Pakistan

17 décembre 2017 10:29; Act: 18.12.2017 06:38 Print

Attaque suicide dans une église en pleine messe

Une attaque a été perpétrée par deux kamikazes contre l'Eglise méthodiste de Quetta, capitale de la province du Balouchistan.

storybild

L'église de Quetta, cernée après l'attaque (Dimanche 17 décembre 2017). (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux assaillants ont ouvert le feu dimanche à l'intérieur d'une église méthodiste de Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan. Ils ont tué huit fidèles et fait jusqu'à 45 blessés avant d'être neutralisés par la police, ont rapporté les autorités.

Les individus, qui portaient des ceintures d'explosifs, sont intervenus au moment où la messe dominicale venait de commencer, a expliqué le ministre de l'Intérieur de la province du Baloutchistan, Sarfraz Bugti.

Des policiers et des militaires ont pris position autour de l'église et une fusillade a éclaté avec les assaillants, a-t-il ajouté. «Il y avait près de 400 personnes à l'intérieur de l'église, mais les assaillants n'ont pas pu atteindre le lieu même où était célébré l'office», a déclaré le chef de la police du Baloutchistan, Moazzam Jah.

«Nous avons abattu l'un (des assaillants), et l'autre s'est fait exploser après avoir été blessé par la police», a-t-il précisé. Selon un responsable de la police, deux assaillants ont réussi à prendre la fuite.

Revendiqué par l'EI

L'église disposait de gardiens, car les lieux de culte chrétiens sont fréquemment pris pour cibles par des fondamentalistes musulmans, a-t-il dit également. Le groupe Etat islamique a revendiqué la paternité de cette attaque dans un communiqué diffusé sur Internet par Amaq, son organe de propagande.

Les chrétiens représentent environ 1,6% des 200 millions de Pakistanais. Ils sont quotidiennement victimes de discriminations dans le Pakistan à majorité musulmane, vivent dans la peur d'accusations de blasphème, souvent utilisées à tort contre les minorités pour régler des conflits personnels. Ils sont cantonnés dans les professions les plus mal payées.

Comme d'autres minorités religieuses, ils sont également la cible de violences islamistes. En 2016, l'une des pires attaques survenues au Pakistan avait fait 75 morts, dont de nombreux enfants, dans un parc de Lahore le week-end de Pâques. Cette attaque avait été revendiquée par le Jamaat-ul-Ahrarn, une faction des talibans pakistanais.

Province instable

Le Baloutchistan, qui borde l'Iran et l'Afghanistan, est riche en ressources naturelles. Mais il est en proie depuis des années à une insurrection séparatiste contre l'Etat pakistanais, pour exiger une plus grande part des bénéfices des ressources gazières et minérales de la région. Les séparatistes accusent le gouvernement central pakistanais de discrimination envers les Baloutches.

(nxp/ats)