Ouragan Maria

19 septembre 2017 03:42; Act: 19.09.2017 08:24 Print

Le puissant ouragan Maria frappe les Antilles

Classé ouragan de catégorie 5, Maria a balayé la Martinique avant de toucher terre sur la Dominique. La Guadeloupe se prépare au pire.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ouragan Maria, qui a atteint la catégorie 5 -le niveau maximal-, a commencé à frapper les Caraïbes lundi soir en atteignant la Dominique après avoir touché l'île française de la Martinique, où 33'000 foyers étaient privés d'électricité. Selon le premier ministre, la Dominique a «perdu tout ce qui pouvait être perdu» .

Maria a touché terre à 01H15 GMT mardi (03h15 en Suisse) sur la Dominique, avec des vents de 260 km/h, et avance à 15 km/h en direction de l'ouest-nord-ouest selon le centre américain des ouragans (NHC).

Arbres et poteaux électriques renversés, fortes pluies, vents violents et inondations: dès lundi après-midi, les quelque 73'000 habitants de cette île anglophone indépendante avaient témoigné sur les réseaux sociaux de l'approche de Maria.

Ravagée par Irma il y a une dizaine de jours, toute la région a été mise en état d'alerte avant le passage de Maria qui s'est renforcé en moins de 24 heures, passant du statut de tempête tropicale à celui d'ouragan catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson.

Martinique épargnée

Situé vers 00h00 GMT (02h00 en Suisse) mardi à 70 km au nord de la Martinique, l'oeil du cyclone devait atteindre dans les prochaines heures la Dominique, puis la Guadeloupe, Saint-Martin et de nombreuses autres îles de l'arc caribéen, en partie ravagées, il y a moins de deux semaines, par l'ouragan Irma.

Selon Météo-France, l'oeil du cyclone est finalement passé à 50 km des côtes du nord de la Martinique. Le mur de l'oeil du cyclone, qui concentre des vents très forts, est, lui, passé à 25 km et n'a pas touché cette île française.

Alerte maximale

Les deux îles des Antilles françaises, Martinique et Guadeloupe, avaient été placées lundi soir respectivement en alerte violette et en alerte rouge cyclonique à l'approche de Maria, qui n'était encore qu'une simple tempête tropicale il y a un peu plus 24 heures. L'ouragan n'a depuis cessé de se renforcer dans les eaux chaudes de l'Atlantique Nord et génère désormais des vents atteignant 260 km/h, selon le centre américain des ouragans (NHC).

«Il pourrait encore se renforcer ce soir (lundi, heure de Miami), mais des variations en intensité sont probables dans les deux prochains jours», prévient le NHC.

En Martinique, 33'000 foyers ont été privés d'électricité à 18h00 locales (minuit en Suisse). La préfecture n'a pas relevé de dégât significatif à ce stade avec une quarantaine d'interventions des pompiers. Les autorités françaises avaient ordonné l'évacuation des zones à risque.

Houle de 8 à 10 mètres

En Guadeloupe, l'oeil de l'ouragan devait passer à moins de 50 km du sud de la Basse-Terre et encore plus près des Saintes, qui devraient être les régions les plus exposées, selon Météo-France. «Les précipitations cumulées sur 24 heures pourraient être comprises entre 200 et 400 mm et la houle approcher les 8 à 10 mètres», a précisé le ministère français de l'intérieur.

Selon le NHC, l'oeil de Maria va passer sur la Dominique et les îles Leeward voisines dans les prochaines heures, puis continuer sa route dévastatrice en direction de Porto-Rico et des îles Vierges qu'il devrait atteindre dans la nuit de mardi à mercredi.

Il devrait également passer au sud des côtes de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, selon le ministère néerlandais de la défense. Les deux îles ont été placées en vigilance rouge, selon Météo France.

Irma avait fait au moins 90 morts, dont 50 en Floride, et infligé des dégâts considérables des Antilles aux Etats-Unis. Onze personnes sont mortes à Saint-Martin côté français lors du passage d'Irma, quatre côté néerlandais.

Préparatifs

La Croix-Rouge a acheminé dimanche 11 tonnes d'aide, dont des matériaux «pour couvrir les maisons et réparer des toits», à Sint Maarten, la partie néerlandaise de l'île, dont le port a été fermé «jusqu'à vendredi», selon la Marine des Pays-Bas.

Des soldats sont aussi «en route pour les îles de Saba et de Saint-Eustache», qui font partie du royaume des Pays-Bas, a tweeté la Marine néerlandaise lundi. Saba et Saint-Eustache ont subi moins de dégâts que Saint-Martin. Néanmoins Irma y avait arraché de nombreux toits, faisant de nombreux sans-abri.

En France, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait annoncé dimanche l'envoi de 110 militaires de la protection civile en Guadeloupe, et rappelé qu'«environ 3.000» renforts se trouvaient déjà sur place. «Jusqu'à 400 à 500 personnes» pourraient être envoyées en renfort si besoin.

«Nous aurons des difficultés importantes», a-t-il reconnu, la Guadeloupe étant «le centre logistique» permettant d'alimenter Saint-Martin et d'organiser les rotations aériennes et les approvisionnements.

Polémique

Les Britanniques ont également annoncé des renforts pour les îles Vierges: «Nous avons déployé 40 personnels supplémentaires en soutien, 37 personnels humanitaires, et plus de 1.300 militaires sont sur les îles et seront prêts à aider pour les tâches prioritaires quand Maria sera passé», a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense.

Les gouvernements français, néerlandais et britannique ont été critiqués pour ne pas avoir déployé plus de moyens avant et après le passage de l'ouragan Irma, qui a dévasté leurs territoires d'outre-mer.

Ils sont notamment accusés d'avoir tardé à envoyer secours et renforts policiers sur les îles, plongées dans le chaos et parfois livrées aux pillages après le passage de l'ouragan, qui a fait une quarantaine de morts dans les Caraïbes.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John Doe le 19.09.2017 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    Risques connus depuis fort longtemps

    Comment se fait-il que les autorités ne prennent pas la réelle mesure de ces ouragans et continuent d'autoriser la construction de maisons légères là où il est absolument nécessaire de construire en dur (béton) et pourquoi ne fait-on rien pour enterrer les lignes électriques et téléphoniques, construire des digues renforcées pouvant résister à pareilles tempêtes? Ce couloir est emprunté depuis les temps immémoriaux par les ouragans et les risques sont connus des autorités! Les populations de ces îles sont-elles des quantités négligeables à leurs yeux?

  • Philippulus le Prophète le 19.09.2017 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le châtiment, faites pénitence !

    La fin des temps est venue ! Je vous annonce que des jours de terreur vont venir. La fin du monde est proche. Tout le monde va périr. Et les survivants mourront de faim et de froid ! Et ils auront la peste, la rougeole et le choléra !

  • Marcus Prodi le 19.09.2017 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Cela ne va plus sarrêter.

    C'est le moment de quitter ces îles et les rendre à la nature car ce n'est que le début et cela ne va plus sarrêter.

Les derniers commentaires

  • Philippulus le Prophète le 19.09.2017 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    C'est le châtiment, faites pénitence !

    La fin des temps est venue ! Je vous annonce que des jours de terreur vont venir. La fin du monde est proche. Tout le monde va périr. Et les survivants mourront de faim et de froid ! Et ils auront la peste, la rougeole et le choléra !

  • Marcus Prodi le 19.09.2017 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Cela ne va plus sarrêter.

    C'est le moment de quitter ces îles et les rendre à la nature car ce n'est que le début et cela ne va plus sarrêter.

  • John Doe le 19.09.2017 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    Risques connus depuis fort longtemps

    Comment se fait-il que les autorités ne prennent pas la réelle mesure de ces ouragans et continuent d'autoriser la construction de maisons légères là où il est absolument nécessaire de construire en dur (béton) et pourquoi ne fait-on rien pour enterrer les lignes électriques et téléphoniques, construire des digues renforcées pouvant résister à pareilles tempêtes? Ce couloir est emprunté depuis les temps immémoriaux par les ouragans et les risques sont connus des autorités! Les populations de ces îles sont-elles des quantités négligeables à leurs yeux?