Etats-Unis

14 septembre 2017 06:31; Act: 14.09.2017 13:57 Print

L'idée d'une couverture santé universelle revient

Bernie Sanders a présenté mercredi un projet de couverture maladie universelle publique, idée qui gagne en popularité.

Bernie Sanders lors de la présentation du projet de loi au Congrès. (Mercredi 13 septembre 2017)
Sur ce sujet
Une faute?

Le sénateur progressiste Bernie Sanders a présenté mercredi une proposition de couverture maladie universelle publique. Une idée autrefois jugée utopique, mais qui gagne en popularité au sein de la gauche américaine, notamment chez les possibles futurs candidats démocrates à la Maison Blanche.

«Aujourd'hui, nous lançons la lutte longue et ardue pour mettre fin à une honte internationale, le fait que les Etats-Unis soient le seul grand pays à ne pas garantir l'accès aux soins à ses citoyens», a déclaré Bernie Sanders, entouré de parlementaires, de médecins et de militants associatifs dans une salle du Sénat.

L'ancien rival d'Hillary Clinton aux primaires présidentielles démocrates en 2016 en avait fait le coeur de son projet de «révolution». Hillary Clinton avait rétorqué qu'une nationalisation du financement du système d'assurance santé était irréaliste, elle-même préférant promouvoir une réforme graduelle du système actuel, enchevêtrement de responsabilités privées et publiques.

Aucune chance d'être adoptée

Un an après, face aux problèmes d'Obamacare, la réforme démocrate adoptée en 2010, l'idée d'une remise à plat a séduit une partie de la nouvelle garde démocrate, ces sénatrices et sénateurs qui réfléchissent à se présenter à la présidentielle de 2020: Kamala Harris, Cory Booker, Kirsten Gillibrand... auxquels s'ajoute Elizabeth Warren, vénérable sénatrice du Massachusetts, idole de la gauche de la gauche.

Ils ont cosigné la proposition de loi que Bernie Sanders, un indépendant «socialiste» apparenté au groupe démocrate, a dévoilée mercredi. Elle n'a aucune chance d'être adoptée, ni même débattue, dans un Congrès contrôlé par les républicains. Mais les démocrates préparent ainsi le terrain idéologique, dans l'optique d'une alternance en 2020.

Questions sur le coût

«Si des millions de gens s'expriment et s'impliquent, je n'ai aucun doute que ce pays adoptera, plus tôt qu'on ne le croit, un système de couverture universelle publique, et la santé deviendra enfin un droit aux Etats-Unis», a lancé le sénateur Sanders.

Pas moins de 17 des 48 sénateurs du groupe démocrate soutiennent l'initiative, considérée comme si radicale au moment des débats sur Obamacare, en 2009, qu'elle avait été rapidement marginalisée par la majorité alors démocrate.

Les Américains sont couverts pour les risques maladie par des assurances privées, souvent via leurs employeurs, ou par l'Etat fédéral pour les plus modestes (programme Medicaid) ou les plus de 65 ans (Medicare).

C'est justement Medicare, institution sacrée en Amérique, que Bernie Sanders propose d'élargir à toute la population, ce qu'il appelle un «Medicare pour tous». Les soins resteraient assurés par le privé en majorité, mais cotisations et remboursements passeraient par le public, comme dans de nombreux pays européens.

Ultime tentative

Obamacare, loi emblématique de l'ère Obama, n'a pas remis en cause l'architecture du système mais augmenté les aides publiques et renforcé les protections, faisant progressivement baisser le nombre d'Américains sans assurance à environ 10% des moins de 65 ans.

La majorité a tenté cette année d'abroger Obamacare, en vain, échouant en raison de l'opposition de républicains modérés et déclenchant la colère de Donald Trump. Mercredi, un groupe de sénateurs républicains a d'ailleurs lancé une ultime tentative pour tenir cette promesse de campagne, sans grand espoir. Les démocrates, cependant, s'inquiètent de voir Obamacare sabotée par l'administration Trump.

Hillary Clinton sceptique

Les chefs de l'opposition gardent leurs distances avec Bernie Sanders, pour des raisons politiques. Ils entendent reconquérir la Chambre aux législatives de novembre 2018, ce qui passe par la reconquête de circonscriptions qui ont majoritairement voté en faveur de Donald Trump l'an dernier. Dans celles-ci, mieux vaut être perçu comme un démocrate modéré que comme un lieutenant de «Bernie».

«Ils sont en train de commettre la plus grave erreur de leur vie», analyse l'élu républicain Tom Cole. «Mais j'ai l'impression que leur parti va dans cette direction».

Quant à Hillary Clinton, elle n'a pas changé d'avis. En pleine promotion de son livre sur sa défaite, elle a redit que la proposition Sanders ne serait pas crédible tant qu'elle ne serait pas chiffrée.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raoul le 14.09.2017 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Yessss

    Une riche idée de M. Sanders, et si c'est basé sur le revenu, il y aura quand même une justice !

  • Gaston Tournparron le 14.09.2017 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    Donald devrait être d'accord...

    ...il pourrait faire soigner ses problèmes gratos.

  • CH le 14.09.2017 12:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    ils sont bizards ces américains de dire que c est irréaliste d avoir un système d assurance maladie nationale. c est pourtant le cas en Suisse où ça fonctionne (pas tjs au top mais bon) avec des différences entre canton. les USA sont constitués de manière similaire à la suisse sauf en 40fois plus grand

Les derniers commentaires

  • Gaston Tournparron le 14.09.2017 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    Donald devrait être d'accord...

    ...il pourrait faire soigner ses problèmes gratos.

  • CH le 14.09.2017 12:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo

    ils sont bizards ces américains de dire que c est irréaliste d avoir un système d assurance maladie nationale. c est pourtant le cas en Suisse où ça fonctionne (pas tjs au top mais bon) avec des différences entre canton. les USA sont constitués de manière similaire à la suisse sauf en 40fois plus grand

  • Raoul le 14.09.2017 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Yessss

    Une riche idée de M. Sanders, et si c'est basé sur le revenu, il y aura quand même une justice !

    • Barack le 14.09.2017 11:58 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi

      Pourquoi ne dirige-t-il pas le pays ? L'homme le plus crédible au poste de président des USA.

    • Marc le 14.09.2017 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Raoul

      Pourquoi toujours cette notion du revenu ? L'impôt (sur le revenu) déjà extrêmement progressif ne suffit déjà pas ? Avec des gens comme vous, on paiera bientôt notre litre de lait ou d'essence en fonction du revenu !