France

28 mars 2013 06:18; Act: 28.03.2013 07:34 Print

Intervention à hauts risques pour Hollande

Le président français aura 45 minute pour convaincre lors d'une intervention télévisée jeudi soir. Il tentera de rassurer ses compatriotes, notamment sur la dégradation du marché du travail.

storybild

François Hollande va appeler les Français à lui accorder leur confiance alors que la France affronte une hausse du chômage. (photo: Keystone)

Une faute?

Le chef d'Etat socialiste ne s'est pas adressé aux Français depuis ses voeux du 31 décembre. Sur France 2, à 20h15, il aura 45 minutes pour s'expliquer face à David Pujadas lors d'une émission sobre et sans public.

François Hollande va vraisemblablement s'employer à justifier sa politique de rigueur économique face à la crise, à expliquer le cap de ses réformes. La cote de popularité du président est au plus bas, à seulement 36% d'opinions favorables selon un dernier sondage.

De la pédagogie

Elu en mai 2012, François Hollande n'a atteint jusqu'à présent aucun des grands objectifs qu'il s'était lui-même fixés. Le retour du déficit à 3% du PIB fin 2013 a été repoussé d'un an, et «l'inversion de la courbe du chômage» paraît lointaine alors que le nombre de sans-emploi dépasse 3 millions.

Préférant la pédagogie aux effets d'annonce, le président devrait répéter que tous les «outils» sont en place dans l'attente d'une éventuelle sortie de crise. Il s'agit par exemple du contrat de génération pour lutter contre le chômage des moins de 30 ans et des plus de 55 ans.

A un an des élections municipales de mars 2014, le discours du président devrait notamment s'adresser à une partie des électeurs tentés par le Front national (extrême droite) de Marine Le Pen.

Prestation risquée

Pour cette «prestation extrêmement difficile», François Hollande «sera jugé en tant que chef suprême», estime Mariette Sineau du Centre national de recherche scientifique (CNRS). Elle attend de lui «un exercice de pédagogie extrêmement clair».

Quant à Philippe Braud, professeur en sociologie politique, le président doit frapper fort pour être entendu. «Quand on veut retenir l'attention pendant 45 minutes, il faut avoir quelque chose à dire», résume-t-il.

Affaire Cahuzac

Cette intervention télévisée survient dans un contexte politique tendu avec la récente démission de Jérôme Cahuzac après l'ouverture d'une information judiciaire le visant pour la détention supposée d'un compte en Suisse. S'y ajoute la mise en examen jeudi passé de l'ex-président Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse au détriment de la milliardaire Liliane Bettencourt.

Si François Hollande a tranché rapidement le cas Cahuzac, remplacé par Bernard Cazeneuve, il n'a pas remanié en profondeur le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Une équipe pléthorique où la cacophonie règne parfois, sous la houlette d'un chef de gouvernement assez peu visible, descendu aussi bas que le président dans les sondages.

Raison du divorce

De l'avis du politologue Roland Cayrol, «le problème ce n'est pas l'autorité, les couacs. La raison du divorce avec les gens c'est qu'ils ne voient pas le changement, ni les cartes qu'on va jouer pour nous en sortir».

«L'état de l'opinion sera longtemps pas bonne, ce n'est pas une émission télévisée qui va changer cette grisaille fondamentale. Tant que les chiffres du chômage seront à ce niveau, il n'y aura pas d'éclaircie», analyse-t-il.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch