Australie

29 juin 2017 02:53; Act: 29.06.2017 13:04 Print

L'argentier du Vatican inculpé pour pédophilie

Jeudi, le cardinal australien George Pell a nié les faits qui lui sont reprochés et décidé de retourner dans son pays. Le Vatican a pris acte de son congé.

Sur ce sujet
Une faute?

L'argentier du Vatican, le cardinal australien George Pell, a été officiellement inculpé jeudi en Australie pour de multiples abus sexuels. Les faits présumés remontent aux années 1970, 1980 et 1990. Clamant son innocence, il veut affronter la justice de son pays.

«La police (de l'Etat) de Victoria a inculpé George Pell pour des délits d'agressions sexuelles anciennes», a déclaré à la presse le commissaire adjoint Shane Patton. «Il y a de nombreux plaignants liés à ces accusations», a-t-il ajouté, sans toutefois préciser si les agressions ont été commises sur des enfants.

L'officier n'a donné aucune autre précision sur les faits pour lesquels le cardinal est inculpé. Il n'a répondu à aucune question des journalistes, soulignant la nécessité de préserver l'intégrité de la procédure judiciaire. George Pell est convoqué le 18 juillet devant le tribunal de première instance de Melbourne (sud-est de l'Australie) pour y être entendu.

«Je suis innocent, ces accusations sont fausses», a martelé George Pell dans une courte déclaration lue devant la presse au Vatican. Il a annoncé prendre un congé provisoire du Vatican pour se défendre. «J'ai hâte d'avoir enfin l'occasion d'aller devant un tribunal», a-t-il affirmé.

Pas de démission

Plus haut représentant de l'Eglise catholique en Australie, le prélat de 76 ans est le ministre de l'Economie du Vatican, et, par conséquent, le plus éminent ecclésiastique mis en cause dans une affaire de pédophilie présumée. Le Saint-Siège a pour sa part accepté «le congé» du numéro trois du Vatican, sans exiger sa démission.

Dans son communiqué, le Vatican loue les qualités du cardinal en charge depuis trois ans de réformer la gestion des affaires économiques au sein de la Curie (gouvernement du Saint-Siège). Le Vatican exprime aussi son «respect» pour le système judiciaire australien.

Mais «en même temps», il souligne qu'il est «important de rappeler que le cardinal Pell a ouvertement et de façon répétée condamné comme immoraux et intolérables les actes d'abus (sexuels) commis contre des mineurs». Le Vatican rappelle aussi que le prélat australien a collaboré dans le passé avec les autorités de son pays.

En tant qu'évêque en Australie, il «a introduit des systèmes et procédures à la fois pour la protection des mineurs et pour fournir assistance aux victimes d'abus». Il a en outre soutenu la Commission pontificale pour la protection des mineurs.

«Trop malade» pour comparaître

L'affaire a été dévoilée l'été dernier par la chaîne australienne de télévision ABC, qui s'était procuré les dépositions de huit victimes présumées, de témoins et de proches. Le prélat avait provoqué la colère de victimes en se disant trop malade pour revenir dans sa patrie. La police australienne avait annoncé en octobre dernier qu'elle l'avait interrogé à Rome.

L'annonce de cette inculpation coïncide avec la fin d'une longue enquête nationale demandée par le gouvernement en 2012 après une décennie de pressions de la part des victimes. Elle portait sur les réponses institutionnelles apportées en Australie aux abus sexuels commis sur des enfants.

Le cardinal Pell avait été entendu trois fois dans ce cadre. Il avait reconnu devant la commission d'enquête avoir «failli» dans sa gestion des prêtres pédophiles dans l'Etat de Victoria dans les années 1970.

Présomption d'innocence

Sa mise en cause place le pape François dans une situation délicate. Le chef de l'Eglise catholique a promis en effet de n'avoir aucune tolérance pour les serviteurs de l'Eglise reconnus coupables d'abus ou pour ceux qui auront tenté de couvrir ce type de crimes.

L'an dernier, alors que l'affaire venait d'éclater, il avait déclaré vouloir attendre que la justice australienne se prononce pour prendre position. Il avait ajouté que le prélat ne devait pas être soumis à un procès médiatique ou instruit par la rumeur.

Prêtre dans des régions rurales de l'Etat de Victoria dans les années 1970 et 1980, George Pell est devenu archevêque de Melbourne en 1996, puis de Sydney en 2001. Il a pris ses fonctions au Vatican en 2014.

(nxp/afp)