Etats-Unis

17 avril 2018 07:32; Act: 17.04.2018 09:42 Print

Ingérence russe: une call-girl aurait des infos

Une escort-girl de haut vol, arrêtée pour prostitution en Thaïlande, a déclaré avoir des informations sur le rôle de la Russie dans les élections américaines.

Voir le diaporama en grand »
Robert Mueller, chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016, a révélé comment les agents russes avaient espionné le parti démocrate et l'équipe d'Hillary Clinton. (Samedi 14 juillet 2018) Le procureur spécial chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016 a inculpé vendredi douze agents du renseignement russe pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate pendant la campagne. (Vendredi 13 juillet 2018) Le président américain Donald Trump a assuré jeudi être «prêt» pour son face-à-face avec son homologue russe Vladimir Poutine, ironisant sur les journalistes qui s'interrogent sur son manque d'expérience et de préparation. (Jeudi 5 juillet 2018) Le chef du FBI et le numéro deux du ministère américain de la Justice ont défendu l'indépendance des enquêteurs travaillant sur le dossier explosif de l'affaire russe, cible régulière du courroux de Donald Trump. (Jeudi 28 juin 2018) Tout en affirmant n'avoir rien à se reprocher, Donald Trump a affirmé lundi sur Twitter avoir le «droit absolu» de s'accorder à lui-même la grâce présidentielle. (Lundi 4 juin 2018) Donald Trump s'est heurté à deux mauvaises nouvelles: l'enquête sur une rencontre entre son fils et des Russes pendant la campagne de 2016 progresse, alors qu'un nouveau document atteste que le président a bien payé son avocat, dans un remboursement potentiellement lié à l'affaire Stormy Daniels. (Mercredi 16 mai 2018) Accusé d'avoir été payé par un oligarque russe et des sociétés cherchant un accès à la Maison Blanche, Michael Cohen est dans la tourmente. (Mercredi 9 mai 2018) Pour se défendre dans l'affaire russe, le président américain a engagé Emmet Flood, expert en procédure de destitution. (Mercredi 2 mai 2018) Le Parti démocrate américain a porté plainte contre la Russie, de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump et Wikileaks pour conspiration dans le but de perturber la présidentielle de 2016. (Vendredi 20 avril 2018) Le procès d'une Bélarusse jugée mardi en Thaïlande a suscité l'intérêt de la presse internationale après que cette call-girl ayant fréquenté l'élite politique russe a assuré avoir des révélations à faire sur le rôle de Moscou dans les élections américaines. (Mardi 17 avril 2018) L'équipe du président américain cherche à embaucher un ténor du barreau pour défendre Donald Trump dans l'enquête sur l'ingérence russe. Son chef, , est un avocat constitutionnaliste qui a très vite reconnu qu'il manquait d'expérience pour une enquête criminelle complexe comme celle du procureur spécial. (Mardi 27 mars 2018) Donald Trump s'en est violemment pris à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller dans une série de tweets rageurs sur Twitter. (Dimanche 18 mars 2018) «Cette administration répond aux activités pernicieuses de la Russie», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, annonçant des sanctions contre Moscou. (Jeudi 15 mars 2018) La commission du Renseignement à la Chambre a livré ses conclusions. Elle réfute toute collusion entre Trump et Moscou. (Lundi 12 mars 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a plaidé non coupable à un second volet d'accusations du procureur spécial. (Jeudi 8 mars 2018) Sam Nunberg, un ancien conseiller politique du président américain, a rejeté une citation à comparaître devant un grand jury adressée par le procureur spécial Robert Mueller. (Lundi 5 mars 2018) Robert Mueller a annoncé de nouvelles poursuites à l'encontre de l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, et de l'ex-associé de ce dernier, Richard Gates. (Jeudi 22 février 2018) La Maison Blanche envisage de prendre des sanctions supplémentaires contre la Russie, repoussant les accusations de mansuétude à l'égard de Moscou. (Mercredi 21 février 2018) Un avocat membre d'un cabinet chargé de redorer l'image de l'ex-président ukrainien, en coopération alors avec le futur directeur de campagne de Trump Paul Manafort, a été inculpé de faux témoignage. (Mardi 20 février 2018) Steve Bannon a été interrogé durant de longues heures par l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, dans le cadre de l'enquête portant sur des soupçons d'ingérence russe. (Vendredi 16 février 2018) Le chef de la diplomatie américaine a mis en garde la Russie dans le cas où elle tenterait d'interférer dans les élections de 2018. (Mardi 6 février 2018) Les avocats de Donald Trump déconseillent à leur client d'accepter de répondre aux questions du procureur spécial. (Lundi 5 février 2018) Un comité de la Chambre des représentants a voté pour la publication d'un document démocrate confidentiel rejetant les accusations de Donald Trump et d'élus républicains contre le FBI. (Lundi 5 février 2018) Des élus démocrates du Congrès ont appelé Donald Trump à ne pas limoger les hauts responsables de l'enquête sur les liens entre la Russie et son équipe de campagne. (Dimanche 4 février 2018) «La note innocente totalement Trump dans l'enquête» a déclaré le président américain en s'exprimant à la troisième personne sur Twitter, après la déclassification d'un memo critiquant le FBI. (Samedi 3 février 2018) Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi avoir déclassifié une note confidentielle rédigée par un élu républicain critiquant l'attitude du FBI. (Vendredi 2 février) Selon le New York Times, le président américain a tenté de virer Robert Mueller en juin. Son conseiller juridique l'en a empêché. (Jeudi 25 janvier 2018) Le président américain s'est dit prêt à témoigner sous serment face au procureur spécial sur l'affaire russe. (Mercredi 24 janvier 2018) Steve Bannon, interrogé dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'ingérence de la Russie, a refusé d'emblée de répondre aux questions sur le sujet. (17 janvier 2018) Steve Bannon a été cité à comparaître devant un grand jury dans le cadre de l'affaire russe. Il témoignait déjà mardi devant la commission du renseignement de la Chambre sur cette question. (Mardi 16 janvier 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a porté plainte contre le procureur spécial Robert Mueller et le ministère de la Justice pour avoir outrepassé leur mandat dans l'enquête sur l'affaire russe. (Mercredi 3 janvier 2018) Donald Trump Jr., fils aîné (Photo d'archives) du président américain est au coeur d'une enquête parlementaire sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de son père. (Mercredi 6 décembre 2017) Donald Trump nie avoir demandé à l'ex-directeur du FBI James Comey d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale. Michael Flynn a plaidé coupable d'avoir menti dans l'affaire des ingérences russes. (Dimanche 3 décembre 2017) Le 30 octobre, le procureur Robert Mueller enquêtant sur une ingérence russe dans la présidentielle américaine a mis en accusation trois membres de l'équipe de campagne de Trump. Ils font l'objet de 12 chefs d'inculpation, parmi lesquels blanchiment et fausses déclarations. Appelés à témoigner devant le Congrès à partir de fin octobre, avaient publié des contenus sponsorisés ayant servi à diffuser de fausses informations et à manipuler l'opinion publique. Début juillet, le avec une avocate russe dont il espérait obtenir des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Interrogé par la commission du renseignement du Sénat le 8 juin, affirme que le président américain lui a demandé d'abandonner un volet de l'enquête russe portant sur le général Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale. Fin mai, le gendre de Donald Trump Jared Kushner est à son tour mis en cause pour avoir et un banquier proche de Poutine dans le cadre de l'obtention de son habilitation de sécurité. Le 17 mai, Robert Mueller, ancien directeur du FBI, est nommé procureur spécial chargé d'enquêter sur le rôle de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 par le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, le ministre Jeff Sessions s'étant lui-même récusé dans cette affaire. Lors d'une entrevue le 15 mai avec le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, et l'ambassadeur de Russie, Donald Trump aurait et ainsi mis en danger une source américaine, selon la presse américaine. Le 9 mai, Donald Trump limoge le directeur du FBI, James Comey, lui reprochant les ratés de l'enquête sur les courriels non sécurisés d'Hillary Clinton. Ses détracteurs dénoncent une décision politique destinée à sur les liens entre la Russie et la campagne de Trump. À son tour le ministre de la justice Jeff Sessions annonce le 2 mars qu'il se retire de toute enquête sur les interférences russes dans l'élection américaine. Il avait omis de révéler des rencontres avec l'ambassadeur russe pendant la campagne présidentielle. Pour avoir évoqué les sanctions américaines contre Moscou avec l'ambassadeur russe avant l'investiture du président Trump, puis menti au vice-président Pence sur le sujet, Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale, est contraint à la démission le 13 février 2017. Le 31 décembre 2016, Des installations des renseignements russes sur le sol américain sont fermées et des diplomates sont expulsés des Etats-Unis. «C'est la première fois qu'un candidat d'un grand parti à la présidence a activement encouragé une puissance étrangère à espionner son opposant» celui-ci est élu à la Maison Blanche le 8 novembre 2016. Le 26 juillet 2016, peu après la victoire de Hillary Clinton aux primaires démocrates, Les Russes sont rapidement soupçonnés par les services de renseignement américain d'être à l'origine du piratage.

Sur ce sujet
Une faute?

Une call-girl bélarusse jugée mardi en Thaïlande a appelé Washington à l'aide, craignant d'être expulsée en Russie après ses menaces de révélations sur le rôle de Moscou dans les élections américaines.

«Nous ne rentrerons pas en Russie parce qu'ils ont ouvert une nouvelle affaire judiciaire contre nous», a lancé Anastasia Vachoukevitch à l'AFP lors de son arrivée au tribunal, derrière les grilles de la fourgonnette de police.

«Aidez-nous, parce que nous ne comprenons pas ce qui nous arrive», a ajouté à son côté Alexandre Kirillov, meneur du groupe de «coachs sexuels» qu'ils avaient monté en Thaïlande.

«Gourou du sexe»

Anastasia Vachoukevitch, mannequin plus connue sous le pseudonyme de Nastia Rybka, a été arrêtée fin février avec un groupe de neuf autres étrangers qui organisaient des cours de «formation sexuelle» dans la station balnéaire de Pattaya.

Les accusations de la jeune femme ont attiré l'attention, car c'est une escort-girl de haut vol, ayant fréquenté l'élite politique russe, qui est poursuivie en Russie pour avoir filmé Sergueï Prikhodko, vice-Premier ministre russe, sur un yacht du milliardaire Oleg Deripaska.

La vidéo était devenue virale après sa publication par l'opposant russe Alexeï Navalny. Oleg Deripaska, qui a eu des liens avec l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a nié toute relation avec Anastasia Vachoukevitch et Alexandre Kirillov, «gourou du sexe» à la tête du groupe d'instruction sexuelle arrêté en Thaïlande.

Au départ, il était reproché en Thaïlande à Anastasia Vachoukevitch et ses six collègues «instructeurs sexuels» de travailler sans permis de travail, mais ils doivent désormais répondre des accusations de «prostitution» et «organisation criminelle».

«Ils essayent de nous mettre derrière les barreaux»

La jeune femme a fait récemment les titres de la presse internationale après sa publication d'une vidéo sur Instagram offrant aux journalistes américains de leur livrer des révélations.

«Ils essayent de nous mettre derrière les barreaux... C'est pourquoi je suis prête à vous révéler les pièces manquantes du puzzle (...) concernant les élections américaines», dit-elle dans cette vidéo.

Pattaya, à deux heures de route au sud de Bangkok, fréquentée par de nombreux touristes russes, est connue pour être un haut lieu de la prostitution et du crime en Thaïlande.

140'000 prostituées

Un rapport de l'Onusida évaluait en 2014 à 140'000 le nombre des prostituées dans le pays. La seule ville de Pattaya en compterait plusieurs dizaines de milliers, même si l'activité est illégale. Pourtant, la Thaïlande continue à s'offusquer d'être vue comme un lieu de tourisme sexuel.

La ville de Pattaya s'est développée comme lieu de la prostitution il y a un demi-siècle quand les militaires américains ont commencé à y affluer pour tenter d'oublier les horreurs de la Guerre du Vietnam.

(nxp/afp)