Ouragans

03 octobre 2017 18:36; Act: 04.10.2017 07:58 Print

Trump: «Porto Rico, tu déstabilises notre budget»

Près de deux semaines après le passage dévastateur de l'ouragan, le président américain s'est rendu sur l'île. Donald Trump a comparé Maria à Katrina.

Voir le diaporama en grand »
Le président des Etats-Unis Donald Trump a attribué jeudi à son administration la note maximale pour sa réponse à l'ouragan qui a dévasté Porto Rico, territoire américain qui reste privé d'électricité à 80%. (Jeudi 19 octobre 2017) Le président américain Donald Trump n'a pas hésité jeudi à mettre sur la sellette Porto-Rico, qui a du mal à se relever des destructions provoquées par l'ouragan Maria. Il a affirmé que l'aide fédérale ne sera pas «éternelle». (Jeudi 12 octobre 2017) Le bilan de l'ouragan Maria s'est aggravé à 44 morts à Porto Rico, dont la majeure partie est toujours privée d'électricité. (Mercredi 11 octobre 2017) L'assureur américain AIG a annoncé lundi 9 octobre que les ouragans Harvey, Irma et Maria qui ont affecté le Texas, la Floride, Porto Rico et les Caraïbes allaient lui coûter jusqu'à 2 milliards de dollars après impôts. Il s'agit principalement d'indemnisations. Le président veut demander le déblocage de 29 milliards de dollars au titre de l'aide d'urgence et pour effacer une partie de la dette de Porto Rico. (Mercredi 4 octobre 2017) Donald Trump s'est rendu ce mardi à Porto Rico pour constater les dégâts que l'ouragan Maria a fait sur l'île. (3 octobre 2017) Donald Trump a annoncé une levée temporaire de restrictions qui permettra d'accélérer l'acheminement de l'aide vers Porto Rico. (Jeudi 28 septembre 2017) Le président américain Donald Trump a annoncé qu'il se rendrait le 3 octobre à Porto Rico, pour couper court aux critiques sur la lenteur de l'aide apportée par l'administration à ce territoire américain dévasté par l'ouragan Maria. (Mardi 26 septembre 2017) Le bilan de l'ouragan Maria s'est alourdi dans les Caraïbes avec au moins 13 morts à Porto Rico, où un barrage a cédé sous l'effet de pluies diluviennes. (Vendredi 22 septembre 2017) «Porto Rico est absolument anéanti», a pour sa part déclaré le président américain Donald Trump. (Jeudi 21 septembre 2017) Un champ complètement inondé à Porto Rico. (Jeudi 21 septembre 2017) La Dominique a été dévastée par l'ouragan Maria. Jeudi, le Premier ministre a annoncé le décès d'au moins 15 personnes sur la petite île de 72'000 âmes. (Jeudi 21 septembre 2017) L'ouragan Maria a laissé derrière lui mercredi d'innombrables toitures arrachées à Porto Rico. De nombreux immeubles sont détruits et sous l'eau, obligeant des dizaines de milliers de personnes à se presser dans les refuges. (21 septembre 2017) Porto Rico était totalement privé d'électricité mercredi. Le bilan de Maria dans les Caraïbes est de neuf morts. (Mercredi 20 septembre 2017) L'île de Porto Rico a été complètement balayée par l'ouragan Maria. Les secours ont toujours de la difficulté à intervenir sur le terrain en raison des vents violents. (Mercredi 20 septembre 2017) L'ouragan Maria est arrivé mercredi matin au-dessus de l'île de Porto Rico, battue par des vents de 250 kilomètres/heure. (Mercredi 20 septembre 2017) Porto Rico doit faire face à de forts vents. (Mercredi 20 septembre 2017) Maria se dirige désormais vers Porto Rico. (Mardi 19 septembre 2017) A Porto Rico, des habitants vont passer la nuit dans un refuge. (Mardi 19 septembre 2017) Maria approche de St. Barthélémy, placée en alerte violette. (Mardi 19 septembre 2017) Des pompiers français embarquent pour les Antilles pour venir en aide aux sinistrés de Maria. (Mardi 19 septembre 2017) De nombreuses inondations ont été rapportées en Guadeloupe. (Mardi 19 septembre 2017) Maria a fait un mort et deux disparus sur l'île française de La Guadeloupe. (Mardi 19 septembre 2017) L'ouragan Maria «potentiellement catastrophique», a balayé les Iles Vierges et menace Porto Rico. (Mardi 19 septembre 2017) Le territoire indépendant de La Dominique a «perdu tout ce qui pouvait être perdu», a déclaré le Premier ministre Roosevelt Skerrit . Ici, de l'aide humanitaire en provenance du Venezuela. (Mardi 19 septembre 2017) En Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, les vents violents de l'ouragan Maria ont frappé les côtes. (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) Maria se dirigeait vers la Guadeloupe, mardi matin (heure suisse) après avoir touché terre en Dominique vers 01h15 (03h15 en Suisse) avec des vents de 260 km/h. Les Guadeloupéens, placés en alerte rouge, s'étaient préparés au pire, lundi. (Image - lundi 18 septembre 2017) (Mardi 19 septembre 2017) Selon les météorologues américains, l'oeil de Maria va passer sur la Dominique et les îles Leeward voisines dans les prochaines heures, puis continuer sa route dévastatrice en direction de Porto-Rico et des îles Vierges qu'il devrait atteindre dans la nuit de mardi à mercredi. (image prétexte) Selon Météo-France, l'oeil du cyclone est finalement passé à 50 km des côtes du nord de la Martinique dans la nuit de lundi à mardi. Le mur de l'oeil du cyclone, qui concentre des vents très forts, est, lui, passé à 25 km et n'a pas touché cette île française. (image d'illustration) En Martinique, 33'000 foyers ont été privés d'électricité à 18h00 locales (minuit en Suisse). La préfecture n'a pas relevé de dégât significatif à ce stade avec une quarantaine d'interventions des pompiers. L'ouragan n'a cessé de se renforcer dans les eaux chaudes de l'Atlantique Nord et génèrait, dans la nuit de lundi à mardi, des vents atteignant 260 km/h, selon le centre américain des ouragans (NHC). (Image lundi 18 septembre 201 La dépression Maria est passée en 24 heures de simple tempête tropicale en ouragan de catégorie 5, la plus élevée, jugé 'potentiellement catastrophique'. (Image lundi 18 septembre 2017) Les météorologues s'attendent même à ce qu'elle gagne encore en intensité jusqu'à mercredi. La population se préparait aussi à Puerto Rico. (lundi 18 septembre 2017) , l'oeil de l'ouragan devait passer à moins de 50 km du sud de la Basse-Terre et encore plus près des Saintes, qui devraient être les régions les plus exposées, pévoyait, lundi soir, Météo-France. «Les précipitations cumulées sur 24 heures pourraient être comprises entre 200 et 400 mm et la houle approcher les 8 à 10 mètres», a précisé le ministère français de l'intérieur. Sur l'île française de Guadeloupe, le gouvernement avait ordonné l'évacuation des zones à risque «a compter de ce lundi 18 septembre à 16H00» (22H00 en Suisse). (Image - lundi 18 septembre 2017) Les Caraïbes, ravagées par Irma il y a une dizaine de jours, étaient en état d'alerte lundi face à l'arrivée imminente d'un nouvel ouragan, Maria. Il devrait gagner en puissance au fil des heures. Il a été reclassé «extrêmement dangereux» dans la soirée de lundi. Ravagée par Irma il y a une dizaine de jours, toute la région a été mise en état d'alerte avant le passage de Maria qui s'est renforcé en moins de 24 heures, passant du statut de tempête tropicale à celui d'ouragan catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson. (Image - lundi 18 septembre 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a rencontré mardi à Porto Rico des sinistrés de l'ouragan Maria, serrant des mains, posant sur les photos et distribuant du riz, dans une tentative d'étouffer les critiques sur la lenteur de l'aide fédérale au territoire américain dévasté.

Portant une parka sombre sur une chemise blanche, le président américain et la Première dame Melania Trump, casquette sur la tête, ont parcouru les rues de la petite ville de Guaynabo, au sud de la capitale San Juan.

Donald Trump a demandé aux habitants de cette petite ville plutôt aisée dans quel état était leur maison, a posé avec eux sur les photos, distribué du riz et lancé des rouleaux de papier essuie-tout à des habitants réunis dans une église, comme il l'aurait fait avec un ballon de basket pour marquer un panier.

Deux semaines après le passage dévastateur de cet ouragan de catégorie 4, Porto Rico panse toujours ses plaies: seuls 7% de l'île dispose de courant, plus de 9000 personnes vivent dans des refuges et seuls 40% des moyens de communication ont été rétablis, selon le l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema). Une grande partie des habitants ne dispose en outre toujours pas d'eau potable ni de carburant.

«Tu déstabilises notre budget»

Pourtant, Donald Trump a minimisé lors d'une rencontre avec des responsables de la gestion de la crise la situation sur l'île, en faisant un parallèle avec l'ouragan Katrina, une «vraie catastrophe», selon lui. «Chaque mort est une horreur, mais si vous regardez une vraie catastrophe comme Katrina et vous regardez les énormes centaines et centaines de personnes qui sont mortes et ce qui s'est passé ici (...). Quel est votre bilan?» a demandé M. Trump, avant de poursuivre: «Seize (morts) contre des milliers».

L'ouragan Katrina a fait en 2005 plus de 1800 morts dans la région de La Nouvelle-Orléans, contre 16 à Porto Rico. «Nous avons sauvé beaucoup de vies», s'est ainsi félicité Donald Trump, lors d'une visite soigneusement préparée afin d'éviter toute éventuelle manifestation de mécontentement. M. Trump a en outre souligné que la gestion de la crise avait entamé le budget du pays. «Je déteste te dire ça Porto Rico mais tu déstabilises notre budget», a-t-il lancé. «Je ne me souviens pas du président disant au Texas qu'ils avaient déstabilisé le budget après Harvey ou en Floride après Irma», a réagi le leader de la majorité démocrate au Sénat Chuck Schumer.

Si la mobilisation de M. Trump après le passage des ouragans Harvey et Irma au Texas et en Floride a été globalement plutôt bien accueillie, celle concernant Porto Rico a été beaucoup moins consensuelle. «Nous sommes scandalisés par la lenteur et l'inadéquation de la réponse du gouvernement américain à Porto Rico», a lancé Abby Maxman, présidente de l'organisation Oxfam America. Nombre de Portoricains ont ainsi le sentiment d'avoir été traités comme des citoyens de seconde zone.

«Faire tout pour eux»

Une dizaine de manifestants anti-Trump s'est d'ailleurs rassemblée dans la matinée devant le quartier général des autorités portoricaines. «Il vient pour un show médiatique, pour du spectacle. Il vient deux semaines après», a relevé Sonia Santiago, retraitée de 62 ans.

Au-delà des actes et des réels défis logistiques auxquels l'administration est confrontée dans ce territoire asphyxié par la dette et aux infrastructures chancelantes, ce sont les mots et le style du président américain qui ont surpris.

Et la première a en avoir fait les frais est la maire de la capitale Carmen Yulin Cruz, qui a osé exprimer son désarroi face à une réponse fédérale jugée lente. L'occupant de la Maison Blanche lui a répondu par un tweet cinglant en l'accusant de faire preuve «d'un leadership médiocre». Donald Trump lui a serré la main mardi, mais n'a pas eu un mot pour celle qui a pourtant été l'une des premières à remonter ses manches pour venir en aide à la population sinistrée.

Après avoir passé quelques heures sur l'île, M. Trump s'est rendu à bord de l'USS Kearsarge pour y rencontrer son équipage. Il est ensuite reparti à bord de l'avion présidentiel Air Force One pour Washington. Le président américain doit se rendre mercredi à Las Vegas après la fusillade qui a ensanglanté cette ville du Nevada. Ces déplacements constituent de véritables tests de leadership pour Donald Trump, huit mois après son arrivée au pouvoir.

(nxp/ats/afp)