Centrale nucléaire

20 janvier 2012 13:57; Act: 20.01.2012 14:37 Print

Fukushima: endoscopie du réacteur deux

Une première au Japon: des scientifiques sont parvenus à filmer l'intérieur du réacteur deux de la centrale nucléaire accidentée.

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen
Sur ce sujet
Une faute?

«Jusqu'à présent nous avons évalué l'état dans l'enceinte de confinement avec des instruments de mesure, mais nous n'avions rien pu voir», a rappelé un responsable de la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), Junichi Matsumoto, lors d'une conférence de presse, jeudi.

Les clichés diffusés aux journalistes sont difficiles à interpréter pour des non-spécialistes, mais Tepco estime pouvoir en tirer quelques conclusions. «Les artefacts visuels provoqués par le haut niveau de radiations et d'autres perturbations à l'intérieur constituent un obstacle pour l'observation, mais les images sont quand même de relative bonne qualité en certains endroits», a expliqué Junichi Matsumoto.

Cet examen visait notamment à vérifier le niveau de l'eau de refroidissement à l'intérieur du réacteur, ainsi que la température et plusieurs autres paramètres.

Fonte du combustible

«La quantité d'eau apparaît inférieure à celle estimée auparavant», a admis Junichi Matsumoto, sans pouvoir donner de détails. Toutefois, la température mesurée, 44,7 degrés Celsius, est proche de celle relevée dans le même temps par les instruments habituellement utilisés (42,6 degrés) .

Le réacteur 2, l'un des trois où le combustible a fondu (sur les six que compte la centrale), a été choisi car en l'état actuel des choses il est le plus adapté à ce type d'opération inédite qui a permis d'enregistrer environ 30 minutes d'images en cours d'analyse. «Dans le 3, le niveau de radioactivité est actuellement trop élevé pour ce genre d'action», a précisé Junichi Matsumoto.

Une évaluation précise de l'état à l'intérieur des réacteurs est indispensable pour développer des techniques afin de pouvoir un jour en extraire le combustible accumulé au fond, une opération extrêmement délicate qui n'est pas prévue avant dix ans au moins.

(afp)