Décret migratoire

12 mars 2017 14:52; Act: 12.03.2017 15:10 Print

Des dizaines d'experts se dressent contre Trump

Des responsables ont écrit au président américain, estimant que le nouveau décret migratoire fragilise la sécurité nationale.

Voir le diaporama en grand »
Le président américain Donald Trump assistera bien au prochain sommet de l'OTAN, le 25 mai à Bruxelles, a confirmé la Maison-Blanche. (Mardi 21 mars 2017) Le juge Gorsuch a tenté de convaincre les sénateurs de le confirmer à la Cour suprême. (Mardi 21 mars 2017) Ivanka Trump a désormais un bureau à la Maison Blanche, même si elle n'est pas employée par le gouvernement. (Lundi 20 mars 2017) Le président Trump a pris le contre-pied de son porte-parole en niant toutes accusations d'espionnage visant Londres. (Vendredi 17 mars 2017) Londres nie avec force avoir mis sur écoute le président Trump. (Vendredi 17 mars 2017) L'avion d'Angela Merkel s'est posé à Washington à la veille d'une rencontre avec Donald Trump. (Jeudi 16 mars 2017) C'est dans sa demeure de Mar-a-Lago, en Floride, que Donald Trump pourrait rencontrer Xi Jinping. Des discussions pour une rencontre sont en cours. (Image d'archive) Le président des Etats-Unis Donald Trump propose son premier budget. Des coupes sont prévues dans le secteur environnemental. (Jeudi 16 mars 2017) «Je pense que je ne serais peut-être pas là sans Twitter», a affirmé le président des Etats-Unis sur Fox News. (Mercredi 15 mars 2017) Le nombre de personnes sans assurance atteindrait 52 millions en 2026, selon la prévision du Bureau du budget du Congrès (CBO), si le projet de loi santé de Trump était voté. (Lundi 13 mars 2017) Le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara, avait refusé de démissionner la veille, comme le voulait le gouvernement de Donald Trump. Il a été brutalement démis de ses fonctions. (samedi 11 mars 2017) Un juge fédéral américain a décidé de suspendre provisoirement la nouvelle loi pour l'épouse et l'enfant d'un Syrien déjà réfugié aux Etats-Unis. (samedi 11 mars 2017) Jeff Sessions (ici), le ministre américain de la Justice, a demandé vendredi à 46 procureurs fédéraux. Une demande jugée soudaine et de grande envergure. (10 mars 2017) Vendredi 10 mars, le juge de Seattle qui avait bloqué la première version du décret anti-immigration de Donald Trump a estimé que cette suspension ne pouvait pas s'appliquer automatiquement à la nouvelle version du texte, proposée par l'administration. Les plaignants (5 Etats amércains et d'importantes organisations non gouvernementales) devront ouvrir une nouvelle procédure pour attaquer le nouveau texte en justice. (Image d'illustration - 7 mars 2017) Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson s'est récusé des questions liées à la demande de permis déposée auprès du gouvernement américain pour construire l'oléoduc Keystone XL. (Jeudi 9 mars 2017) Cinq Etats contestent le nouveau décret de Donald Trump sur l'immigration. (Photo prise le 6 mars 2017) Donald Trump a proposé à Jon Huntsman, ancien gouverneur républicain de l'Utah, de devenir ambassadeur américain en Russie. (Mercredi 8 mars 2017) Le géant franco-suisse LafargeHolcim est prêt à vendre son ciment pour le mur de Trump et va annoncer d'«importantes» créations d'emplois aux Etats-Unis. (Mercredi 8 mars 2017) L'offensive est lancée afin de convaincre les réticents, à gauche comme à droite, du projet de réforme de l'Obamacare. (Mercredi 8 mars 2017) Les républicains ont publié leur proposition de loi visant à défaire la réforme du système de santé Obamacare mise en place en 2010. (Lundi 6 mars 2017) Donald Trump a signé ce lundi une nouvelle mouture du décret migratoire qui a été suspendu par la justice. (6 mars 2017) Après avoir accusé Obama de l'avoir placé sur écoute avant l'élection présidentielle, Donald Trump a demandé au Congrès d'enquêter. (Dimanche 5 mars 2017) L'administration Trump étrille l'OMC et promet une approche «plus agressive» pour défendre les intérêts américains, qui pourrait passer par des représailles douanières. (Mercredi 1er mars 2017) Le mur de Donald Trump est en manque de fonds, selon un document du département de la Sécurité intérieure. (Mercredi 1er mars 2017) Donald Trump savoure l'accueil favorable de son discours au Congrès. (Mercredi 1er mars 2017) Donald Trump a annoncé mardi devant le Congrès une réforme fiscale 'historique' (mais sans détailler), des baisses massives d'impôts pour la classe moyenne, des taxes sur les importations étrangères pour protéger les industriels américains (sans détailler). (Image - mardi 28 février 2017) Le Congrès a rendu hommage à Carryn Owens. La jeune femme blonde, assise à la droite de la fille du président américain Ivanka Trump, était la compagne de Ryan Owens. Ce soldat des forces spéciales a été tué dans une opération sanglante au Yémen le 29 janvier dernier, contre un site occupé par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). (Mardi 28 février 2017) Il a finalement dit soutenir l'Otan, «une alliance forgée après deux Guerres mondiales qui ont renversé le fascisme et après une Guerre froide qui a vaincu le communisme». Mais estimé: que les «partenaires (des Etats-Unis) doivent remplir leurs obligations financières». (Image - mardi 28 février 2017) Donald Trump a annoncé que l'immigration se ferait désormais au mérite. Autre mesure: il mobilisera 1000 milliards de dollars pour les infrastructures et dit vouloir se tourner vers 'nos amis et alliés du monde musulman, pour éradiquer de la planète' le groupe Etat islamique. (Image - mardi 28 février 2017) Donald Trump donnait mardi soir à Washington son premier discours de politique générale devant le Congrès, très attendu, où il devait préciser les mesures qu'il entend prendre. (Image - 28 février 2017). Manifestation pro-Trump à Atlanta, en Georgie. (Lundi 27 février 2017) Le président américain a promis lundi «une hausse historique» de l'enveloppe destinée à la Défense dans le prochain budget fédéral. Selon l'administration, le président américain veut augmenter les dépenses de 54 milliards de dollars, soit une hausse d'environ 9%. (27 février 2017) Steve Bannon, à gauche, s'est exprimé lors de la conférence CPAC qui réunit les conservateurs à Washington. (Jeudi 23 février 2017) Ni expulsions massives ni recours à l'armée: c'est la promesse faite par deux ministres américains en visite au Mexique. Donald Trump avait laissé entendre l'inverse. (Jeudi 23 février 2017) Il faudra encore attendre une semaine avant que la Maison Blanche ne publie le nouveau décret sur l'immigration. (Mercredi 22 février 2017) La Maison Blanche fait marche arrière sur la position adoptée par Barack Obama concernant les personnes transgenres et les W.-C. auxquels elles doivent avoir accès. (Mercredi 22 février 2017) Donald Trump a annoncé lundi la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn. (Lundi 20 février 2017) Melania Trump, à la tribune dans un hangar de Floride, a incité la foule a réciter un Notre-Père (prière catholique), avant de défendre son premier mois à la Maison Blanche, en réponse à ses détracteurs qui la trouvent trop peu impliquée. (Image - samedi 18 février 2017) «La Maison Blanche fonctionne sans accroc, sans heurt. Croyez-moi, j'ai hérité d'un grand bazar», a lancé Donald Trump à ses partisans réunis dans un hangar de Californie samedi 18 février au soir, en Floride. Un meeting aux allures de campagne électorale. (Image - 18 février 2017) Liens avec la Russie, fuites dans la presse, démissions dans son administration : Trump fait désormais face à une vraie crise. (Mercredi 15 février 2017) Parce que Donald Trump s'intéresse plus au football américain qu'au basket, il ne donnera pas ses pronostics pour le championnat de basket universitaire. Comme le faisait avant lui Barack Obama. (Dimanche 5 février) Les autorités américaines ont arrêté un Mexicain de 23 ans dans le but de l'expulser alors qu'il était théoriquement protégé par le décret DACA. (Mercredi 15 février 2017) Andrew Puzder, nommé par Trump pour être l'équivalent du ministre du Travail, va renoncer à son poste à cause de révélations sur sa vie privée. (Mercredi 15 février 2017) La démission de Michael Flynn suscite des questions sur les relations entre l'administration Trump et la Russie. (Mardi 14 février 2017) Donald Trump a signé l'abrogation d'une règle qui obligeait notamment les compagnies minières et pétrolières à rendre publics les paiements versés aux Etats étrangers afin de prévenir la corruption. (Mardi 14 février 2017) Sous pression, Michael Flynn a démissionné de ses fonctions de conseiller à la sécurité nationale. (Lundi 13 février 2017) Le Sénat a péniblement confirmé, lundi 13 février, la nomination de Steve Mnuchin, un ancien de Goldman Sachs, au poste de ministre de l'Economie et des Finances. (Image - 19 janvier 2017) La commission de la chambre des Représentants chargée du contrôle de la fiscalité a décidé lundi 13 février de ne pas exiger que Trump dévoile ses déclarations d'impôts. La polémique a été soulevée dès la campagne présidentielle, certains souhaitant savoir si l'homme d'affaires a des intérêts financiers, notamment avec la Russie. (Image d'archive - 12 février 2017) Donald Trump a promis samedi de faire baisser «considérablement» le coût du mur qu'il veut construire à la frontière avec le Mexique. (Samedi 10 février 2017) Le président américain Donald Trump, dont le décret anti-immigration est bloqué actuellement par la justice, a affirmé vendredi dans son avion qu'il ne saisirait pas dans l'immédiat la Cour suprême mais envisageait de présenter un «tout nouveau» texte. (Vendredi 10 février 2017) Trump déclare à son homologue chinois Xi Jinping qu'il respecterait le principe d'«une seule Chine», au cours d'une «longue» conversation téléphonique. La discussion a été «extrêmement cordiale». (Vendredi 10 février) La cour d'appel de San Francisco maintient la suspension du décret anti-immigration de Trump, un camouflet pour le président américain qui promet de continuer à défendre devant la justice cette mesure emblématique de son début de mandat. (9 février 2017). Kellyanne Conway, une proche conseillère de Trump, provoque une nouvelle controverse sur les conflits d'intérêts à la Maison Blanche en appelant, depuis la Maison Blanche à acheter les produits de la fille aînée du président, retirés de la vente par une grande enseigne. (jeudi 9 février). Le mur que Trump souhaite faire construire à la frontière américano-mexicaine coûterait 21,6 milliards de dollars. Il faudrait plus de trois ans pour l'édifier, estime le département de la sécurité intérieure (Jeudi 9 février 2017). Le président américain Donald Trump a envoyé à son homologue chinois Xi Jinping une lettre dans laquelle il souhaite une «relation constructive» entre les Etats-Unis et la Chine, après des accès de tension survenus depuis son élection. (Lundi 6 février 2017) Le PDG d'Intel Brian Krzanich a anoncé un investissement de 7 milliards de dollars aux Etats-Unis, directement depuis la Maison Blanche avec Donald Trump. (Mercredi 8 février 2017) Le président américain a passé des appels au Premier ministre espagnol et au président turc, lors desquels il a réaffirmé son soutien à l'Otan. (Mardi 7 février 2017) Deux sénateurs proposent de réduire le nombre de cartes vertes attribuées. L'attribution des visas pourrait aussi être plus stricte, en demandant les mots de passe des réseaux sociaux. L'administration Trump autorise la reprise des travaux de l'oléoduc du Dakota du Nord dénoncé par les Amérindiens. (Mardi 7 février 2017) Donald Trump va rencontrer ses alliés de l'Otan en mai, annonce la Maison Blanche. (Dimanche 5 février 2017) Une cour d'appel a rejeté la demande de l'administration Trump, concernant le blocage du décret anti-musulman. Un juge avait décidé de bloquer ce décret problématique, au grand dam du président. (Dimanche 5 février 2017) L'administration Trump a renoncé, au moins pour le moment, à l'idée de rouvrir des prisons secrètes à l'étranger. Ici, une vue de Guantanamo. (Dimanche 5 février 2017) L'administration de Donald Trump a fait appel de la décision d'un juge fédéral d'annuler le décret limitant l'entrée de migrants aux Etats-Unis. (Samedi 4 février 2017) Le département d'Etat américain a annoncé samedi qu'il autorisait toute personne avec un visa en cours de validité à se rendre aux Etats-Unis. (Samedi 4 février 2017) Réaction du président américain après de la décision d'un juge de Seattle de bloquer le décret sur l'ensemble du territoire. «L'opinion de ce soi-disant juge, qui en gros prive notre pays de sa police, est ridicule et sera cassée!», a prévenu le nouveau président américain dans une salve de tweets matinaux. (4 février 2017) Swiss et Qatar Airways ont annoncé samedi qu'elles transporteraient de nouveau vers les Etats-Unis les ressortissants de sept pays interdits par le décret Trump. (4 février 2017) Refoulée à cause du décret anti-immigration signé par Trump, Samira Asgari a pu entrer sur le sol américain vendredi. (3 février 2017) Donald Trump a signé vendredi deux décrets revenant sur les réformes clés adoptées en matière de réglementation financière dans le sillage de la crise financière de 2008. (Vendredi 3 février 2017) Le président signe un décret anti-réfugiés refusant l'entrée (pendant 90 jours) aux ressortissants d'Iran, d'Irak, du Yémen, de Libye, de Somalie, du Soudan et de Syrie. De nombreux manifestants se sont déplacés dans des aéroports américains pour dénoncer cette mesure. (Vendredi 27 janvier 2017) Mardi 31 janvier, Donald Trump nomme le juge conservateur Neil Gorsuch, 49 ans (à g.), au 9ème siège vacant de la Cour suprême des Etats-Unis. Un choix lourd de conséquences pour l'évolution de la société américaine, puisque cette institution tranche les grands débats de société et que les juges y sont nommés à vie. (Image - 31 janver 2017) L'Allemagne utilise un euro «largement sous-évalué» pour «exploiter» ses principaux partenaires commerciaux, dont les Etats-Unis, estime Peter Navarro, conseiller de Trump et à la tête du Conseil du commerce à la Maison Blanche,dans une interview au Financial Times. (31 janvier 2017) Donald Trump promet de protéger les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) contre les discriminations au travail, faisant taire des rumeurs assurant qu'il annulerait les règles en place. (31 janvier 2017) Donald Trump signe un décret restreignant la possibilité pour les agences fédérales d'édicter de nouvelles réglementations, une limitation qui pourrait s'appliquer à l'économie mais également à l'environnement.Ce décret marque la 1ère étape de la stratégie de dérégulation promise pendant sa campagne (31 janvier 2017) Le président américain remplace le chef intérimaire du service de l'immigration et des douanes, Daniel Ragsdale (à gauche), un ex de l'administration Obama, par Thomas Homan, qui «oeuvrera à l'application de nos lois sur l'immigration en conformité avec notre intérêt national», selon la Sécurité intérieure (31 janvier 2017). Donald Trump limoge la ministre par intérim de la Justice Sally Yates. L'ancienne numéro deux du ministère sous l'administration Obama avait ordonné aux procureurs de ne pas défendre son décret limitant l'immigration. (31 janvier 2017) La Maison Blanche lance un ultimatum aux diplomates américains qui ont protesté contre le décret pris suspendant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays musulmans. «Soit ils acceptent le programme, soit ils s'en vont», déclare le porte-parole Sean Sicer (30 janvier 2017). Donald Trump signe un décret donnant 30 jours à ses responsables militaires pour lui présenter un plan d'action pour vaincre l'Etat islamique. «Cela va être une grande réussite», déclare-t-il lors de la signature. (29 janvier 2017) A peine Donald Trump avait-il signé son décret interdisant pour 90 jours l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays musulmans jugés dangereux que de nombreuses associations faisaient voeu de combattre le texte et son caractère discriminatoire. (dimanche 29 janvier 2017) Trump annonce un sérieux tour de vis en matière d'immigration et d'accueil de réfugiés, visant l'Irak, l'Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen afin de stopper l'entrée éventuelle sur le territoire américain de «terroristes islamiques radicaux». (vendredi 28 septembre) Le président américain signe un décret visant à entamer la «reconstruction» des forces armées des Etats-Unis, juste après la cérémonie de prise de fonctions de son nouveau secrétaire à la Défense, l'ancien général James Mattis. (Vendredi 27 janvier 2017) Donald Trump reçoit main dans la main la Première ministre Theresa May et promet de soutenir à 100% l'OTAN, après avoir vivement critiqué à plusieurs reprises l'Alliance atlantique, la jugeant même obsolète. (Vendredi 27 janvier) La tension autour de la question du mur entre le Mexique et les Etats-Unis est telle que le président mexicain Enrique Pena Nieto annule sa rencontre avec Donald Trump prévue le 31 janvier. (25 janvier 2016) Donald Trump explique que le lancement de la construction du mur est une affaire de mois et assure de nouveau que son financement serait, in fine, payé par le Mexique, alors que ce dernier a toujours rétorqué qu'il ne paierait pas. (26 janvier 2017). Trump s'en est remis aux chefs du Pentagone et de la CIA au sujet de la torture. Il est convaincu que la simulation de noyade est efficace pour interroger des prisonniers, mais s'en est remis aux agences sur l'opportunité de la rétablir. La simulation de noyade avait été interdite par Obama. (26 janvier 2017). Selon la presse, Donald Trump a préparé deux décrets qui prévoient la réduction, voire la suppression, de la contribution financière américaine à plusieurs agences de l'ONU et d'organisations internationales. (26 janvier 2017) Donald Trump a signé un 2e décret vise à supprimer les financements fédéraux des villes et Etats dit «sanctuaires» qui tolèrent la présence d'immigrants clandestins. Il a annoncé la création de davantage de centres de détention le long de la frontière pour qu'il soit «plus facile et moins cher» de détenir et renvoyer les immigrants illégaux. (25 janvier 2017). Donald Trump a signé un décret lançant le projet de construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Il s'agit de la promesse la plus emblématique de sa campagne. (25 janvier 2017) La Maison Blanche, via son porte-parole Sean Spicer, a refusé de commenter l'annonce par Israël de la construction de 2500 logements dans des colonies en Cisjordanie occupée. Il s'agit de la plus importante annonce du genre depuis des années. (24 janvier 2017). Trump a signé une série de décrets ouvrant la voie à la construction du gigantesque oléoduc Keystone XL reliant le Canada aux Etats-Unis, et à celui de la compagnie Energy Transfer Partners dans le Dakota du Nord. (24 janvier 2017) Donald Trump a redonné une impulsion à deux projets d'oléoducs très controversés. Leur construction avait été bloquée par l'administration Obama au nom notamment de la lutte contre le changement climatique. (24 janvier 2017) Devant un parterre masculin, il a signé un décret interdisant le financement d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. s'attirant des condamnations immédiates d'organisations progressistes et de défense des femmes. (23 janvier 2017) Donald Trump a ordonné le gel des embauches dans l'administration fédérale. (23 janvier 2017) Donald Trump a reçu 12 dirigeants d'entreprise à la Maison-Blanche. Il leur a promis des baisses «massives» d'impôts et a affiché sa volonté de réduire la réglementation «de 75%, peut-être plus», sans préciser la nature exacte des réformes envisagées. (23 janvier) Trump a menacé de faire de même avec l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) faute d'un «accord équitable» avec le Mexique et le Canada. (23 janvier 2017) Sitôt élu, Donald Trump a retiré les USA du traité de libre-échange transpacifique (TPP). Négocié pendant des années par l'administration Obama, le TPP était vu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine. (23 janvier 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de 130 anciens responsables et experts américains en politique étrangère, dont Madeleine Albright et Susan Rice, ont dénoncé le nouveau décret migratoire du président Donald Trump. Dans une lettre, ils estiment qu'il fragilise la sécurité nationale et les intérêts du pays autant que sa version originale.

«Il enverra aux musulmans, y compris à ceux qui sont victimes ou qui combattent le groupe djihadiste Etat islamique (EI), un message renforçant la campagne de propagande (...) affirmant faussement que les Etats-Unis sont en guerre contre l'islam», affirment ces experts et d'anciens responsables gouvernementaux dans une lettre à Donald Trump.

«Au contraire, accueillir les réfugiés et voyageurs musulmans met au jour les mensonges des terroristes et contrecarre leur vision faussée», poursuit cette lettre datée de vendredi.

Parmi les 134 signataires, certains ont servi dans des administrations tant démocrates que républicaines. On y trouve l'ancien diplomate Nicholas Burns, l'ex-directeur du contre-terrorisme au Conseil de sécurité nationale Richard Clarke et l'ancienne sous-secrétaire à la Défense américaine Michele Flournoy.

Beaucoup ont servi des présidents démocrates, comme l'ex-secrétaire d'Etat Madeleine Albright, l'ex-secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano, l'ex-conseillère à la sécurité nationale Susan Rice ou l'ex-directeur du Centre national anti-terroriste Matthew Olsen.

«Atteinte à la dignité du pays»

«Des interdictions telles que celles prévues dans le décret portent atteinte à la sécurité nationale américaine et au-delà, à la dignité de notre grand pays», estime la lettre qui fait écho aux arguments développés devant les tribunaux par plusieurs Etats américains.

Le décret «affaiblit la capacité de ce pays à assumer un rôle dirigeant mondial et met en péril nos intérêts de sécurité nationale en ne soutenant pas la stabilité de nos alliés qui se débattent pour accueillir un grand nombre de réfugiés», poursuit la lettre.

Cette lettre a également été envoyée à plusieurs ministres, dont le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, le secrétaire à la Défense James Mattis, le ministre de la Justice Jeff Sessions ou le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly.

Version atténuée

Adopté le 6 mars pour application le 16 mars, le nouveau décret interdit l'entrée à tous les réfugiés durant 120 jours. Il suspend aussi l'octroi de visas durant 90 jours pour les ressortissants de six pays majoritairement musulmans (Iran, Libye, Syrie, Somalie, Soudan, Yémen).

Ce décret est une forme atténuée de la version du 27 janvier qui avait provoqué une onde de choc dans le monde. Sa mise en application avait été suspendue le 3 février par un juge fédéral de Seattle.

(nxp/ats)