Inde

08 décembre 2010 08:40; Act: 08.12.2010 08:46 Print

Il veut rendre le yoga obligatoire à l'école

Un parlementaire milite pour faire adopter une loi rendant obligatoire le yoga dans les écoles primaires du pays.

Une faute?

Le yoga contribue à maintenir la discipline et la forme physique, ainsi qu'à évacuer le «stress lié à l'informatique».

Ce parlementaire du parti au pouvoir, le parti du Congrès (centre gauche), affirme qu'un récent voyage en Chine l'a inspiré pour proposer cette loi qui s'appliquerait aux 217.000 écoles élémentaires indiennes ouvertes aux enfants à partir de cinq ans.

«Nous avons vu des élèves pratiquer en Chine le tai chi chuan avec une grande discipline et j'ai pensé: Nous avons donné au monde le yoga mais nous l'ignorons en Inde et nous devons l'introduire dans nos écoles», a déclaré à l'AFP Satpal Maharaj, 59 ans.

Le yoga, qui signifie en sanskrit «union» ou «intégration», implique la pratique de postures physiques et d'exercices de respiration, souvent combinée à de longues sessions de méditation.

L'origine du yoga remonterait à 5.000 ans

L'origine du yoga remonterait à 5.000 ans, selon des spécialistes indiens qui se fondent sur des preuves archéologiques et des postures retrouvées sur des pierres ainsi que sur d'anciens textes sacrés hindous faisant référence à des enseignements yogiques.

«Les maladies occidentales, comme le stress lié à l'informatique, sont arrivées en Inde et le yoga (pratiqué) à un jeune âge aidera à réduire ces maladies. Cela encouragera aussi les élèves à aller à l'école», a affirmé le parlementaire.

La proposition de loi que compte soumettre au parlement M. Maharaj stipule que «notre éducation moderne manque d'éducation yogique et est de ce fait, incomplète».

Cette initiative pourrait toutefois rencontrer l'opposition de la communauté musulmane, la plus grande minorité du pays, même si M. Maharaj juge que le yoga ne devrait pas être vu comme une pratique d'origine hindoue.

La proposition de loi souligne toutefois que le yoga ne devrait pas être imposé «aux institutions minoritaires», une référence directe aux établissements scolaires musulmans.

(afp)