Belgique

30 août 2011 23:04; Act: 30.08.2011 23:05 Print

Flagrant délit de sexe en plein air: l'élue a menti

Les images d'une politicienne belge s'envoyant en l'air en vacances n'ont pas été réalisées, comme elle l'affirmait, en Turquie dans un lieu discret. Elles ont été prises dans un site espagnol très touristique!

Sur ce sujet
Une faute?

Le buzz autour de la sextape d'Ilse Uyttersprot, la bourgmestre de la ville d'Alost, rebondit. Selon la presse belge, la politicienne de sensibilité démocrate-chrétienne a menti.

D'une part, le lieu de ses exploits sexuels en vacances ne se situe pas en Turquie mais en Espagne. D'autre part et contrairement à ce qu'elle a communiqué, les images n'ont pas été prises dans un endroit «quasiment pas visité» mais dans l'enceinte du très touristique Palais médiéval d'Olite, à une quarantaine de kilomètres au sud de Pampelune, en Navarre.

Interrogée par le journal «Het Laatste Nieuws», une guide du site confirme que les ébats en plein air ont bien eu lieu à cet endroit. «C'était très surprenant, très impressionnant de voir cette vidéo. Nous l'avons découverte sur le web il y a trois ans. Nous ne savions alors pas que c'était quelqu'un d'important en Belgique. Je suis toutefois sûre que c'est la première fois que ça arrivait!», a raconté Sylvia Abendaris.

200'000 visiteurs par an

«Le Palais médiéval d'Olite est non seulement le monument le plus important de Navarre, mais c'est aussi le site le plus visité. Nous recevons 200’000 visiteurs par an, et 550 par jour. Il y a vraiment des endroits plus tranquilles dans notre belle région!», a précisé la jeune femme.

Le gouverneur de Navarre au courant

Sylvia Abendaris a encore expliqué que, lorsque le gouverneur de Navarre avait pris connaissance de l'existence de cette vidéo, il avait écrit aux Polonais qui avaient filmé la séquence et qui l'avaient postée sur le net. Il leur avait signifié qu'ils n'avaient pas respecté le copyright en reprenant les photos du Palais d'Olite. «Mais entre nous, c’était surtout un prétexte pour essayer de leur faire retirer la vidéo. Mais, c’est impossible de lutter contre internet. Et déposer plainte, je crois que le gouverneur n’y pense pas» conclut la guide.

(gco)