Arkansas

12 avril 2017 19:58; Act: 13.04.2017 08:31 Print

L'UE veut sauver la peau de 7 condamnés à mort

L'Union européenne condamne les exécutions à la chaîne prévues à la fin du mois en Arkansas. Elle appelle à «commuer» sept peines de mort.

storybild

L'un des huit condamnés a déjà obtenu un sursis, le temps pour les juges d'examiner son recours. (Mercredi 12 avril 2017) (Photo: AFP/AFP PHOTO / ARKANSAS DEPARTMENT OF CORRECTION)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Union européenne (UE) a condamné mercredi l'exécution prochaine de sept prisonniers prévue d'ici la fin du mois dans l'Arkansas. Elle a appelé le gouverneur de cet Etat du sud des Etats-Unis à «commuer» leurs peines de mort.

«Déni inacceptable de la dignité humaine»

«Nous appelons le gouverneur de l'Arkansas à commuer ces peines (...) et à leur épargner la peine capitale», a déclaré une porte-parole de l'UE pour les Affaires étrangères dans un communiqué.

«L'Union européenne est opposée à la peine capitale, qui ne dissuade aucunement le crime, représente un déni inacceptable de la dignité et de l'intégrité humaines et ne peut être justifiée sous aucun prétexte», a-t-elle rappelé.

«Les sept exécutions par injection létale, programmées par l'Etat américain de l'Arkansas pour la période allant du 17 au 27 avril, interrompraient le moratoire sur la peine de mort observé dans les faits par cet Etat depuis novembre 2005», a regretté l'UE.

Exécutions dénoncées

Le gouverneur républicain de l'Arkansas, Asa Hutchinson, a signé le 10 mars un décret ordonnant l'exécution de huit prisonniers en dix jours, entre le 17 et le 27 avril, un rythme inédit justifié par la proche date de péremption d'une substance utilisée pour mettre à mort les condamnés.

L'un de ces huit hommes, qui ont passé en moyenne deux décennies dans le couloir de la mort, a obtenu un sursis après que la Commission des grâces et libérations conditionnelles de l'Arkansas a jugé que son recours en clémence méritait d'être examiné. Les opposants à la peine capitale aux Etats-Unis ont dénoncé des exécutions «à la chaîne», fondées sur un motif aussi absurde que prosaïque.

(nxp/ats)