Réchauffement

18 novembre 2017 10:06; Act: 18.11.2017 10:36 Print

Des signaux plus alarmants que jamais

L'année 2017 devrait compter parmi les trois les plus chaudes jamais recensées depuis le début des relevés.

storybild

Le XXIe siècle compte 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1880. (Photo d'illustration) (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Reprise à la hausse des émissions de CO2, records de chaleur, montée des eaux: toujours plus alarmants, les indicateurs du réchauffement planétaire soulignent l'urgence d'agir. Alors que s'achève vendredi à Bonn la 23e conférence climat de l'ONU.

2017 devrait compter parmi les trois années les plus chaudes jamais recensées depuis le début des relevés - et être l'année la plus chaude en l'absence du phénomène El Nino, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

2016 devrait conserver son statut d'année la plus chaude, sous l'effet d'un puissant Nino, phénomène météorologique qui affecte tous les trois à sept ans températures, courants et précipitations.

Le XXIe siècle compte 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1880. En Antarctique, la banquise, stable auparavant, affiche un minimum record ou quasi record. La fonte des glaciers alpins s'est poursuivie.

CO2 à la hausse

Les émissions de CO2 liées à l'industrie et à la combustion d'énergies fossiles devraient croître de 2% en 2017 par rapport à 2016 (entre 0,8% et 2,9%), et atteindre un record de 36,8 milliards de tonnes, après des années 2014 à 2016 quasiment stables, selon le bilan annuel du Global Carbon Project.

En 2016, les concentrations des trois principaux gaz à effet de serre (GES) - CO2, méthane et protoxyde d'azote - ont atteint de nouveaux sommets.

«Alors qu'elle était de 400 parties par million (ppm) en 2015, la teneur de l'atmosphère en dioxyde de carbone (...) a atteint 403,3 ppm en 2016» et «représente désormais 145% de ce qu'elle était à l'époque pré-industrielle», soit le plus haut niveau en 800'000 ans, selon l'OMM.

Pour avoir la meilleure chance de rester sous 2°C, la concentration moyenne de GES ne doit pas dépasser en 2100 les 450 ppm CO2eq (équivalent CO2 en parties par million). Les chercheurs alertent aussi sur la forte hausse des émissions de méthane depuis dix ans, résultat notamment de l'exploitation des énergies fossiles et des activités agricoles.

3,3 mm par an

Le niveau des océans continue à monter d'environ 3,3 mm par an, et le phénomène semble s'accélérer: le niveau des mers a crû de 25 à 30% plus vite entre 2004 et 2015, par rapport à 1993-2004.

Cette hausse risque de s'intensifier à mesure que glaciers et calottes glaciaires (Antarctique, Groenland) fondent. La fonte du Groenland est à l'origine de 25% de cette hausse, contre 5% il y a 20 ans. La hausse, variable selon les régions du globe, a été en moyenne de 20 cm au XXe siècle et pourrait atteindre près d'un mètre à l'horizon 2100.

Sites naturels menacés

Blanchiment des coraux, fonte des glaciers, incendies... Sur les 241 sites naturels classés au Patrimoine mondial de l'Unesco, 62 sont désormais «menacés par le changement climatique» contre 35 en 2014 (sur 228), selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

La planète se rapproche de certains «points de bascule», changements irrémédiables pouvant intervenir abruptement une fois certaines températures franchies, souligne une synthèse des réseaux scientifiques Future Earth et Earth League.

Si la température gagne entre 1°C et 3°C, la banquise d'été en Arctique, des portions de la calotte du Groenland et de la calotte de l'ouest de l'Antarctique, de «nombreux» glaciers de montagne et récifs coralliens pourraient disparaître.

Entre 3 et 5°C, l'Amazonie pourrait se transformer en partie en savane et les courants marins profonds affectant la météo des côtes nord-Atlantique se modifier.

Catastrophes naturelles

Selon des études, le nombre de sécheresses, incendies de forêts, inondations et ouragans a doublé depuis 1990.

La violence des typhons sur la Chine, Taïwan, le Japon et les deux Corées, devrait s'en trouver accrue. Les typhons ont déjà gagné 12 à 15% d'intensité sur l'Est et le Sud-Est de l'Asie ces 35 dernières années.

Dans le même temps, la fréquence des tempêtes extrêmes a triplé sur le Sahel du fait du réchauffement. Même si la hausse du thermomètre mondial est limitée à 2°C, les vagues de chaleur vont devenir plus fréquentes, notamment dans les zones tropicales.

Sur les 8688 espèces menacées ou quasi menacées, 19%, soit 1688, sont déjà affectées par le réchauffement, du fait de températures et phénomènes extrêmes.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Olivier Boo le 18.11.2017 11:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Taxes et impôts inutiles

    Je ne suis pas sûr que les taxes et autres impôts qui servent plus à alimenter les comptes de profiteurs soient réellement efficaces pour faire baisser la température !!

  • Oli le 18.11.2017 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    trop de tout...

    Surpopulation, malgré tout ce qu'on pourra faire, nourrir, chauffer, et voyager pour tout ce monde ne suffira pas. On se rapproche gentillement de quelque chose qui va remettre les pendules à l'heure.

  • Mieufaire le 18.11.2017 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ????

    Photo montage ??? De toute façon que pouvons nous faire contre la Chine et les USA ? Malgré toute notre bonne volonté à trier les déchets ,ce ne sont pas nous petits suisses qui sauverons la planète. Il y a trop de fric en jeu,ne pensez-vous pas ? En plus avec les robots l'humanité n'a qu'à bien se tenir. Triste monde

Les derniers commentaires

  • Jean Rifort le 19.11.2017 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres personnes

    En fait les mêmes qui viennent ici crier aux taxes, au mensonge du réchauffement climatique sont les mêmes qui soutiennent Trump, qui préfèrent polluer à fond au détriment d'une pollution augmentant,c'est assez paradoxal ! Le réchauffement s'est bien accéléré, ce dû à l'activité humaine... ne vous en déplaise, mais c'est plus facile de crier au mensonge que de se remettre en question pour le pognon hein ? ...

  • Grégoire le 18.11.2017 22:24 Report dénoncer ce commentaire

    Des limites au fouttoire

    N'en déplaise à beaucoup d'entre vous, je pense que le libéralisme, soit le fait que quiconque peut faire ce qu'il veut pour autant que ça rapporte de l'argent, est en train de tuer la planète

  • ikea1980 le 18.11.2017 19:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'être humain

    La vrais maladie de la planète est l'être humain! C'est ca le scandal

  • Janine le 18.11.2017 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour

    A l'approche de Noël...je n'ai pas vraiment l'impression que cette problématique intéresse grand monde. Chaque achat a une répercursion sur la pollution de la planète et donc tout qui en découle. Tous ce que nous sommes pouvons participer à réduire cette pollution.

  • ex-écolo le 18.11.2017 19:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    faut plus s en faire c est trop tard

    il fallait appliquer les baisses de CO2 en 2002 pour stabiliser l atmosphère et en 2020 nous aurons atteint la ligne de non retour. à partir de 2020 il faudra 300 ans à la planète pour récupérer. donc les COP sont inutile de la manière qu ils sont dirigés. faut surtout réfléchir à comment s en sortir avec les consèquences du changement climatique.