Birmanie

27 mars 2013 15:55; Act: 27.03.2013 16:01 Print

L'armée réaffirme son rôle, sous les yeux de Suu Kyi

La chef de file de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi a assisté mercredi, pour la première fois, au défilé annuel des forces armées du pays.

storybild

Aung San Suu Kyi a affirmé à la BBC qu'elle «aimait l'armée». (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

Assise au premier rang aux côtés des plus hautes personnalités militaires, la chef de l'opposition a suivi la parade des 6000 soldats défilant avec chars, hélicoptères et avions de combats devant leur commandant en chef, le généralissime Min Aung Hlaing. Une cérémonie moins pompeuse que sous la junte, mais qui aura permis à l'armée de rappeler son rôle.

«Tatmadaw (nom de l'armée birmane, ndlr) protège la nation de toutes sortes de danger, mais joue également son rôle dans la politique nationale en accord avec la volonté du peuple, quand la nation fait face à des conflits ethniques ou des luttes politiques», a déclaré le généralissime Min Aung Hlaing.

Des propos prononcés dans un contexte de très grande tension dans le pays entre bouddhistes et musulmans, alors que des violences ont fait 40 morts la semaine dernière à Meiktila (centre). Plusieurs nouvelles mosquées ont été détruites mardi et mercredi dans d'autres localités, selon des sources policières, alors que certaines communes étaient placées sous couvre-feu.

Proximité avec l'armée

La lauréate du prix Nobel de la paix n'avait jamais participé à cette «journée des forces armées». Jusqu'en 2011, ces célébrations se résumaient de facto à une démonstration de la puissance des militaires, qui ont maintenu l'opposante en détention pendant 15 ans et tenu le pays pendant un demi-siècle.

Mais après avoir décidé de soutenir les réformes du nouveau gouvernement et d'entrer au parlement, la lauréate du prix Nobel de la paix s'est également rapprochée de ses ennemis d'hier.

Dans un entretien avec la BBC diffusé en janvier, elle avait assuré aimer «beaucoup l'armée». «Parce que je l'ai toujours vue comme l'armée de mon père», avait ajouté la fille du général Aung San, héros de l'indépendance assassiné en 1947.

Réformes multipliées

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le gouvernement du président Thein Sein a multiplié les réformes, permettant notamment le retour au coeur du jeu politique de Suu Kyi, élue députée lors de législatives partielles en 2012.

Elle se bat depuis, avec ses collègues de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), pour faire réviser la Constitution de 2008 qui confère d'immenses pouvoirs à l'armée, lui octroyant notamment un quart des sièges du parlement.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch