyants, tous les Stéphanais ont été fortement marqués par le drame. D'autant que la bonne entente règne entre les différentes communautés.

Mort de Jacques Hamel

La petite église Saint-Etienne, datant du XVIe siècle, sera restée fermée aux fidèles exactement 68 jours, après avoir été le théâtre de l'horreur pendant environ une heure, dans la matinée du 26 juillet.

Vers 9H30 du matin le père Jacques Hamel, 85 ans, venait de terminer sa messe pour seulement cinq personnes, trois religieuses et un couple d'octogénaires, quand ont surgi deux djihadistes de 19 ans en tenue de combat. Leurs seules armes véritables étaient des couteaux.

Le père sera égorgé, l'homme du couple, Guy Coponet, sera poignardé, laissé pour mort, mais s'en tirera miraculeusement. Les quatre femmes, épargnées et prises en otages, resteront traumatisées à vie par cette attaque, aussi brutale qu'inédite, perpétrée au nom de l'Etat islamique.

Une semaine après l'attentat de Nice

Au cours des premiers jours, n'entrera dans l'église que la police scientifique. Un très large périmètre de sécurité tiendra curieux et médias à distance. Puis l'église sera visible par la population mais restera de longues semaines entourée de barrières métalliques devant lesquelles s'accumuleront bouquets de fleurs, bougies et messages de sympathie envers le prêtre disparu, unanimement apprécié pour sa simplicité et son infatigable dévouement.

L'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray est le dernier en date subi par la France, le cinquième depuis janvier 2015. Il est survenu juste douze jours après celui de Nice, où un djihadiste, au volant d'un camion avait tué 86 personnes.

(nxp/afp)