Scandale en Hongrie

08 janvier 2013 13:11; Act: 08.01.2013 14:19 Print

Appel à «éliminer les animaux tziganes»

Un scandale a éclaté en Hongrie après qu'un membre du parti du Premier ministre, Viktor Orban, a appelé à «éliminer les animaux tziganes», provoquant une condamnation unanime.

storybild

Zsolt Bayer est aussi journaliste. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Un «flash-mob» est prévu mardi dans l'après-midi par des étudiants devant le quartier-général du journal «Magyar Hirlap», proche du gouvernement, où l'auteur de ces propos, Zsolt Bayer, est journaliste.

Ce proche de Viktor Orban avait écrit que «les animaux tziganes» n'étaient pas dignes de vivre comme des êtres humains, car ils «faisaient leurs besoins où ils voulaient» et une bonne partie des Roms étaient des «assassins» qu'il fallait «éliminer».

Dans l'indifférence au début

Ces propos, parus samedi, étaient passés quasiment inaperçus avant que le ministre de la Justice et de l'Administration Tibor Navracsics, membre du Fidesz, ait déclaré lundi soir à la télévision commerciale ATV que Bayer n'avait «pas sa place» au sein du Fidesz.

«Une personne qui compare un groupe de personnes à des animaux n'a pas de place dans notre communauté», a-t-il déclaré.

Le parti DK (Coalition démocratique) de l'ancien Premier ministre Ferenc Gyurcsany a demandé au procureur général de lancer un procès contre Zsolt Bayer pour incitation à la haine, annonçant qu'il organiserait par ailleurs une manifestation dimanche le 13 janvier.

«Incitation à la haine»

Selon le LMP (vert-gauche), «les propos de Bayer sont une pure incitation à la haine». Il demande au Fidesz d'exclure le journaliste de ses rangs.

La nouvelle formation de l'ancien Premier ministre technocrate Gordon Bajnai, rival de Viktor Orban, a de son côté appelé à «une action commune des démocrates de gauche et de droite».

M. Bayer a déjà causé plusieurs scandales en Hongrie. En janvier 2011, il s'en était pris aux «Cohen» dans un article où il dénonçait «Cohen, Cohn-Bendit et Schiff», identifiés en Hongrie comme des patronymes juifs.

Il faisait allusion au journaliste Nick Cohen, du journal «The Observer», au député écologiste européen Daniel Cohn-Bendit et au pianiste hongrois Andras Schiff.

En 2008, il avait fait «sensation» avec un article contre les juifs hongrois qui «mouchaient leurs nez dans les piscines de la Hongrie».

(afp)