Russie

14 novembre 2017 19:27; Act: 15.11.2017 13:54 Print

Des images de jeu vidéo pour accuser les USA

L'armée russe, qui avançait des preuves «irréfutables» que les Etats-Unis «couvraient» l'EI, a tout fait disparaître.

storybild

Capture d'écran. (Photo: DR Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

L'armée russe a publié mardi des images présentées comme des preuves «irréfutables» que les Etats-Unis «couvrent» le groupe Etat islamique (EI). Des images rapidement dénoncées par des activistes comme contenant une capture d'écran d'un jeu vidéo.

Sur ses comptes officiels sur Twitter et Facebook et un communiqué, le ministère de la Défense a publié des images aériennes en noir et blanc prises selon lui le 9 novembre à la frontière irako-syrienne. Ces dernières fournissent «la confirmation irréfutable que les Etats-Unis, tout en simulant pour la communauté internationale une lutte implacable contre le terrorisme, assurent une couverture à des unités de l'Etat islamique», explique le ministère.

Mais l'ONG Conflict Intelligence Team (CIT), suivie par de nombreux internautes, a rapidement rapproché l'une de ces images avec le jeu vidéo de guerre «AC-130 Gunship Simulator: Special Ops Squadron». Selon CIT, d'autres images proviennent de vidéos diffusées par le ministre irakien de l'Intérieur en 2016, montrant des bombardements de djihadistes par son aviation.

«Erreur» d'un employé

Les images en cause ont rapidement été supprimées par l'armée russe, qui a ensuite assuré à l'agence publique RIA-Novosti qu'il s'agissait d'une «erreur» de la part d'un employé civil.

L'armée russe, qui intervient en Syrie en soutien au régime de Bachar el-Assad, a plusieurs fois accusé Washington de faire le jeu de l'EI en Syrie. Elle l'a accusé en octobre de «faire semblant» de combattre les djihadistes afin de «compliquer» l'avancée des troupes gouvernementales.

En juin, plusieurs médias avaient affirmé que Vladimir Poutine avait montré à Oliver Stone, lors d'entretiens avec le réalisateur américain, une vidéo présentée comme l'aviation russe bombardant la Syrie alors qu'il s'agissait de frappes américaines en Afghanistan datant de 2013. Le Kremlin avait démenti.

(nxp/ats)