Présidentielle française

07 mai 2017 08:11; Act: 08.05.2017 05:58 Print

Emmanuel Macron est élu président de la République

Le centriste a été élu avec plus de 65% des suffrages et devient le plus jeune président de l'histoire de la République française.

Voir le diaporama en grand »
Le nouveau président sera vite confronté à un défi majeur: sceller une majorité claire aux législatives des 11 et 18 juin. (Lundi 8 mai 2017) Des manifestations anti-Macron ont eu lieu à Paris lundi, à l'appel du collectif «Front social» et des syndicats. (Lundi 8 mai 2017) François Hollande et Emmanuel Macron déposent une gerbe ensemble sous l'Arc de Triomphe pour ouvrir les commémorations du 8 mai 1945. (lundi 8 mai 2017) Le président français a poursuivi la cérémonie sous l'Arc de Triomphe aux côtés de son successeur. (lundi 8 mai 2017) Arrivé avec quelques minutes d'avance place de l'Etoile, le leader d'En Marche! a été accueilli par plusieurs personnalités, dont l'ancien président Nicolas Sarkozy qui lui a glissé un «bravo» lors d'une longue poignée de main.(lundi 8 mai 2017) Ce 72e anniversaire de l'Armistice est l'occasion d'une première participation d'Emmanuel Macron à une commémoration officielle, au lendemain de sa victoire à la présidentielle.(lundi 8 mai 2017) Près de 85% des Français de Suisse romande ont voté pour Emmanuel Macron. (Lundi 8 mai 2017) Emmanuel Macron a quitté le Louvre dans la soirée pour sa première nuit de président de la République. (Dimanche 7 mai 2017) Au milieu de la foule des anonymes près du Louvre, l'animateur de télévision Stéphane Bern est venu célébrer la victoire d'Emmanuel Macron. (Dimanche 7 mai 2017) La victoire en s'embrassant... La France est désormais dirigée par son plus jeune président de la République. (Dimanche 7 mai 2017) Lors de son discour devant la pyramide du Louvre, le président élu Emmanuel Macron a déclaré qu'il «ferait tout» pour qu'il n'y ait «plus aucune raison de voter pour les extrêmes». (Dimanche 7 mai 2017) Emmanuel Macron arrive en vainqueur à la pyramide du Louvre pour donner son deuxième discours comme président (Dimanche 7 mai 2017). «Je me battrai contre les divisions qui nous minent», a affirmé Emmanuel Macron, vainqueur de la présidentielle (Dimanche 7 mai 2017). Marine le Pen a annoncé une «transformation profonde» de son parti après sa défaite. Elle s'est présentée comme la cheffe de file de «la première force d'opposition au projet du nouveau président» (Dimanche 7 mai 2017). Les supporters d'Emmanuel Macron célèbrent la victoire du nouveau président de la France devant la pyramide du Louvre (Dimanche 7 mai 2017). Une famille devant sa télévision au moment de l'annonce du nouveau président de la France (Dimanche 7 mai 2017). Le moment de l'annonce des scores des deux candidats à 20 heures (Dimanche 7 mai 2017). Le candidat centriste d'En Marche! Emmanuel Macron a été élu président de la République française (Dimanche 7 mai 2017). Marine Le Pen pose pour un selfie au moment de quitter son quartier de campagne dans l'après-midi (Dimanche 7 mai 2017). Nicolas Dupont-Aignan a voté en milieu d'après-midi à Yerres, au sud de Paris (Dimanche 7 mai 2017). L'esplanade du Louvre à Paris a été évacuée après la découverte d'un bagage suspect. Emmanuel Macron doit y réunir dans la soirée ses partisans (Dimanche 7 mai 2017). L'ancien président français Nicolas Sarkozy, suivi de Carla, a voté peu avant midi à Paris, (Dimanche 7 mai 2017). Le candidat Emmanuel Macron a voté vers 11 heures au Touquet, dans le nord de la France (Dimanche 7 mai 2017). La candidate Marine Le Pen a également voté ce matin à Henin-Beaumont, toujours dans le nord de la France (Dimanche 7 mai 2017). Un homme regarde les affiches dans le petit village de Saint-Sulpice-des-Landes, dans l'ouest de la France (Dimanche 7 mai 2017). L'ex-candidat du parti socialiste Benoît Hamon a voté à Trappes, en région parisienne (Dimanche 7 mai 2017). L'employé d'un bistro voisin sert le café et les croissants dans un bureau de vote pour cette longue journée (Dimanche 7 mai 2017). Des Femen ont déployé une banderole pour s'opposer au vote en faveur du Front National à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais (Dimanche 7 mai 2017). Le vote pour le second tour débute en France métropolitaine, ce dimanche à 8 heures. (Dimanche 7 mai 2017) Emmanuel et Brigitte Macron se sont promenés dans les rues du Touquet en Normandie, à la veille du second tour. (Samedi 6 mai 2017) A la Guadeloupe aussi, les Français votent le samedi. Ici à Pointe-à-Pitre dans les locaux d'une école. (Samedi 6 mai 2017) A Montréal, ces Français de l'étranger ont voté toute la journée de samedi sous la pluie. Mais avec des files d'attente moins longues qu'au premier tour. (Samedi 6 mai 2017) Fuseau horaire oblige, ce sont les quelque 5000 inscrits de Saint-Pierre et Miquelon qui ouvrent le bal du second tour. (Samedi 6 mai 2017) Toujours en tête des sondages à la veille de la fin de la campagne, Emmanuel Macron s'est engagé à tenir «la promesse du renouvellement jusqu'au bout» lors d'un dernier meeting à Albi. (Jeudi 4 mai 2017) De son côté, la candidate de l'extrême droite Marine Le Pen a participé à sa dernière réunion publique, dans un petit village du nord, où elle a sonné la mobilisation: «La France ne peut plus attendre». (Jeudi 4 mai 2017) Plus tôt dans la journée, celle qui se présente comme «la candidate du peuple» avait été accueillie par des jets d'oeufs lors d'un déplacement dans l'ouest. (Jeudi 4 mai 2017) Emmanuel Macron a reçu un soutien de poids : celui de Barack Obama, l'ancien président américain, qui conclut son message par un 'En Marche !' en français. (Jeudi 4 mai 2017) En déplacement à Albi, Emmanuel Macron a visité l'usine VOA. En marge de cette visite, il a été interpellé par une cinquantaine de syndicalistes sur une loi controversée libéralisant le code du travail. (Jeudi 4 mai 2017) Le site de la candidate du Front national a été victime d'attaques informatiques à plusieurs reprises. Une personne a été interpellée. (Jeudi 4 mai 2017) Jean-Marie Le Pen a estimé que sa fille avait «manqué de hauteur» lors du débat de mercredi soir avec Emmanuel Macron. (Jeudi 4 mai 2017) Le débat organisé entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, mercredi soir, a rassemblé 16,5 millions de téléspectateurs. C'est moins que lors des précédents débats en 2012 et 2007. Si l'abstention peut jouer sur l'écart entre les candidats, selon les experts, elle ne sera pas suffisante pour combler le retard de Marine Le Pen. (Jeudi 4 mai 2017) Pour 63% des Français, c'est Emmanuel Macron qui a été jugé le plus convaincant. (Mercredi 3 mai 2017) Marine Le Pen a accusé Emmanuel Macron d'être le «candidat de la mondialisation sauvage», le candidat pro-européen lui reprochant de «dire beaucoup de mensonges». (Mercredi 3 mai 2017) Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont débattu pendant plus de deux heures dans une ambiance tendue, parfois agressive. (Mercredi 3 mai 2017) François Baroin, responsable de la campagne Les Républicains, a prévenu les membres de son parti qu'ils s'exposaient à une exclusion en cas de soutien d'un candidat ou de l'autre de l'élection présidentielle. Les sondeurs estiment que la candidate du Front national, Marine Le Pen, ne pourra refaire son retard sur son adversaire, Emmanuel Macron. (Mercredi 3 mai 2017) Emmanuel Macron et Marine Le Pen, deux candidats à la présidentielle française que tout oppose, s'affrontent lors d'un débat télévisé crucial à quatre jours du scrutin. (Mercredi 3 mai 2017) Plus de 65% des soutiens de Jean-Luc Mélenchon envisagent de voter blanc, nul ou de s'abstenir. En parallèle, les appels à soutenir le centriste Emmanuel Macron se multiplient. (Mardi 2 mai 2017) Marine Le Pen, candidate à la présidentielle française pour le Front national, a plagié le 1er mai un discours de François Fillon du 15 avril. (Lundi 1er mai 2017) Les candidats au second tour de la présidentielle vont donner des meetings tandis que les syndicats, divisés, vont défiler pour la fête du Travail. (Lundi 1er mai 2017) A une semaine du second tour de la présidentielle en France, des repas de famille virent à l'aigre et des conversations entre amis, au café ou sur les réseaux sociaux, au pugilat verbal. Des modérés affolés à l'idée d'une victoire de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, aux abstentionnistes furieux d'être sommés d'aller voter pour le jeune centriste Emmanuel Macron - qu'ils honnissent-, les Français en colère se déchirent. (Dimanche 30 avril 2017) Emmanuel Macron et Marine Le Pen se prétendent tous deux «anti-système» mais leurs adversaires leur rétorquent à l'un et à l'autre le même reproche: être des «héritiers». (30 avril 2017) Marine Le Pen a annoncé samedi qu'elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan au poste de premier ministre si elle était élue présidente de la République française le 7 mai. (29 avril 2017) Marine Le Pen a annoncé samedi qu'elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan au poste de premier ministre si elle était élue présidente de la République française le 7 mai. (29 avril 2017) La cheffe du parti Front national, qui a obtenu vendredi le ralliement du dirigeant de cette formation anti-européenne, «Debout la France», a justifié ce choix au nom du «patriotisme» et du «projet commun» défendus par M. Dupont-Aignan. Ce dernier a salué une alliance «historique». (29 avril 2017) Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont tous les deux été confrontés aux «fantômes du passé», chacun à sa façon. (Vendredi 28 avril 2017) Emmanuel Macron s'est lui rendu à Sarcelles (Val-d'Oise), où il a été chaleureusement accueilli par les habitants, dont de nombreux jeunes. (Jeudi 27 avril 2017) Marine Le Pen, candidate au deuxième tour de l'élection présidentielle, était en meeting à Nice (Jeudi 27 avril 2017). Le candidat centriste Emmanuel Macron a admis que «rien n'est gagné» pour le second tour de la présidentielle française. (Mardi 25 avril 2017) Marine Le Pen a déclaré, mardi, qu'elle n'était pas la candidate du Front national, mais celle de la ruralité française, afin de se démarquer de l'«oligarchie» Macron. François Hollande a célébré une cérémonie en l'honneur du policier Xavier Jugelé, devenu le 239e mort de la vague d'attentats djihadistes commis en France depuis début 2015. (25 avril 2017) François Hollande a célébré une cérémonie en l'honneur du policier Xavier Jugelé, devenu le 239e mort de la vague d'attentats djihadistes commis en France depuis début 2015. (25 avril 2017) Emmanuel Macron et Marine Le Pen, se retrouvent côte à côte mardi pour un hommage au policier tué jeudi dans un attentat sur les Champs-Elysées. (25 avril 2017) Marine Le Pen participe à la cérémonie organisée par François Hollande pour rendre l'hommage au policier tué sur les Champs-Elysées. (25 avril 2017) Emmanuel Macron arrive à la cérémonie organisée par François Hollande pour rendre hommage au policier tué sur les Champs-Elysées. (25 avril 2017) Emmanuel Macron arrive à la cérémonie organisée par François Hollande pour rendre hommage au policier tué sur les Champs-Elysées. (25 avril 2017) La campagne menée par Marine Le Pen, qui s'est qualifiée dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle française, a été «trop cool». Elle n'a pas été suffisamment agressive, a estimé mardi son père, le cofondateur du Front national Jean-Marie Le Pen. (25 avril 2017) Emmanuel Macron a su séduire les Français de Suisse dans le vote desquels il arrive en tête, au premier tour des élections présidentielles. (Lundi 24 avril 2017). Les programmes des deux candidats Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont totalement opposés. (Lundi 24 avril 2017). Marine Le Pen était en visite lundi sur un marché à Rouvroy, dans le nord de la France (Lundi 24 avril 2017). Marine Le Pen était en visite lundi sur un marché à Rouvroy, dans le nord de la France (Lundi 24 avril 2017). La Une du «Figaro» (Lundi 24 avril 2017). La Une du «Temps» (Lundi 24 avril 2017). Les marchés financiers, à commencer par la Bourse de Paris et celle de Zurich, ont salué lundi matin par de très fortes hausses le résultat du premier tour. En Suisse, Credit Suisse et UBS gagnaient plus de 4%. (Lundi 24 avril 2017). «Je porterai la voix de l'espoir pour notre pays et l'Europe», a déclaré Emmanuel Macron après avoir remporté le premier tour de la présidentielle avec 23,75% des voix. (Dimanche 23 avril 2017) Des heurts ont opposé dimanche soir à Paris et à Nantes plusieurs centaines de manifestants s'affirmant «antifascistes» à la police. (Dimanche 23 avril 2017) Marine Le Pen, qualifiée pour le second tour avec 21,53% des votes, s'est exprimée depuis son QG du Pas-de-Calais vers 21h06 ce 23 avril 2017. Le candidat malheureux de droite, troisième avec 19,91% des voix et non-qualifié pour le deuxième tour, appelle à voter Emmanuel Macron. (Dimanche 23 avril 2017) Quatrième avec 19,64% des votes, Jean-Luc Mélenchon a pour l'instant choisi de ne pas donner de consigne de vote. La déception se lit sur les visages de La France insoumise. (Dimanche 23 avril 2017) Le candidat socialiste Benoît Hamon, cinquième avec 6,35% des voix, a immédiatement appelé à voter Emmanuel Macron, désignant Marine Le Pen comme une «adversaire de la République». Les militants socialistes à la Maison de la Mutualité à Paris après l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle. (Dimanche 23 avril 2017) Le candidat très à droite, Nicolas Dupont-Aignan, qui a recueilli environ 4,75% des voix, s'est exprimé vers 21h20 ce 23 avril 2017 mais sans toutefois donner de consigne de vote dans l'immédiat. La candidat indépendant Jean Lassalle a recueilli 1,22% des suffrages. (Dimanche 23 avril 2017) Philippe Poutou, du Nouveau parti anticapitaliste (1,10% des votes), n'appelle pas à voter contre le Front national. (Dimanche 23 avril 2017) Francois Asselineau, de l'Union populaire républicaine, a recueilli 0,92% des voix. (Dimanche 21 avril 2017) La candidate trotskyste de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud arrive avant-dernière avec 0,65% des voix, elle a annoncé vouloir voter blanc au second tour. (Dimanche 21 avril 2017) Candidat de Solidarité et Progrès, Jacques Cheminade enregistre 0,18% des suffrages. (Dimanche 21 avril 2017) Emmanuel Macron se qualifie avec 23,90% des voix face à Marine Le Pen (21,70%), qui réalise plus d'un million de voix supplémentaires par rapport à 2012. Le dépouillement des bulletins de vote a commencé à Le Port, dans l'île de la Réunion. (Dimanche 23 avril 2017) Un sondage effectué à la sortie des urnes, obtenu par la RTBF, donne Emmanuel Macron gagnant avec 24% des voix devant Marine Le Pen (22%), François Fillon (20,5%) et Jean-Luc Mélenchon (18%). Le journal cite les mêmes chiffres. Des chiffres à prendre avec la plus grande prudence, puisque les grands instituts de sondages ne font pas de tels sondages. (dimanche 23 avril 2017) Avec 28,54% de votes à 11 heures, le taux de participation est comparable à celui 2012. (dimanche 23 avril 2017) Jean-Luc Melenchon a voté à Paris lui aussi. Tous les candidats ont désormais voté. (dimanche 23 avril 2017) Un bureau de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle française a été évacué dimanche à Besançon (Doubs) en raison de l'abandon d'un véhicule suspect à proximité, explique le Ministère de l'Intérieur.(dimanche 23 avril 2017) François Fillon a voté dans le 17e arrondissement de Paris.(dimanche 23 avril 2017) Marine Le Pen a déposé son bulletin dans sa commune de Henin-Beaumont. (23 avril 2017) Philippe Poutou a lui voté à Bordeaux. Et en chemise! (23 avril 2017) Emmanuel Macron et son épouse Brigitte votent au Touquet. Dimanche 23 avril 2017 Benoît Hamon a glissé son bulletin dans une urnes de Trappes. Dimanche 23 avril 2017 Les bureaux de vote ont ouvert dimanche en France métropolitaine pour le premier tour de l'élection présidentielle. (Dimanche 23 avril 2017) C'est le jour J. Les Français votent pour le premier tour de leur élection présidentielle. A Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, l'élection a déjà commencé. (Dimanche 23 avril 2017) Professeure d'économie et porte-parole de Lutte Ouvrière depuis 2008, Nathalie Artaud se réclame du communisme et se présente pour la 2e fois à l'élection présidentielle française. En 2012, elle avait obtenu 0,56% des voix. Fondateur du mouvement souverainiste militant pour la sortie de l'Union européenne, François Asselineau avait échoué à se présenter à l'élection présidentielle en 2012, faute de parrainages suffisants. Bien qu'énarque (la plus haute école d'administration française), le doyen de l'élection présidentielle française se veut être le candidat anti-système. Il est proche de l'idéologue américain complotiste, homophobe et climatosceptique Lyndon LaRouche. Il veut sortir de l'UE, de l'OTAN, de la zone euro et revenir au franc. Nicolas Dupont-Aignan espère se frayer un chemin à la droite de François Fillon et à la gauche de Marine Le Pen. Enarque (la plus haute école d'administration française), Nicolas Dupont-Aignan avait obtenu 1,79% des voix au premier tour en 2012. a obtenu 1,79% des voix en 2012. Ancien premier ministre sous Nicolas Sarkozy, François Fillon préconise la fin des 35 heures, la retraite à 65 ans et d'autres mesures très libérales. Sa campagne a été entachée par les affaires d'emplois fictifs présumés touchant sa femme, Penelope Fillon. Le successeur du socialiste François Hollande en a été un des frondeurs au sein de son gouvernement. Sa mesure phare: l'instauration d'un revenu universel d'existence, un peu à l'image de celui que les Suisses ont refusé en juin 2016. Le fils de berger veut être la voix rurale de la France. En 2013, il a parcouru la France à pied sur près de 6000 kilomètres pour aller à la rencontre des Français. Il est l'ancien compagnon de route de François Bayrou, désormais allié à Emmanuel Macron. La candidate la plus à droite de cette élection peut se targuer d'avoir obtenu 17,9% des voix lors de l'élection présidentielle en 2012. Avocate, Marine Le Pen a succédé à son père. Elle préconise la sortie de l'euro et la préférence nationale. Le benjamin de l'élection présidentielle française a créé son mouvement En Marche! qui se veut «ni à gauche, ni à droite» il y a un an seulement. Celui qui a claqué la porte du parti socialiste en 2008, est à gauche de l'aile socialiste traditionnelle. En 2012, sous la bannière du Front de Gauche, il avait obtenu 11,1% des voix. Le candidat ouvrier prône la semaine des 32 heures. Il avait rassemblé 1,15% des voix en 2012, soit bien moins que son prédécesseur au fort capital de sympathie Olivier Besancenot qui, en 2007, avait réuni 4,08% des voix.

Sur ce sujet
Une faute?

Le jeune centriste pro-européen Emmanuel Macron a assuré vouloir «tout faire» pour que les Français «n'aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes», dimanche après sa large victoire à la présidentielle marquée par un score historique de l'extrême droite.

«Je me battrai de toutes mes forces contre les divisions qui nous minent», a promis celui qui, à 39 ans, va devenir le plus jeune président de l'histoire de France après avoir remporté 66,06% des voix face à la patronne de l'extrême droite Marine Le Pen (33,94%), selon les résultats quasi-définitifs du ministère de l'Intérieur lundi matin.

Devant des milliers de partisans réunis dans la cour du Louvre à Paris, ce nouveau venu en politique a dit avoir entendu la «colère», le «désarroi», les «convictions» de ceux qui ont voté Front National, remercié ceux qui «ont voté pour lui sans avoir (ses) idées», et rendu hommage à ceux qui l'ont soutenu.

«Ce que nous avons fait depuis tant et tant de mois n'a ni précédent ni équivalent, tout le monde nous disait que c'était impossible», a-t-il dit avant que son épouse, Brigitte, émue aux larmes, le rejoigne sur la tribune sous les ovations de la foule.

Bientôt les législatives

A six semaines du second tour des élections législatives (les 11 et 18 juin), l'ancien ministre de l'Economie (2014-2016) du président socialiste sortant François Hollande a appelé les électeurs à «construire dès demain une majorité vraie, forte, de changement». Des chantiers majeurs l'attendent: endiguer un chômage endémique (10%), faire face à une forte menace terroriste et relancer une Europe affaiblie.

Sévèrement battue, sa rivale, qui a mené une campagne agressive contre l'immigration, l'euro, la mondialisation et l'Union européenne, s'est cependant félicitée du résultat «historique et massif» de son parti, désormais devenu selon elle la «première force d'opposition» en France.

Celle qui s'est présentée comme «la candidate du peuple» misait sur la même vague qui a porté Donald Trump à la Maison Blanche et conduit la Grande-Bretagne à voter pour la sortie de l'Union européenne, mais elle n'a pas réussi son pari.

«Grande victoire»

La victoire d'Emmanuel Macron a été saluée par plusieurs dirigeants européens, inquiets de la poussée des nationalistes en Europe, dont la chancelière allemande Angela Merkel, la Britannique Theresa May ou le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Le président américain Donald Trump lui a aussi adressé sur Twitter ses félicitations «pour sa grande victoire d'aujourd'hui».

L'euro a lui réagi en grimpant face au dollar sur le marché des changes en Asie, atteignant son plus haut niveau depuis novembre.

Epilogue d'une campagne marquée par de multiples rebondissements, l'élection de celui qui se définit comme «progressiste», «et à droite et à gauche», a été saluée par des coups de klaxons sur les Champs-Elysées, mais aussi par des huées de sympathisants de Marine Le Pen. Paris, la chic et cosmopolite capitale française, a voté Macron à presque 90%, à l'image d'un scrutin qui a révélé des fractures profondes entre gagnants et perdants de la mondialisation.

Plusieurs manifestations «anticapitalistes» émaillées d'incidents ont eu lieu dans la soirée, dans plusieurs villes de France. «Macron dégage, résistance et sabotage», criaient notamment les manifestants à Nantes, dans l'ouest du pays.

«Apaiser les peurs»

Entre l'abstention (24,95%) et les votes blancs et nuls (un peu plus de 4 millions), plus d'un Français sur trois a en fait refusé de choisir dimanche entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, un niveau record.

Emmanuel Macron, qui compte «apaiser les peurs» et «renouer avec l'optimisme», va devoir trouver une majorité pour gouverner et mettre en oeuvre son programme: vaste réforme du droit du travail, réduction des dépenses publiques, renforcement du couple franco-allemand.

Marine Le Pen, elle, a promis «une recomposition politique de grande ampleur autour du clivage entre les patriotes et les mondialistes» pour les prochaines législatives. Disqualifiés à l'issue du premier tour -une première dans l'histoire politique d'après-guerre-, les deux grands partis traditionnels de gauche (Parti socialiste) et de droite (Les Républicains) ont commencé à se mettre en ordre de marche pour prendre leur revanche.

Le chef de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon (19,58% des suffrages au premier tour), a aussi appelé les Français à se «fédérer» pour les législatives pour s'opposer au «nouveau monarque présidentiel».

Le jeune centriste s'était lancé dans la campagne présidentielle avec son mouvement «En Marche!», créé il y a un an à peine sur le thème du renouvellement politique, avec une ligne pro-européenne et un programme libéral, tant en économie que sur les questions de société. Son credo: «Une France ouverte dans une Europe qui protège».

Le plus jeune depuis Bonaparte

Ancien banquier, Emmanuel Macron avait démissionné en août 2016 du gouvernement socialiste pour se présenter à l'élection suprême. Il devient le plus jeune président de l'Histoire de France, devant Louis-Napoléon Bonaparte (40 ans en 1848), et il sera également l'un des chefs d'Etat les plus jeunes au monde.

Il obtient un mandat de cinq ans à la tête d'une des grandes puissances mondiales, détentrice de l'arme nucléaire, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et moteur de l'Union européenne.

La victoire de ce fils de médecins au physique de jeune premier, yeux bleus et coupe sage, issu des écoles de l'élite française, clôt une campagne électorale riche en coups de théâtre, sous le signe des affaires.

Emmanuel Macron retrouvera lundi le président socialiste sortant François Hollande pour commémorer la capitulation allemande du 8 mai 1945, avant de travailler à la formation de son gouvernement. La passation de pouvoir est prévue au plus tard le 14 mai.

(nxp/ats)