Etats-Unis

11 octobre 2013 23:43; Act: 11.10.2013 23:43 Print

Des rabbins kidnappeurs à New York

par Loïc Pialat, Los Angeles - En échange de dizaines de milliers de dollars, ils auraient fait enlever et torturer des Juifs orthodoxes mariés pour les forcer à divorcer. Dix personnes, dont deux rabbins, sont derrière les barreaux.

Une faute?

«Croyez-moi: si vous vous retrouvez dans ce camion, vous accorderez le divorce à votre femme. Vous l'aimez probablement mais quand ils en auront fini avec vous, vous la laisserez partir.» Ce que l'auteur de ces mots, le rabbin Mendel Epstein, ignorait, c'est qu'il s'adressait en fait à une agente du FBI se faisant passer pour une Juive ultra-orthodoxe désespérée de divorcer. Et quand au début du mois les hommes de main du rabbin se sont retrouvés dans un hangar du New Jersey pour préparer le kidnapping du faux mari, les agents fédéraux les ont arrêtés comme le raconte en détail le New York Times.

Dans la communauté juive hassidique, très présente à Brooklyn, il est très difficile pour une femme d'obtenir la séparation puisqu'il lui faut l'autorisation du mari. La méthode du rabbin Epstein pour accélérer les événements a fait ses preuves. Selon le FBI, le mari était kidnappé et torturé dans un van jusqu'à ce qu'il signe les documents nécessaires au divorce. Sac plastique sur la tête, menaces avec scalpel, tout était bon pour le pousser à bout. Y compris le recours à un pistolet à impulsion électrique comme ceux utilisés pour les troupeaux. «Si ça peut forcer un taureau de 5 tonnes à bouger...Posez-le sur certaines parties du corps et en une minute, le type saura», a confié le rabbin à l'agente sous couverture.

L'important était de ne pas laisser de trace sur le corps de la victime. Le manque de connaissance des autorités concernant les Juifs ultra-orthodoxes faisait le reste d'après le rabbin. «En gros, la réaction de la police est que si le type n'a pas de marque, alors c'est sans doute une sombre affaire juive et elle ne s'en mêle pas.» Mendel Epstein avait témoigné dans un documentaire récent sur les difficultés des femmes juives hassidiques. Mais le procureur Joseph Gribko n'a aucun doute. Il n'est pas question de foi, seulement d'argent. Le rabbin réclamait 10'000 dollars pour fournir les papiers officiels et 50'000 dollars pour payer les gros bras chargés de la torture.

L'affaire a surtout surpris l'Américain moyen. Sur l'antenne locale de NBC, Deborah Feldman, une ancienne membre de la communauté hassidique, raconte que pour les femmes malheureuses de leur situation matrimoniale, «une autre option était connue depuis longtemps. Une option risquée à utiliser en situation d'urgence». Le FBI aurait recensé une vingtaine de kidnappings de ce type.


(FranceUSAMedia.com)