Conflit israëlo-palestinien

17 mai 2018 06:00; Act: 17.05.2018 06:09 Print

Gaza: la majorité des tués étaient du Hamas

Selon un responsable du Hamas, la grande majorité des 59 personnes tuées lundi étaient membres du mouvement islamiste.

Voir le diaporama en grand »
L'ONU a décidé d'enquêter sur les Palestiniens tués depuis lundi par l'armée israélienne à Gaza. Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a voté l'envoi d'une commission d'enquête internationale et indépendante. (Vendredi 18 mai 2018) Horacio Cartes, le président du Paraguay (à gauche, avec le président d'Israël, Reuven Rivlin, le 18 juillet 2016) a confirmé que l'ambassade paraguayenne allait être déplacée de Tel-Aviv à Jérusalem. (Jeudi 17 mai 2018) Selon un responsable du Hamas, la très grande majorité des 59 palestiniens morts lundi (image) lors des affrontements avec l'armée israëlienne étaient membres du mouvement islamiste. (Mercredi 16 mai 2018) 59 Palestiniens sont morts lundi (image) sous les balles israéliennes alors qu'ils manifestaient dans la bande de Gaza contre le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. (Mercredi 16 mai 2018) Un bébé palestinien est décédé après avoir inhalé du gaz lacrymogène pendant les heurts à la frontière de la bande de Gaza. (Mardi 15 mai 2018) Les soldats israéliens ont tué 55 Palestiniens durant les heurts de lundi. (Mardi 15 mai 2018) Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit mardi, au lendemain d'une flambée de violences à Gaza. (15 mai 2018) Le président de l'Autorité palestinienne a dénoncé un «massacre» israélien dans la bande de Gaza, après la mort de 52 Palestiniens tués par l'armée israélienne. (Lundi 14 mai 2018) En visite en Jordanie, le conseiller fédéral Ignazio Cassis s'est dit «profondément préoccupé par l'escalade de la violence au Proche-Orient et le nombre de morts». (Lundi 14 mai 2018) La fille du président américain a participé à l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) Des centaines de responsables américains - dont Ivanka Trump - et des responsables israéliens étaient présents à la cérémonie d'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) Des centaines de responsables américains - dont Ivanka Trump - et des responsables israéliens étaient présents à la cérémonie d'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) Au moins 37 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens et plus de 500 blessés, jour de l'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) Au moins 37 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens et plus de 500 blessés, jour de l'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) Au moins 37 Palestiniens tués à Gaza par des tirs israéliens et plus de 500 blessés, jour de l'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem. (14 mai 2018) L'ambiance est très tendue à Jérusalem avant l'ouverture de l'ambassade américaine. Des heurts ont déjà éclaté. Il y aurait au moins 7 morts et près d'une trentaine de blessés. (14 mai 2018) Des dizaines de milliers d'Israéliens ont marché à Jérusalem, dans un climat de fierté nationale à la veille de l'ouverture sous très haute tension de l'ambassade des Etats-Unis. (Dimanche 13 mai 2018) Malgré le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, les responsables américains croient toujours à un accord israélo-palestinien. (Dimanche 13 mai 2018) L'ambassade américaine à tel-Aviv qui est transférée à Jérusalem, sera inaugurée lundi. (11 mai 2018) Le président américain sera représenté par John Sullivan, numéro deux de la diplomatie, et par sa fille et conseillère Ivanka Trump. (Lundi 7 mai 2018) Israël a voté une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense d'entrer en guerre sans réunir le gouvernement. (Lundi 30 avril 2018) Scène de détresse après la mort d'un jeune Palestinien de 15 ans, tué sur la frontière de la bande de Gaza. Selon l'armée israélienne, dux Palestiniens qui s'étaient infiltrés en territoire israélien à partir de la bande de Gaza ont été tués. (Samedi 28 avril 2018) Selon le chef de la majorité roumaine, Bucarest compterait transférer à son tour son ambassade en Israël à Jérusalem. (Jeudi 19 avril 2018) Une frappe israélienne a tué un Palestinien avant un rassemblement de protestation à Gaza. (Vendredi 30 mars 2018) Accusée d'avoir frappé des soldats, Ahed Tamimi écope de huit mois de prison. Elle a qualifié le tribunal militaire «d'illégitime», affirmant qu'«il n'y a pas de justice dans un système d'occupation». (Mercredi 22 mars 2018) Le président palestinien a traité l'ambassadeur américain en Israël de «fils de chien». Des propos dénoncés par la Maison Blanche. (Lundi 19 mars 2018) Donald Trump a affirmé qu'il pourrait assister à l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem en mai, insistant sur ses liens étroits avec le Premier ministre israélien Netanyahu. (Lundi 5 mars 2018) Le procès d'Ahed Tamimi s'est ouvert à huis clos devant un tribunal militaire israélien. Elle avait été arrêtée après une vidéo la montrant frapper des soldats de Tsahal. (Mardi 13 février 2018) Amis et parents d'Ahed Tamimi se pressent à l'entrée du tribunal militaire israélien d'Ofer, en Cisjordanie occupée.(Mardi 13 février 2018) Une image de la colonie de Karmei Tsur datant de 2002. Un Palestinien a poignardé mercredi un garde à l'entrée de cette colonie israélienne en Cisjordanie occupée et a été abattu. (Mercredi 7 février 2018) Une manifestation de soutien aux Palestiniens, contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, a rassemblé quelque 350 personnes, samedi, à Berne. (Samedi 3 février 2018) Le chef du Hamas, , a été placé par les Etats-Unis sur leur liste noire des «terroristes». Selon Washington, il «menace la stabilité au Moyen-Orient», et «sape le processus de paix» avec Israël. (Mercredi 31 janvier 2018) Le vice-président américain sert la main au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Mike Pence a assuré que l'ambassade américaine en Israël ouvrirait à Jérusalem avant fin 2019. (22 janvier 2018) Des députés arabes ont été expulsés du parlement israélien (Knesset) à Jérusalem lors de la visite du vice-président américain Mike Pence en Israël. (22 janvier 2018) Mike Pence a été reçu par le roi en Jordanie. Le roi Abdallah II: «Jérusalem est cruciale pour les musulmans et les chrétiens, comme elle l'est pour les juifs.» (21 janvier 2018) , devenue pour les Palestiniens une icône de l'engagement contre l'occupation israélienne, devra rester en prison jusqu'à la tenue de son procès, ce qui pourrait durer plusieurs mois. (Mercredi 17 janvier 2018) Un organe clé de l'OLP a voté en faveur de la suspension de la reconnaissance d'Israël, une mesure qui remettrait en cause l'un des principes fondateurs de l'effort de paix déjà très mal en point avec les Israéliens. (Lundi 15 janvier 2018) Mahmoud Abbas a déclaré lors d'un meeting à Ramallah que Israël a enterré les accords d'Oslo. (Dimanche 14 janvier 2018) Cousine de Ahed Tamimi, Nour Tamimi (au centre) a été relâchée d'une prison militaire israélienne en Cisjordanie occupée. (Vendredi 5 janvier 2018) Dans un tweet, Donald Trump a menacé de couper l'aide financière des États-Unis aux Palestiniens, évoquant leur manque d'appétit pour les négociations de paix que la Maison Blanche veut relancer. (Mardi 3 janvier 2017) «Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect» de leur part, a tweeté Donald Trump Le Parlement israélien a adopté une loi qui vise à compliquer un éventuel partage de Jérusalem. Toute cession aux Palestiniens de certaines zones devrait être approuvée par deux-tiers des députés. (Mardi 2 janvier 2017) Un Palestinien de 20 ans est décédé dans la bande de Gaza après avoir été blessé vendredi lors de heurts avec les forces israéliennes. (Samedi 30 décembre 2017) Ahed Tamimi, 16 ans, comparait devant un tribunal militaire. Sa garde à vue s été prolongée. Elle avait frappé deux soldats israéliens pour protester contre l'occupation. (Jeudi 28 décembre 2017) Ahed is only a teenager, but has repeatedly been at the centre of the seemingly endless propaganda war between Israelis and Palestinians, with a video of her slapping soldiers the latest example. / AFP PHOTO / Ahmad GHARABLI On voit ici Ahed Tamimi en novembre 2012 lors d'une manifestation contre la confiscation de terres palestiniennes en Cisjordanie près du village de Nabi Saleh près der Ramallah. Israël va nommer la future station de train située près du mur des Lamentations, à Jérusalem, «Donald John Trump». Mercredi 27 décembre 2017) Le président du Guatemala Jimmy Morales a annoncé que l'ambassade de son pays en Israël allait être déplacée de Tel Aviv à Jérusalem, comme les Etats-Unis l'avaient aussi annoncé début décembre. (Lundi 25 décembre 2017) L'Assemblées des Nations unies à New York a condamné jeudi à une large majorité la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. (Jeudi 21 décembre 2017) Donald Trump a mis en garde les pays qui seraient tenter jeudi de voter à l'ONU une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël. Il a menacé de couper des financements. (Mercredi 20 décembre 2017) Quatre nouveaux Palestiniens ont été tués lors de la journée de mobilisation du 15 décembre 2017. (samedi 16 décembre 2017) L'armée israélienne a frappé, lundi 11 décembre des positions du Hamas dans la bande de Gaza, en riposte au tir de deux roquettes en provenance de l'enclave palestinienne. La journée était toujours marquée par des manifs contre le choix américain de Jerusalem pour capitale. (Image - lundi 11 décembre 2017) Cinq jours après la décision controversée des Etats-Unis, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontre les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. Ces derniers vont une nouvelle fois l'appeler à «reprendre des négociations significatives». (Lundi 11 décembre 2017) Les rassemblements ont continué dimanche dans le monde musulman, ici au Liban devant l'ambassade américaine. (Dimanche 10 décembre 2017) Après 3 jours de violences meurtrières, le Fatah a appelé à poursuivre les manifestations contre la décision des USA de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. (Samedi 9 décembre 2017) La Ligue arabe s'est réunie au Caire. Des appels à faire de même avec la Palestine et Jérusalem-Est ainsi que des sanctions contre Washington ont été lancés. (Samedi 9 décembre 2017) Une parente du Palestinien de 30 ans tué la veille. (samedi 9 décembre 2017) Un Palestinien proteste contre la décision de Donald Trump. (Gaza, 8 décembre 2017) Des forces de sécurité israéliennes ont tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants palestiniens. (Ramallah, 8 décembre 2017) Un manifestant blessé à Gaza. Un autre Palestinien a été tué par des tirs de l'armée israélienne. Il participait à des manifestations contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël. (Vendredi 8 décembre 2017) L'homme de 30 ans a été tué à l'est de Khan Younès alors qu'il protestait près de la barrière de sécurité fermant hermétiquement les frontières d'Israël avec la bande de Gaza. Il est le premier Palestinien tué au cours des manifestations contre la décision américaine annoncée mercredi. Un vieil homme semble interpeller une militaire israélienne, près de la porte de Damas, entre les quartiers chrétien et musulman de Jérusalem. (Vendredi 8 décembre 2017) Une arrestation Les effectifs policiers ont été augmentés mais ne sont néanmoins pas à leur maximum. (vendredi 8 décembre 2017) Israeli forces disperse Palestinian protestors outside Damascus Gate in Jerusalem's Old City on December 7, 2017. US President Donald Trump's recognition of Jerusalem as Israel's capital sparked a Palestinian general strike and a call for a new intifada as fears grew of fresh bloodshed in the region. / AFP PHOTO / Ahmad GHARABLI Au surlendemain de la décision de Donald Trump, il est à craindre que le jour de prière ne se déroule sous haute tension. (vendredi 8 décembre 2017) Israeli forces detain a Palestinian man in Jerusalem's Old City on December 8, 2017. Des centaines de manifestants ont manifesté mercredi à Istanbul contre la décision de Donald Trump. (Mercredi 6 décembre 2017) Par sa décision, Donald Trump a confirmé les craintes des pays arabes et d'une grande partie de la communauté internationale, inquiète d'une flambée de violences. (Mercredi 6 décembre 2017) Même avant l'annonce officielle de la décision du président américain, la rue palestinienne avait exprimé son mécontentement. (Mercredi 6 décembre 2017) La municipalité israélienne de Jérusalem a projeté une vaste bannière étoilée à côté du drapeau à l'étoile de David sur les murs de la Vieille ville pour célébrer la décision du président américain. (Mercredi 6 décembre 2017) La décision de M. Trump «ne change rien à la réalité de Jérusalem... ville palestinienne arabe chrétienne et musulmane», a déclaré le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Le mouvement islamiste Hamas a appelé à un nouveau soulèvement populaire palestinien après la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. (jeudi 7 décembre 2017)

Une faute?

La très grande majorité des 59 Palestiniens tués cette semaine par l'armée israélienne dans la bande de Gaza appartenaient au Hamas, a affirmé un responsable du mouvement islamiste: une affirmation dont Israël s'est immédiatement saisie pour contester le caractère pacifique de la contestation. Salah al-Bardaouil, ce responsable du Hamas, «dévoile la vérité», a tweeté un porte-parole du gouvernement israélien, Ofir Gendelman. «Ce n'était pas une manifestation pacifique, mais une opération du Hamas», qui contrôle Gaza, a-t-il ajouté.

Le Hamas a dit soutenir la mobilisation, tout en assurant qu'elle émanait de la société civile et qu'elle était pacifique. L'armée israélienne accuse de son côté le Hamas, qu'il considère comme «terroriste», de s'être servi du mouvement pour mêler à la foule des hommes armés ou disposer des engins explosifs le long de frontière.

«La situation à Gaza (dirigé par le Hamas, ndlr) a très peu à voir avec le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem» lundi, a commenté le président du parlement israélien, Yuli-Yoel Edelstein, lors d'un déplacement à Paris. «C'est une action très bien planifiée du Hamas qui utilise les populations, y compris des femmes, des enfants, des adolescents, comme boucliers humains», a-t-il ajouté.

Le pape François «très préoccupé»

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a lui jugé «blasphématoire» de comparer à des «terroristes» les dizaines de manifestants «pacifiques», tués à Gaza par des tirs israéliens. Le pape François s'est dit «très préoccupé par l'escalade des tensions en Terre Sainte» et le président russe Vladimir Poutine a appelé à «renoncer à la violence».

Trois jours après ce bain de sang, inédit par son ampleur depuis 2014, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui dénoncé le silence de la communauté internationale face à la «tyrannie israélienne». Si ce silence «persiste», le monde va s'enfoncer rapidement dans un chaos où les bandits feront la loi», a lancé M. Erdogan lors d'un dîner de rupture du jeûne à Ankara. Conséquence de cette tension, l'ambassadeur d'Israël en Turquie a regagné son pays jeudi, à la demande des aurorités d'Ankara. Eitan Naeh a pris un avion pour Tel-Aviv à l'aéroport d'Istanbul où son départ a été filmé par des médias turcs.

Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent tenir jeudi au Caire, à la demande de l'Arabie saoudite, une réunion «extraordinaire» qui portera sur «l'agression israélienne contre le peuple palestinien», a annoncé l'organisation panarabe. En attendant, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé Israël et les Palestiniens à s'abstenir de toute mesure qui pourrait conduire à de nouveaux morts.

Le Guatemala imite les Etats-Unis

Le Guatemala a également inauguré mercredi à Jérusalem sa nouvelle ambassade en Israël, s'attirant la colère de la direction palestinienne qui a accusé le gouvernement guatémaltèque de se placer du côté des «crimes de guerre israéliens». La tension est retombée dans la bande de Gaza à la veille du ramadan, le mois de jeûne musulman, mais la situation demeure hautement volatile.

Des chars israéliens ont frappé plusieurs positions du Hamas dans la bande de Gaza, en réponse à des tirs d'armes à feu, a dit notamment l'armée. Sur la chaîne de télévision Al-Jazeera, l'homme fort du Hamas, Yahya Sinouar, a prévenu: «si le blocus (israélien à Gaza) continue, nous n'hésiterons pas à recourir à la résistance militaire».

(nxp/afp)