Crise financière

17 novembre 2008 14:09; Act: 17.11.2008 14:12 Print

47 industriels lancent un appel à l'aide

Quarante-sept industriels européens, dont Nokia, Saint-Gobain et Renault, ont fait part lundi du «besoin urgent de nouvelles actions politiques» face à une crise «extrêmement dangereuse» et appelé l'Allemagne à montrer l'exemple.

Une faute?

«Nous acceptons et soutenons les stratégies présentées au cours du week-end par les dirigeants du G20. Mais l'urgence de la situation appelle des mesures précises et allant beaucoup plus loin», écrivent, dans un communiqué, ces grandes entreprises, rassemblées dans la Table ronde européenne des industriels.

Les 47 industriels demandent en particulier «plus d'impulsions budgétaires, notamment de la part de la première économie européenne, l'Allemagne», via des programmes massifs d'investissement et des baisses d'impôt.

Autres mesures réclamées: de nouvelles baisses de taux d'intérêt des banques centrales, des dipositifs garantissant l'accès au crédit, ou encore des progrès dans les négociations internationales pour la libéralisation des échanges.

À l'Allemagne d'agir

Parmi les entreprises représentées à cette Table ronde, entre autres, le finlandais Nokia, les français Saint-Gobain et Renault, ou encore les allemands SAP et Siemens.

Lors d'une conférence de presse téléphonique, l'actuel président de l'organisation, le patron de Nokia Jorma Ollila, a souligné que «la crise s'annonce longue, ce n'est pas une de ces récessions dont on sort au bout de six ou neuf mois.»

«Les Etats européens doivent prendre des mesures de relance budgétaires d'une ampleur exceptionnelle. Et l'Allemagne, qui a un tel impact sur tous les autres pays en tant que première puissance économique européenne, doit montrer la voie», a-t-il estimé.

M. Ollila a aussi critiqué les plans de relance tendant à favoriser des secteurs d'activité ciblés. En Allemagne notamment, le secteur automobile est celui sur lequel semble se concentrer jusqu'ici l'effort politique.

(ats)