Californie

11 octobre 2017 05:47; Act: 11.10.2017 21:05 Print

Un spectacle de désolation après les incendies

Les flammes qui ont ravagé la Californie n'ont presque rien laissé derrière elles, constatent les habitants de retour sur les lieux.

Sur ce sujet
Une faute?

Il ne reste que les cheminées, qui semblent presque intactes, encore dressées au milieu d'un paysage de désolation. Dans le quartier résidentiel de Coffey Park, Barbara et sa fille sont venues fouiller les cendres de ce qui était leur maison, entièrement ravagée par les flammes.

Dans un silence impressionnant, que seuls les cris des corbeaux viennent troubler, des pompiers aident les deux femmes. Krysti Campbell, 42 ans, fouille les débris, entre deux panneaux solaires fondus. «Je cherche des bijoux mais je n'ai rien trouvé, le pompier me dit de revenir plus tard avec un tamis, peut-être», explique-t-elle, vêtue d'un survêtement.

Cette «mère célibataire» comme elle se définit elle-même, garde le sourire mais assure que son fils de 12 ans, est «anéanti»: «Son école aussi a brûlé». Cette maison était «la première où il avait sa chambre», dit-elle. Sa mère Barbara Baird, 70 ans, qui vivait avec eux , explique les larmes aux yeux qu'elle a dû sortir de sa maison «en slip et en chaussons» dans la nuit de dimanche à lundi. Des dizaines d'autres maisons comme la leur ont été réduites en cendres dans le lotissement.

Dix-sept personnes ont perdu la vie en Californie dans des incendies monstres qui ont ravagé des dizaines de milliers d'hectares. Dans un demi-sourire, Barbara regrette de ne pas avoir pris son ordinateur. «On ne s'imaginait pas que la maison allait brûler, comme ça», dit-elle, se souvenant du vent violent et du «ciel orange» à cause des flammes qui arrivaient de derrière la maison. «Je me sens comme une sans-abri, parce que je suis sans abri maintenant», lâche cette femme à la silhouette frêle.

«Demain est un autre jour»

Quelques maisons plus loin, Yaya Alivereti, masque sur la bouche, pleure devant le tas de cendres qu'est devenue sa maison. Il n'y a rien à sauver. On ne distingue plus qu'un lave linge tordu et noirci et quelques tasses cassées dans ce qui devait être la cuisine.

«On est sains et saufs, on est en vie, demain est un autre jour», veut croire le père de famille de 50 ans, revenu avec ses trois enfants. Lui aussi a dû fuir en quelques minutes comme tous ses voisins. «Tout le monde était en mode panique», se souvient-il.

Plusieurs carcasses de voitures brûlées jonchent les rues du lotissement. Sous la chaleur du brasier, même le métal des véhicules a fondu partiellement, laissant des traînées de métal durci sur la chaussée.

Non loin de là, plusieurs restaurants sont entièrement détruits, de même qu'un immense supermarché K-Mart. Seules quelques plantes en pot du rayon jardinage ont échappé aux flammes et sont encore soigneusement rangées à l'extérieur du bâtiment, dont les poutres ont été tordues par la chaleur.

Débris encore fumants

De nombreux poteaux électriques sont endommagés, les fils électriques à terre. Sur le parking, une dizaine de camions de pompiers venus des quatre coins de Californie attendent les instructions. «Peut-être pour aller vérifier quelques points chauds», explique Mark Repetto, responsable d'un groupe de pompiers arrivés la veille de la capitale Sacramento.

Kathy Ruiz, 74 ans, est assise sur un lit de camp dans un des nombreux centres d'hébergement ouverts aux milliers d'évacués de la zone de San Rosa. Elle n'a guère emporté que son chien, un petit caniche blanc, lorsque sa fille est venue frapper à sa porte à 4h00 dans la nuit de dimanche à lundi.

Le long de l'autoroute 101, qui rejoint San Francisco, deux hôtels de luxe ont entièrement brulé. Sur une petite colline, au milieu d'un terrain entièrement noirci, ne subsiste que le panneau Hilton, protégé par un mur en pierres. Derrière, de gigantesques amas de débris encore fumants. On ne distingue plus que quelques bouteilles au niveau du bar, détruit. Certaines sont encore intactes.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Itachi Uchiha le 11.10.2017 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prenons soins de notre planète !

    Dommage pour la California, et la planète !

  • Olivier Guillaume le 11.10.2017 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    triste

    Bien triste, mais peut être une lueur d'espoir pour les Mexicains . Trump aura peut être besoin d'eux pour la reconstruction .

Les derniers commentaires

  • Olivier Guillaume le 11.10.2017 10:16 Report dénoncer ce commentaire

    triste

    Bien triste, mais peut être une lueur d'espoir pour les Mexicains . Trump aura peut être besoin d'eux pour la reconstruction .

    • Kenzo Chris le 11.10.2017 16:31 Report dénoncer ce commentaire

      non mais

      Commentaire quelque peu déplacé...

  • Itachi Uchiha le 11.10.2017 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prenons soins de notre planète !

    Dommage pour la California, et la planète !