France

23 juin 2017 04:12; Act: 23.06.2017 04:17 Print

Place au grand public au salon du Bourget

Après une pluie de commande, le salon aéronautique du Bourget ouvre vendredi ses portes au grand public jusqu'à dimanche.

storybild

Image d'illustration. (Photo: AFP)

Une faute?

Le salon du Bourget ouvre ses portes au grand public vendredi après avoir fait le plein de nouvelles commandes pendant quatre jours, reflet d'un secteur aéronautique mondial toujours en pleine santé.

A partir de 08h30 (06H30 GMT) et jusqu'à dimanche 18h00 (16H00 GMT), des dizaines de milliers de personnes sont attendues pour approcher avions, hélicoptères, drones et autres appareils volants, civils ou militaires, et bien sûr admirer des démonstrations en vol au-dessus de l'aéroport d'affaires du nord de Paris.

A ce titre, l'avion multirôle Rafale du français Dassault, souvent favori du public, va devoir partager la vedette avec les évolutions spectaculaires du F-35 américain. Il s'agit de la première apparition de cet appareil lors du premier salon mondial du secteur, qui avait attiré quelque 350'000 personnes lors de sa précédente édition en 2015.

Une météo plus clémente

Le contingent venu d'outre-Atlantique est plus fourni qu'il y a deux ans: on y trouve entre autres au sol un chasseur F-16, un transporteur C-130J «Hercules» et des hélicoptères Chinook et Apache, sans oublier l'Osprey, hybride entre avion et hélicoptère.

Côté européen, sont présents entre autres l'avion géant Airbus A380 dans sa nouvelle configuration, le nouvel A350-1000 et le gros porteur militaire A400M, ainsi que plusieurs hélicoptères. Des appareils brésiliens et japonais sont également de la partie, tandis que les Russes manquent à l'appel.

Après les températures caniculaires - plus de 40°C sur le tarmac - qui ont mis à rude épreuve les professionnels réunis depuis lundi, la météo devrait s'avérer relativement plus clémente pendant le week-end, Météo France prévoyant 28°C maximum vendredi et 26°C dimanche.

Côté animations, dans un salon entouré de mesures de sécurité draconiennes en raison de la menace djihadiste, , les visiteurs sont conviés au «Paris Air Lab» consacré aux start-ups et autres acteurs de la haute technologie de l'aérien et du spatial. Et les candidats à des postes dans le secteur peuvent rencontrer des recruteurs dans le cadre du «Forum Emploi Innovation».

Carton plein pour Boeing

Le volet professionnel du Bourget s'est conclu jeudi sur près de 900 commandes ou engagements d'achat pour les deux géants du secteur Boeing et Airbus, l'américain tirant son épingle du jeu avec 571 appareils, d'une valeur totale de 74,8 milliards de dollars, contre 326 pour l'européen, synonyme de 39,7 milliards de dollars au prix catalogue.

Le colosse de Seattle (nord-ouest des Etats-Unis) a tiré son épingle du jeu grâce au 737 MAX 10, la version allongée de son moyen-courrier remotorisé et plus économe en carburant, dont le lancement a été annoncé lors du salon afin de concurrencer l'A321neo d'Airbus. L'appareil a été commandé à 361 exemplaires.

Le segment des moyen-courriers est le principal bénéficiaire de la vitalité du marché, alors que Airbus et Boeing tablent sur un doublement de la flotte d'avions dans le monde d'ici 20 ans.

Outre les avionneurs, les motoristes ont également largement profité de la bonne santé du marché des moyen-courriers. CFM International, la filiale moteurs d'avions de General Electric et Safran, a reçu 1.658 commandes de moteurs Leap et CFM56, pour un montant de 27,3 milliards de dollars, lors du salon. Les moteurs Leap équipent plus de la moitié des versions remotorisées des Airbus A320neo et la totalité des 737 MAX de Boeing.

La précédente édition du Bourget, en 2015, avait engrangé pour 130 milliards de dollars de commandes.

(nxp/afp)