Après la rencontre Trump-Kim

13 juin 2018 15:07; Act: 13.06.2018 17:58 Print

Plus de menace nucléaire: «Dormez bien ce soir!»

Mercredi, le président américain Donald Trump s'est félicité de la rencontre avec son homologue nord-coréen, intervenue mardi.

Sur ce sujet
Une faute?

De retour tôt mercredi aux Etats-Unis après son sommet historique avec Kim Jong Un, Donald Trump s'est empressé de tenter de faire taire les doutes sur la portée de cette rencontre, en assurant que la menace nucléaire nord-coréenne n'existait plus. «Je viens d'atterrir - long voyage mais tout le monde peut dorénavant se sentir davantage en sécurité que le jour où j'ai pris mes fonctions», s'est félicité le président américain dans un tweet.

«Il n'y a plus de Menace Nucléaire de la part de la Corée du Nord. Rencontrer Kim Jong-un était une expérience intéressante et très positive. La Corée du Nord a un grand potentiel pour l'avenir!», a-t-il ajouté.

«Avant de prendre mes fonctions, les gens pensaient que nous allions entrer en Guerre avec la Corée du Nord. Le président Obama disait que la Corée du Nord était notre plus gros et plus dangereux problème. Ce n'est plus le cas - dormez bien ce soir!», a-t-il insisté.

Une première

La rencontre, mardi à Singapour, la première entre un dirigeant nord-coréen et un président américain en exercice, a eu un énorme retentissement médiatique. Mais ses résultats tangibles, notamment sur le thème-clé de la dénucléarisation, suscitent des interrogations.

La formulation de la déclaration commune reste en effet très vague et reprend de précédents engagements du régime nord-coréen jamais mis en oeuvre.

«Tournant radical»

Mais l'agence officielle nord-coréenne KCNA a estimé dans son premier compte-rendu du sommet de Singapour que l'évènement ouvrait la voie à «un tournant radical». «Kim Jong-un a invité Trump à effectuer une visite à Pyongyang à un moment opportun et Trump a invité Kim Jong-un à venir aux Etats-Unis», a indiqué KCNA. L'agence assure également que Donald Trump a évoqué «une levée des sanctions» contre le régime de Pyongyang.

Sans confirmer pour l'heure avoir accepté l'invitation à Pyongyang, Donald Trump s'est félicité d'avoir empêché une «catastrophe nucléaire». «Le monde a fait un grand pas qui l'éloigne d'une potentielle catastrophe nucléaire! Plus de lancements de fusées, d'essais ou de recherche nucléaires!», a écrit Donald Trump dans un tweet.

La «rencontre du siècle»

Pyongyang a des raisons d'être satisfait de l'événement de Singapour, un grand succès pour un régime très isolé, soumis à de lourdes sanctions internationales et désireux depuis longtemps d'obtenir une légitimité.

«Kim Jong-un a obtenu ce qu'il voulait au sommet de Singapour: le prestige international», analyse Paul Haenle, directeur du centre Carnegie-Tsinghua. A Pyongyang, le journal officiel Rodong Sinmun montrait en Une les photos de la poignée de main historique entre Trump et Kim. Au total, ce sont pas moins de 33 photos de la rencontre qui sont publiées sur quatre des six pages du journal, et qui ont été montrées dans l'après-midi à la télévision nord-coréenne.

«La rencontre du siècle ouvre une nouvelle ère de l'histoire des relations» entre les deux pays ennemis, titrait le quotidien nord-coréen. L'événement était inimaginable il y a encore quelques mois, alors que les deux dirigeants échangeaient presque quotidiennement insultes personnelles et menaces de guerre nucléaire.

«Téléréalité»

Mais de nombreux observateurs s'interrogent sur la portée du sommet. Si le Kremlin a salué le «début d'un dialogue direct» entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, il a aussi averti que la crise ne pourrait pas être «réglée en une heure». Et au Japon, le journal conservateur Sankei qualifiait l'événement d'«émission de téléréalité», jugeant la déclaration «sans substance».

Kim Jong-un s'est une nouvelle fois dit engagé en faveur de «la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne». Mais cette formule adoptée par Pyongyang est loin de correspondre aux exigences avancées depuis longtemps par les Etats-Unis, pour lesquels une dénucléarisation nord-coréenne, en plus d'être «complète», devra aussi être «vérifiable» et «irréversible».

Parmi les motifs de satisfaction pour Kim Jong-un, Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis allaient cesser leurs manoeuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud, qu'il a lui-même qualifiées de «très provocatrices» envers le Nord.

Pyongyang exigeait depuis longtemps le gel de ces exercices militaires, perçus comme des préparatifs à une invasion militaire de la Corée du Nord. Près de 30'000 soldats américains sont stationnés en Corée du Sud pour protéger ce pays allié des Etats-Unis de son voisin du Nord.

Séoul et le commandement militaire américain en Corée du Sud ont souligné qu'ils n'avaient pas été prévenus à l'avance de cette annonce. «Les exercices et la présence militaire américaine jouent un rôle vital dans la sécurité de l'Asie de l'Est», s'est inquiété le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera. Mettre fin aux exercices conjoints «va au-delà de tout ce sur quoi s'accordent les experts», estime Adam Mount, de la Federation of American Scientists.

(nxp/afp)