Saint-Pétersbourg

21 avril 2017 16:53; Act: 21.04.2017 22:42 Print

Attentats: le bilan s'aggrave

Une femme blessée le 3 avril dans l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg est décédée vendredi à l'hôpital, portant à 15 morts le nombre des victimes.

Voir le diaporama en grand »
L'homme suspecté dans l'attaque du métro de Saint-Pétersbourg, en Russie, aurait effectué un voyage en Turquie récemment. (Dimanche 9 avril 2017) Les motifs d'Akbarjon Djalilov, tué dans l'attentat, demeurent pour l'instant inconnus. Agé de 22 ans et né au Kirghizstan, il vivait depuis 2011 en Russie (Jeudi 6 avril 2017). Un service funèbre orthodoxe a été célébré mercredi à 12 heures locales en hommage aux victimes. (5 avril 2017) Mardi, après une nuit de choc et de recueillement, le quartier de l'attentat avait retrouvé un semblant de vie. (Saint-Petersbourg, 4 avril 2017) Mardi, après une nuit de choc et de recueillement, le quartier de l'attentat avait retrouvé un semblant de vie. (Saint-Petersbourg, 4 avril 2017) Mardi, après une nuit de choc et de recueillement, le quartier de l'attentat avait retrouvé un semblant de vie. (Saint-Petersbourg, 4 avril 2017) Mardi, après une nuit de choc et de recueillement, le quartier de l'attentat avait retrouvé un semblant de vie. (Saint-Petersbourg, 4 avril 2017) Le pilote du métro Alexander Kaverin, 50 ans, a donné sa première conférence de presse (Mardi 4 avril 2017). La photo du ressortissant kirghiz, né en 1995, à l'origine de l'attentat à Saint-Petersbourg (Mardi 4 avril 2017). Les Russes se recueillent après l'explosion dans le métro qui a coûté la vie à une dizaine de personnes et blessé plusieurs dizaines d'autres. (Saint-Petersbourg, 3 avril 2017) (Saint-Petersbourg, 3 avril 2017) (Saint-Petersbourg, 3 avril 2017) Recueillements après la terrible explosion qui a endeuillé la Russie. (3 avril 2017) Recueillements après la terrible explosion qui a endeuillé la Russie. (3 avril 2017) Service religieux en mémoire des victimes de l'explosion dans le métro. (3 avril 2017) Des fleurs et des bougies pour les victimes de l'explosion dans le métro de Saint-Petersbourg. (3 avril 2017) Des fleurs et des bougies pour les victimes de l'explosion dans le métro de Saint-Petersbourg. (3 avril 2017) Station de métro fermée. (3 avril 2017) Une dizaine de personnes ont été tuées et de nombreuses blessées lundi dans une explosion survenue dans un wagon du métro de Saint-Petersbourg, les autorités russes n'écartant pas la piste terroriste. (3 avril 2017) Saint-Petersbourg, 3 avril 2017. Saint-Petersbourg, 3 avril 2017. Saint-Petersbourg, 3 avril 2017. Saint-Petersbourg, 3 avril 2017. Les secours se sont mobilisés pour évacuer les blessés à proximité de la station de métro Place-Sennaïa, à Saint-Pétersbourg le 3 avril 2017. Saint-Pétersbourg, le 3 avril 2017. Saint-Pétersbourg, le 3 avril 2017. Saint-Pétersbourg, le 3 avril 2017. Saint-Pétersbourg, le 3 avril 2017. Les secours se sont mobilisés pour évacuer les blessés à proximité de la station de métro Place-Sennaïa, à Saint-Pétersbourg le 3 avril 2017. Le président Vladimir Poutine, qui se trouvait à Saint-Pétersbourg pour participer à une rencontre avec des journalistes russes, a présenté ses condoléances aux victimes lors d'une courte intervention télévisée peu avant une rencontre avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko. (3 avril 2017) Les explosions ont fait au moins 10 morts et une cinquantaine de blessés. (3 avril 2017) Dix personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées lundi dans une explosion survenue dans un wagon du métro de Saint-Petersbourg, les autorités russes disant ne pas écarter la piste terroriste. (3 avril 2017) Des explosions dans le métro de métro de Saint-Pétersbourg ont fait au moins 10 morts et une cinquantaine de blessés lundi 3 avril. Toutes les stations du métro de Saint-Pétersbourg fermées, après les explosions qui ont fait au moins 10 morts et plusieurs dizaines de blessés. (3 avril 2017) Toutes les stations du métro de Saint-Pétersbourg fermées, après les explosions qui ont fait au moins 10 morts et plusieurs dizaines de blessés. (3 avril 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Une femme, victime des attentats du 3 avril dernier, est décédée vendredi à l'hôpital. Ce décès porte le bilan de cette attaque à 15 morts, a-t-on appris auprès des autorités locales.

«Une femme, âgée de 56 ans et qui était dans un état très grave, a succombé à ses blessures», a indiqué sur Twitter la vice-gouverneure de la deuxième ville de Russie, Anna Mitianina. Vingt-trois personnes blessées dans l'attentat à la bombe restent dans les hôpitaux de l'ancienne capitale impériale, dont quatre sont dans un état grave, selon les médecins.

L'auteur présumé de l'attaque du 3 avril, Akbarjon Djalilov, un jeune homme de 22 ans aux motivations floues a également été tué dans l'attentat, qui n'a pas été revendiqué.

Déchéance de la nationalité

Djalilov avait la nationalité russe depuis ses 16 ans mais était né dans le sud du Kirghizstan, dans la région d'Och, connue pour avoir fourni d'importants contingents au groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak. Un tribunal de Saint-Pétersbourg a annulé cette semaine la décision ayant permis à Djalilov, ainsi qu'à son père, d'acquérir la nationalité russe, a indiqué vendredi le ministère russe de l'Intérieur dans un communiqué. Il a expliqué avoir demandé une telle mesure au motif que les justificatifs présentés alors étaient mensongers.

Le président Vladimir Poutine a annoncé le 12 avril envisager la possibilité de déchoir de leur nationalité les Russes naturalisés «impliqués dans les activités criminelles» de l'EI. Vendredi, un projet de loi permettant l'annulation des naturalisations de personnes ayant demandé la nationalité pour pouvoir commettre un crime «extrémiste ou terroriste» a été déposé à la Douma, la chambre basse du parlement.

Commanditaire «quasiment identifié»

L'attentat du métro de Saint-Pétersbourg n'a pas été revendiqué par l'organisation EI, contrairement à d'autres attaques récentes contre les forces de l'ordre russes, surtout près du Caucase. La justice russe a placé en détention dix personnes originaires de pays d'Asie centrale, soupçonnées d'être des complices de Djalilov, dont deux frères arrêtés près de Moscou et accusés d'avoir directement participé à l'organisation de l'attentat de Saint Petersbourg.

Le patron des services de sécurité russes (FSB), Alexandre Bortnikov, a annoncé jeudi avoir «quasiment identifié» jeudi le ou les commanditaire(s) de l'attentat, sans plus de précisions.

(nxp/ats)